Les lectures de Cécile

2
sept

Une photo, quelques mots #9 : une fois

homme

09 heures, 42 minutes et 35 secondes.
Ça fait plus de 9h qu’elle m’a quitté. A minuit pile.  Non mais qui quitte son mec à minuit pile franchement ? Et quel est l’abruti qui regarde sa montre quand il se fait quitter?
9 heures 43 minutes et 10 secondes qu’elle a franchit cette putain de porte comme elle l’a déjà fait des dizaines de fois.
Sauf que  cette fois je sais que c’est sérieux, c’est pas comme la fois où je suis rentrée défoncé, ou la fois où elle a entendu la rumeur comme quoi j’avais baisé sa copine. La c’est différent. Elle a découvert les sachets de poudre, a attendu que je rentre, me les a lancés au visage et est partie.. Comme ça. Sans rien dire.. Elle n’a pas crié, n’a pas fait de crise, n’a pas hurlé ni tout  cassé. Elle n’a rien dit. Elle est juste partie. Comme ça.
Presque 10h qu’elle est partie et plus de 24 que je n’ai pas dormi. J’ai arpenté les rues, je suis allé chez elle, j’ai appelé sa famille. J’ai même appellé cette salope de Christina. Personne ne sait où elle est. Comme s’ils allaient me le dire de toutes façons. Ils me détestent. Ils m’ont toujours détestés. Je suis pas assez bien pour elle. Je ne suis qu’un petit minable des bas quartiers sans éducation alors qu’elle a fait des études, elle. ..
Qu’ils aillent se faire foutre. Elle est à moi. A. Moi. Elle va revenir. Elle revient toujours.
De l’argent facile qu’elle me dit. Ah ouais de l’argent facile? Elle croit vraiment que c’est facile de vendre de la drogue? Mais qu’est ce qu’elle y connait madame la princesse? Avec ses grands airs et ses grandes manières. Qu’est ce qu’elle connait de la peur hein ? Rien. Elle ne sait rien. Elle ne sait pas ce qu’est la peur, la vraie, celle qui vous consumme, celle qui vous empêche de dormir, celle qui gâche chaque moment de votre vie, même les joyeux. Cette boule dans la gorge, dans l’estomac. Cet étau qui se serre autour de notre cœur quand on vend de la came, ces battements qu’on entend résonner jusque dans sa tête à la vue d’un flingue.
De l’argent facile ? Qu’elle aille se faire foutre avec son éducation, son diplôme et ses belles pensées. On a toujours le choix ? Vraiment ? VRAI-MENT? Parce que j’ai eu le choix moi de naître dans une quartier pourri, d’avoir un père tout le temps ivre, une mère battue et un grand  frère mort trop jeune ? Elle croit que j’ai eu un putain de choix  ? Que j’ai choisi de commencer à vendre de la drogue pour nourrir mes petits frères  ? Elle croit vraiment que si j’avais eu le choix je n’aurais pas préféré finir médecin ou avocat ?
Qu’elle aille se faire foutre, elle et ses longues boucles noires. Qu’elle aille se faire foutre elle et ses sourires qui me hantent depuis presque 10h maintenant.
J’ai arrêté de consommer pour elle, je me suis rendu à ses putains de réunions de famille, j’ai arrêté de fréquenter  mes amis d’enfance. Pour. Elle. Mais est-ce que c’était assez ? Est ce que c’était assez ? Non. Bien sur que non. Ce n’est jamais assez. Quoi que je fasse ce n’est jamais assez de toutes façons.
Une fois et elle me quitte? Depuis 2 ans que j’ai arrêté mon activité, j’ai voulu rendre service à Rosario une fois en acceptant de délivrer cette putain de came demain et il faut qu’elle tombe dessus ?
Une fois et c’est fini?
Qu’ils aillent au diable. Elle va revenir. Elle revient toujours. Ça fait des heures que je suis devant cette fenêtre à regarder les passants, à fumer clope sur clope, à l’attendre, à espérer. Elle peut pas me quitter. Elle va revenir. Elle va me laisser m’expliquer.
Pourquoi elle répond pas au téléphone putain. Elle va revenir. Elle n’a pas le choix. Je suis rien sans elle moi. Si elle me quitte je vais me tuer. Je veux pas revenir en arrière. Je peux pas revenir en arrière. Cette peur. Toujours cette peur. Je veux pas. Je veux plus. Elle va revenir.
J’ai bientôt plus de clopes et ça fait plus de 10h qu’à chaque silhouette aux cheveux noirs qui passe je reprends espoir. Ça fait plus de 10h qu’à chaque fois que j’espère je perds un peu plus espoir. Je vais la retrouver. Elle va revenir. Même si je dois frapper à toutes les portes de Palerme pour ça. Elle. Ne. Peut. Pas. Me. Quitter.
9h 58 minutes et 10 secondes qu’elle a franchit cette porte et que chaque seconde qui passe me semble une éternité. 9h 59 minutes que j’ai envie de flinguer chaque passant que j’entends rire. Comment peuvent ils être heureux alors que mon monde s’écroule ?
10h qu’elle est partie, deux paquets de clope de fumés. Si elle ne revient pas, je n’y survivrai pas.

 

Photo de Romaric Cazaux
Merci encore à Leiloona de nous proposer ses ateliers d’écriture.

 

 

11 commentaires sur “Une photo, quelques mots #9 : une fois

  1. Camille fantasme le 2 septembre 2013 à 09h43 a écrit :

    J’♥ vraiment beaucoup !!!

  2. Julia le 2 septembre 2013 à 12h03 a écrit :

    Un seul mot : INTENSE !!!
    Bravo !

  3. Syl. le 2 septembre 2013 à 12h12 a écrit :

    Et alors ? Il ne l’a mérite pas mais je veux qu’elle revienne.
    Mais quel petit c.. !
    Super texte Cécile !

    • Non il ne l’a mérite pas.
      Pour la fin : elle ne revient pas, il retombe dans la drogue, et il se fait buter… Pas très fun mais bon, il n’avait pas qu’à accepter de revendre de la drogue…

  4. Superbe ! Il t’inspire bien, cet atelier d’écriture.

    • Merci.
      Oui j’adore cet exercice. Surtout qu’aucun des 9 textes que j’ai écrit se ressemble et que ce n’est pas le style que j’ai en général dans mes billets…

  5. Bella le 2 septembre 2013 à 13h23 a écrit :

    Ton texte est génial et il colle exactement à la photo ! (ça se dit « colle à la photo » ? lol :-s Chais plus parler le franchaise…)

    Bisous :-)

  6. Pingback : L’amour est enfant de bohème | Bric à Book

  7. Bérengère le 3 septembre 2013 à 10h08 a écrit :

    J’ai adoré ce texte. Pour moi, c’est ton meilleur.
    Bravo copine, continue de boire!!! :D

  8. Wahou ! J’adore l’urgence de ton écriture qui mime super bien les pensées de cet homme. :D

  9. C’est vrai que tu changes vraiment de registre d’un texte à l’autre… celui-là est un de mes préférés, il sonne terriblement juste et soulève des questions pas faciles : la différence dans un couple, le choix… Bravo !

  10. Rholavache….J’A.D.O.R.E.
    Vraiment.
    Top top top.
    L’intensité de ce texte est superbe. Trop bon :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets