Les lectures de Cécile

9
déc

Une photo, quelques mots #13 : mais il est où ?

 

metro2

 

Putain, putain, putain. Je n’y serais jamais dans 10 minutes. Bon elle a l’habitude que je sois en retard mais là, avec le métro qui n’arrive pas, elle risque de m’attendre longtemps. Où est ce téléphone ? J’en peux plus de ce sac, je vais quand même pas le vider sur le quai. La pauvre, elle va finir par me détester. Et dire que quand j’habitais Strasbourg je n’étais jamais en retard. En même temps, ici tout le monde est toujours en retard. Sauf elle. Oui mais bon ce n’est quand même pas de ma faute si ces métros ont toujours du retard. Et là il va être surbondé en plus. Ah Paris. Je déteste mon sac, je déteste chercher mon téléphone… j’en ai des conneries là-dedans hein… Merde je ne le trouve pas. Bon, allez je m’accroupis, et je vais regarder dedans. Je ne comprends pas pourquoi je continue de chercher mon téléphone à tâtons dans mon sac vu que de toutes façons je ne le trouve jamais comme ça et que ça le don de m’énerver encore plus. Bon pas ici, peut-être dans la poche intérieure. Non plus, putain j’espère que je ne me le suis pas fait voler… Ah tout de suite les grands mots hein. Allez, tu le perds 10x par jour, il a du se coincer dans ton livre. Pas là non plus. L’autre poche ? En même temps, si tu choisissais UNE poche où tu le mettrais tout le temps, tu n’aurais pas ce problème. Oui bon ça sert à rien de penser ça maintenant hein. Surtout que quand je le retrouverai, je ne le rangerai pas dans une poche pour autant. Chaque fois c’est pareil, sur le moment, je me promets que c’est ce que je ferai et puis le moment de stress passé, hop, je le remets n’importe où. Bon allez ça ne m’amuse plus là, il est où bordel, faut que je prévienne Laurie qu’elle peut aller m’attendre au café. Bon il n’est pas là, je vais vraiment devoir vider mon sac sur le quai. Avec ma chance, c’est là que le métro va arriver.  OK ne panique pas, il doit bien être quelque part. Non mais comment on faisait avant sans portable hein ? On y arrivait très bien, on se fixait des rdv et on n’était pas en retard. Voilà comment on faisait. Marrant qu’à chaque fois que je ne trouve pas mon téléphone je finisse par me demander comment on faisait avant. Comme si ça allait changer quelque chose au fait que maintenant j’en ai besoin et ne le trouve pas. Quand je loupe un avion je ne me demande pas comment ils faisaient, avant, pour voyager hein. Super comparaison vraiment. Bon. Allez. Mon porte-monnaie par terre, le paquet de mouchoir, un briquet, des centimes, mon agenda, mon livre, mon kindle, une serviette hygiénique, un stylo, merde où est le bouchon, je vais encore abimer un sac s’il coule, faudrait vraiment que je prenne plus soin de mes affaires hein, où est ce bouchon putain. Caaaaaaalme-toi, tu as l’air d’une folle à poser toutes tes affaires par terre avec ses gestes saccadés et énervés. En même temps je suis énervée, comment je vais faire sans mon portable là ? C’est là que tu te rends compte que t’es vraiment accroc à ton téléphone hein. Ça aussi, à chaque fois je me le dis. Ca ne changera pas les faits hein. Oui je suis accroc à mon portable, et alors ? Ca pose un problème ? Bon vraiment, calme-toi, si tu commences à t’énerver contre toi-même, ça ne va pas t’aider à le trouver hein. Bon le métro arrive, range tout.
Je l’ai perdu. Bon on me l’a peut-être volé  hein ? Non on ne te l’a pas volé. Tu l’as perdu c’est tout. Quand est-ce que je l’ai utilisé la dernière fois ? En marchant je whatsappais. Je l’ai rangé quand j’ai passé mon ticket de métro. Bon. J’ai pu le faire tomber à ce moment là. Arfff, je savais que j’aurais du rester chez moi aujourd’hui. C’est pas une bonne journée, je le sa-vais.
Je vais passer une heure à bloquer ma carte SIM et ça va me couter un œil d’en acheter un nouveau. Manquait plus que ça tiens. Je pourrais demander à quelqu’un de me prêter son portable pour écrire un message à Laurie. Sauf que pour ça il faudrait que je connaisse son numéro par cœur, ce qui n’est pas le cas. (Là aussi, avant, on connaissait nos numéros par cœur). Et puis la dernière fois que j’ai fait ça, en allant à Marseille quand mon réseau ne passait pas, je suis tombée sur la seule femme de mon âge qui doit encore avoir un portable sans clavier tactile. Non mais sérieux, qui a encore ce genre de téléphone hein ? j’ai mis une demi heure à écrire un message. Appuyer sur chaque touche 30 fois pour atteindre la lettre voulue. Jamais pu trouver les apostrophes sur ce vieux Nokia pourri d’ailleurs, j’avais écrit mon texto avec des espaces à la place. Bref, ça fait chier ce téléphone quand même. C’est pas la fin du monde, on est d’accord, mais ça fait chier quand même hein. Mais c’est pas la fin du monde hein, et puis tu ne peux rien y faire de toutes façons si tu l’as vraiment perdu. Oui, mais ça fait chier quand même. Et je vais le retrouver, je n’ai pas pu le perdre. Allez, je l’ai peut-être mal chercheé Hop c’est reparti pour une recherche à l’aveugle dans ce putain de sac trop grand. Bon, tu me diras, même quand ils sont petits je le trouve pas, c’est pas vraiment une excuse hein. Et voilà le métro. Bondé. Comme prévu. Su-per. Allez hop, prends ton courage à deux mains, pousse les gens et vas-y. Je déteste le métro bondé. Tous ces gens là… Tiens un groupe d’ado. Je vais me mettre à côté d’eux ça me changera les idées. J’adore les écouter et les regarder flirter en se chamaillant. On était vraiment aussi cons nous, à 16 ans ? Sûrement. Mais on ne s’habillait pas comme des putes et on n’avait pas l’air d’avoir 25 ans. Et on avait pas de portables nous. Bref, revérifie tes poches. Comme si ça allait changer quelque chose, ça fait 10x que je les vérifie. Oui ben vérifie les quand même. Ah.
Tiens. Il est là. Ouf. Je savais que je ne l’avais pas perdu. Mais je suis quand même soulagée. Je me fais toujours une grosse frayeur mais finalement je ne le perds jamais. Hop. Je peux prévenir Laurie que j’aurais du retard. Pas tant que ça finalement en plus, même pas 10 minutes si tout va bien. Mon dieu comme ils parlent ces jeunes… Vous ne voulez pas apprendre à parler normalement sérieux ? Et toi, là, tu serais tellement plus jolie sans cette couche de fond de teint.

 

Photo de Kot. 
Merci encore à Leiloona de nous proposer ses ateliers d’écriture.

 

8 commentaires sur “Une photo, quelques mots #13 : mais il est où ?

  1. Y a du vécu !! Dit pas non, ça se sent !! C’est tout toi ! ^^

  2. LOL ça sent le vécu non ? :D

  3. Mouhahaha, j’adore ton flot, jusqu’à la chute. pfiuuu, épuisant ! :D

  4. Caro Bleue Violette le 11 décembre 2013 à 16h07 a écrit :

    PTDRRRR, purée on dirait moi quand je cherche mon portable ! C’est exactement ça, même le truc de « après tout avant on s’en sortait très bien sans portable ! » je me le dis (et c’est vrai que c’est débile comme réflexion n’empêche ^^) ! Et je ne compte plus le nombre de fois que je me suis accroupie par terre dans la rue pour y déverser le contenu de mon sac en répétant « putain, putain, putain » sous les yeux de passants hilares !

    Et mdr pour les ados, moi aussi j’adore être à côté d’eux dans les files d’attente ou dans le bus, c’est toujours tordants de les écouter parler.

    Sinon connaîtrait-on enfin le prénom de Mlle P ? ;-)

    • C’est bon de se sentir moins seule, merci !! :) Et pareil, je vide mon sac par terre, avec des gestes bien énervés, en disant putain… :D
      Les ados, chaque fois je suis là « purée… quand même… » :)
      Et pour le prénom de Mlle P, je suis mdr Sherlock :D
      Donc comme ça tu crois que je n’ai qu’une copine hein^^
      Allez, je te dis un secret : Mlle P s’appelle en fait Clitorine. Pourquoi crois-tu qu’elle se cache derrière un pseudo hein ? ^^

      • Caro Bleue Violette le 13 décembre 2013 à 15h15 a écrit :

        Je parle de Mlle P parce que tu parles de Marseille dans le billet, voilà pourquoi :)

        Je trouve que Laurie est un joli prénom mais Clitorine, c’est le top du top, inclinons-toutes bien bas devant Mlle P ! XDDDDD

  5. Roanne le 12 décembre 2013 à 10h54 a écrit :

    Argggg la malédiction des sacs sans fond et des métro bondés… Super texte qui rend très bien les deux ! ;)

  6. Ha ha ! On a eu un peu la même idée mais tu es vraiment allée au bout ! Moi aussi je me sens moins seule… je vide régulièrement mon sac (au sens propre…) par terre dans le métro… En général c’est plutôt pour trouver mon p… de passe navigo ! Comme Leiloona le flot de ce monologue intérieur m’a bien plu !

  7. Syl. le 15 décembre 2013 à 11h06 a écrit :

    Toi, mais aussi moi, le nez plongé dans les abysses de mon sac. Un jour, il va me dévorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets