Les lectures de Cécile

17
sept

We were liars de E. Lockhart ou le livre qui vous retourne le cerveau.

liars

 

Une famille composée des grands-parents, Harris et Tipper, des 3 mères, Carrie, Bess et Penny, des 5 chiens et des 7 petits enfants.
Parmi ces derniers, les 3 plus âgés : Cadence, Mirren & Johnny.
Une île privée sur laquelle ils se retrouvent tous chaque année.
Chaque été.
Et Gat, l’autre garçon.
Les quatre inséparables.
Et puis, l’été des 15 ans.
Un accident et une Cadence retrouvée dans l’eau, qui souffre désormais de migraines et qui ne se souvient plus d’une partie de cet été.
Que s’est-il passé ?

 

There is not even a Scrabble word for how bad I feel

 

Je ne connaissais quasiment rien de l’histoire en ouvrant ce livre, si ce n’est qu’il m’avait été chaudement recommandé et que j’avais interdiction de lire la fin (que je n’ai donc pas lue, pour une fois)(non, I’m not a liar, they are…)(oui elle était facile).
C’est donc sans trop savoir à quoi m’attendre que j’ai commencé ce livre YA et j’ai été très vite emportée par la plume de l’auteure.
Des chapitres courts, des phrases et des tournures impactantes, un style limite poétique, et une histoire qui s’écrit petit à petit, en 5 parties, mais dans laquelle on plonge rapidement.

Un accident, une amnésie, des souvenirs, des flashs…

De l’eau, des rochets, un feu…

Rancune, envie, non-dits…

Refuser la différence, maintenir les apparences….

Prendre conscience…

Et élaborer des théories.

Et des autres, et des autres, et des autres…

 

J’ai lu ce livre avec plusieurs copines, et je ne sais pas combien de théories nous avons élaborées dès la fin de la première partie, mais certainement autant que le nombre de pages du livres (soit environ 200).
Et à partir de là… ne plus lâcher le livre.
Lire, finir la première partie, avoir une théorie, en parler, voir que déjà les idées divergent, s’accrocher à la notre, continuer, commencer la seconde partie, trouver de nouvelles idées, revenir sur la première, arriver à la 3ème partie, être étonnée, désarçonnée, commencer à douter, de tout, de ses théories, de ces inepties, de soi, d’eux, d’elle…
Continuer, imaginer le pire, refuser le pire, se triturer les méninges, lire, lire, lire, faire une pause, y penser, reprendre, s’arrêter, en parler, reprendre, espérer, se dire qu’on va devenir folle, attendre les copines, y penser même en mangeant, commencer la 4ème partie, s’énerver, et finalement se plonger dans la dernière et apprendre, lire, savoir, comprendre et terminer. Limite essoufflée.

 

Be a little kinder than you have to.

  

Vous l’aurez compris, ce livre est…

Prenant,
Bien écrit,
Extrêmement bien construit,
Complètement mind fucking. 

Il joue sur les nerfs, un peu,
Il s’impose à vous, souvent,
Vous retourne le cerveau, passionnément,
Et vous ne le lâchez, pas du tout. 

 

She made me act normal. Because I was. Because I could. She told me to breathe and sit up.  

 

Alors, les personnages ne sont pas attachants, (du moins je ne me suis attachée à aucun d’eux) (mais certaines copines oui !) et du coup, ça ne sera pas un coup de cœur pour moi… J’ai manqué d’empathie 90% du temps, restant une spectatrice extérieure, impliquée certes, mais extérieure tout de même, une spectatrice essayant de retrouver la mémoire avec Candence, pour Cadence, mais sans pour autant m’attacher ou m’identifier à elle…

Mais pour son écriture, pour sa construction, pour les centaines de théories, pour les doutes et les espoirs, pour ce qu’on a imaginé de mieux et de pire, pour la fin (que tout le monde n’a pas appréciée)(mais moi je l’ai trouvée parfaite et surtout très cohérente) pour le style, pour les Sinclair, cette famille si particulière, pour les contes que Cadence inventent, pour les objets de valeur, pour les personnages, pour Mirren, Johnny, Cady, Bat, pour les mottos, pour ce qui plait et ce qui dérange, pour les brides d’informations rarement distillées et pour ces pièces du puzzle qu’on essaye d’imbriquer, de mille manières, tout au long du livre, mais qui ne s’imbriquent finalement qu’à la toute fin, je tire mon chapeau à l’auteur et je ne peux que recommander ce livre.

 

Do not accept an evil you can change.

 

Elles l’ont lu avec moi : Caro qui a eu un coup de coeur, Jess qui est mitigée, Simi et Emilie qui ont adoré malgré des petits bémols.
Ainsi que les non-blogueuses Julia qui a été très prise par cette lecture mais qui a tout de même une réserve sur la fin et Bérengère qui a trouvé ce livre très addictif et l’histoire parfaite même si elle a trouvé une partie un tout petit peu trop longue. 

Enfin, l’avis de Karine qui l’a lu avant nous , qui a adoré même sans avoir élaboré de théories ! 

Et merci à Marie pour la recommandation :-) 

 

We were liars – E. Lockhart
240 pages

15 commentaires sur “We were liars de E. Lockhart ou le livre qui vous retourne le cerveau.

  1. Purée, un e. Lockhart, l’auteure du Journal d’une allumeuse ! J’espère qu’il sera traduit !!!

  2. Syl. le 17 septembre 2014 à 08h33 a écrit :

    Je ne connais pas l’auteur et je ne vais pas noter le livre…
    Bise

  3. Il était dans mon post it GR !!
    Bon je le surligne du coup !!

  4. Oh, tu le vends bien :)
    Et sans spoilers en plus !

    J’ai encore mal au cerveau de tout ce qu’on lui a fait subir…

    • Ah ah merci ;) Oui j’ai essayé de pas spoiler mais c’est pas évident hein !
      Pareil pour le cerveau, faut dire qu’on est allé trèèèèèès loin avec nos théories !!! :D

  5. Bravo pour la chronique sans spoils ! Moi, j’y suis pas arrivée :p
    Merci pour la LC, j’ai adoré cette première expérience Whatssap with the girls and you !
    Et merci d’avoir épinglé les petites phrases bisounours du livre car j’ai oublié de le faire !
    Bisous Cess !

    • Contente que cette première LC t’aie plu en tous cas :) C’était pas évident comme LC pour une première, vu le nombre de messages lol ! :))
      Dès que ta chro est en ligne je file la lire :D

  6. Bérengère le 17 septembre 2014 à 10h47 a écrit :

    Ah ce livre est une petite pépite!!! C’est beau, envoûtant et complètement différent. Et les retournements de situation sont très interessants.
    Une LC bien trop bordélique mais bien sympa quand même!! ;-))

  7. Bella le 17 septembre 2014 à 12h30 a écrit :

    Celui-là, je l’avais déjà noté. Si j’avais su que vous faites une LC ! :-)

  8. Noté ! Je songe à l’acheter en papier, le niveau est comment ???

  9. Mind-fucking c’est le mot ! Ce bouquin est l’équivalent d’une beuverie (mais attention, intellectuelle la beuverie ^^) et quand tu en sors tu as comme la gueule de bois :-P

    Quand est-ce qu’on refait la fête les filles ? :-D

  10. La LC m’a sauvée.
    Non vraiment.
    Sans vous les filles je serai probablement internée pour décompensation post traumatique et post imagination de théories.
    Je ne peux que vous remercier!! :)

    J’adore ta chronique Cess!! (mais comme toutes tes chroniques hein) (et tes titres de conversation Whatsapp!) (tant de talent!!!) :)

    Et je rejoins Caro : quand est-ce qu’on refait la fête?!?!

    • Merci Emi :-)))
      Et oui pour le fait qu’heureusement que nous l’avons lu ensemble, et un autre oui pour une future LC ! Quand ? Telle est la question :-)

  11. Haannn… c’est très tentant !!

  12. Julia le 19 septembre 2014 à 15h45 a écrit :

    Je plussoie : une LC bordélique mais salvatrice, un livre hyper prenant et envoutant (même si la fin ne m’a pas autant plu que vous) et l’impression d’avoir lu sous LSD tant les théories fusaient o_0
    Bref, une très bonne expérience !

  13. Lily le 23 décembre 2014 à 10h03 a écrit :

    Je l’ai commencé hier soir :) Acheté sur ta recommandation :)

  14. Lily le 9 janvier 2015 à 18h55 a écrit :

    Bah écoute sans avoir particulièrement détesté, je dois avoué que je ne suis pas aussi enthousiaste que toi non plus. Ne me méprends pas, j’aime bien et je trouve l’écriture bonne, mais ça s’arrête là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets