Les lectures de Cécile

19
jan

La Maladroite d’Alexandre Seurat : un petit livre pour une grande claque

la-maladroite

Un petit livre pour une grande claque.
L’histoire d’une petite fille « maladroite » au point d’arriver régulièrement à l’école avec de nouvelles blessures sur le corps. 

Comment tu t’es fait ça ? Elle m’a regardée tout droit, comme elle faisait toujours, elle a souri, et elle a dit, Je suis tombée, et son regard disait, Maîtresse tu ne sauras jamais. Elle a ajouté, Je suis très maladroite, mais ce n’étaient déjà plus ses mots, c’était la ritournelle à servir en toute situation problématique.

L’histoire d’une famille qui nie, d’une petite fille qui cache la vérité, de ceux qui voient et ne font rien, de ceux qui font mais pas assez, ou trop tard, de ces autorités qui manquent de preuves et n’en cherchent pas davantage…
L’histoire d’une fille de 8 ans, maltraitée et malaimée.  

Les dessins de Diana étaient à son image, cabossés, déformés, bizarres, pathétiques, ils me prenaient au coeur. 
Une claque donc. Un coup de poing. Un livre qui secoue, qui nous fait nous interroger et qu’on lit avec une certaine distance car l’auteur donne la parole à divers interlocuteurs (tante, grand-mère, instituteurs, gendarmes, assistante sociale, médecins…) d’une manière assez froide, presque clinique. 
On tourne les pages tout en gardant une distance donc, ou tout du moins c’est l’impression qu’on a pendant une partie du livre…
Parce qu’au fur et à mesure de notre avancée, au fur et à mesure des témoignages, la tension monte, on commence à se sentir oppressé et à la fin on se rend compte en fermant le livre et en se le repassant en boucle que non, on n’a pas pas gardé tant de distance que ça finalement… 
Surtout quand on sait que ce récit est tiré d’une histoire vraie. 
Non. On est touché, on est secoué, on ne comprend pas comment ça a pu aller jusque là. 
Et on s’interroge : comment se fait-il que ce soit si dur de sauver un enfant maltraité ? 
 
Ils auraient dû voir, disent-ils, si eux ne voient pas, alors qui ? C’est tellement énorme. (…)
Au conseil général, nous travaillons dans un cadre précis qui nous est imposé, et nous accomplissons notre tâche en fonction des missions qui nous sont attribuées par la législation. Or le parquet n’avait pas donné suite, l’affaire avait été classée. Les décisions d’évaluations nous les prenons selon les éléments que nous avons, il y a un cadre à respecter. 

Un premier roman réussi qui ne laisse pas indifférent alors même – ou surtout car – il nous touche sans jamais nous livrer de détails physique de maltraitance. 

Un roman fort et à lire. 

Et si vous n’êtes pas convaincus, je vous invite à lire les avis de Noukette, LeiloonaStephie, CajouEmilie

 

18
jan

La passe-miroir tome 1 : les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

passe miroir

Ouvrir ce livre c’est se déconnecter de la réalité et plonger dans un univers unique, fantastique, magique, composé d’illusions, de complots, de descriptions foisonnantes, de paysages enivrants, d’évasion, de magie, de personnages singuliers…

Ouvrir ce livre, c’est plonger d’emblée dans un monde particulier composé d’Arches – sorte de pays aux particularités multiples – et rencontrer Ophélie, de l’Arche d’Anima dont les habitants ont le pouvoir d’interagir avec les objets.
Ophélie qui sous son apparence un peu quelconque, ses grosses lunettes et sa maladresse cache beaucoup de force, de caractère, de volonté et un don particulier : celui de lire le passé des objets et traverser les miroirs…

Ouvrir ce livre, c’est entrer par un miroir dans les archives de l’Arche d’Anima, rencontrer un grand oncle qu’on apprécie sur le champ, découvrir Ophélie et son écharpe qui bouge, apprendre de sa bouche qu’elle a été promise à un homme de l’Arche du Pôle et qu’elle va devoir y habiter.
C’est voir les yeux du grand oncle s’écarquiller de surprise, et de peur peut-être, et comprendre que le Pôle est aux antipodes de la douceur et la tranquillité d’Anima, comprendre que c’est une Arche glaciale et austère.

Oublie ce que je t’ai dit la dernière fois. Je te prédis que la volonté de ton mari se brisera sur la tienne.

 

Continuer de lire ce livre, c’est rencontrer des personnages singuliers, originaux, forts, intéressants, avec leurs qualités et défauts. 
Si certains sont détestables, la majorité ne sont ni noirs, ni blancs, même les personnages principaux, et c’est ce qui les rend encore plus vrais, encore plus justes, encore plus réels et attachants. 

Avancer dans ce livre, c’est donc apprendre à connaitre Ophélie, réservée, maladroite, curieuse, intelligente, volontaire, déterminée. C’est s’attacher à elle et admirer sa force, sa volonté d’avancer, de tout positiver. 
C’est rencontrer Thorn, taciturne, renfermé, froid, limite rustre qui se révèle peu à peu et qui a su tellement me toucher avec si peu de mots, si peu de gestes.
Et c’est aimer, se méfier, détester, et ne pas savoir quoi penser de tous les autres. Tous ces autres que l’on croise, que l’on craint, que l’on aime, qui nous étonne et dont on se méfie.
La tante Berenilde à la beauté froide, qui éveille tant de sentiments contradictoires chez nous et chez l’héroïne, tantôt affectueuse, tantôt sévère, un peu égoïste…
Archibald le séducteur qui nous fait rire, qui ne ment jamais mais qui aime manipuler…
La tante Roseline qui râle tout le temps, nous agace parfois et qui finit par gagner notre respect…
Sans oublier Renard, Gaelle, Mère Hildegarde, Freyja, le Chevalier… Tous ceux qui ont tant d’importance même sans avoir la vedette. 

– Je vous avoue que je suis un peu déçu. Il aurait été follement amusant d’avoir la promise de Thorn sous la main. 
– et pourquoi cela ? Demanda-t-elle avec un sourcillement. 
– mais pour la déflorer, bien entendu. 

 

Lire ce livre c’est être obsédé par sa lecture même quand on doit la mettre de côté, c’est s’ajouter au groupe officiel du livre sur FB, c’est chercher frénétiquement les prochaines dates de sortie, c’est voir des dessins de fan, c’est aller de surprises en surprises, c’est comprendre qu’on tient un petit bijou de singularité et découvrir une intrigue bien plus riche que ce que l’on imaginait, une intrigue où se mêlent complots politiques, mystères, mensonges, amitié et amour … 

Lire ce livre c’est être surpris et se poser des questions très souvent… Pourquoi Ophélie a-t-elle été choisie pour épouser Thorn ? qu’est ce qui se cache derrière ce mariage ? En qui avoir confiance ? Pourquoi ne peut-elle pas dire qui elle est ? Ni dévoiler son pouvoir ? 

Lire ce livre, c’est voyager, se promener dans Citacielle, rencontrer des géants, apprendre à reconnaitre le vrai du faux, vivre dans des illusions.
C’est être une animiste, un valet, une jeune fille maladroite.
C’est sourire souvent, frissonner de temps en temps, se méfier, avoir peur, avoir le coeur brisé, être étonnée, surprise et c’est même un peu couiner et avoir des petits papillons dans le coeur…

Et puis, ajouta-t-il tout bas, en se prenant d’un intérêt soudain pour ses souliers, je crois que je suis en train de m’habituer à vous.

 

Finir ce livre, c’est avoir l’impression de quitter des amis, c’est être orpheline, être frustrée, vouloir continuer, voir qu’il y a encore deux tomes à paraitre et hésiter…

Finir ce livre, enfin, c’est être admirative du talent de l’auteur d’avoir su créer un monde si riche, si foisonnant, si original tout en arrivant à si bien tout décrire et imager qu’on a l’impression d’y être et qu’on n’a jamais de problème à se représenter ce qu’on lit. 

Son regard lui ne redeviendrait jamais comme avant. Â force de voir des illusions, il avait perdu les siennes et c’était très bien comme ça. Quand les illusions disparaissaient, seule demeure la vérité. Ces yeux-là se tourneraient moins vers l’intégrité et davantage sur le monde. Ils avaient encore beaucoup à voir, beaucoup à apprendre.

En somme, ce livre c’est un premier tome parfaitement maitrisé et réussi, une écriture fluide, une imagination débordante, des personnages riches, des rebondissements, de l’imagination…. Bref, un coup de coeur.

Et pour finir je vous invite à lire l’avis de Bladelor qui m’a donné envie, avec Genevieve, de m’y pencher :)
Ainsi que celui de Sandy qui l’a lu (dévoré) en même temps que moi, de Gilwen et de Roanne :D

6
jan

Moi après mois : décembre 2015

december

 

Le premier tour des régionales, et le FN bien présent :(((( la claque/ les gens confondent tout… /  le retour au boulot / la soirée à passer la serpillère entre vomis de Liam et de Solal/ weekend à Strasbourg annulé / première coupe de cheveux de Liam (pas content), avec Solal qui fait le malin à côté /
image2       

celle qui globalement se gérait mieux (ou pas finalement) / j’avais une soif de loup (Solal) / un week-end à Zurich chez les amis, balade, dodo sur lit gonflable, marché de noël, repas végétarien express le dimanche /
  image9  image10

spectacle de marionnette avec tatania et Solal / le roi tout nu… et le voisin tout nu en rentrant aussi / Elf yourself avec les potesses et avec J, P & A / la cartes postale de secret santa à envoyer pour le 24 décembre qui se solde par un gage et un selfie / avec Dany Boon /  une période MM : Ty et zane 7,8,9 et deux autres livres / Finir Ty & Zane et être triste de les quitter / soirée casino avec de la chance / Finir 2016 sur un livre coup de poing : La Maladroite /  Solal qui prend des cours de ski avec Floriane / alors que tout est vert à côté /  
       image5

être forcée par sa belle famille de marcher… monter le Calvaire, puis le Jaillet et finalement demander une balade tranquille pour le 3ème jour / et finir par monter le mont d’Artois  avec quelques passages glissants / voir une hermine qui a déjà changé de couleur mais qui du coup se repère très bien dans le paysage sans neige / s’inquiéter pour le monsieur derrière /
  image17    
image4  image3

Solal qui descend les pistes et tourne et V qui pleure / une maman fière de son fils / Correspondance avec une auteur australienne et conseils de français / la carte faire main pour ma binomette / nouvel an chez les E, fondue chinoise, un Pagnol dédicacé, des anecdotes, une robe qui a du succès, un mari bourré 

image1                 

             

Bye Bye 2015 et fuck you !


Welcome 2016, be kind, healthy and happy ! 

 

Rdv instauré par Moka.