Les lectures de Cécile

6
juin

L’histoire de l’amour – Nicole Krauss

l-histoire-de-l-amour.jpg


Il est de ces livres dont vous savez, dès les premières pages, qu’ils vont vous transporter.
L’histoire de l’amour en fait partie.
 

Dans ce livre, des êtres sont morts, d’autres ont fui l’holocauste, certains ont commis des erreurs qu’ils ne pourront jamais oublier, et d’autres sont en quête de vérités… Et il y ceux, aussi, qui ne peuvent oublier l’être aimé, et perdu.

Si l’amour est omniprésent –l’amour passé, présent, perdu, imaginé, futur- ne vous fiez pas au titre mielleux du livre, on ne tombe jamais, ni dans le patos, ni dans la niaiserie.  


Dès les premières pages, le ton nous emporte. J’ai versé une larme avant même que le premier chapitre ne soit terminé. 
J’ai beaucoup souri aussi et je me suis posée beaucoup de questions. Je ne savais pas où l’auteur voulait m’emmener et je n’ai d’ailleurs même pas cherché à connaître la fin.
Bizarrement, ici, j’ai voulu savourer jusqu’au bout.
 

Trois histoires, trois récits, trois vies : 

Celle de Léo Gursky, vieil homme qui a fui la Pologne pendant la seconde guerre mondiale, pour l’Amérique. Aujourd’hui âgé, il se met à écrire et nous parle de sa vie, et de ce fils, Isaac, qu’il n’a jamais connu.
« et puis j’ai pensé : Peut-être est-ce cela que ça signifie, être père : apprendre à votre enfant à vivre sans vous. Si c’est cela, personne n’a été un meilleur père que moi ».
 

Celle d’Alma, adolescente de 15 ans qui cherche un moyen de surmonter la mort de son père. Son prénom, elle le doit à  l’héroïne d’un livre : l’histoire de l’amour.
Et si ce livre l’aidait à surmonter ce deuil ?
« il aimait cuisiner, rire et chanter, savait allumer un feu avec ses mains, réparer ce qui était cassé et expliqué comment envoyer des choses dans l’espace, mais il est mort en neuf mois ».
 

Enfin, 3ème voix, celle d’un auteur qui vit au Chili.
« elle se retourna. « je voulais que tu m’aimes », chuchota t-il. Rosa le regarda. Il lui semblait ressembler, à cet instant, à l’enfant qu’ils n’avaient jamais eu. « Et je t’ai aimé », dit-elle, en redressant un abat-jour. »

Ces histoires ont un point commun. Un livre. « l’histoire de l’amour ».

Entre ces différentes voix, entre la Pologne et les USA, en passant par le Chili et Israël, entre les différents souvenirs et espoirs, on s’interroge et on cherche le fil conducteur, celui qui nous permettra de faire le lien entre tout ça… 

Et si l’histoire risque de me hanter encore un peu, sachez que ce n’est pas parce que le livre est triste, car finalement il ne l’est pas, c’est seulement qu’un beau livre laisse des traces.
 

Un dernier extrait…
« quelqu’un qui connaissait quelqu’un m’a dit qu’on l’avait vu pour la dernière fois dans un train. J’ai perdu Sari et Hanna – attaquées par les chiens. J’ai perdu Herschel dans la pluie. J’ai perdu Joseph dans une faille du temps. J’ai perdu le bruit des rires. J’ai perdu une paire de chaussures, je les avais enlevées pour dormir et quand je me suis réveillé elles avaient disparu, j’ai marché pieds nus pendant des jours avant de m’effondrer et de voler celles de quelqu’un d’autre. J’ai perdu la seule femme que j’aie jamais aimé. J’ai perdu des années. J’ai perdu des livres. J’ai perdu la maison où je suis né. (…). Qui pourrait donc dire que, quelque part en chemin, sans que je le sache, je n’ai pas également perdu la tête ? »

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-l-histoire-de-l-amour-nicole-krauss-75809637.html

17 commentaires sur “L’histoire de l’amour – Nicole Krauss

  1. Je ne lirais jamais ce bouquin mais ton billet est très sympa et ce livre semble effectivement laisser des traces que l’on retrouve ici…

  2. Commentaire n°2 posté par Clarabel le 6 juin 2011 à 09h22 a écrit :

    exactement ! c’est un « beau » livre ! ;)

  3. C’est bien vrai ça, « qu’un beau livre laisse des traces ».

  4. HAAA !!! le voilà ce fameux roman !! C’est noté bien sur !

  5. Tes extraits ont de si belles phrases ! Le dernier est percutant.
    Oui, alors peut-être que je le lirai même si cela se réfère à une époque que je déteste lire.

    • Cess le 6 juin 2011 à 18h31 a écrit :

      Syl, on ne parle jamais de l’holocauste… 

      Tout se passe dans le présent. Seuls quelques souvenirs sont évoqués, et ils ne sont pas tristes… 
      Vraiment ce livre ne traite en rien de la seconde guerre mondiale…
      Tu vas aimer…  

  6. Pfiou !!!
    J’ai vraiment très envie de le lire !!
    Il est noté !!! :)

    Très beau billet !! ;)

  7. Je le note mais… mes grands-parents paternels ont choisi de ne pas retourner en Pologne après la guerre (ils avaient passé trois ans dans un camp de travail en Allemagne, où ils se sont mariés), et se sont installés en France.

  8. Oui mais pas le même type de traces ! ;-)

  9. Je ne pensais pas du tout que ce roman, c’était ce que tu en disais!

    Mais est-ce vrai de vrai, tu n’as pas lu la fin??????

    • Cess le 8 juin 2011 à 19h06 a écrit :

      Je ne comprends pas bien le sens de ta première phrase…

      Et si, j’ai un peu feuilleté mais sans chercher à trouver des réponses pour une fois ! 

  10. Je l’ai dans ma PAL depuis bien trop longtemps, j’avais été un peu découragée par quelques avis négatifs mais j’entends bien le lire un jour ;o)

  11. Très, très tentant ce billet ! Comment passer à côté d’un roman qui fait couler des larmes avant la fin du 1er chapitre ? Allez, je note !

  12. Voilà qui a l’air plus « sérieux » que certaines autres lectures et en même temps très attirant. Je le note :)

  13. C’est vrai que je ne suis pas claire…. ce que je veux dire, c’est qu’avant de lire ton billet, je croyais que ce roman, c’était tout autre chose, moins sérieux, plus léger, bref, beaucoup de choses, mais pas ça! :)

  14. Pas étonnant qu’après avoir ton commentaire j’ai envie de l’inscrire dans mes prochaines lectures, mais tu m’as vraiment donné envie de le lire. Alors merci

  15. Je n’avais jamais entendu parler de ce livre mais là façon tu le présente me donne très envie de découvrir cette histoire !
    Je le chercherais lors d’un prochain passage en biblio :)

  16. Bonjour, j’avais écrit tout le bien que je pensais de ce roman le 12/12/07 http://dasola.canalblog.com/archives/2007/12/12/7103135.html. Pour un premier roman, il est remarquable. Il faudrait que je lise « La grande maison », son roman suivant. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets