Les lectures de Cécile

24
déc

Mini-Chro’s (pas si mini) #11 : du bon … et du un peu moins bon

Lawofmoses
The law of Moses
 est une histoire très belle et très originale.
On suit Georgia  et son amour pour les chevaux ainsi que Moses, né d’une mère accroc au crack, qui a été abandonné dans un panier à sa naissance, qui vit chez sa grand mère et qui peint de manière somptueuse dans des endroits souvent inattendus. 

Ces deux personnages sont très différents l’un de l’autre, Georgia est pleine de vie, enthousiasme, têtue, drôle, simple et très directe et Moses est plus sombre, plus refermé sur lui-même mais plus touchant également, de par son histoire, son passé et son talent. 

Comme pour Making Faces et Infinity +1, Amy Harmon a une fois de plus su me charmer avec son écriture si belle,  juste, poétique et touchante, et qui allie là encore, avec brio, émotions, originalité et pointes d’humour. 
Si certains, d’après ce que j’ai pu lire sur Goodreads, ont été dérangé par l’aspect inattendu et particulier du livre, cela n’a pas du tout été mon cas et j’ai trouvé au contraire que c’était très bien amené et exploité. 

I’m a very ordinary girl, Moses. I know that I am. And I always will be. I can’t paint. I don’t know who Vermeer is, or Manet for that matter. But if you think ordinary can be beautiful, that gives me hope. And maybe sometime you’ll think about me when you need an escape from the hurt in your head.”

Malgré tout, certains points ont empêché le coup de coeur.  
Je ne peux pas trop en dire sans spoiler, mais disons que le moment le plus triste du livre m’a semblé trop gros et je pense que l’auteur aurait pu choisir une autre façon d’arriver à la même conclusion : cela nous aurait touché de la même manière, voire plus en ce qui me concerne.
L’autre point est quelque chose que je reproche souvent aux les livres américains, à savoir que les auteurs connus n’utilisent pas leur notoriété pour faire passer des messages fondamentaux.
C’est d’autant plus dérangeant ici vu que les lecteurs ciblés sont en partie adolescents. 

Enfin, si j’ai été touché par Moses et par son histoire, je dois dire qu’il ne m’a pas convaincue au niveau de ses sentiments et de ses actions vis-à-vis de Georgia. Je n’ai jamais vraiment cru à l’intensité de ses sentiments, à contrario de ceux de Georgia, et du coup, je n’ai pas vraiment couiné non plus… 

Je ne peux pas en dire plus sans spoiler mais globalement c’est une très belle histoire, très bien écrite et vraiment originale mais qui m’a bien moins touchée que d’autres livres de cet auteur. 
Mention spéciale pour les five greats. :)

Georgia’s eyes. Georgia’s hair. Georgia’s smile. Georgia’s personality. Georgia’s kisses.

Néanmoins, Amy Harmon reste une de mes auteurs favorites, elle a une plume splendide qu’il faut absolument découvrir et que je ne peux que conseiller ! (Pour les lecteurs qui ne lisent pas en anglais, Nos faces cachées sort fin Janvier : à ne pas rater !!!)

Et pour conclure, je vous livre mes « Six Greats » (car je suis une rebelle, ne l’oubliez pas): Le coca, whatsapp et les LC, mes fils, les livres, la santé et le fromage sous toutes ses formes  (pas forcément dans cet ordre là :-)) ! 

Les avis très enthousiastes de Mylène, Siham et de Karen, et ceux, positifs mais plus mitigés de KarineFleur, Emilie, Simi et Sab. 

The law of Moses – Amy Harmon
Kindle Edition –  298 pages

**************

khigginsSi vous suivez un peu mon blog, vous savez que j’ai lu beaucoup de livres de cette auteur que je trouve finalement assez inégale. 
Elle arrive autant à me faire rire, couiner et passer un super bon moment qu’elle peut m’ennuyer avec des intrigues ou des couples qui mettent trop de temps à se mettre en place. Et si j’apprécie toujours l’humour que l’on trouve dans ses livres, parfois cela ne suffit pas à passer outre l’ennui.
C’est donc sans savoir à quoi m’attendre, mais sans grandes attentes, que j’ai commencé son dernier livre, le 4ème de la série Blue Heron dont j’ai beaucoup aimé le premier tome, beaucoup moins le second et zappé le troisième. 
Verdict ? Ce livre me réconcilie avec cette auteure et j’en suis très heureuse !

Ce tome sur Em et Jake est vraiment bon, l’histoire est originale alors même que l’on trouve tout ce qui est propre à l’auteur  et dont on ne se lasse pas: la petite ville où tout le monde se connaît, la fille qui cherche son prince charmant et est prête à rencontrer des hommes via internet ou recommandation, la famille très présente, voire étouffante, l’humour, le chien comme seule compagnie etc… 
Autant d’éléments qui sont donc la signature de Kristan Higgins et que j’apprécie beaucoup même si, comme je le disais plus haut, cela ne suffit pas toujours.
Mais ici, donc, tout fonctionne, ou presque. L’histoire est sympa : notre héroine qui est invitée au mariage de son ex fiancé, Jack qui l’accompagne en faisant croire qu’ils sont ensemble et lui, encore, traumatisé par un évènement dont il est le héros malgré lui… 
C’est également avec plaisir que l’on retrouve les trois soeurs atypiques et au final, on ne s’ennuie pas, l’histoire est originale et c’est un plaisir de retrouver cet humour auquel j’adhère complètement et qui m’a fait rire de nombreuses fois.

Mon seul bémol se situe au niveau de la romance qui n’a pas totalement convaincu la midinette en moi. 
J’ai trouvé que leur histoire ne donnait pas assez de papillons dans le ventre, ou le sourire niais aux lèvres. Ceci étant dit, cela n’ôte rien au fait que l’on passe un très bon moment, sans prise de tête, léger et drôle.

In your dreams (Blue Heron 4) de Kristan Higgins
Editions Harlequin – Lu en ebook – 480 pages 

**************

 

calder
Acadia est une secte qui vit à l’écart de la société et des ses avancées technologiques.

Le leader de ce culte, Hector, que tout le monde appelle « Père » ramène un jour Eden, âgée de 8 ans. 
Elle est l’élue, celle qui a été choisie, la fille de la prophétie.
Prophétie que toute la communauté attend et craint en même temps et qui devrait avoir lieu l’année des 18 ans d’Eden. 
Calder est un garçon qui vit dans cette communauté mais qui appartient à une classe inférieure à celle d’Eden. Il doit travailler, n’a pas d’électricité ni d’eau courante et vit avec sa sœur et ses parents dans une pièce.
Eden et Calder ne sont pas censés se parler et encore moins tomber amoureux.

 

My mom waved her hand around our small cabin. « This may not look like much, but there is peace here. There is order here. There is faith, and there is purpose. We’re all very lucky. Blessed. I know sometimes the simplicity of life here seems difficult. But there is peace in simplicity. The big society is filled with chaos, uncertainty, and hurt. Believe me, I know.
 

Si j’ai beaucoup aimé l’histoire de fond, que j’ai trouvé très originale (les conditions de vie dans une secte), je n’ai malheureusement pas été plus convaincue que ça par la romance que j’ai trouvé très rapide.
Malgré un très beau style, une très belle écriture et de très belles déclarations, je ne me suis jamais attachée aux deux protagonistes et je n’ai jamais été convaincue par leur histoire et leur amour qui ne m’auront finalement apporté que très peu d’émotions.
Cependant, comme je le disais plus haut, j’ai vraiment aimé l’histoire de fond, les conditions de vie de la secte, la différence entre les travailleurs et les autres, la folie du gourou, les remises en question de Calder et de son meilleur ami vis à vis de leur communauté et de ses conditions de vie, ainsi que le rôle d’Eden qui vit dans une cage dorée en attendant ses 18 ans et la réalisation de la prophétie. 
C’est vraiment pour cet aspect là et pour savoir où l’auteur nous amenait que j’ai continué ce livre davantage que pour les personnages ou leur histoire même si j’étais curieuse de savoir comment ces amants interdits allaient pouvoir échapper à Hector, à la communauté et à la prophétie.

« The gods created this place for us, » I whispered, smiling dreamily.
Calder paused, brushing his lips once more across my throat before responding. « Yes. » I felt him smile against my skin. « Why do you think they did that? »
« So we’d have a place to fall in love. »

La fin est très prenante, tout s’enchaine très rapidement, et même si l’on a pas adhéré à 100% à ce premier tome, on se voit obligé d’enchainer avec le suivant qui…

 

 

eden
Reprend là où le précédent nous a laissé. 
Pas de spoiler sur le précédent tome ni sur celui-là :

Sans trop en dire pour ne pas spoiler, nous retrouvons nos héros dans un contexte très différent du livre précédent et je dois avouer qu’ils m’ont beaucoup touchée au début de ce tome.

Je me suis davantage attachée à eux et j’ai plus ressenti d’émotions dans le premier quart de ce second tome que dans le premier dans son ensemble.
Le moment qu’on attend avec impatience dès les premières pages (je ne peux pas en dire plus pour ne pas spoiler) est magnifique et j’en ai eu les larmes aux yeux.
Malheureusement, après ce moment, l’histoire perd un peu de son rythme et on commence à s’ennuyer.
Aussi, la révélation sur le passé de Calder est vraiment « too much », tellement dramatique qu’elle en perd en crédibilité et je pense que l’auteur aurait pu (et du) s’en passer.

Dans l’ensemble je retiens de ces deux livres une histoire originale et très bien écrite mais qui aurait peut-être gagnée à être écrite en un seul tome.

Becoming Calder de Mia Sheridan – 338 pages (l’avis de Evenusia et celui de Francesca)
Finding Eden  de Mia Sheridan- 278 pages  (l’avis de Evenusia et celui de Francesca)

5 commentaires sur “Mini-Chro’s (pas si mini) #11 : du bon … et du un peu moins bon

  1. Je suis curieuse de lire les Mia Sheridan, faut juste trouver du temps ce qui n’est vraiment pas facile :P
    Bisous et bonnes fêtes de fin d’année <3

  2. J’ai adoré notre LC, en tout cas… malgré les bip bip en pleine nuit (ben oui, avec un new téléphone, on ne découvre pas tout de suite comment les enlever!!!)! Et on est d’accord en général sur le HArmon!

  3. Ils sont tous notés !
    Comme d’hab j’ai plus ou moins de retard dans la lecture… huhu

    • Il me semble que la série Blue Heron n’est pas encore en VF ! Le style Higgins en VO est simple à comprendre ?

      • Non il est pas toujours simple à comprendre….
        Ca dépend des livres… Je pense que ce n’est pas une priorité, tu as d’autres livres mieux à lire que les Higgins qui vont finir par sortir en VF !

  4. Pingback : The law of Moses – Amy Harmon | Emi-lit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets