Les lectures de Cécile

4
juin

Vous avez de la chance d’avoir une grosse b*** pour compenser tout ce qui sort de votre bouche.

 beautiful-bastard_lightbox_zoom-copie-2.jpg

Comme d’habitude, gros risque de spoilers. Mais comme il ne se passe strictement rien dans ce livre, le risque n’est pas très élevé non plus.

1) Chloé est assistante de Bennett Ryan, jeune homme de 31 ans et boss tyrannique.

Un jour, alors qu’elle arrive en retard, il lui demande de lui faire une présentation en fin de journée (powerpoint, la présentation)(mais, au risque de vous spoiler, sachez qu’il finira bien par tirer du power de son point à la fin de la suce-mentionnée présentation)(oui je suis la finesse faite femme, aujourd’hui)(enfin, je ne suis pas aussi fine que la petite lingerie de Chloé. Mais quand même).

 

Comment se déroule cette présentation ?
Trouver la réponse fausse :

a. Alors qu’elle se penche vers la table à lui montrer une série de graphe, elle sent la main de Mr Ryan qui appuie doucement sur le bas de son dos avant de descendre, s’immobilisant sur ses fesses.
b. Il la touche et la première chose qui lui dit, avec classitude et distinction, est « pour être trempée, tu es trempée ».
c. Il déchire ensuite la dentelle de sous-vêtement d’un geste sec. (suis-je la seule personne à remettre (hautement) en question la probabilité de cet acte ?)
d. Puis il la pénètre et enchaîne avec un peu de poésie « jamais été baisée comme ça, hein ? c’est vrai que tu ne serais pas si excitante si tu étais correctement baisée » (ah bon ?)(mince, et moi qui croyais qu’Angelina Jolie était excitante)(et je suis presque sûre qu’elle doit être convenablement baisée)(mais je veux bien vérifier, si besoin est)(reprenons-nous, je crois que tout les orgasmes de cette lecture me montent à la tête).
e. Il la prend alors contre la vitre et lui dis des mots romantiques « Petite obsédée, sale perverse. Tu aimes être regardée, n’est-ce pas ? Tu aimes l’idée que tout Chigaco puisse relever la tête et te voir en train de te faire baiser, et en déguster chaque minute, tes jolis nichons collés contre la fenêtre ». (pour info, on est environ à la page 10 à ce moment là, et les mots « sale perverse » allaient me donner pour la première fois (d’une longue série) l’envie de refermer ce livre).
f. Comme elle lui dit de se taire car il est en train de tout gâcher (« ce qui, précise-t-elle, n’est pas le cas. Mais alors, pas du tout. Sa voix grave l’excite encore plus »)(y’a vraiment des filles que ça excite d’être traitée de sale perverse ? vraiment ?)(la féministe en moi pleure) et il lui répond « Dis le. Tu veux jouir, Mademoiselle Mills ? Réponds ou j’arrête et je t’oblige à me sucer à la place, grince-t-il, allant toujours plus loin à chaque à coup. Dis-le moi ! ». (je vous rassure elle aura le droit à son orgasme).
g. Une fois qu’elle l’a eu, il lui demande de lui dire merci (je glousse) puis « maintenant, fais ce que tu as à faire » (non il ne parle pas de lui intenter un procès). Elle descend donc pour finalement se raviser et sortir en courant, le laissant en plan et en train de lui dire « mais qu’est ce que tu fous ? mets-toi à genoux et ouvre la bouche ».
h. elle fait sa présentation, il la touche, lui parle comme à une chienne et elle s’en va porter plainte pour harcèlement sexuel.

 

2) Le lendemain :

a. Bennett se réveille et pense « cerveau : n’importe quoi. Bite : érection totale ». « Il a eu beau se branler plusieurs fois la veille après le départ de Chloé, ça ne voulait pas redescendre. » (ah. D’accord. On est content de le savoir).
b. Quand il arrive au bureau, il la voit dans sa robe dont « la couleur du tissu met en valeur ses seins magnifiques » (oui ce n’est pas la forme de la robe qui met ses seins en valeur, ou la couleur de sa robe qui lui sied bien au teint. Non c’est la couleur qui met en avant ses seins)(et vous ? quelle couleur met vos seins en valeur ? Et, plus important encore, est-ce que le rose met bien en valeur votre clito ou est-ce plutôt le bleu ?). 
c. Il se la tape dans la cage d’escalier. « elle est encore plus trempée qu’hier soir – faut le faire… » (ou pas). Et après avoir pris son pied il s’ôte avant qu’elle atteigne l’orgasme (la vengeance toussa toussa).
d. Elle descend de l’escalier avant de s’arrêter abruptement et lui dit « heureusement que je prends la pilule. Merci d’avoir demandé, enfoiré ». (Si l’auteur pense au risque bébé, elle n’a vraisemblablement jamais entendu parler des MST alors que le héros est décrit à plusieurs reprises avec le terme très élogieux et très classe de « queutard »)(sic).
e. Toutes les réponses ci-dessus sont justes.

3. Alors qu’elle se promet de nombreuses fois que « cela n’arrivera plus jamais même s’il lui offre le plan cul le plus excitant et le plus intense de sa vie » : où Chloé et Bennett ne vont-ils pas jouer à touche-zizi ?

 

a. Dans un ascenseur où il la doigte.

b. Elle se touche sur une chaise dans le bureau de Bennett, en face de lui qui est au téléphone avec un client.
c. Ils baisent dans la voiture de Chloé dans un parking (avec buée et tout et tout)(Leonardo en moins).
d. Ainsi que dans la salle de bain des parents de Bennett (pendant que les dits parents sont assis à la terrasse en dessous avec le frère et la belle-sœur)(mon dieu, suis-je la seule à ne pas trouver ça excitant?).
e. Dans une cabine d’essayage dans le magasin de lingerie Aubade (elle finira pas acheter un porte jartelle)(pour compenser les taches de sperme sur la moquette)(oups, je plaisantais, désolée si je vous ai fait rendre votre petit déjeuner).
f. Il lui fait un cuni dans les toilettes d’un resto pendant que la cliente de Bennett l’attend à une table et que la meilleure amie de Chloé attend celle-ci à une autre.
g. Au bureau.
h. Dans une chambre d’hôtel lors d’un business trip où ils sont tout émoustillés de le faire dans un lit (les plaisirs simples, y’a que ça de vrai, je vous le dis moi). 
i. Ils ne baisent plus. Chloé a du caractère. Quand elle dit que ça ne se reproduira plus, ça ne se reproduit plus.
(mouahahhahahahahahahahhahahahaha)(who am I kidding ?).

 

 4. Bennet :
Trouver la réponse fausse :

a. S’habille avec des costumes qui coûtent une fortune et porte des boutons de manchette en vrais diamants.
b. Est en état constant d’érection quand il ne baise pas. (son sexe a adopter le slogan « on se lève tous pour Bennett »)(OK c’est sûrement la blague la plus nulle que j’ai sortie dans un billet mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser à Danette quand je voyais Benett)(oui on a les références qu’on a.)
c. Se masturbe depuis des mois, à toutes ses pauses déjeuner, en pensant à Chloé (on est heureux de le savoir).
d. Avant d’être à la tête d’une filiale de son père, Bennett était Vice président exécutif du département marketing chez l’Oréal Paris. Il était le plus jeune nominé de la liste d’une liste (dont on se moque comme de notre premier carambar) publiée dans le Wall street journal, et a un double MBA de la NYU School of Business et HEC Paris. A 30 ans. (en gros l’auteur veut dire qu’il est intelligent)(ce qu’elle fait d’ailleurs bien de préciser car ce n’est pas ce qui saute aux yeux quand on lit le livre)(et pour cause, la seule chose qui saute, c’est lui sur Chloé).
e. Porte des pantalons en cuir sans caleçon en dessous et ne s’est jamais touché en 450 ans. (ah non, on me souffle à l’oreille que ça, c’est Zadiste). 

 

 

5. Quel cliché ce livre nous épargne t-il ?

a. Chloé penchée sur son bureau ou en train « d’arroser une plante, légèrement penchée sur elle (il manque pas un « même » ?) dans une robe-pull gris souris et des cuissardes (de salope)(oups pardon)», exposant à chaque fois son joli cul à Bennett.
b. La tenue tailleurs / chignon.

c. Elle se mord la lèvre.

d. Un joli « abandonne toi, Chloé, et jouis ». 

e. Les petites culottes (tongs, strings etc) déchirés. (genre à chaque fois. Et il les garde après pour les stocker dans son tiroir)(how fucked-up is that ???)(et surtout, les lectrices qui ont adoré : en quoi cela est-il excitant ?)
f. La boite du héros soutient des œuvres caritatives. (Mais bien sûr. Et moi, je bois du coca light, je prends du plaisir à faire du sport, et je ne focalise pas sur les détails quand je lis des romances)
g. Le héros adore conduire mais ne le fait jamais car il a un chauffeur, et une limousine (où ils ne le font même pas. Tss Tss, tout se perd, je vous le dis moi).
h. Elle a un goût sucré. (et par « elle » je n’entend pas vraiment « elle », si vous voyez où je veux en venir)
i. Il a une odeur bien à lui : celle du savon et de la sauge (de sauge, vraiment ?? genre, la plante qu’on met dans nos poulets et rotis ?)(hmmm mais miam-miam, voilà qui est vraiment excitant)(pour un peu, on en sucerait le jus tiens)(pardon, je vous avais dit que je faisais dans la finesse aujourd’hui). 
j. Elle va enfiler un de ses t-shirts à lui, trop grand et ça va l’exciter. (suis-je donc la seule femme au monde à ne pas paraître du tout sexy dans un t-shirt de mon mari ? life is a bitch)
j. Aucun cliché ne nous est épargné. (à part celui de la limousine)(et le « tu es étroite »)(ce qui, en fait, est déjà bien, je vais de ce pas rajouter une étoile sur goodreads tiens).

 

 

 

6. Quand Chloé doit partir deux semaines voir son père malade :
Trouver la réponse fausse :

a. Benett se rend compte que « c’est difficile à admettre mais il aurait donné sa voiture pour qu’elle revienne ». (si ça, c’est pas une preuve de son attachement, même si c’est difficile à admettre, je ne sais pas ce que c’est)(je veux dire, on parle quand même de la voiture qu’il ne conduit jamais hein, pas de n’importe quoi).
b. 10 intérimaires viennent remplacer Chloé et ils sont tous virés ou posent leur démissions (c’est que c’est dur de trouver une bonne assistante qui suce mouille travaille bien de nos jours).
c. Bennett décide de bosser un peu car il ne l’a pas encore fait une fois depuis que le livre a commencé ce que la lectrice pourrait trouver suspicieux vu qu’il est à la tête d’une entreprise.

 

Indice : la réponse est c. Il semblerait que je sois la seule à me demander comment un homme soit disant bourreau du travail peut passer son temps à baiser (et se branler) et réussir.



7. Quel est le dialogue ou passage le plus classe et/ou le plus profond du livre ?
Argumentez votre réponse. (à 16h. nue sur votre bureau).

a. Il est assis d’une manière si ordinaire, en train de s’ennuyer devant la télévision. Ca me rappelle qu’il est un homme, rien qu’un homme, pour une fois. Une autre personne qui trace sa voie sans plus perdre de temps à faire la roue sur la scène du monde. (que c’est beau. J’en pleurerais)(non je déconne).
L’illumination : Bennett est juste Bennett. (Une lumière, cette Chloé, je vous le dis moi).

b. – Mon film préféré de tous les temps, c’est probablement Fenêtre sur cour.
– A cause de Jimmy Stewart ou de Grace Kelly ?
– Les deux. Plutôt Grace Kelly.
– Je vois. Tu as des tendances Grace Kelly..
Sa main remonte dans mes cheveux et replace une mèche qui s’est échappée de ma queue de cheval.
– J’ai entendu dire que Grace Kelly avait une bouche de suceuse elle aussi.
– Tu l’aimes, ma bouche de suceuse.
– C’est vrai. Je l’aime surtout quand elle est pleine, réplique-t-il d’un air anodin.
– Tu sais, si tu la fermais de temps en temps, tu serais parfait, putain.
– Je serais un déchireur de culottes silencieux, et serait encore pire qu’un patron colérique déchireur de culottes. (oui le mot « déchireur » n’est pas français)(mais who cares ? on ne lit manifestement pas ces livres pour en faire une analyse de texte et de syntaxe après)(mais plutôt pour avoir des orgasmes)(que nous n’avons pas, au final, mais ceci est une autre histoire).

 

c. – Bordel vous pouvez arrêter deux secondes d’être en mode salope et m’écouter ?
Je le regarde droit dans les yeux:
– vous me prenez pour une pute ?

(cette échange prenant place quelques minutes après qu’elle se soit doigtée dans son bureau pendant qu’il était en ligne avec un client, j’ai envie de dire que la réponse est oui)(mais bon, ce n’est pas à moi qu’on pose la question).

 

d. Tu es glissante et chaude quand tu es près de jouir. Ta peau rougit partout et ta voix devient rauque. Et ton visage est magnifique quand tu jouis.
 Tes lèvres de suceuse deviennent douces et s’ouvrent quand tu t’approches, tes yeux mes supplient d’y aller plus fort et putain, rien n’est meilleur que le bruit que tu fais quand tu finis par jouir.

e. Vous avez de la chance d’avoir une grosse bite pour compenser tout ce qui sort de votre bouche.

 

(oui le niveau des dialogues est à pleurer)(et pas de plaisir)(plutôt des larmes de sang)(surtout celui sur Grace Kelly pour ma part).

 


8. A part :

– la vulgarité,

– l’emploi à répétition du mot « queutard » que je ne supporte pas, du mot « branlé » pour désigner une fille, que je supporte encore moins, et du mot « putain » que j’adore en temps normal mais dont ce livre m’a vacciné surtout quand il est employé dans des phrases comme « c’est putain d’exquis » ou « avoue que c’est putain de bon » qui ont écorché à plusieurs reprises mes petits yeux (donnez-moi un Toffee pour me remonter le moral, tiens)(et que ça saute, sinon je déchire votre caleçon ou votre culotte avec deux doigts)(ok faut vraiment que j’arrête de lire ces conneries).

-les clichés suce-mentionnées (non je ne me lasse pas de cette blague, et mon blog a pourtant bientôt 3 ans)(Oui je ferai un concours)(il s’intitulera : Explique moins en une page en quoi le fait qu’une fille qui se fait traiter de « sale petite perverse » et de « bouche de suceuse » t’excite et tu pourras gagner le marque page de ton choix entre celui avec écrit « Jouis pour moi » et celui avec écrit « tu es si mouillée et si étroite ») (ou peut-être que le sujet sera « explique en une page pourquoi les psychopathes qui tuent les ex de leurs copines / choisissent des petites amies qui ressemblent trait pour trait à leur mère morte tuée par leur mac / déchire des culottes et les planquent dans un bureau, t’excite…)

– le fait que la fille est censée être une fille brillante en MBA alors qu’elle ne pense ni aux MST quand elle couche avec un homme à femme sans préservatif, ni aux répercussions professionnelles qu’impliquent le fait de baiser avec son boss, (la féministe qui sommeille au fond de moi se révolte. Elle a envie de se noyer. Dans un jacuzzi avec Adam Levine, et Bradley Cooper).

– une rupture débile dont je n’ai pas vraiment compris la cause (C’était genre « tu as dit à ton client que j’étais ta stagiaire comme si j’étais une moins que rien alors que bon je suis ta stagiaire, soit, mais je suis super compétente. Tu m’as donc rabaissée et tu es un vrai salop, je te quitte et je démissionne en même temps, connard) (vraiment, c’est la pire rupture de l’histoire des romances)(ou pas, après réflexion)(mais une des pires en tout cas). 

 

Donc, à part tout ces points, que je n’ai, obviously, pas particulièrement appréciés, qu’est ce que j’ai aimé dans Beautiful Bastard ?

a- Le fait qu’il n’y ait pas d’histoire du tout. Ils baisent. Et quand ils ne baisent pas, il se branle, et elle rêve de lui.
b- Le fait que la rupture soit tellement débile et peu crédible et que ce soit le seul rebondissement du livre (qui dure 2 pages ½)nous épargnant des scénarios totalement improbables avec des tueurs et des ex psychopathes.
c- L’écriture qui est certes mauvaise mais qui démontre que quand on veut, on peut, et que tout le monde, même dénué de talent, peut écrire un livre et faire un carton.
d- Le fait qu’il n’y ait pas humour.
e- Le fait que ce soit le premier livre érotique qui ne m’émoustille pas une seule fois.
f- le fait que les deux personnages principaux soient comme le H de Hawai (il ne sert à rien)  et qu’il n’y ait aucun personnage secondaire pour remonter le niveau.
g. Le prénom Bennett.
h- Rien. Je n’ai rien aimé.

Indice : la réponse est la H.
Je n’ai rien aimé, mais je crois que je suis une des seules.

Ce livre est quand même classé 13ème des ventes de la FNAC et 9ème du NY Time et les avis lus jusque là sont on ne peut plus enthousiastes. 


Ceci étant dit, quand Chi-Chi m’a dit qu’elle l’avait préféré à Fifty Shades, nous avons commencé à parler et nous nous sommes vite rendues comptes que nous avions lu des versions très différentes. Certes, elle l’a lu en anglais, est il est clair qu’un « Fuckin’ Perfect » rend de toutes façons mieux qu’un « Putain de parfait » mais au delà de ça, sa version est nettement moins vulgaire et il se passe pleins de choses différents qui font plus de sens.
Il semblerait qu’elle ait lu la version FanFic et non la version éditée (ce qui voudrait dire que l’auteur a du retravailler sa version pour la rendre plus vulgaire et plus débile !) mais quand même, je crois que j’aurais clairement du lire la VO.
Pour vous rendre compte des différences, je vous invite à lire son billet. Elle y donne des extraits (sa version VS ma version) (et moi j’ai la flemme de tout copier :D).

 

 

 

Enfin ! Joyeux 2 ans au rendez-vous de Stephie.  

65408451 p

 

Beautiful Bastard – Christina Lauren 
Editions Hugo Roman – 400 pages

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-vous-avez-de-la-chance-d-avoir-une-grosse-b-pour-compenser-tout-ce-qui-sort-de-votre-bouche-118135420.html

33 commentaires sur “Vous avez de la chance d’avoir une grosse b*** pour compenser tout ce qui sort de votre bouche.

  1. C’est hallucinant, j’ai lu l’article de Chi-Chi avant le tien et vous n’avez vraiment pas lu le même livre. Honnêtement ta version me dégoûte un peu…alors que celle de Chi-Chi à l’air mieux…Mais pourquoi sortir plusieurs versions? Ils sont fous ces éditeurs!

  2. Moi j’aurais répondu à Bennett: « C’est toi la bouche de suceuse. »
    Voilà.
    :-)))

  3. Commentaire n°3 posté par Devil's advocate le 4 juin 2013 à 00h25 a écrit :

    La poésie transpire de ce livre, à ce que je vois. Merci pour ton avis, je saurai quoi éviter d’acheter pour mes vacances de cette année!

    Comme toujours, un (putain de) billet à mourir de rire!

  4. excellentissime ce billet ! et quel travail de résumé (ahum…)
    Merci pour ce long moment de rires :)

  5. J’ai lu ce livre bon je reviens vers toi sur pas mal chose… Mais après avoir lu plein de ce style je me dis alors celui-ci s’en sort un peu mieux sur certain point… Mais merci, en tout cas pour ce moment.

  6. J’étais certaine que le putain de parfait venait de fuckin perfect et putain de bon de fucking good… mais SÉRIEUX? C’est français ça? C’est pas un peu mot à mot? Bref, je ne le le lirai pas. Et merci pour la poilade!

  7. Commentaire n°7 posté par Syl. le 4 juin 2013 à 08h20 a écrit :

    Miss Pointillés me fait rire ! j’aime bien son « voilà ». Voilà et point final.

    C’est hallucinant. Je reste bouche ouverte. Heu… non… je suis pantoise…
    Je t’applaudis… commencer la journée par te lire, c’est cool !
    Bise

  8. Commentaire n°8 posté par Julia le 4 juin 2013 à 09h22 a écrit :

    LOL ! Ce billet m’a fait hurler de rire ;))
    Le livre suce-mentionné (moi non plus je ne m’en lasse pas…) aura au moins ce mérite !

  9. Ah quel billet ! On se lève tous pour Bennet ! Morte de rire ! Et rien qu’à l’idée d’un putaing de concours, je me marre ! En tout cas, merci de lire des livres aussi débiles, parce que nous, on se marre !!!

  10. Oh pu-nai-se. Si j’ai bien compris, E.L James et Sylvia Day peuvent aller rhabiller leurs personnages…Déjà que je n’ai jamais compris comment on pouvait trouver les bouquins de ces deux-là émoustillants, alors Beautiful Bastard, je ne te raconte pas. En gros, c’est juste un ramassis de scènes plus vulgaires les unes que les autres. Des fois, je me dis que les auteures soi-disant érotiques devraient justement prendre des cours d’érotisme !

    Et la référence hyper classe à Grace Kelly me laisse sans voix…

    Sinon, comme d’habitude, ta prose m’a bien fait marrer :)

  11. Que dire de plus… Ah si, je me suis bien marrée! ;)

  12. Au moins ton billet est drôle :D
    perso, rien que le titre me rebute, donc sans moi…

    (et je me suis aperçue à force de fouiner partout que j’ai lu le premier tome de Fifty Shades quand il est paru en fanfic … mais curieusement le lien que j’avais n’est plus valide – et pour te rassurer ou pas, ça ne valait déjà pas grand-chose à ce moment-là (je me demande à quoi pense les éditeurs O_o ) )

  13. J’ai pu lire le 1er chapitre grâce à toi et ça m’a suffit. En tout cas j’ai, et de loin, préféré la lecture de ton billet.

  14. Commentaire n°14 posté par Camille fantasme le 4 juin 2013 à 16h14 a écrit :

    Bon, j’ai lu vos deux billets (j’ai bien rigolé,merci Cess), j’ai lu le livre en VO version éditée, c’était mauvais. Point. Pas vos billets, hein… le bouquin ;) Je ne l’ai pas terminé mais ça n’était pas aussi vulgaire que la VF (c’est sérieusement mal traduit dis donc :( ), c’était juste pas bon quoi, surtout la répétition mortelle des scènes due aux deux POV. Des bisous…

  15. Et bien, je suis heureuse que de tels livres existent, rien que pour pouvoir lire tes chroniques par après ! D’habitude je ne lis pas de chroniques longues, ou alors il faut que le livre m’intéresse vraiment/soit un livre que j’ai adoré, mais avec les tiennes je pleure de rire à chaque fois, MERCI :D

  16. J’avais ce titre dans ma wish-list. Je l’enlève. En fait, je préfère tes billets. C’est plus drôle et mieux écrit. :D

  17. Je préfère de loin lire ta chronique que de m’infliger ce bouquin ! Merci de te dévouer pour les copines ! :D

  18. déchireur de culottes « silencieux » = ça m’interpelle…

  19. HOMYGOD HOMYGOD HOMYGOD !!
    J’en reste sans voix !
    Et tu as tenu 400 pages ? Ma pauvrette ! tu as été bien courageuse ! Je prescris un paquet de michoko pour te remettre ! ^^

  20. Je découvre ton blog mais également ta chronique sur ce livre qui m’interpelle chaque fois que je passe dans le rayon « littérature » en allant faire mes courses (passage obligé ^^). A chaque fois que je tourne les pages de ce bouquin pour en parcourir quelques lignes, je ne sais pas si je dois sourire ou être désespérée de lire les quelques dialogues sur lesquels je suis tombée :). Si Fifty Shades m’a laissé un beau souvenir, bizarrement, Beautiful Bastard me laisse dubitative et quand je lis ta chronique, je me sens presque rassurée de ne pas avoir investi 17 euros dans ce roman. Si je devais l’acheter, je comblerai seulement ma curiosité finalement… Mais pour en revenir à ta chronique, je dois avouer que j’ai trouvé ton style sympathique dans la manière de le mener. Voilà, je tenais à souligner ton originalité :)

  21. Commentaire n°21 posté par Coraline le 4 juin 2013 à 22h40 a écrit :

    hum Bravo, j’ai ressentis la même chose que toi à certains passages (ouf, sur le coup j’avoue, j’ai cru être un extraterrestre, car j’ai détesté ce livre). Et pour dire, ton billet est, pour moi, deux fois plus intéressant et que le livre. Je me suis vraiment forcé à le finir, après la scène dans les esclalier, je me suis dit: nan ! sérieux stop les conneries là. Puis j’ai continuer pour me donner un putain d’avis dessus.( … oups c’est des restes ça désolé mdr) Enfin bref je me suis bien marrée en te lisant, comme toujours d’ailleurs, j’adore ton humour, j’hadère à 100 %!

  22. Le livre j’en doute mais ton billet à toi est « putain de parfait » !!!!

  23. Toujours aussi drôle :) et je suis allée voir chez Chi-Chi, j’ai un peu beaucoup halluciné… comment a-t-on pu reformater à ce point un récit?! l’auteure ne devait pas bien y être attachée à son oeuvre… mais bon peut-être qu’elle est riche maintenant …

  24. Commentaire n°24 posté par Bérengère le 5 juin 2013 à 10h06 a écrit :

    Clairement, on aurait dû le lire en VO. Maintenant, est-ce que ça auait rendu l’histoire plus profonde et Danett plus séduisant, je ne pense pas. Comme je te le disais, pour moi Danett est un grand malade,pas du tout séduisant et Mlle Mills est serieusement casse-couille. Je l’ai quand même fini, ce qui le classe avant REAL dans la liste des daubes qu’on a déjà lu, mais quand même, je ne m’explique toujours pas le succès de ce livre. Et tu vois que ton billet est drôle, y a pas que moi qui le dit ;-))

  25. Merci pour cet éclat de rire… et de nous épargner l’achat d’une telle bouse…
    Finalement les mauvais livres font les bons billets !!! :D

  26. Commentaire n°26 posté par Pyrine le 5 juin 2013 à 17h14 a écrit :

    Cécile, Cécile, Cécile…

    Pourquoi, au nom du ciel et du chocolat au lait, ne t’ais-je pas lu avant de me farcir cette horreur… (Que je n’ai pas fini, faudrait voir à pas déconner non plus!) Celà m’aurait évité des moments de totale blasitude devant cet étron et qui me fait regretter de plus en plus que la mode du Mum Porn soit née.

    Enfin, tout ça pour dire que tu n’es pas toute seule à detester, loin de là, et la mauvaise littérature érotique me donne envie de me pendre avec mes propres tripes.

    (Au passage et dans la catégorie 3615 ma vie, mon cul: l’autre moitié de mon couple qui est du genre masculin a levé les yeux au ciel quand je lui ai lu certains passages et a eu cette phrase merveilleuse: « Si je t’en disais la moitié des conneries que ce type sert à cette cruche, je me retrouverais étalé sur 50 mêtres de bitûme par la puissance de ton mépris… »)

  27. Commentaire n°28 posté par Laurie le 5 juin 2013 à 22h00 a écrit :

    Alors moi je dis, relis un bon vieux I fucked … (au choix la créature des marais ou le bonhomme de neige). Au moins ça n’avais pas l’air de se prendre au sérieux.
    Sinon une traduction de la fanfic réalisée via Google trad et hop impression directe du bouquin pourrait expliquer la traduction littérale de fucking perfect …
    Et non, rassure-toi tu n’es pas la seule à ne pas être hyper sexy quand tu enfiles le tee-shirt de ton homme. Juste sexy (mouhahaha), non juste … juste. :-))
    Toutes mes condoléances pour cette lecture.

  28. Merci pour ce billet et ton humour décalé me met de bonne humeur pour attaquer ma journée de travail !!!

  29. Quand je l’ai vu bien en évidence dans les rayons de la FNAC, j’ai poussé un gros « pouffffffff » d’agacement (et non une grosse pouffe). On a déjà eu une surdose de ce genre de roman ! Ces romans sont des blagues et je tiens à dire que les blagues les plus courtes sont les meilleures ! Voià, c’était le coup de gueule du jour :D

  30. Rinne le 30 août 2013 à 14h43 a écrit :

    Ah merci merci ! Quelqu’un qui l’a lu et ne l’a pas trouvé excitant ! Non parce que le « déchireur » de culottes et les insultes pour baiser moi je trouve ça plus flippant qu’autre chose… Le seul truc de rassurant en fait, c’est de se dire que tout peut-être publié ! (même moi !) Quoique… s’il faut écrire des trucs du genre pour avoir un public, finalement, je sais pas si c’est rassurant…
    En tout cas, point positif : lire le livre m’a permit d’être à fond dans ton analyse :P et de bien me marrer en passant. Donc merci pour ce bon moment :P

  31. AHAHAHAHA. Énorme, c’est vrai que de lire les extraits en français, tout de suite ça fait pas le même effet, moi j’avoue qu’en anglais je me suis laissée prendre au jeu (sans mauvais jeu de mot, hein ;-)
    Et j’adore le « on se lève tous pour Bennet »…

    • J’ai préféré le second tome que j’ai lu en anglais. Clairement il y a un problème de traduction.
      Surtout les « c’est putain de bon » pour traduire « fucking good » :-)

  32. Oui, et puis on n’a pas la même sensibilité en anglais. Ça me parait vachement plus ridicule quand je lis tes extraits en français que quand je les lisais en anglais. J’ose même pas imaginer ce que donnait 50 stades en français, alors que c’était déjà ridicule en anglais (ohhhh aaaaah mmmmmmm ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets