Les lectures de Cécile

1
juin

Un week-end à Berlin (avril 2016)

IMG_4640

Jour 1 : 
Nous, on a Paul dans nos aéroports. A Berlin, c’est bière et saucisses… C’est quand même plus fun… 

FullSizeRender FullSizeRender 2 

Arriver à l’hôtel le plus cool du monde… 

  IMG_4145  IMG_4155 FullSizeRender 17

« qu’est-ce que je peux dire, je suis bordélique »
IMG_4182

qu’est-ce que je peux dire, je suis bordélique
IMG_4185

Je suis généralement une personne propre. 
IMG_4187 
Imaginez que les Rolling Stones ont dormi dans cette chambre
 IMG_4195
Accès refusé
IMG_4196
Des fois, il vaut mieux ne pas savoir…
IMG_4200
Vous vous souvenez du film « very bad trip » ? C’est pire
IMG_4197 
SVP, déposez de l’aspirine devant la porte et partez.
IMG_4193

Chambre avec vue sur le zoo et longues vues pour bien voir les animaux
IMG_4158

IMG_4163

Les salles de réunions :
« Fais comme si tu écoutais pendant que tu penses à ce que tu vas porter la semaine prochaine »
« Accepte un appel hyper important de Greenpeace »
IMG_4396 

 

Un restau israélien trop.bon. Dans l’hôtel.
 IMG_4176 IMG_4179 IMG_4181 
******
Rosenstrasse (la rue des roses) : 
Alors que les juifs de Berlin se faisaient déporter, certains y échappaient s’ils étaient mariés à des femmes  allemandes de souche aryenne.
A partir du 27 février 1943, les SS arrêteront les derniers juifs présents. À la fin de la journée, la division SS a eu l’occasion d’appréhender plus de 7 000 juifs, dont 1 700 qui y avaient échappé jusqu’à présent grâce à leur épouse allemande. Les épouses allemandes, constatant l’absence de leurs maris se sont réunies pendant des jours, à la Rosentrasse où elles manifestaient et dormaient. Après  10 jours de manifestation et d’altercation,  les SS libérèrent les maris et enfants arrêtés. Ce monument situé dans la rue représente ces femmes. 
FullSizeRender 4

12998463_1186155251403006_8224092170693169290_n
******
Fernsehturm de Berlin / St Mary’s church :
FullSizeRender 13
******
haus Schwarzenberg:
FullSizeRender 16 FullSizeRender 11 FullSizeRender 3 FullSizeRender 19 IMG_4247 IMG_4250 IMG_4252 IMG_4246 IMG_4380 IMG_4381 IMG_4382 IMG_4383
******

Expo Otto Weidt:
Le Musée Blindenwerkstatt Otto Zeidt évoque l’histoire de l’atelier d’aveugles d’Otto Weidt. Ici, dans un bâtiment d’arrière-cour près des Hackesche Höfen, ce furent principalement des aveugles et des sourds juifs qui travaillèrent sous le Nazisme sous la protection du petit industriel Otto Weidt. Ils fabriquèrent des balais et des brosses pour la Wehrmacht, ce qui mérita à l’entreprise qu’elle soit classée « d’intérêt pour l’Armée ». 
IMG_4272
IMG_4276 IMG_4282 IMG_4286
IMG_4287 IMG_4288
******

Stolpersteine:
création de l’artiste berlinois Gunter Demnig (né en 1947). Ce sont de petits dés de béton ou de métal de 10 cm de côté enfoncés dans le sol. La face supérieure, affleurante, est recouverte d’une plaque en laiton qui honore la mémoire d’une victime du nazisme. Chaque cube rappelle la mémoire d’une personne déportée, puis assassinée dans un camp de concentration ou dans un camp de la mort parce qu’elle était Juive, Rom, Communiste, Sinté, membre de la Résistance, homosexuelle, témoin de Jéhovah, chrétienne en opposition au régime nazi ou handicapée.
Encastrées dans le trottoir devant le dernier domicile des victimes, plusieurs milliers de Stolpersteine ont ainsi été posées depuis 1993, principalement en Allemagne mais aussi dans d’autres pays européens.

FullSizeRender 22
FullSizeRender 10
******


« A cet emplacement se trouvait la plus ancienne maison de retraite de la communaute Juive de Berlin. En 1942 la Gestapo la transforma en camp de regroupement pour les citoyens juifs. 55000 Berlinoiss, du nourrisson au plus âgé, ont été embarqués vers les camps d’Auschwitz et de Theresienstadt où ils ont été bestialement assassinés. N’oubliez jamais. Evitez la guerre. Protégez la paix. » »
FullSizeRender 12
IMG_4318 IMG_4319
******
Hackesche Höfe:
FullSizeRender 6
FullSizeRender 20
******
Kunsthaus Tacheles : 
 FullSizeRender 18  FullSizeRender 23    
******
Nouvelle synagogue :
IMG_4321
******

Mémorial de l’holocauste : 
FullSizeRender 7
FullSizeRender 15 FullSizeRender IMG_4352 IMG_4362
******

L’île aux musées :
FullSizeRender 21
******

 

 

Jour 2 : 
Bruncher vers Prenzlauer Berg, au Anna Blume Café, déambuler dans le marché, se balader dans l’ancien quartier juif de Berlin…
FullSizeRender 17******

Le mur de Berlin

Le mur de Berlin, « Mur de la honte » pour les Allemands de l’Ouest  est érigé en plein Berlin à partir de la nuit du  au  par la République démocratique allemande (RDA), qui tente ainsi de mettre fin à l’exode croissant de ses habitants vers la République fédérale d’Allemagne (RFA). Le mur, composante de la frontière intérieure allemande, sépare physiquement la ville en Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant plus de vingt-huit ans, et constitue le symbole le plus marquant d’une Europe divisée par le rideau de fer.
En construisant le mur, le parti socialiste, avec le support de l’union soviétique, assure son pouvoir à l’Est. 
Cet acte brutal a aussi marqué la fin de l’effort soviétique de prendre l’ouest de Berlin dans sa sphère de contrôle. 
L’Allemagne et Berlin ont cessé d’être le point de tension de la guerre froide. 
Mais pour les allemands de l’est, le Mur a des conséquences dramatiques.
Ils ne peuvent plus atteindre l’Ouest et subissent encore plus de pression pour accepter la dictature. 
Les résidents de Berlin ont perdu une partie de leur environnement et ont été coupé de manière abrupte de leur famille, amis et connaissances situés de l’autre coté de la ville.
Les politiciens de l’Ouest ont rapidement essayé de calmer la situation mais après quelques temps, la division de la ville est devenue normale pour beaucoup d’habitants.
Mais d’autres ont refusé de l’accepter. Au moins 138 personnes sont mortes en voulant traverser la séparation.
Pendant des décennies, le mur, très bien gardé, a servi a assurer le pouvoir du parti communiste. 
La tentative de controle de l’Allemagne de l’est a échoué quand le parti socialiste s’est effondré en 1989. 
La chute du mur en automne 1989 a marqué la fin du règne du parti. 
La guerre froide est finie. 

 FullSizeRender 2
FullSizeRender 11
13006540_1186803148004883_6947601873648072002_n
FullSizeRender 14 FullSizeRender 19

Photos de photos :
 Obstacle pour éviter de traverser le mur (1980)
FullSizeRender 9IMG_4537
13010744_1186803008004897_8117035982727140940_n13000143_1186803018004896_174381663177012835_n
berlin mur
******

« Alltag in der DDR », une expo sur la RDA: 
FullSizeRender 7
FullSizeRender 4 FullSizeRender 25 FullSizeRender 27 FullSizeRender 24 IMG_4420 IMG_4410

A trop correspondre avec des personnes de l’ouest, ce jeune homme de 19 ans a attiré le regard sur lui. Le livre 1984 d’Orwell, cadeau de son ami de l’ouest, sert de preuve à son attitude révolutionnaire. Il est condamné à 3 ans et 3 mois de prison.IMG_4424
******

Newton’s museum
FullSizeRender 23
FullSizeRender 20 FullSizeRender 18 FullSizeRender 12 FullSizeRender 13 FullSizeRender 8 FullSizeRender 3 FullSizeRender 28
******

Potsdamer Plaze
FullSizeRender 26
******
Brandenburger tor: 
FullSizeRender
******

Se ballader, manger un donuts, se changer et retrouver sa cousine et son mari dans vers Prenzlauer Berg pour un repas / dégustation de vins. 

IMG_4548  IMG_4544
******

 

Jour 3 :
L’hôtel qui nous prête une mini sport et qui paye pour l’essence ! Cet hôtel est dingue ! 

IMG_4560
******

Gare de Berlin-grunewald
Quai 17 
La gare de la déportation à Berlin
IMG_4568


Parmi les lieux de mémoire qui rappellent la Shoah à Berlin, un des plus sinistres et des moins connus est la gare de Grunewald. Elle est située à l’orée d’une immense forêt, à une dizaine de kilomètres du centre de la capitale.

On ne peut pas rappeler le sort dramatique des juifs de Berlin sous la barbarie nazie sans faire une visite à cet endroit. A première vue, on pourrait se croire dans un lieu idyllique: quelques échoppes et une petite gare où s’arrêtent les trains du réseau régional pour desservir un quartier de villas et pour amener des promeneurs qui viennent respirer l’air d’une grande forêt urbaine. Pourtant, ici, entre octobre 1941 et février 1945, quelque 50 000 juifs de la capitale furent déportés par trains vers des camps d’extermination dans nord du pays et, surtout en Pologne.

Longtemps les chemins de fer allemands (Deutsche Bahn) ont nié leur participation à la solution finale. Quand ils ne purent plus contester une évidence établie par les témoignages des survivants et des historiens, ils décidèrent enfin d’installer un mémorial pour rappeler aux visiteurs les tragiques événements de la déportation. Depuis le 27 janvier 1998, le fameux quai 17 (Gleis 17) est consacré au souvenir des déportés. Le long de deux voies désaffectées, des plaques de fonte portent les noms de camps de concentration qui étaient autant de destination des trains remplis de juifs berlinois: Varsovie, Litzmannstadt et, surtout les plus connues: Auschwitz et Theresienstadt. Chaque plaque porte la date du départ du train et le nombre de juifs qu’il transportait.

Il y a rarement foule à la gare de Grunewald. Néanmoins, chaque jour des visiteurs venus des quatre coins du monde, souvent des descendants de déportés, viennent se recueillir sur le quai 17 où l’on croit encore entendre les pleurs des mères et les cris des enfants que la Gestapo envoyait sans ménagement vers une mort certaine.

FullSizeRender 3 FullSizeRender 4 FullSizeRender 6 FullSizeRender 2 FullSizeRender 9

FullSizeRenderIMG_4569

IMG_4567
******

Mauer Park et son marché aux puces :
FullSizeRender 10
IMG_4630 IMG_4629 IMG_4624 FullSizeRender 8 IMG_4621 IMG_4601 IMG_4598
13006751_1187478274604037_7942205754744233046_n12987088_1187478207937377_5335798200582029020_n13015220_1187478154604049_3095466748279762092_n
******

Mur de Berlin : East Gallery

IMG_4640 IMG_4641 IMG_4642 IMG_4650 IMG_4657 IMG_4672
13000176_1187493451269186_1440970058636373499_n 12990906_1187493141269217_887775496639201170_n 12994327_1187493127935885_7729180234085150744_n 12987137_1187493241269207_90213720534125011_n 12993388_1187493157935882_475454955054963814_n IMG_4746
******
Manger un burger…
IMG_4675 IMG_4676  
******
RAW
Art libre
13055436_1187494017935796_5932399316453701578_n
IMG_4708 IMG_4707 IMG_4706  IMG_4701
IMG_4699 IMG_4695
******
YAAM
RefugeesWelcome
IMG_4713 IMG_4711 IMG_4719 IMG_4718 IMG_4716 IMG_4747 IMG_4720
******

View of Berlin  

 IMG_4731  IMG_4727 IMG_4725 IMG_4722 

Et le reste de Berlin… 

FullSizeRender 5
FullSizeRender 8  

IMG_4384
 FullSizeRender 5 FullSizeRender 15 FullSizeRender 16 FullSizeRender 21 FullSizeRender 22 FullSizeRender 5 IMG_4682 FullSizeRender 14FullSizeRender 10 

 Un week-end génial, en amoureux, dans une ville chargée d’Histoire(s). 
Une ville incroyable, différente, étonnante, belle, touchante, prenante.
Cette sensation de revivre des tranches d’Histoire, contempler, se rappeler, réaliser que ça a existé, que c’était il y a pas si longtemps, qu’on était né, que certains l’ont vécu, que d’autres sont sont morts.
Comprendre, apprendre, réapprendre, flâner, manger, s’étonner de la circulation toujours fluide, prendre des photos, des notes, un guide. 
Etre touchée. Aimer. Vouloir déjà y retourner. 

********

7 commentaires sur “Un week-end à Berlin (avril 2016)

  1. Julia le 1 juin 2016 à 13h19 a écrit :

    Ces photos sont magnifiques, et certaines d’une grande intensité. Ça donne tres envie d’y aller, vivement juillet 2017 ;)

  2. Syl. le 1 juin 2016 à 17h48 a écrit :

    Des images poignantes. Berlin la subversive…

  3. J’y ai passé 10 jours en 2010 (déjà !)et j’avais aussi adoré. J’aimerais vraiment y retourner. Cette ville a un truc qui fait qu’on s’y sent chez soi. On avait loué un appart à un particulier dans Kreuzberg et c’était super sympa de découvrir le quartier comme des habitants. Très bon article.

  4. Une ville visitée l’été dernier que nous avions beaucoup aimé. Tes photos me rappellent des souvenirs….

  5. Je ne connais pas du tout Berlin, c’est super de découvrir cette ville à travers tes superbes photos. Ça a l’air d’être une ville particulière. Et l’hôtel a l’air génial !

  6. Roanne le 21 juin 2016 à 10h56 a écrit :

    Wah ! Quel reportage !
    Merci pour toutes ces photos, anecdotes et explications. Et pour les émotions si diverses que l’on ne manque pas de ressentir en (re) découvrant tout ça.

    (concernant le mur, à titre perso, je n’étais encore qu’une gamine quand il est tombé, mais je me souviens bien des vagues que ça avait fait) (d’ailleurs, des copains voulaient absolument rapporter un morceau de leur voyage en Allemagne, c’était la grande mode !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets