Les lectures de Cécile

5
juin

Voluptueuse innocence de Susan Johnson ou quand Julia a lu une daube pour mon challenge « oh my ! cette couverture »

 

Aujourd’hui, je prête mon blog à ma copine Julia qui va vous parler d’un chef d’oeuvre à la couverture kitichissime, parfait choix pour mon challenge « Oh my ! Cette couverture!  » et qui aurait également sa place le jour où je lancerai le challenge « Oh My ! Ce titre ». Ce que je suis tentée de faire pour le second semestre…

fabio2  voluptueuse innoncence

Je m’étais engagée en janvier à participer au challenge « Oh my ! Cette couverture » proposé par Cess.
J’avais décrété que je trouverais une couverture hideuse cachant une petite perle.

Ayant lu quelques romances historiques, je savais que ce genre connaissait moult couvertures hideuses pour des livres pourtant très bons.

J’ai donc pioché au hasard dans ce genre, en ne me fiant qu’à la couverture.

C’est comme ça que je suis tombée sur ça :

voluptueuse innoncence

C’est tellement kistch que je n’ai pas pu résister, pensant qu’il s’agissait d’un livre des années 80 ou 90.
Fatale erreur… Ce livre est sorti en 2006. Ce que j’aurais su si j’avais lu la 4e de couverture et la fiche technique.

Voici le résumé, que j’ai découvert seulement en écrivant ce billet.

« A vingt-trois ans, l’actrice Annabelle Foster est la coqueluche de Drury Lane. Sa beauté exceptionnelle suscite tous les fantasmes des hommes et les plus grands peintres la réclament comme modèle. Au faîte de sa gloire, elle crée une fois de plus l’événement en quittant brusquement Londres pour se retirer à la campagne. C’est là qu’elle croise le marquis de Darley. Blessé à Waterloo, il est toujours hanté par de terribles scènes de carnage. Cependant, pour cette femme, il reprend goût à la vie. D’abord distante, Annabelle succombe peu à peu au charme de son séduisant voisin. Pour la première fois de sa vie, un homme la respecte et, pour la première fois de sa vie, elle est amoureuse. Mais, si la société de ce début de siècle autorise leur passion, elle leur interdit formellement de s’aimer. »

Pour être tout à fait honnête, la lecture de ce résumé ne m’aurait pas rebutée, j’aurais même encore eu un espoir de lire un bon livre.

Sur la seule promesse de la couverture, je m’attendais à une histoire d’amour et à des chevaux (et à une scène d’amour sur des chevaux).

Mes exigences étaient donc tout à fait modestes…
Et il y aura bien une histoire d’amour entre Annabelle Foster et Murray d’Abernon.

Annabelle :
– Est d’une beauté spectaculaire ;
– Est excellente comédienne ;
– Vu son succès, a obtenu d’écrire ses pièces, de le mettre en scène ET de les jouer ;
– Sert également de modèles aux plus grands peintres du Royaume.
– « Est une rose anglaise des plus pures ».

« Murray d’Abernon, 13e marquis de Darley, surnommé Duff (comme la bière des Simpson oui), un être superbe à la peau cuivrée et aux cheveux longs d’un noir brillant. Revenu de la bataille de Waterloo plus mort que vif, et profondément transformé par tout ce qu’il avait vu, il s’était retranché dans la propriété familiale ».

Et il passe tout son temps avec les chevaux.
Nos deux héros se rencontrent à… une foire aux chevaux. Evidemment.

Ils s’affrontent pour l’acquisition d’une jument que Duff finit par remporter. Et qu’il offre à Annabelle. Qui refuse car « loin d’être une novice, elle n’ignorait rien de la fourberie du beau monde, qui ne brillait certes pas par sa candeur désintéressée ».
Tant de poésie… ça ne veut rien dire mais peu importe…

A ce stade, je n’en suis qu’à 5 % et j’ai l’impression que la totalité de l’intrigue a déjà été déroulée, vu qu’on connaît tout de chacun des personnages et que leur attirance est immédiate.

Les chevaux sont évoqués une bonne trentaine de fois.
La promesse de la couverture est donc tout de suite respectée puisqu’on a l’histoire d’amour et les chevaux.

A part ça, rien. Et il n’y aura pas de scène d’amour sur des chevaux.
Le style est à pleurer et je me demande avec effroi comment l’auteur va remplir les 95 % restants.
Tout simplement en faisant traîner inutilement en longueur TOUTES les prochaines actions.

Annabelle et Duff vont continuer à se voir et leur première scène de sexe va être interminable puisqu’avant d’entrer dans le vif du sujet ils vont se disputer trois fois, Annabelle faisant mine de quitter la pièce à chaque fois, pour des motifs futiles.
Sans exagérer (ou juste un peu), cela prend une bonne trentaine de pages, alors qu’ils sont nus tous les deux et pantois de désir, sans même s’être touchés, jusqu’à ce que :

« Avec un hochement de tête, il s’approcha du lit, lui écarta les cuisses avant de s’allonger sur elle.
–  Pardonne ma brusquerie, dit-il avant de la pénétrer précipitamment.
Annabelle poussa un cri quand il s’insinua dans son étroitesse d’un seul coup, sans préliminaires, sans autres prévenances. »
WTF ????

La scène finit par ce merveilleux passage :

Peu après, quand il la sentit éperdue, sur le point de jouir (on se demande pourquoi), il lui murmura au creux de l’oreille, tout en s’arc-boutant encore et encore : je vais venir en toi, maintenant.
– Oh, oui… Merci… Merci… (Merciiii ????) bredouilla-t-elle totalement docile tout à coup.
Que lui arrivait-il ? Il n’avait jamais joui sans se retirer. Mais il était trop tard pour se poser des questions.
– Prête ? (prête ???) S’enquit-il en restant un instant en suspens.
–  Mmm
C’était la réponse la plus irrésistiblement sensuelle qu’il eût jamais entendue. »

J’en suis restée pantoise…

C’est la scène de sexe la plus ridicule et mal écrite que j’ai lue, en plus de n’être absolument pas excitante (à part peut-être celle de Real, le boxeur qui le fait 15 fois de suite après s’être frotté dans son propre sperme).

Le reste du livre est du même niveau, sachant que des évènements tels que la tentative d’assassinat de Duff par Wallingame (l’ancien amant/protecteur d’Annabelle) et les tentatives d’enlèvement de la nièce d’Annabelle par sa famille paternelle puis par Wallingam sont traités à chaque fois en quelques pages/lignes alors qu’entre chaque on meurt d’ennui.

Bref, à la fin tout finit bien pour tout le monde.

Apparemment, ce livre est le tome 2 d’une série, le tome 1 étant « ardente innocence » et qui selon les commentaires était moins bien que le 2… Je n’ose imaginer ce que ça donne…

L’auteur réussit avec brio à gâcher tout le potentiel des personnages : le héros tourmenté par la guerre est une blague (dédicace à Aladin) et ses traumatismes sont à peine survolés, la comédienne qui est adulée par tous les hommes mais pas respectée est acceptée par la famille noble de Duff immédiatement…

Les rebondissements ne sont pas crédibles et ils sont en plus mal exploités.
Un raté total… Aussi bien pour ce livre que pour mon défi personnel de lire une bonne romance avec une couverture ridicule.

 

24 commentaires sur “Voluptueuse innocence de Susan Johnson ou quand Julia a lu une daube pour mon challenge « oh my ! cette couverture »

  1. Cess le 5 juin 2014 à 09h21 a écrit :

    Un vrai gentleman ce Duff qui ne fait pas de préliminaire dis-donc !!! que dis-je ? Un altruiste !
    Et LOL pour le merci et le prête !!! je suis mdr.
    Dommage qu’ils aient pas fait l’amour sur le cheval !
    Verdict : ne jamais se fier qu’à la couverture… :) et ne pas lire « ardente innocence » :)
    Bravo d’avoir relevé le défi en tout cas :))

    • Julia le 5 juin 2014 à 19h57 a écrit :

      Merci à toi de m’avoir prêté ton blog :)
      Clairement, ces dialogues ont tué tout espoir de lire un truc correct !
      Et je suis hyper déçue qu’il n’y ait pas eu une scène sur un cheval, ça aurait relevé le niveau du livre !
      Je confirme, ne surtout pas lire ardente innocence ;-)

  2. sally le 5 juin 2014 à 09h54 a écrit :

    Lol j’ai eu un fou rire au « merci » . J’aurais jamais pu lire un truc pareil en entier

    • Julia le 5 juin 2014 à 19h59 a écrit :

      Lol oui !
      J’en ris maintenant, mais sur le coup j’ai juste eu envie de fracasser mon kindle ;-)
      Clairement, je ne l’aurais pas fini sans le challenge…

  3. Cess le 5 juin 2014 à 10h08 a écrit :

    Un vrai gentleman ce Duff qui ne fait pas de préliminaire dis-donc !!! que dis-je ? Un altruiste !
    Et LOL pour le merci et le prête !!! je suis mdr.
    Dommage qu’ils aient pas fait l’amour sur le cheval !
    Verdict : ne jamais se fier qu’à la couverture… :) et ne pas lire « ardente innocence » :)
    Bravo d’avoir relevé le défi en tout cas :))

  4. Non mais loooool!!
    Je suis morte de rire.
    Quand je t’entendais en parler, je me doutais que c’était terrible mais les extraits… … …
    *je suis sans voix* (et quand on me connait, on sait que c’est rare)


    Non mais WTF????? 30 pages pour zéro préliminaires, je trouve ça magique.
    Et le Merci, j’en suis complètement fan.

    Alors merci Ju pour cette action pour l’humanité. Maintenant, nous pouvons le clamer haut et fort: CE LIVRE EST UN NAVET.

    Et sinon, tu fais très bien les billets potesse!! ♥ ♥ ♥

    • Julia le 5 juin 2014 à 20h02 a écrit :

      Merci potesse <3

      Cette scène "a sec" pour reprendre les termes poétiques d'un lecteur et le merci sont juste hallucinants…

      J'ai raccourci car il y a plein d'autres choses débiles, tel que le prénom du bébé de la sœur qui change 3 fois au cours du livre.
      Un bon gros navet donc :)

      Chapeau bas aux blogueuses, l'exercice est long et difficile (y)

  5. Lily le 5 juin 2014 à 17h25 a écrit :

    Han cette couv’ !
    Mouahahha les quotes ! Le « Merci » m’a tué ^^
    Je ne sais pas comment tu as pu continuer ce livre…

    • Julia le 5 juin 2014 à 20h04 a écrit :

      Lol ! Les citations sont terribles hein ^^
      Autant que le style de l’auteur d’ailleurs…
      J’étais vraiment dépitée, je pensais vraiment lire une romance correcte. Je ne l’ai finie que parce que j’avais le challenge !

  6. Syl. le 5 juin 2014 à 17h39 a écrit :

    – Merci, merci, merci…
    – De rien ma p’tite dame ! c’est compris dans le service !

    Ben, mes aïeux ! c’est du lourd !!!

    • Julia le 5 juin 2014 à 20h05 a écrit :

      Du très lourd oui, j’en aurais pleuré de dépit !
      Surtout que des le début, j’ai compris que ce serait une daube….
      J’éviterai l’auteur pour tous ses prochains livres !

  7. Oh ! Terrible ! N’empêche, je compatis pour Julia, ça n’avait vraiment pas l’air passionnant (ce qui est tout de même censé être assuré façon « minimum syndical » par une romance, en temps normal).

    • Julia le 5 juin 2014 à 20h08 a écrit :

      Je confirme malheureusement, ce n’était absolument pas passionnant…
      Pour moi qui suis une mordue de romance, c’était terrible lol.
      La couverture aurait dû m’alerter ;-)

  8. Dup le 5 juin 2014 à 19h22 a écrit :

    Oh si, rien que pour ce « Merci !!! » cela valait le coup de le lire ! :))

  9. Bérengère le 5 juin 2014 à 21h00 a écrit :

    « ayant lu « quelques » romances ». Je. Me. Marre. ;-))
    C’est normal qu’elle dise merci, il l’a quand même honorée de son saint membre!! Quand même!
    Bravo pour l’exercice de blogueuse, tu fais ça très bien. Et chapeau pour avoir fini le livre!

    • Julia le 5 juin 2014 à 23h11 a écrit :

      Merci <3
      Quelques romances hein ? LOL !
      Dans une romance des années 80, j'aurais été moins choquée par ce remerciement débile, avec le côté old school.
      Celle-ci date de 2006 !

      Et sinon, tu as lu ton livre pour le challenge ? :D

  10. Laurie le 5 juin 2014 à 21h17 a écrit :

    Mouarf. En même temps lire un susan johnson c’est du masochisme ! :-) Enfin selon moi.
    A part la scène de sexe qui a tout de la nuit de noce dans un mariage forcé, j’adore le « je vais venir en toi » ou « comment j’ai utilisé google trad pour traduire le livre en français ».
    Car, non, le verbe to come en anglais ne veut pas dire seulement « venir »…. :-)
    Sur le coup, j’ai relu deux fois la phrase en me demandant ce qu’il voulait dire par là. :-D

    Toutes mes condoléances pour cette lecture affligeante.

  11. Julia le 5 juin 2014 à 23h13 a écrit :

    Lol !
    Je ne connaissais pas du tout Susan Johnson (avec raison a priori ^^), maintenant est sur que je ne l’oublierai pas !

    Merci, j’ai réussi à me remettre de cette lecture en enchaînant sur de vrais livres :)

  12. Bella le 6 juin 2014 à 08h58 a écrit :

    LOL :-) Tu mérites un paquet de Toffee pour cette lecture ! Et un autre pour ce billet :-)

    « Mmm
    C’était la réponse la plus irrésistiblement sensuelle qu’il eût jamais entendue »

    Ben il ne lui faut pas grand chose, tiens ! :-s

  13. Le titre aussi est kitsch à souhait !

  14. Mais loooooool :) Je ne vais pas me remettre du « ils se disputent nus pendant 30 pages puis il la pénètre d’un coup sans préambule » ! Et le « merci » est priceless !

    La couverture aussi est priceless. Et il y a trop de chevaux pour moi dans ce livre :-P

    • Julia le 6 juin 2014 à 22h18 a écrit :

      Mais oui, j’en aurais fracassé mon kindle vraiment !
      C’était tellement mauvais !

      Lol pour les chevaux ! Ils sont clairement en trop dans ce livre ;-)

  15. Cyan le 14 juin 2014 à 19h21 a écrit :

    Merci pour ce bon fou-rire ;)
    Sincèrement, entre la couv’ et le titre, y’a quand même des gens qui ont payé pour lire ça? :lol!:
    La scène d’amour devait être particulièrement torride, en même temps qu’attendre d’un type qu’on surnomme Duff, franchement? ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets