Les lectures de Cécile

27
oct

Souvent, m’éveillant le front en sueur, je m’apercevais que j’avais continué à jouer en dormant.

couv66525455.jpg

Je ressors encore une fois sous le charme de l’écriture de Stephan Zweig. Quelle plume ! Quel style ! Il a le don de nous embarquer dans ses histoires, de faire ressentir les émotions des personnages, de nous toucher.

 

Lors d’une traversée en bateau de NY à Buenos Aires le narrateur a l’occasion de jouer, avec d’autres personnes, contre le champion mondial d’échec, Mr Czentovic, un homme inculte, pédant et très sur de lui.

Assurément je connaissais par expérience le mystérieux attrait de ce « jeu royal », le seul entre tous les jeux inventés par les hommes, qui échappe souverainement à la tyrannie du hasard, le seul où l’on ne doive sa victoire qu’à son intelligence ou plutôt à une certaine forme d’intelligence.


Durant cette partie, une autre personne fait son entrée et va conseiller nos amateurs, les sauvant ainsi d’une défaite cuisante.
Tous se demande alors, notre champion du monde inclus, qui est ce nouveau venu, Monsieur B, qui assure n’avoir pas joué depuis 20 ans ?

On apprend très vite qu’il était prisonnier pendant l’occupation Nazi, et qu’au lieu d’être envoyé aux camps, il a été enfermé et isolé dans une pièce blanche avec pour seul ornement, un lit. Seul pendant des mois, sans personne à qui parler, sans rien à faire, ne pouvant s’empêcher de se remémorer les interrogatoires auxquels il est fréquemment soumis.

Le lien avec les échecs, je vous laisse le découvrir. Sachez juste que ce personnage complexe est très bien décrit, on suit son parcours et la naissance de la folie, inévitable. 

La joie que j’avais à jouer était devenue un désir violent, le désir une contrainte, une manie, une fureur frénétique qui envahissant mes jours et mes nuits. Je ne pensais plus qu’échecs, problèmes d’échecs, déplacement de pièces.
Souvent, m’éveillant le front en sueur, je m’apercevais que j’avais continué à jouer en dormant.

Pendant tout le livre la tension monte crescendo jusqu’à atteindre son paroxysme vers la fin, lors d’un face à face fascinant, qui m’a limite angoissée. La différence entre le Mr B qui compte son histoire et le Mr B qui joue face au champion est saisissante pour ne pas dire flippante. 

« Encore une partie ? demanda-t-il.
– Mais certainement ». répondit M. B…, avec un enthousiasme qui me fit une fâcheuse impression…

 

Ce récit m’a envoûtée depuis la première jusqu’à la dernière page tant il est intense, prenant et angoissant.
Je ne peux que le recommander.

Le joueur d’échecs – Stefan Zweig
Editions Le livre de poche – 95 pages

Classique final 3 4 (et on ne se moque pas !)
 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-souvent-m-eveillant-le-front-en-sueur-je-m-apercevais-que-j-avais-continue-a-jouer-en-dormant-111758675.html

16 commentaires sur “Souvent, m’éveillant le front en sueur, je m’apercevais que j’avais continué à jouer en dormant.

  1. Commentaire n°1 posté par HanaPouletta le 27 octobre 2012 à 12h31 a écrit :

    Je ne connais cet auteur que de nom, va falloir que je remédie à ça (^-^)

  2. Je me dis toujours que je dois lire un de ces livres mais je n’ai toujours pas sauté le pas, en tout cas beau billet.

  3. Zweig me tente de plus en plus… Je pense que le jour où je vais enfin découvrir sa plume, ça va faire des étincelles ! :)

  4. Zweig est sur ma liste d’auteurs à découvrir depuis des luuuuuuustres ! Mais je crois que je commencerai plutôt par « Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme » ou  » Lettre à une inconnue » quand je me déciderai enfin à m’y mettre !

  5. Ah Zweig… quelle plume comme tu dis !!!

  6. Je n’oserais pas moquer du 4. Je ne suis que respect.

    Ps: Vive Zweig!

  7. Commentaire n°7 posté par Syl. le 27 octobre 2012 à 17h35 a écrit :

    Noté Cécile ! Je n’ai lu qu’un livre (que tu m’a conseillé) et j’aimerais continuer…

  8. Haaaa !!!! C’est mon premier Zweig alors forcément, après j’étais accrochée à l’auteur !!

    contente que tu ais aimé !

  9. C’est l’effet Zweig, sans aucun doute ! Bienvenue parmi les fans
    Oui, il a cette faculté à transcrire les émotions qui est admirable.

  10. Commentaire n°10 posté par Julie le 28 octobre 2012 à 14h33 a écrit :

    J’ai découvert Zweig avec la confusion des sentiments depuis il fait partie de mon panthéon des auteurs.

  11. Tu parles très bien de ce livre que je viens de lire aussi (enfin il y a deux semaines déjà ! ^^). C’est vraiment une histoire intense que l’auteur arrive parfaitement à nous faire vivre en peu de pages. Sans être un coup de coeur cependant, c’est une bonne surprise.

  12. C’est le premier texte de Zweig que j’ai lu et je m’en rappelle encore très bien ! C’est dire si j’avais aimé !

  13. Je note ! :)

    Pas encore lu cet auteur mais j’ai « Voyage dans le passé » *si je me souviens bien du titre ^^ * dans ma bibli.
    Yapluska :D

  14. Je l’ai lu mais je ne m’en rappelle plus. Y a des fois, je me fais peur. Par contre, mon mari adore ce livre et cet auteur (et il se souvient pourquoi)

  15. J’en suis toujours à 1, comme tu peux t’en douter.

    Et toi, à quelle page en es-tu? :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets