Les lectures de Cécile

19
juin

The River Leith de Leta Blake : et si j’avais un vlog… :)

leith

Je préfère prévenir dès le début : ce billet contient des spoilers sur l’histoire et je me moque du Vlog d’un personnage. 
Mais je ne regarde pas les vlogs, donc je ne me moque pas de tous les vlogs. 
Je me moque ici des explications écrites (qui ne font pas naturelles) de ce que le personnage fait quand il est face à la caméra. Et je me moque également du fait qu’il y raconte sa vie privée. :-)
Maintenant que vous êtes prévenus voici mon avis sur le livre.

 

Ce livre avait pourtant bien commencé. 
On suit Leith qui s’est pris un coup lors d’un tournoi de boxe et qui se réveille à l’hôpital avec une amnésie des trois dernières années de sa vie. 
Période qui coïncide juste à la période où il a accepté son homosexualité et rencontré l’homme de ses rêves : Zach

Zach qui a un vlog
Un vlog, comme dans « je fais des vidéos Youtube où je raconte ma vie intime à des inconnus qu’il appelle « mes amours ». 

« Il hausse les épaules et soupire en regardant le plafond, puis de nouveau la caméra, avec une étincelle dans les yeux.
Eh bien, Leith m’a envoyé un texto. Que puis-je dire? Je suis resté assis pendant des heures sur ce canapé à regarder les mots qu’il avait envoyés, et j’ai su que je ne pouvais pas partir.
Il a dit que je lui manquais. Il prend une profonde inspiration et expire lentement 

Vous pouvez imaginer ce que c’était de l’entendre. »


Ou encore

« Les lèvres de Zach se tordent en un rictus avant qu’il éclate en sanglots. 
Je sais que ce n’est pas de sa faute, mais je suis quand même en colère. Je me sens tellement… brisé.  Comme, qu’il aille se faire foutre. Il m’a oublié? Qu’il aille se faire foutre. 

Il agite ses mains et ferme les yeux.
Je voulais juste oublier. Je voulais juste oublier et me sentir entier à nouveau. Alors j’ai fait ce que j’avais l’habitude de faire lorsque j’étais un gosse stupide. Je voulais me perdre, et j’ai pensé que tout irait mieux avec une bonne baise vide de sens. 

Zach pointe le lit par-dessus son épaule alors que ses larmes coulent
Cela a marché. J’ai oublié—pendant à peu près dix minutes. Et puis tout s’est écroulé autour de moi, et j’ai eu l’impression de ne plus pouvoir respirer. Cela a été inutile, plus que vide de sens, et maintenant… »



Donc je disais, Zach a un vlog

Vous me direz : la bonne nouvelle c’est que ça aurait pu être pire : Il aurait pu poster toutes ses humeurs sur des statuts facebook avec 50 hashtags sans majuscules ! 

Ex de statut :
Zach est…
 au bout du rouleau :(
Leith ne se souvient pas de moi et je lui en veux même si je ne devrais pas mais je suis quand même trop mal et du coup j’ai fait un truc con en espérant que ça me ferait oublier et j’ai couché avec un type dans notre lit. J’ai bien pu oublier pendant 10 min mais maintenant je suis encore plus triste.
#AuBoutDuRouleau #AmnésieTuPuesDuCul #UneBonneBaiseNeRésoudPasTout #Triste #MeSensCoupable #Sad #EnLarmes #Colère #BaiseVideDeSens #Sanglots #laVieEstNulleDesFois #LifeSucksSometimes #QueFaire #TellementSeul #MerciPourVosMessages #VotreSoutienM’estPrecieux #MesAmours
(j’espère que vous appréciez l’effort de mettre des majuscules). 


Bref, donc la bonne nouvelle c’est que ça aurait pu être pire.

La mauvaise c’est que moi, suivre son vlogs avec ses « mes amours » je ne suis pas arrivée à passer outre. Ça sonnait faux. Il faisait bien plus jeune que ses 28 ans et bon les descriptions de ce qu’il fait face à la caméra…. Non. 
Dommage car l’idée de base de Zach qui se confie, je trouvais ça sympa. Mais via un carnet écrit cela aurait suffit je pense.

Non, je ne suis pas arrivée à passer outre donc.
Mais la deuxième bonne nouvelle de ce billet c’est que ça m’a donné une idée, mes amours.
Et si je faisais un billet vlog moi  aussi ? Hein ? 

Allume la caméra, se recoiffe, souris à la caméra et sautille.
Trop chouette hein cette idée de billet vlog ? Hiiii

Se rassoit, se recoiffe, prends une inspiration.
Bon, mes amours, c’est la première fois que je fais une vidéo et je suis un peu nerveuse mais bon, ce livre méritait que je vous en parle.

Lève les yeux au ciel, regard perdu au loin, 10 secondes passent puis son regard se fixe sur la caméra à nouveau et elle sourit :
Je cherchais par où commencer. C’est difficile d’organiser ses pensées en live. 
Donc, le livre commence un mois après le réveil de Leith à l’hôpital, sans souvenirs de ses trois dernières années.
Son frère Arthur est là, ils plaisantent et on suit Leith un peu perdu.
Arthur lui dit que son meilleur ami Zach, dont il n’a plus de souvenir, est là pour le voir. 
Et là, en effet, plus de souvenir. 
Zach a des yeux tristes qui rappellent à Leith le petit oiseau blessé qu’il avait voulu sauver enfant mais qui s’était envolé en l’abandonnant. 
Il parle de cet oiseau à Zach qui lui dit qu’il ne va nul part. 
C’est beau.
(Et il ne va nul part en effet, il va juste baiser un autre homme dans leur lit, mais ne pinaillons pas). 
Donc, l’oiseau, sachez-le, revient souvent dans le livre. Comme l’image d’une rivière. Des images dont je n’ai pas vraiment compris l’intérêt et le sens (l’auteur devait tenter de placer des passages plus philosophiques).
et d’ailleurs, Mme Blake, si vous regardez cette vidéo,..

se recoiffe, prends une inspiration, fait un gros sourire faux cul à la caméra :
… je pense que vous devriez arrêter les passages pseudo métaphorico-philosophiques dans vos livres. 
C’est chiant et sans intérêt. 
Sans vouloir vous offenser bien sur. 

Sourit franchement à la caméra et reprend. 
Donc mes amours, que vous racontais-je ?
Ah oui. La visite de Zach qui fait penser à un oiseau et bref je ne sais pas comment mais Leith serre Zach dans ses bras et là il sent son odeur et là, bim !, il est totalement conquis

Roule des yeux.
Oui son corps se rappelle ce que sa mémoire a oublié. 
C’est beau. 

Explose de rire et reroule des yeux.
Ah je viens de rouler des yeux. Christian si tu me regardes… (clin d’œil)

Se mords la lèvre. Longtemps.
Puis chuchote avec un air de conspiratrice :
Autant mettre toute les chances de mon côté si Christian me regarde.  

Explose de rire en rejetant la tête en arrière.
Donc où en étais-je ? 
Ah oui. Leith comprend directement son attirance pour Zach.
Mais Zach ne revient pas le voir de suite (vu qu’il est occupé à coucher avec un inconnu et se morfondre) et il manque à Leithpour une raison qu’il ne comprend pas lui-même. 
Il lui écrit des SMS et comprend après avoir vu des photos de lui et Zach qu’il était amoureux de lui.
La fois d’après Zach l’embrasse, ça devient chaud chaud, petite fellation sous un arbre dans le jardin de l’hôpital et grosse séance de frotti frotta dans le lit.


S’interrompt. Réfléchis. Reprend : 
Vous voulez peut-être vois le passage du vlog de Zach après ce passage ? 
Voilà : 

Zach est assis à la table de la salle à manger dans l’appartement. La porte menant au couloir est ouverte derrière lui, et ses cheveux sont encore humides de la douche. Un hématome est visible sur son menton. 
Bonjour mes amours! J’ai des nouvelles incroyables. Incroyables! Je sais que vous comprendrez, mes merveilleux, mes superbes, mes fantastiques amis, combien je suis incroyablement heureux aujourd’hui. Leith m’a embrassé hier! Eh bien, techniquement, je l’ai embrassé. Mais! Il a été incroyablement enthousiaste dans sa réponse, et puis il m’a demandé de rester avec lui à l’hôpital, et il a su être très persuasif. 

Il sourit et s’agite sur son siège. 
Et encore mieux, il parle au médecin ce matin pour revenir à la maison demain. Je suis tellement impatient de l’avoir à nouveau ici. (…)

Il pousse sa chaise et indique ses jambes tremblotantes
Ouais, j’ai du mal à gérer mes émotions. Il m’a embrassé! Nous avons fait l’amour. Il m’a tenu et m’a touché, et c’était exactement comme—non, ce n’était pas comme avant. C’était différent. Il est différent, mais en même temps tellement le même.  

Il soupire et secoue la tête. 
Je dois être prudent. Je ne peux pas me permettre de prétendre ou d’imaginer, même pour un instant, que Leith n’a pas été changé par cette expérience

 

Cess soupire et secoue la tête, comme Zach. 
Donc, moi aussi je dois être prudente, je pourrais passer mon billet à citer des moments du Vlog de Zach.

S’agite sur son siège, se mord la lèvre inférieure au cas où Christian la regarde (oui même par vlog elle aime bien le comique de répétition), regarde le plafond et reprend :
Donc Leith continue de voir son psy qui lui parle de rivière et de sa femme indienne et de la grand mère de sa femme qui est indienne aussi et qui parle de rivière… (quand je disais que c’était chiant) il lui dit, en métaphores, de prendre la rivière en contre sens, ou dans le bon sens je ne sais plus mais en gros il lui dit d’avancer et de reprendre la boxe si ça lui fait plaisir. 
Et Leith travaille sur lui-même et essaye de ne pas s’emporter car il s’emporte souvent comme la fois où il a essayé de refaire l’oiseau de ses rêves en argile lors d’une cession thérapeutique basée sur l’art et qu’il n’y est pas arrivé et a tout cassé dans la salle…. 
Je lui dirais bien de laisser couler, pour moi aussi faire une référence à la rivière, mais je ne peux pas lui parler et je ne crois qu’il suive mon vlog. 

S’interrompt pour rire de sa propre mauvaise blague, envoie un bisou à la caméra pour que vous, ses amours, voyez qu’elle vous aime, et reprend :
Donc il sort de l’hôpital, ils vont dans un cabane dans les bois pendant 3 jours, se font des fellations, font l’amour, c’est beau, c’est bon c’est bonbon. 
Et bref les jours passent, Zach, on l’apprend par son blog, se languit de l’ancien Leith même s’il aime le nouveau, et il s’en veut pour ça, vous comprenez mes amours ? 
Il aimerait tellement que le Leith fort qu’il a connu et qui le rassurait sur tout soit là et pas que ce soit à lui d’être fort, vous comprenez mes amours ? 
Et bon un soir, dans le bar de Zach et Arthur.


S’interrompt. Fixe la caméra d’un air sérieux.

Vous avez oublié qui est Arthur hein ? (Vous méritez d’être fessé. (oops, je lis GREY, excusez-moi je fais comme une obsession)). 

Sourit en coin, attend quelques secondes et explose de rire. 
Arthur c’est le frère de Leith allons ! Et il tient un bar avec Zach
Donc, Leith est installé au bar quand un couple gay débarque et s’assoit à côté de lui. 
Et là un des deux dit à l’autre en parlant de Zach qu’il est beau et l’autre dit que oui il se l’est même tapé un mois avant.
Et là Leith pète un câble, le frappe et il se casse. 

Oui mes amours, Zach est triste, vous l’avez bien deviné. Il a essayé de s’expliquer et de dire que ça ne voulait rien dire mais Leith est parti quand même. 
Mais ne vous en faites pas. Il revient le lendemain, voit les vidéos du Vlog et ils se réconcilient.

Et voilà, le livre termine là après 170 pages. Mais attendez je ne vous ai pas parlé du meilleur. 
Deux secondes je reviens. 


Se lève, sort de la pièce. Revient avec une cannette de coca. 
Ouvre la canette, bois une gorgée, repose la canette, lève des yeux brillants (dus au coca) vers la caméra et reprend. 
Donc, je vous ai gardé le meilleur pour la fin, mes amours. 

Sourit en coin.
Savez vous que :
Il y a 3 ans Leith sortait de prison où il a passé deux ans pour avoir fait des matchs de boxe illégaux et avoir faillit tuer un ado ?
Ah et il faisait ces matchs car ça rapportait bien et qu’il avait besoin d’argent pour subvenir aux besoins de son père qui jouait tout le temps…
D’ailleurs son père est mort pendant les 3 dernières années et Leith ne s’en souvient plus et ça l’attriste à peu près 10 secondes. 
Bon allez j’exagère. Au moins 15 secondes.
Mais ce n’est pas tout.

Se rapproche de la caméra et parle à voix basse. 
Figurez-vous qu’Arthur lui apprend à un moment que leur mère était en fait dépressive et qu’elle s’était suicidée quand Leith avait 11 ans et le pauvre chaton tombe des nus. 
C’est un choc pour lui mais rassurez-vous mes amours, ça dur 3 lignes et on en reparle plus après. Il n’est pas traumatisé et ça c’est quand même tant mieux pour lui, même si ce n’est pas crédible. (C’est qu’il a d’autres chats à branler, heu, à fouetter). 
En parlant traumatismes, il n’est pas franchement non plus trop dérangé d’apprendre que son frère s’est prostitué il y a quelques années auprès de femmes mais surtout auprès d’hommes (car ça paie mieux)(Artgur a le sens pratique) pour se faire de l’argent pour acheter son premier bar. 

 

Se radosse à sa chaise, sourit, secoue la tête et lève les yeux au ciel.
Non mais franchement des fois, les auteurs savent pas quand s’arrêter. 
Enfin, rassurez-vous, mes amours, Arthur ne se prostitue plus, il sort avec une de ses serveuses, celle qui a 19 ans, et 10 ans de moins que lui. 
Et pour finir sur les révélations à peine too much, on apprend aussi que Zach a couché a l’âge de 13 ans avec un mec (ou plusieurs je suis pas sûre d’avoir compris) dont il ne connaissait pas le nom. Mais ce n’est pas grave qu’il ne sache pas son nom, Zach avait des envies particulières et l’important c’est que ces envies soient passées et assouvies et que tout ce qu’il a fait dans son passé l’ait finalement mené ici, aujourd’hui, avec Leith
C’est beau l’amour. 

Roule des yeux, ce qu’elle aurait fait présentement même sans espérer que Christian la voit.
Je vous ai dit au fait que Leith étudiait dans une université qui s’appelle CUNY ? 


Explose de rire. 
Avouez que c’est drôle quand même, même si l’université aurait du s’appeler PIPE.

Re-rit de son humour pourrave et secoue la tête pour se reprendre.
Bref, honnêtement ? Ce livre avait beaucoup de potentiel, niveau style et surtout au niveau de l’histoire que je trouvais originale et que j’ai d’ailleurs dévorée au début.

Mais après c’était lent, lent lent, et je ne me suis pas attachée aux personnages, surtout à Zach qui se plaignait tout le temps. 
Et puis c’était lent mais en même temps c’était baclé car on ne les a pas vu tomber amoureux, on ne sait pas comment ils se sont rencontrés, si ça a été difficile pour Leith d’accepter son homosexualité…
Et puis les Vlogs.
Ne le prenez pas mal, mes petits poussins en sucre d’orge enrobé de chocolat au lait, mais je n’accroche pas au Vlog.

S’arrête, baisse la tête, la secoue, se recoiffe, prend une inspiration.
Relève la tête et a les yeux tout mouillés.

Oui, mes amours, ne le prenez pas mal, mais moi et les Vlogs, ça ne fait pas bon ménage. 
Je ne pense pas réitérer cette expérience même si je vous aime fort.
Vous pouvez quand même me laisser pleins de messages de soutien et d’amour et peut-être que je referai un jour une vidéo pour vous.
En attendant, je termine ici mon histoire sur Leith et Zach en vous disant que tout va bien pour eux et que Leith fait des études de psychologie.
Je vous embrasse fort. Mouaaahhhh. 


Embrasse la caméra et se penche pour l’éteindre.
Ecran noir.
 

23
avr

Life in outer space de Melissa Keil : une parenthèse (très drôle) dans ce monde de brutes…

LIOS

Disons le d’emblée, ce livre est un coup de cœur. Pas le gros coup de cœur. Mais le coup de cœur que j’attendais depuis Aristotle et Dante discover the secret of the universe et Eleanor and Park.
Depuis un an quoi.

Je vais vous expliquer pourquoi j’ai adoré ce livre et essayer, j’espère, de vous convaincre de le lire, mais avant cela, une petite introduction s’impose.

Dans mon billet la fache cachée de Margo, je vous expliquais pourquoi John Green est mon auteur chouchou.
Vous pouvez retrouver en détail tout ce que j’aime dans ses histoires ici, mais pour faire court, voici ce qui me plait et qu’on retrouve dans tous ses livres:

– Des héroïnes qui ont du caractère, qui sont mures, attachantes et qui ont un côté inatteignables pour nos héros.
– Des héros en marge des adolescents populaires, sans être pour autant des looseurs : ce sont des nerds, des geeks, des garçons très sarcastiques, qui ont beaucoup d’humour et qui sont bien dans leurs peaux.
– Des personnages secondaires très présents et indispensables,
– sans oublier l’humour, les questionnements des personnages & les dialogues qui sont uniques.

Mais voilà. Si John Green est un auteur que j’aime particulièrement et dont j’ai lu tous les romans, j’ai un aveu à faire : je n’ai jamais eu de coup de cœur pour ses livres.
Je les adore, oui… J’adore sa plume, son humour, ses personnages et ses histoires mais il y a toujours un passage plus lent ou certains détails qui font que je passe à côté du coup de cœur.

Maintenant que j’ai fait mon coming out sur John Green, vous vous demandez peut-être quel est le lien avec le livre dont je vous parle aujourd’hui ?
Le lien est simple : « Life in outer space » m’a fait penser, par bien des aspects, aux livres de J.Green.

 

However – having a girl hum a song from a musical at you that implies she will be watching out for you at a party ou are too scared to attend is new level of feebleness, even for me. 
I am pretty sure my manhood does not approve. 

 

On y retrouve ce que je cite plus haut :
– Un héros nerd, geek, qui accepte sans complexe le fait qu’il est différent, qui est très drôle et sarcastique,
– une héroïne plus sûre d’elle, qui se démarque, qui est plus à l’aise en société que notre héros,
– et enfin des amis, présents, originaux, drôles, indispensables, sans qui le héros ne serait pas ce qu’il est.
– et beaucoup d’humour.

Has anyone ever made a film about homework ? Probably. I bet it was French. 

Oui, j’ai retrouvé dans ce livre tout ce que j’aime et adore dans les livres de Green, sauf qu’ici, je n’ai aucun bémol. J’ai TOUT aimé et je n’ai pas lâché mon livre pendant les deux jours qu’a duré ma lecture.

 

Life in outer space ou La vie dans l’espace en françaisporte bien son nom.
Car on vit, pendant quelques heures, dans une autre planète.
Celle de Sam. 

Sam, ce nerd qui fait sans cesse des références à des films et des jeux vidéo.
Sam qui veut écrire un scénario,
Sam dont les monologues intérieurs m’ont faite rire, sourire et même éclater de rire.
Sam qui ne veut pas être appelé Sammy.
Sam dont l’humour, l’auto-dérision et le sarcasme sont présents dans chaque scène et monologues intérieurs.
Sam dont les amis sont parfaits jusque dans leurs défauts.

Mike is the brother I never had, then Adrian radley is the possibly inbred cousin who came for a visit and never left. 
I guess some people enter your orbit and get stuck, and there’s nothing either of you can do about it. 

Car dans la planète Sam, vous trouverez :
Adrian, qui passe son temps à manger et qui ne filtre jamais ses pensées.

It will never cease to amaze me how many people are capable of appreciating Adrian Radley. 
I think it’s a mystery that is destined to remain unsolved.

Allison la timide, au corps de fillette, aux cheveux fins, qui aime Hello Kitty et le cinéma japonais.
Et Mike, le meilleur ami qui pense être gay et qui a décidé d’abandonner le judo pour une raison indéterminée.

I check the content of my backpack; Mike has shoved a spare T-shirt and bottle of SPF30+ from our bathroom into it. 
« Thanks, mum » I mutter.
He whips the towel from around his neck and shakes it out on the other side of mine. « i’m not the one who cried last time he got sunburnt ».
« I was nine »
« Dude, you still cried ».

Et enfin, il y a Camilla. La nouvelle du lycée dont le père est un journaliste de rock très connu.

She has British accent. Plus two. She is, objectively attractive. Plus three. Although she is dressed pretty weirdly. I have no idea what girls find acceptable but I suspect her clothes might be a minus. (…). She has a British accent. Plus twenty. 

Camilla donc:
Qui est populaire mais qui traine avec nos geeks,
Qui joue à World of Warcraft,
Qui s’habille en jaune,
Qui joue de la musique…
Qui est drôle, intelligente et différente.
Et surtout, Camilla dont l’arrivée casse la routine et l’univers de Sam.

She smiles at me. I smile back. It feels strange on my face.
Routine is weird thing.
Camilla Carter is having dinner at my house.
And our group, apparently, has expanded from four to five.

 

En lisant ce livre, on suit Sam et ses réflexions, on surligne 45 passages du livre, on sourit, on s’attache à des adolescents exceptionnels, on se demande pourquoi Mike a arrêté le judo, on lit des phrases sans points d’exclamations, on voit Sam compter des secondes, on voit son monde être bouleversé, on découvre beaucoup de top 5, on ne comprend quasi aucune référence cinématographique, on imagine un chapeau bleu en velours avec une plume de paon, on rit beaucoup, on couine un peu, et on vit cette histoire, passionnément.
Ah… et… est-ce que j’ai mentionné qu’on souriait tout le temps?

 

I realise the angry-girl is waving a stamp in my face.
Then she pounds a black horseshoe onto my wrist. Adrian blows on his stamp like Mum she’s drying her nail polish. He end up with a crescent of ink on his top lip.
Somehow, this is not how I pictured my first bar experience.

 

Alors, certains trouveront peut-être qu’il ne se passe pas grand chose. D’autres, que ce genre de personnages n’existant pas vraiment. Et ils auront raison. Mais personnellement, rien ne m’a dérangé : j’ai adoré suivre sa vie sans drames qui se voit chamboulée par l’arrivée d’une fille, et j’ai adoré que tous les personnages soient différents des adolescents que l’on croise dans le bus et qui n’ont jamais ouvert un livre de leur vie.

If I lived to be seven hundred years old, and spent most of those seven hundred years searching for the elixir of coolness, i might possibly attain one-eighth of the coolness of Henry Carter. 

Cette histoire est certes simple, mais elle est parfaite de simplicité et j’ai aimé chaque seconde de cette lecture. 

Merci à B de me l’avoir recommandé. Je te dois mon premier coup de cœur. <3

Vous l’aurez compris, si vous lisez en anglais, jetez-vous sur ce livre.
Sinon, priez pour qu’une maison d’édition française lise ce billet et s’intéresse à ce livre !

 

4
mar

Challenge « Oh my, cette couverture », deuxième édition !

fabio2

Après le succès de la première édition du challenge « Oh my, cette couverture », je décide de le relancer.
Le but de ce challenge est donc, je le rappelle, de trouver LE livre à la couverture qui vous semble la plus mochela plus kitch ou soyons fou, une qui soit moche et kitch, de le lire, et d’en faire un billet.

 

Ce qu’il y a de bien dans ce challenge ?

– C’est que vous pouvez lire des romances super bien comme celles de Kleypas qui ont de belles couvertures aujourd’hui mais qui en avaient des hideuses à la base. (donc pas obligé de vous taper Le loup et la Colombe quoi.)(mais si vous voulez, vous pouvez).
– C’est qu’il ne faut lire qu’un livre (et un seul)(le plus moche donc) pour le réussir (je devrais donc être en mesure de le réussir)(et puis, je ne vais pas vous mentir, c’est un point qui facilitera le récap des billets aussi, pour la flemmarde  femme très occupée que je suis).
– Il y a des romans contemporains, de SF, du YA, des classiques qui ont des couvertures horribles, donc pas besoin d’aimer la romance pour participer.

 

 crimen    220643DansladcheauRoyaumeEnchant    
Oui, je suis comme ça moi, j’accepte même des couvertures étrangères dans mon challenge, pourvu qu’elles soient vilaines…
Et oui, vous ne rêvez pas, sur la deuxième couverture, on  a un aperçu de ce que rendrait la « marionnette  des Guignols de l’info » de PPDA en black. 

 

 

Pour rappel : vous avez pu voter pour la plus moche des couvertures sur les 22 participations de l’année passée, et voici les 3 couvertures qui ont reçu le plus de votes (cliquez sur le nom ou la couverture pour lire les billets): 

 

En 3ème position des votes, le livre lu par Laurie
Laurie

En seconde position, le livre que j’ai lu
young gentleman

 

Et la grande gagnante est Blackwatch Vw  
(tu peux d’ailleurs choisir le livre de ton choix sur Amazon ma chère):
confessions_hollenbach

 

Oui, il y a eu du lourd l’année passée, mais je suis sûre qu’on peut faire encore mieux cette année !!!

 

Pour ceux qui veulent s’inscrire, vous pouvez le faire en commentaire de ce billet.
C’est aussi ici que vous pourrez mettre en lien vos billets et que je ferai le récap du challenge.
Ne paniquez pas, vous n’aurez pas à chercher partout ce billet le jour où vous voudrez le retrouver : si vous cliquez sur le logo du challenge dans le menu à droite, vous tomberez directement sur ce billet ! Magique, I know. :-)

Aussi, je prête volontiers mon blog à ceux ou celles qui n’en ont pas et qui veulent participer. Je publierai leurs billets sur mon blog.
À noter d’ailleurs que je vous prête mon blog quand vous voulez si un livre vous marque (en bien ou en mal) et que vous voulez en parler : B, Julia, Salome, Gene, Alya, Bella, Lily, Laurie et toutes les autres…

Vous avez jusqu’au vendredi 13 Mars (ah ah !) pour vous inscrire et vous avez 6 mois pour réussir votre challenge, à savoir jusqu’au 13 Septembre !

Alors ? Qui en est ?