Les lectures de Cécile

29
juil

La vie commence à 20h10 – Thomas Raphael

couv44749199

C’est suite à l’avis de Bladelor que j’ai noté « la vie commence à 20h10 ». Puis, il y a peu,  Lucie en parlait avec enthousiasme sur facebook.
Il ne m’en a pas fallu plus pour l’ouvrir.

De ce que j’en sais, tout le monde a adoré ce livre, du moins d’après les quelques avis (Noukette, Lucie, Bladelor, l’Irrégulière, Clara) que j’ai pu lire dessus.
J’ai certes également passé un très bon moment – preuve en est que j’ai littéralement dévoré ce livre de 507 pages en moins de 48h  – mais j’ai  pour ma part quelques réserves que les autres semblent ne pas avoir eues.

 

Sophie, 30 ans, vit à Bordeaux avec Marc. D’un côté elle essaye de finir d’écrire sa thèse et de l’autre elle espère faire publier son roman. Jusqu’à maintenant, elle n’a essuyé que des refus de la part des maisons d’édition.
Je vous passe les détails, mais toujours est-il qu’elle se retrouve un peu par hasard avec une offre d’emploi de la part de Joyce Verneuil,  productrice de « La vie, la vraie » un feuilleton TV diffusé tous les soirs à 20h10 et suivi par des millions de personnes.
Sauf que Sophie et Marc ne font justement pas partis de ces personnes là. Au contraire. Pour eux, « la vie la vraie » ce sont des histoires invraisemblables, pas crédibles, et surtout, pas assez intellectuelles.
Oui, mais voilà : Joyce a promis à Sophie de faire passer son manuscrit chez Flammarion si elle accepte d’être sa coordinatrice d’écriture pendant un an.
Une offre qui ne se refuse pas, vous en conviendrez…

Je me suis installée dans mon lit,le dos contre un gros coussin. Il y avait quelque chose d’étrange à être payer pour mémoriser la vie de personnages fictives. A fort dose, les héros de la Vie la Vraie avaient quelque chose d’hypnotisant. Ils menaient des vies absurdes de rebondissements, de révélations et de volte-face. Ils souffraient beaucoup, ils vivaient intensément – ça les rendait fascinants et, bizarrement, presque enviables. 

Comme je vous le disais plus haut, malgré mes réserves je dois bien avouer que ce livre est assez addictif.
Vous vous en doutez, Sophie accepte et perd peu à peu ses préjugés. Elle partage ses semaines entre Paris et Bordeaux et nous, on plonge dans un univers dont on ne connaît rien, et surtout pas l’envers du décors.
On ne peut tout simplement pas s’empêcher de tourner les pages, de vouloir savoir comment Sophie va se dépêtrer de ses mensonges, comment les personnages de la vie la vraie vont évoluer, et on attend fébrilement, non sans une pointe d’appréhension latente, le moment où tout va exploser.
Finalement, sans que l’intrigue connaisse des tonnes de rebondissements, Thomas Raphael arrive à nous embarquer dans un monde différent du notre, dont on a rapidement l’impression de faire partie, et il arrive avec brio à nous faire vivre le quotidien de Sophie comme si nous étions.
On sourit à certaines réflexions et situations, on stress quand une scène de la série doit être tournée de A à Z en une demi-journée et être diffusée le soir, on peste quand Sophie continue de mentir à Marc (aurais-je oublié de mentionner que Marc ne sait rien de ce que fait Sophie à Paris ?), et on a envie, tour à tour, de la secouer, de la soutenir, de la prendre dans nos bras, et de l’applaudir.

De tous ses regards de douleurs face au spectacle de la bêtise pure, celui que Mohamed a eu à ce instant était de loin le plus expressif. Il a respiré pour garder son calme – en me montrant bien qu’il respirait pour garder son calme.

Oui, j’ai donc passé un super moment, mais non je n’ai pas adoré.

Les personnages sont pour moi un peu trop caricaturaux : de la mère égoïste  qui fait passer sa carrière avant tout (même sa fille), à la boss à laquelle on s’attache malgré son cynisme et sa tyrannie, en passant par le compagnon trop parfait, le neveu gay qui enchaîne les conquêtes, et certains personnages de la série comme le jeune black des banlieues qui fait de la boxe ou l’ancienne championne de natation qui se reconvertie, je crois qu’on peut difficilement faire plus cliché.
Ajoutez à ça  le fait que j’ai vraiment eu du mal avec les mensonges de Sophie vis à vis de Marc et vous aurez un aperçu de ce qui m’a empêché d’adorer ce livre.
J’ai l’impression d’être la seule à avoir été dérangé par les mensonges de notre héroïne mais personnellement, je les ai trouvé assez pathétiques, pas franchement réalistes pour une jeune fille si intelligente, et surtout, même si Marc n’est pas un personnage franchement attachant de prime abord, je n’ai pu que remettre en question l’amour que lui porte Sophie pour avoir si peu confiance en son jugement.
Cet aspect m’a d’ailleurs bien plus dérangé que la caricature des personnages car ils m’ont empêché de m’attacher pleinement à Sophie et surtout de m’identifier à elle, alors que les personnages secondaires, bien que bourrés de clichés, n’en étaient pas moins intéressants et attachants par bien des aspects.

Si j’avais retenu une chose de ce que m’avait dit Joyce, c’était qu’il ne fallait pas mettre dans le bouche d’un personnage simple et premier degré des répliques spirituelles et ironiques. Autrement dit : ne pas rendre les personnages beaucoup plus intelligents que les gens à qui ils sont censés ressembler – juste ce qu’il fait de flatteur, sans briser l’identification. 

Alors voilà, malgré ces quelques réserves, c’est un livre que je conseille. Il change les idées, il nous apprend beaucoup sur les coulisses des séries à succès, et il ouvre une parenthèse légère et sympathique dans notre quotidien.
Parfait pour l’été.

La vie commence à 20h10 – Thomas Raphael
J’ai Lu – 507 pages

 

8 commentaires sur “La vie commence à 20h10 – Thomas Raphael

  1. Je lis ton avis en diagonale car j’ai une LC prévue pour le 8 août à 20h10. Je reviendrai donc en papoter avec toi ;)

  2. C’est un peu pour les raisons que tu évoques que je n’ai pas eu envie de le lire … Bon, cela dit, sur une plage, en été … la saison est propice aux lectures légères.

  3. Bella le 29 juillet 2013 à 10h49 a écrit :

    No sex, no drugs, no Barrons ? Je passe mon tour… ;-)

  4. Je comprends tes réserves, même si ça ne m’a pas du tout gênée…

  5. Ça me dit trop rien je crois….
    Vais plutôt lire Gatsby.

  6. Bon je pense qu’il ne sortira pas de suite de ma PAL ^^
    J’ai mieux à lire en ce moment et celui-ci qui n’a pas l’air tip top non plus.
    Pis me retrouver au milieu de « plus belle la vie » oops « la vie, la vrai » no thanks , ya rien de plus chronophage que ça *ah si les téléfilms de la 6 ^^ *

  7. Bon, n’empêche… même si tu n’a pas adoré, je veux le lire! Ca semble tout à fait ce que j’ai besoin de lire en été!

  8. Complètement addict à ce roman ! J’étais une vraie zombie ! Caricatural ? On s’en fiche, c’est super bien fichu ! ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets