Les lectures de Cécile

14
fév

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme – Stefan Zweig

couv7202723.jpg

 

Scandale dans une pension de famille de la Côte d’Azur. Mme Henriette s’est enfuie avec un homme qu’elle ne connaissait que depuis un jour, laissant ainsi derrière elle son mari et ses deux filles.
Tout le monde en parle, tout le monde critique, tout le monde médit. Tous, sauf notre narrateur qui y voit un acte passionnel. Les discussions vont bons trains et personne ne se range à son point de vue. Personne ou presque : il y a aussi cette vieille dame anglaise, Madame C. qui, émue par la compréhension de notre narrateur face à la « déserteuse », décide de se confier et de lui raconter 24h de sa propre vie.

 

Quel livre magnifique mes amies ! Sublime ! Et qui traite encore une fois si bien de la passion. Passion pour un homme, passion pour le jeu…

A travers cette nouvelle, Zweig décrit l’ambivalence de la passion et nous démontre que, si belle et convoitée soit-elle par certains aspects, elle peut également nous pousser à réaliser des actes dont nous ne nous imaginions pas capable, voire nous détruire.

Zweig m’a complètement entrainé dans son histoire. Par sa plume, une fois de plus si belle et si poétique, j’ai été transportée, du début à la fin.

J’étais, non plus lectrice, mais l’interlocutrice directe de cette vieille dame qui raconte vingt-quatre heures de sa vie.

Je me suis retrouvée avec elle, à sa place même, à Monte-Carlo, assise à cette table d’un casino. J’ai regardé les mains qu’elle épiait, j’ai ressenti ses tumultes, ses interrogations, ses décisions comme si c’est à moi qu’elle s’adressait, voire comme si je les vivais. Et j’ai été prise… Prise dans le tourbillon de ces vingt-quatre heures qui défilent trop vite et que l’on voudrait arrêter, prise par la fièvre de cette passion…
Et alors, j’ai tourné les pages frénétiquement, je me suis même maudis de lire trop lentement ! Vite vite, savoir, vite vite, connaître la fin, tout en la craignant, car plus je voyais les pages restantes s’amoindrir, plus mon cœur se serrait. Car on le sent, ça ne va pas bien se terminer. Et voilà que l’étau se resserre et que l’on se sent oppressé…. oh, vite, oui, finissons-en !  

Ahhh, j’ai aimé cette histoire émouvante, enivrante et triste. J’ai été surprise, j’ai pesté, j’ai espéré. J’ai été passionnée. 

Je ne peux que vous conseiller cette lecture. Pour ma part il ne fait aucun doute que je vais continuer la découverte de cet auteur.

tour des genres8   classique final2 2 

 

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme – Zweig
Editeur : Livre de Poche, 159 pages

Titre Original : Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau
 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-vingt-quatre-heures-de-la-vie-d-une-femme-stefan-zweig-99326078.html

22 commentaires sur “Vingt-quatre heures de la vie d’une femme – Stefan Zweig

  1. Commentaire n°1 posté par Pimpi le 14 février 2012 à 19h33 a écrit :

    Le plus grand talent de Zweig (et de son traducteur) réside dans son style. Quoi qu’il écrive, quel que soit le sujet, c’est toujours écrit dans une langue enlevante, très belle… J’ai aimé tout ce que j’ai lu de lui…
    Je sais qu’il est gros, mais une LC sur Marie-Antoinette, de lui, un jour, ça te dirait? J’ai envie de le lire bientôt…

  2. Ravie que tu aies aimé! Ce livre m’a fait une très forte impression à moi aussi.

  3. Ahh tu succombes !!! Ravie je suis ! Bonne poursuite dans tes lectures Zweigesques

  4. J’aime beaucoup Zweig, ses descriptions sont sublimes, on s’y croirait !
    Cette nouvelle est une des plus belles que j’ai lu !

  5. Je suis en manque de lecture !! en voici une nouvelle que je note avec grand plaisir j’espère que ce livre me plaira autant qu’à toi

  6. Est-ce que tu as lu Le joueur d’échecs ?? c’est la 1ère nouvelle que j’ai lu de zweig et elle me marque encore !!

  7. Il faut vraiment que je découvre l’auteur, puis que je visionne ce film que j’ai dans ma bibliothèque !

  8. Un très beau souvenir littéraire !

  9. Quelle enthousiasme ! Quelle passion !
    Je n’ai plus qu’une envie : me jeter sur ce livre.
    Enfin… je devrais peut-être commencer par découvrir l’auteur…
    Peut-être avec ce titre ?

    • Cess le 17 février 2012 à 15h17 a écrit :

      Moi j’ai commencé par « lettre d’une inconnue » qui était un très bon choix mais celui-ci est vraiment génial aussi et tu peux commencer par celui-là oui ! :) J’espère qu’il te plaira, tiens moi au courant :) 

  10. Je l’ai acheté ce matin. Je vais le lire assez vite !♥

  11. Zweig est un remarquable conteur, et d’une compassion infinie pour ses personnages, tellement humains ! La scène des mains est vraiment superbe !

  12. Je suis tentée et je ne connais pas cette nouvelle : encore une inscription dans ma trop longue liste de livres à lire !

  13. Moi aussi j’avais beaucoup aimé cette lecture !!

  14. moi quand je vois des avis comme ça sur Zweig… je suis heureuse. J’ai un remarquable souvenir de la scène des mains!

  15. Ahhh tu me tentes la… je note dans la WL parce que je suis en manque de classiques en ce moment ^^

  16. Lu et adoré aussi !! Je me souviens avoir voulu connaître la fin à tout prix également !!!

  17. C’est un très bon roman en effet. J’aime beaucoup Zweig… Je te conseille aussi « Le jour d’échecs » et « La confusion des sentiments », deux très grands livres.

    • Cess le 26 février 2012 à 10h49 a écrit :

      Le joueur d’échec est dans ma PAL. Et tout le monde s’entend pour dire que « la confusion des sentiments » est top. Je vais me le prendre la prochaine fois que je passe en librairie. 

  18. Tiens, quelle bonne idée, ça me changera de mes lectures habituelles ! Je commande.

  19. J’ai lu le Joueur d’Echec de cet auteur, un livre etonnant, et très marquant. Je note celui-ci pour la lecture mensuelle du classique, je sens que ça va me me plaire ! (Et commentaire tout à fait futile : j’aime beaucoup cette couverture ! )

  20. Commentaire n°22 posté par zazaxi le 28 mai 2012 à 10h18 a écrit :

    J’ai ressenti les mêmes émotions que toi à sa lecture ! Toutes les femmes devraient le lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets