Les lectures de Cécile

2
juin

Les Suprêmes de Edward Kelsey Moore, premier livre-doudou de l’année

supremes

Si vous cherchez un livre-doudou, alors ce livre, avec ses personnages hauts en couleur et très attachants, ses passages drôles, loufoques et touchants, est fait pour vous !

Ma mère souscrivait à cette idée, même si elle inclinait à pensais que je me transformerais peut-être en héroïne. Cependant, il faut se souvenir que ma mère – une femme adulte – avait trouvé sensé de grimper dans un arbre au beau milieu de son dixième mois de grossesse. Ses facultés de discernement méritaient donc d’être considérées avec un certain scepticisme. 

J’ai lu une review sur Goodread qui commençait comme ça : « En refermant ce livre, je n’avais qu’une envie, aller à Plainview en Indiana, m’asseoir à une table chez Earl’s Café et échanger les derniers potins avec Odette, Clarice et Barbara Jean ».
C’est exactement ce que j’ai ressenti en terminant moi-même ce livre, le sourire au lèvre et ce sentiment d’avoir lu une histoire qui arrive à vous toucher et à vous immerger, tout en vous donnant un sentiment de légèreté et de bien être.

Nous suivons depuis leur adolescence et sur une trentaine d’années, l’amitié et les parcours de trois femmes noires surnommées « les Suprêmes ».
Trois femmes, trois caractères différents, une amitié à toute épreuve et des points de vue qui alternent tout au long du récit.

Entre Suprêmes, nous nous traitions avec beaucoup de délicatesse. Nous fermions les yeux sur les défauts des autres et faisions preuve de prévenance, même quand cela n’était pas mérité. 

Il y a Odette, le ciment du groupe, ma préférée, la gourmande et l’intrépide qui est née dans un sycomore, qui dit toujours ce qu’elle pense (et pas forcément avec tact), qui fait passer les autres avant elle et qui a le cœur sur la main.

Je n’ai pas peur. Tu te rappelles ? Je suis née dans un sycomore. 

Clarice, ensuite, la talentueuse qui a toujours fait ce qu’il fallait, ce qui était bien, au risque de faire passer son épanouissement personnel au second plan. Clarice la sarcastique, qui pense tout bas et ne dit pas assez tout haut.

Tous les conservatoires du pays lui proposèrent des bourses pour venir étudier chez eux gratuitement, mais elle choisit de rester à Plainview à cause de Richemond. En guide de remerciement, il lui brisa le coeur. 

Et il y a Barbara Jean, ses petites tasses remplies de vodka et ses habits excentriques,  la plus belle et la plus malheureuse du groupe, celle qui a souffert plus qu’il n’en faut, celle qui m’a beaucoup touchée alors que c’est paradoxalement celle du trio dont je me suis sentie la moins proche.

Barbara Jean protesta, mais juste assez pour montrer qu’elle était polie. Puis elle acquiesça. Ainsi ce soir-là, grâce à Big Earl, Miss Thelma et Odette, elle eut pour la première fois de sa vie l’impression d’avoir une famille.  Et Clarice découvrit que sa copine pouvait faire des miracles. 

 

Mais il y a également Big Earl et sa générosité, Chick et son petit cul de blanc, Minnie et ses prédictions bidons, Dora et sa plantation de beuh (mon personnage secondaire préféré !), Mme Roosevelt qui suit Odette d’un peu trop près, James qui parle peu mais bien, la cousine Veronica à claquer, Richemond au grand coeur et à l’attitude de con…

Autant de personnages que de personnalités qui ponctuent notre lecture de tendresse, de sourires, d’éclats de rire et de larmes.

Des émotions que j’ai adoré ressentir avec les Suprêmes, tout comme j’ai aimé  le style, l’humour, le côté complètement loufoque de certaines scènes et personnages, le parfait équilibre entre rire, tristesse et espoir, l’amitié de ces femmes, leurs histoires, et l’amour qui les unie.

– Tu sais ce qu’il te faut ? De l’herbe.
– Quoi ? fis-je 
– De l’herbe folle, du cannabis, de la marijuana, de la marie-jeanne, de la ganja, de la weed, de la beuh, de la skunk, de la douce, du gazon….
– Arrête ton char. Je sais de quoi tu parles.
– Appelle ça comme tu veux mais ça te ferait le plus grand bien, insista maman.  

J’ai aimé également que les sujets difficiles soient abordés seulement en surface sans rentrer trop en profondeur car ils m’ont finalement touchée sans pour autant me rendre profondément triste ou déprimée.

J’avais du chagrin pour James, dont j’allais peut-être briser le coeur – pour mon beau mari balafré qui continuait de me serrer contre lui même si ses jambes devaient depuis belle lurette s’être engourdies sous mon poids. 

Alors, ce n’est pas un coup de cœur car je pouvais quand même, sans problème, reposer le livre même si je ne me suis jamais ennuyée et que j’avais toujours beaucoup de plaisir à retrouver les Suprêmes et leur entourage.
Mon seul bémol arrive d’ailleurs à la toute fin quand on s’attend à un évènement qui ne vient pas mais ce n’est pas ce que je retiendrai de l’ensemble.

Ce que je retiendrai, c’est que j’ai ri, que j’ai été touchée, que j’ai même versé une larme, que je me suis attachée à ces 3 femmes et surtout que c’est un roman plein de vie.

Comme je le disais au début de mon billet Les suprêmes est un roman doudou que je recommande donc chaudement ;)
Chapeau à l’auteur masculin qui a su retranscrire très justement beaucoup d’émotions typiquement féminines.

– Elle s’appelle Cherokee.
– Comme les Indiens ?
– Non, comme la Jeep.

Une lecture lue dans le cadre du Whatsapp Book Club et très appréciée de toutes – surtout de Julia qui a eu un coup de cœur – mais qui manquait tout de même de profondeur pour Bérengère dont l’avis final était vraiment mitigé.
Je vous invite à lire les billets de Caro l’ingrate (L.O.L), de Cajou et de Mlle Pointillés qui a finalement fini et chroniqué un livre en 2014 (you rock my binomette) ;-) 

Les Suprêmes – Edward Kelsey Moore
Editions Actes sud – 316 pages.  

11 commentaires sur “Les Suprêmes de Edward Kelsey Moore, premier livre-doudou de l’année

  1. Cajou le 2 juin 2014 à 09h27 a écrit :

    Quel plaisir de relire toutes ces citations, ça m’a de nouveau mis le sourire aux lèvres ! Et comme tu le dis, ça donne vraiment envie d’aller s’asseoir à leur table, d’écouter d’un coin de l’oreille les prédictions de Minnie, de voir se pointer les greluches qui préparent leur mariage, de surveiller du coin de l’oeil le petit cul sexy qui marche entre les tables et surtout de bitcher un peu avec les Suprêmes :D
    Des bisous ^^

  2. Tout à fait le genre de roman qu’il me faudrait en ce moment en fait… Un roman qui fait du bien, pourquoi s’en priver ?

  3. Julia le 2 juin 2014 à 12h13 a écrit :

    Sympa de relire toutes ces citations !
    Clairement, j’ai adoré ce livre qui est un gros coup de coeur pour moi. Il est doux, vivant, triste, gai, bien écrit. J’aime les perso, le style, TOUT (sauf la fin, mais je pardonne à l’auteur).

  4. Offert à ma maman pour la Fête des mères. J’espère qu’il lui plaira.

  5. Yes I rock baby. :) :) :)
    Trop chouette ton billet!! Je n’oublierai pas cette ambiance de sitôt je crois bien!! Et ses personnages… J’aime tellement Dora et Odette, elles m’ont fait hurler de rire!!
    Lol le « Non, comme la Jeep » ^^^^
    Bref, une vraie lecture doudou pour laquelle ton billet ne me rappelle que des bons souvenirs…♥
    (par contre, je dirais que la cousine s’appelle Veronica plutôt ^^)

    • Cess le 2 juin 2014 à 18h03 a écrit :

      Dora et Odette ensemble : du bonheur. La scène avec la beuh m’a faite mourir de rire… :)
      Je dis Victoria si je veux d’abord, moi, madame :-)
      On verra si tu t’en souviendras dans 3 semaines du nom de la cousine, namého ;)))) (j’ai changé ! Thanks)

  6. Lily le 2 juin 2014 à 18h07 a écrit :

    Comme je le disais sur le billet comeback de Mlle P, c’est une de mes prochaines lectures :)
    * enfin quand j’aurai terminé tous les livres commencés ^^ *
    En tout cas ton billet donne envie ! :)

  7. Roman-doudou indeed :-)

    Merci Cajou ! (gnark gnark gnark :-P )

    • Cess le 2 juin 2014 à 20h40 a écrit :

      Quand je pense que c’est moi qui l’ai proposé à Cajou puis que c’est moi qui lui ait dit « on devrait le proposer au whatsapp book club »…
      Mais bon, c’est pas grave, next time je garde pour moi mes envies et je partage pas… :)

  8. Bérengère le 2 juin 2014 à 22h26 a écrit :

    Quel beau billet! Mieux que le livre même! ;-))
    Pas emballée plus que ça mais ça reste un livre sympa. C’est juste trop en surface pour moi et trop « joué ». Et la fin n’est pas à la hauteur du reste. Mais quand même un très bon moment de lecture avec le whatsapp club!

    • Cess le 2 juin 2014 à 22h30 a écrit :

      Mieux que le livre :) La fille qui exagère pas.du.tout. :-)
      Bon moment, bon moment, tu as mis moins que l’autre histoire avec la fille schizo. Je ne m’en remets pas :)))

  9. Je note, tu m’as pleinement convaincue.

  10. Je n’avais pas lu la review sur Goodreads (ni ton billet avant) et c’est tout à fait ça ! Après avoir fini le livre, on n’a qu’une envie se précipiter chez Earl et faire connaissance avec nos 3 Suprêmes. En tout cas, pour moi, ça a été un super coup de coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets