Les lectures de Cécile

25
fév

Vivants – Isaac Marion

couv39409987.jpg

Imaginez un monde dévasté par une épidémie.
D’un côté les Morts : des zombies qui se nourrissent d’humains.
De l’autre, une minorité : les Vivants, les humains, qui essayent de survivre en se cachant et en apprenant à se battre et à tuer les Morts.

R fait partie de la première catégorie. C’est un Zombie qui vit parmi les siens dans un ancien aéroport. Il ne se souvient plus de son ancienne vie, il ne sait plus vraiment parler, il ne ressent plus d’émotions. Et surtout il mange les Vivants. Enfin plus spécifiquement, il mange les cerveaux des humains.
Mais R est un peu différent de ses congénères, il vit seul dans son 747 où il entasse des objets trouvés chez les Vivants et où il écoute de la musique. Mais plus que ça, R réfléchit. Il se pose des questions et ne se contente pas d’être juste un Zombie.
Je veux changer ma ponctuation. Je rêve des points d’exclamations, mais me noie dans des ellipses.
Alors, le jour où il part chasser des humains et qu’il décide d’épargner Julie, la petite amie de sa dernière victime, tout bascule.

Les Zombies n’ont pas d’états d’âme alors pourquoi avoir sauvé Julie ? Pourquoi se mettre à dos les Morts pour garder en vie une Vivante ? R caresserait-il le rêve – impossible – d’être à nouveau Vivant ? De vivre, respirer et ressentir à nouveau ? 
Je soupire. Ces questions horribles finissent par m’épuiser, mais qui a dit que les monstres avaient droit à une vie privée ?

Avant tout, il faut que vous sachiez que je ne suis pas du tout du tout attirée par les livres de zombies. D’ailleurs je n’ai jamais lu « la forêt des damnés » que tout le monde a pourtant adoré.
Parce que vous comprenez, les zombies, ça ne risque pas de donner des papillons dans le ventre, et ça risque encore moins de me faire rêver (comprenez : fantasmer).
Alors, quand Mlle Pointillés m’a offert Vivants lors d’un SWAP, j’ai tout d’abord été sceptique. Et puis, je me suis laissée convaincre par tous les avis positifs lus ici et là et je l’ai ouvert.
Et j’ai bien fait !

Alors certes, au début, certaines descriptions sont très gores, et quelques scènes sont vraiment glauques. Isaac Marion ne prend pas de gants pour nous décrire la vie et les habitudes des zombies. C’est cru. Et ça dérange, forcément.
Mais on se rend compte assez rapidement que l’écriture est très belle, très poétique. Alors on continue…

Et finalement on apprend à connaitre R, le narrateur.
Et ce qu’on découvre de lui nous plait. En effet, comment ne pas s’attacher à ce personnage, vivant parmi les morts ?
J’agite la photo dans ma main. Une image commence à prendre forme. C’est moi, R, le cadavre qui croit être vivant, qui me dévisage avec ses grands yeux gris.
Comment ne pas sourire à certaines de ses réflexions et à son autodérision ? Comment ne pas être touchée par sa relation avec Julie ?

Car, tout comme lui, on s’attache à cette fille sensible qui paraît insouciante et qui incarne la joie de vivre dans un monde à l’abandon où la Peur règne en maitresse absolue ?
– Alors c’est quoi, le futur ? Je demande. Le passé et le présent sont clairs pour moi, mais que réserve le futur ?
– Eh bien…, dit-elle, avec un rire un peu forcé. C’est là que ça devient délicat. Le passé est constitué de faits et d’histoire… Je suppose que le futur repose sur l’espoir.
– Ou la peur.
– Non. (Elle secoue la tête avec fermeté et plante la feuille dans mes cheveux.) L’espoir.
 

Alors, oui, on peut se dire, à raison, qu’une romance entre un Zombie et une Humaine, c’est un peu utopique et pas très réaliste…
J’aimerais que Julie puisse entrer dans mon cerveau, parce qu’il y fait chaud, que c’est un endroit paisible et merveilleux et que nous n’y sommes plus une juxtaposition absurde : nous sommes parfaits.
Mais finalement ce n’est pas vraiment la romance qui compte (même si on finit par y croire) et ce n’est d’ailleurs pas ce que je retiendrai de ce livre.
Car si je vous ai parlé de l’écriture qui est très belle, il faut aussi que je mentionne qu’Isaac Marion fait également passer quelques messages qui font réfléchir. Sur nous, sur l’humanité, sur la vie. Pour ma part c’est plutôt ça qui m’a touché.

Ainsi, si il est vrai que ce livre n’est pas un coup de cœur, (je trouve la fin un peu rapide et, si je me suis attachée à R, je ne suis toujours pas fan des Zombies), je retiendrai tout de même son écriture poétique, son humour et ses phrases touchantes qui font réfléchir et que l’on a envie de noter et de retenir.
– On devrait toujours prendre des photos, même si on n’a pas d’appareil, au moins avec son esprit. Les souvenirs qu’on se fait soi-même, volontairement, sont toujours plus vifs que ceux qu’on enregistre par accident. (elle prend la pose et sourit). Ouistiti !

 

Vivants –  Isaac Marion
Editeur : Bragelonne, 318 pages

Titre Original : Warm Bodies

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-vivants-isaac-marion-99998090.html

14 commentaires sur “Vivants – Isaac Marion

  1. J’ai comme toi trouvé le début un peu dur à avaler ( =D ) mais la suite est superbe, une jolie leçon d’humanité et sur ce qu’il ne faut pas que l’on perde de vue surtout !

  2. Intéressant cet avis… Tout comme toi, je n’ai jamais lu de livres sur les zombies, mais pourquoi pas après tout… Enfin, je dois avouer que j’ai déjà frémis dans les premières lignes de ton article (manger des cerveaux… Beurkkk), alors je me demande ce que ça serait en lisant le livre en entier !!

  3. Et bien ! Qui eut cru que tu lirais ce roman ?! Bon, moi je ne suis pas tentée…

  4. Je pense qu’une romance entre un zombie et une humaine, je ne pourrais pas. Il y a un côté « yark » par-dessus lequel je ne pourrais pas passer, je pense.

    • Cess le 27 février 2012 à 12h08 a écrit :

      C’est ce que je pensais aussi et puis finalement j’ai aimé. Peut-être parce que R n’est justement pas « Yark » du tout ! :) 

  5. Pas fan des histoires de zombies, meêm bien écrites.

  6. Tu donnes envie, pourtant le titre, la couv et le résumé me disaient rien…

  7. C’est le truc du moment que j’arrive pas à piger et pourtant on a pris son temps pour argumenter et me convaincre mais nan, nan, j’adhère absolument pas : zombie, romance, états d’âme = moi pas comprendre ! Un bon zombie est un zombie explosé, nan parce que les zombies, ils te mangent le cerveau quand même et c’est pas comme les loups-garous qui sont à la fois homme et bêtes, nan eux ils sont zombies tout le temps, genre ce sont des cadavres dévoreurs de chair humaine et de cervelle tout le temps. Fin je ne comprends pas l’attrait nouveau qu’apporte ces créatures. (oui, d’accord, je l’avoue, les zombies m’effraient, vraiment, entre ça et les clowns je suis la plus grosse froussarde au monde) Dire qu’il y a meme un film en préparation. –« 

    • Cess le 27 février 2012 à 12h10 a écrit :

      En fait je suis comme toi mais ce qu’il faut comprendre c’est que le zombie en question est différent et plus humain, c’est pour ça qu’on s’attache à lui… Il faut le lire pour comprendre à vrai dire, car avant de l’avoir lu je raisonnais comme toi ! :D 

  8. Il doit être froid. Froid et sentir mauvais ? Je ne sais pas si je le lirai. A voir…

  9. Il est dans ma PAL, je suis curieuse de voir ce que ça donne, mais bon, je n’en fais pas une priorité ^^

  10. Ah ben tu vois que tu as aimé et maintenant tu me donne même envie de le lire (enfin plus envie parce qu’il me tentait pas mal déjà lol).

  11. Il faut le lire c’est une histoire très belle. Et non moi non plus je n’aime pas les zombies et oui un bon zombie est un zombie mort mais pas « R » :) Pour le film il faudra attendre 2013 et on dit déjà que ce sera le nouveau « Twilight »… (hum hum je dis ça je dis rien)

    • Cess le 27 février 2012 à 12h12 a écrit :

      Je suis tout à fait d’accord avec toi :) Mais c’est vrai qu’avant de l’avoir lu on ne peut pas comprendre… enfin à mon avis. 

  12. Le pire, c’est que vous réussissez à me tenter, Ev et toi …

  13. Commentaire n°13 posté par Pimpi le 27 février 2012 à 20h29 a écrit :

    Moui, alors certes, mais non, merci! Trop de bonnes choses à lire pour que j’aille vers les zombies, là….

  14. Un moment, je voyais ce livre PARTOUT, mais n’étant pas non plus très attirée par les zombies, j’ai un peu fait l’impasse sur ce livre, je le regrette un peu, je pense que j’emprunterais ce livre à la mediatheque :D

    • Cess le 13 mars 2012 à 18h02 a écrit :

      Moi il ne me tentait pas du tout et puis finalement j’ai beaucoup aimé ! L’écriture est très belle ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets