Les lectures de Cécile

5
nov

The Dark Duet Series – CJ Roberts : « Kitten », he said, « monsters can’t love ».

captiveinthedarkVoilà un livre très difficile à conseiller.
Mon premier livre dans l’univers du Dark-Erotica.
L’histoire d’un homme qui a été enlevé très jeune et qui est devenu un esclave sexuel.
Des années plus tard, lui même a « formé » de nombreuses femmes à être des esclaves. Des femmes qu’on lui a livrées ou qui sont venues de leurs plein gré.
Mais cette fois, c’est différent. Il va kidnapper une fille, faire d’elle la parfaite esclave et ce dans le but de se venger de celui qui lui a fait du mal enfant.
Nous suivons les points de vue de Livvie et ceux de Caleb, on suit l’horreur, la froideur, les coups, les humiliations et ce n’est clairement pas beau.
Caleb est un monstre, et il est tellement bien décrit qu’on le déteste et le méprise.
« This isn’t a romance. You’re not a damsel in distress and I’m not the handsome prince come to save you. You ran. I went to collect my property. End of story. »

Mais finalement, nous suivons aussi l’évolution de leur façon de penser, de leurs sentiments, de leur relation.
Malgré tout ce qu’il a fait Caleb m’a touchée. Livvie aussi, de par tout ce qu’elle subit, de par ses réactions, de par ses doutes.
For the first time in recent memory, Caleb wanted something other than revenge. He wanted the girl. He wanted Livvie. 

Je suis restée étonnamment très distante des scènes trash et dures, ce qui fait que je n’ai jamais été dégoutée et que j’ai dévoré ce livre. En fait, les scènes les plus dures ne sont pas décrites avec force détails. Ce qui est décrit, c’est la façon dont les personnages réagissent lors de ces scènes, ce sont leurs sentiments qui sont décrits, et non la scène violente en soi. Je pense que c’est pour ça qu’elles ne m’ont pas dérangée mais que ce sont les sentiments et réactions qui m’ont touchée.
« He was my tormentor and my solace: the creator of the dark and the light within. I didn’t care that he would undoubtedly hurt me at any moment, right now; I just needed somebody to hold me… To tell me these exact words. Its going to be okay. It wasn’t of course, I knew that. But I didn’t care, I needed the lie.”

Personnellement, j’ai trouvé l’écriture très juste. Parfaite. On ressent, on vit, c’est intense et captivant.
Finalement le côté érotique est assez secondaire, pas si présent que ça et clairement pas ce qu’on retient.
No one had ever looked at him that way, as if life were insignificant without him and he’d never valued anyone more than he valued himself. Whatever love was, it was a concept he could not grasp.

Non, je ne peux pas le conseiller car je ne peux pas prévoir les réactions des autres face aux détails qui nous sont livrés. Mais je peux vous dire que moi j’ai aimé ce livre, que j’ai trouvé fort. Et juste.

 

Captive in the dark (the Dark Duet series 1) – C.J. Roberts
Ebook – 276 pages

********************* 

 

seduced in the darkMon dieu, la puissance de certains livres, de certains mots.
Je ne sais pas par où commencer.
Ce tome m’a fait passée par tellement d’émotions. Toutes plus contradictoires les unes que les autres.
L’histoire commence quelques mois après la fin du premier. Autre ambiance, autre atmosphère, nouveaux personnages.
J’appréhendais un peu ce changement, mais c’était sans compter sur le talent de l’auteur qui nous fait revivre tous les mois passés en plus de ceux qui se déroulent dans le présent.
Ce livre est fort.
Intense.
Obsédant.
Il m’a remuée, chamboulée, touchée, bouleversée.
J’ai ressenti les émotions de Livvie avec tellement d’intensité. Sa peur, sa honte, ses doutes, son espoir, son amour.
J’ai détesté Caleb. J’ai adoré Caleb.
I’ve been doing this a long time- manipulating people to get my way. That’s why you think you love me. Because I’ve broken you down and built you back up to believe it. It wasn’t an accident. Once you leave this behind….. you’ll see that.

Il m’a brisé le cœur à plusieurs reprises. J’ai rêvé de le gifler, de le tuer, de l’humilier, de voir du remords dans ses yeux, de sentir ses barrières tomber.
Mais il a su me toucher. Bien plus que dans le premier tome.  Mon cœur s’est brisé pour lui au moment de la vérité.
Pour tout ce qu’il m’a inspiré, pour tout ce qu’il est, pour toute sa dualité, il a su ravir mon cœur en même temps que celui de Livvie.
He had told her he wasn’t Prince Charming, but what he hadn’t said, was he wished he could be.

Ce livre est plus dur que le premier. Les scènes trash ne m’ont pas laissé de marbre cette fois. Les scènes sexuelles sont plus nombreuses aussi. Plus dur à lire pour certaines. Plus « belles » pour d’autres. Mais toujours, focalisées sur les émotions.
Car tout dans ce livre n’est qu’émotions. Celles de nos protagonistes, d’abord, face aux situations qu’ils vivent.
Les nôtres, ensuite, qui en découlent.
On ressent certes la dureté de certaines scènes avec plus d’intensité, mais toujours,  c’est précisément ce que ces scènes font vivre aux personnages qui prônent et qui nous chamboulent.
Dealing with Caleb was all about perspective. You couldn’t appreciate his kindness until you’d felt his cruelty.

J’admire l’écriture de l’auteur qui arrive à nous faire vivre tant de choses, à nous bouleverser de la sorte.
Un roman fort et obsédant, qui risque de me hanter un bon moment mais qu’une fois encore je ne pourrais pas recommander (sauf à B peut-être, et encore, je ne suis pas sûre de moi) car je ne peux pas prédire les réactions des autres face à certains passages.
Et si j’ai détesté de nombreuses scènes de ce livre, au final, j’ai adoré la façon dont il m’a touchée, en bien comme en mal. Oui, j’ai aimé être obsédée par l’histoire, et par tout ce qu’elle m’a fait ressentir, le bon comme le moins bon.
You don’t know what you want Livvie, and what you think you want, you’ve been brain-washed into wanting.

Une lecture dont je me souviendrai.
Merci à Muriel et Sofia de m’avoir convaincue de le lire et pour les échanges durant ma lecture !

Seduced in the dark (the Dark Duet series 2) – C.J. Roberts
Ebook – 505 pages

Des livres qui rentrent dans le cadre du rdv de Stephie, car finalement, avoir aimé des livres si sombres c’est aussi un peu inavouable…
65408451_p

31 commentaires sur “The Dark Duet Series – CJ Roberts : « Kitten », he said, « monsters can’t love ».

  1. Bon, au moins, ca change du schéma « classique » : multimilliardaire sexy/fille qui se croit « ordinaire » mais qui ne l’est pas tant que ça! Je note le titre, en tout cas, je verrai si ca peut m’intéresser. En tout cas, les phrases que tu livres sont intriguantes :)

  2. J’avoue que ton avis est quand même intriguant ! J’ai une quantité folle de livres en attente, donc je ne saute pas dessus… mais c’est quand meme intriguant !

  3. Roanne le 5 novembre 2013 à 12h39 a écrit :

    Mais… ça parle de quoi, au final ? D’un syndrôme de Stockholm aggravé ? ;)

    (blague à part, il me semble que ce n’est pas pour moi ; surtout si ça parle de pédophilie et j’en passe, et surtout si ce n’est pas pour les condamner, réaction allergique à prévoir – je ne supporte pas ce « genre » d’érotisme)
    (il est certain que ça n’a pas l’air du tout du niveau de certains titres à la mode, qui font pousser des ah ! et oh ! alors qu’ils sont au final très très softs)
    (il y a une lectrice qui pourrait aimer, c’est Louve, du forum Mort-Sûre, mais je ne sais pas si elle lit en VO et je suppose que ce n’est pas traduit)

    • Elle se demande en effet si elle n’a pas le syndrôle de Stockholm. :-)
      Les scènes pédophiles ne sont pas détaillées, et elles sont condamnées. Mais ça n’empêche qu’il y a d’autres choses dans ce livre qui font grincer des dents. C’est quand même dur.

      • Vu que ça parle d’esclavagisme, si ça en parle sérieusement, je n’en doute pas.
        Après, la part fantasme / réalité sera toujours à données variables dans un roman.
        En tout cas, n’aimant pas trop les lectures trop dérangeantes qui me perturbent pendant des jours et des nuits, je préfère zapper si je tombe un jour sur la VF, même si ce sont souvent des lectures qui font réfléchir et progresser.

        • En effet si tu n’aimes pas les lectures dérangeantes, il faut clairement passer ton tour. De toutes façons on a tellement de belles choses à lire :D

  4. Tu as aimé, à condition de « sauter » certains passages.

  5. Bérengère le 5 novembre 2013 à 13h15 a écrit :

    Comme souvent, je suis tes conseils, j’ai donc lu ces deux livres, que j’ai dévoré tout comme toi.
    Par contre je n’ai absolument pas le même ressenti que le 1er livre. J’ai été vraiment horrifiée et gênée par l’idée que ce livre était un érotique et que donc les scènes de sexes très crues étaient écrites avec beaucoup de détails justement pour « exciter ». Franchement, je reste traumatisée par le lavement, c’est une scène qui m’a dégoutée et qui ne sert à rien. Tout comme l’autre vraie scène de sexe qui n’apportait rien au livre, en tout cas pour moi. J’ai haï Caleb tout le long de ce 1er tome et j’aurai préféré que le sexe soit moins décrit justement. C’est un monstre, vraiment.
    Le 2ème tome est toujours très (trop) détaillé au niveau des scènes de « sexe », même si certaines sont plus normales et donc (enfin) émoustillantes. J’ai adoré le jeu des prénoms/surnoms (Livvie/Kitten et Caleb/Master) et ce que cela montrait de leurs sentiments au moment où ils le prononcent, un peu comme quand JZB craque et nous fait frissonner avec ses « Mac ». Et moi aussi j’ai vraiment souffert quand on apprend tout de la vie de Caleb.
    Globalement de très bons moments de lecture mais des livres très choquants, à mille lieux des Fifty shades et autres bouquins de BDSM dont on est abreuvé. Ce n’est vraiment pas la même chose.

    • Je ne sais pas moi si ces scènes étaient supposées exciter. en tout cas dans le premier.
      Je pense que c’est normal de haïr Caleb dans le premier tome… Moi je l’ai détesté aussi, mais vers la fin mes sentiments ont commencé à changer, comme ceux de Livvie.
      Et bon dans le deuxième tome, j’ai craqué pour lui, surtout quand on apprend la vérité sur lui.
      Les scènes de sexe du second tome sont plus crues, certaines m’ont plus dérangées aussi, j’étais beaucoup moins « extérieure » dans ce second tome, mais ça n’en a rendu les émotions que plus fortes.
      Je n’ai pas autant fait attention au jeu des prénoms mais maintenant que tu me le dis, oui, c’est vrai qu’il montre très bien l’évolution de leur relation.
      Rien à voir avec les Fifty and co, on est d’accord !!
      Pour la scène du lavement, je te l’accorde, elle n’apportait rien que du dégoût. L’autre scène m’a moins dérangée par contre.

      • en fait c’est toute la complexité de ces livres. de l’horreur nait une histoire d’amour. de relations froidement sexuelles nait une relation sensuelle et aimante.
        ça pose des questions assez intéressantes : livvie est-elle obsédée ou amoureuse. en plein syndrome de stockholm ou en pleine passion? quand son corps cède à la soumission, cela en fait-elle une soumise dans son âme? jusqu’où peut-on aller pour sauver sa peau? (là je pense à Kit par exemple). Caleb est-il un monstre? Si oui, est-ce inné ou acquis? si non, pourquoi? qu’est ce qui le sauve? la rédemption est-elle possible?
        et surtout, je n’ai jamais cessé de penser que la réalité pouvait être ainsi, voir pire. je pense que l’auteure est très bien renseignée sur tout ce qui est trafic humain/sexuel et ce qu’elle apporte de vérité fait froid dans le dos. et traumatise.
        j’ai trouvé que la grande force des bouquins c’était l’émotion. il n’ y pas un moment de tranquillité. incrédulité, horreur, colère, chagrin, répulsion, fascination, tout y passe. même les moments d’apaisement sont intenses. leurs petites bulles d’intimité et de tendresse sont un goulée d’air frais au milieu de tout ça.
        c’est un livre qui dérange fortement, qui interpelle énormément, qui marque absolument.
        on en sort pas indemne, et je le classe dans la catégorie « parfois, c’est pas mal de repousser ses limites pour en apprendre sur soi-même, surtout que c’est pas dangereux ni pour soi ni pour les autres ».

        • J’approuve tout ce commentaire ! Surtout le dernier paragraphe ! :-) C’est tout à fait ça et très bien décrit.

        • Bérengère le 6 novembre 2013 à 17h35 a écrit :

          Je suis tout a fait d’accord avec toi. C’est très dérangeant, notamment parce qu’on en vient à apprécier un monstre, on tourne les pages les unes après les autres alors que les sujets abordés sont choquants, répréhensibles, incompréhensibles. J’ai aimé le côté inné/acquis, même si je n’ai pas adhéré à tout (difficile de tout « pardonner » sous prétexte que la vie rend quelqu’un monstreux malgré lui). Effectivement, on passe pas beaucoup de sentiments pendant cette lecture. Dans le « même » genre, j’ai préféré la série Undeniable, et notamment le 3ème, mais le 2ème tome de Captive in the dark est vraiment fort.

          • Hibana a lu les Undeniable aussi :-)
            enfin le 3 je sais pas?! Je l’ai pas vu sur ton blog Hibana, si ?

      • oui j’ai lu les 3 indéniable, et effectivement, j’ai moins aimé le 3 du coup je ne l’ai pas commenté…

  6. Syl. le 5 novembre 2013 à 13h36 a écrit :

    Je crois que ce n’est pas pour moi. Lorsqu’il y a de la soumission et autres bidules-trucs, je n’aime pas.

  7. Je crois que ce ne sera pas pour moi non plus … Je ne connaissais pas le  » Dark-Erotica » !

  8. Clairement pas pour moi non plus, en revanche je trouve que tu en parles très joliment, on sent que cette lecture t’a vraiment touchée :)

  9. Je ne suis pas sûre que l’univers du Dark-Erotica soir fait pour moi…

  10. Hélène L. le 5 novembre 2013 à 18h21 a écrit :

    Encore une fois, je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis de ces livres. Je suis passée par les mêmes étapes que toi. C’est vrai que c’est un univers très sombre et souvent dérangeant mais les personnages et leurs émotions, leur évolution sont vraiment touchants et captivants. Cette série fait partie de celles qui marquent…
    Tu n’as pas lu le troisième tome? Certaines personnes l’ont trouvé moins bien car trop « normal », moi j’ai beaucoup apprécié de les voir justement évoluer dans un univers plus ordinaire avec toutes les difficultés d’adaptation qu’ils éprouvent l’un et l’autre. La rédemption de Caleb et le fait qu’il s’interroge sur le fait d’y avoir droit m’ont à certains niveaux encore plus touchée que les deux tomes précédents: car même si Livvie le pardonne, même si le lecteur le pardonne ça ne peut suffire, il faut que lui se pardonne et ça…

  11. Tu titilles ma curiosité et ce n’est pas le genre de livre que je trouverai à la bibli ? Ah damned !

  12. Pas du tout certaine d’aimer, mais ça pourrait être une expérience… un jour !

  13. Et bien je ne sais pas quoi en penser… d’un côté tu m’intrigues, d’un autre je me demande si j’aimerais ce genre… ?!

  14. Laurie le 7 novembre 2013 à 21h16 a écrit :

    Ton billet transmet très bien ton ressenti au cours de la lecture de ces livres, et l’intensité des réactions suscitées. Et du coup, je crois que je vais passer mon tour. Cela semble bien trop « dark » pour moi. Je suis capable de plonger littéralement dans un livre bien écrit, et quand les thèmes sont aussi lourds, je ne suis pas sûre de le vouloir. Je crois que pour le moment je vais rester du côté des poneys à paillettes de Tam-Tam et Chi-Chi. :-)

    • LOL tu as bien raison. Par contre je lis « Making Faces » et c’est top top !!!! triste un peu mais génial ! Je t’en parle bientôt !

  15. Hum, tout ça m’intrigue vachement !

  16. Muriel m’avait déjà intrigué avec ce livre, ton billet ne fait qu’accentuer tout ça !
    Les deux tomes sont mis de côté !

  17. Juliane le 2 mai 2014 à 18h15 a écrit :

    En fait dans cette chronique, tu décris très bien pourquoi j’aime lire des choses très darks et très dures: pour les émotions violentes que ça me procure. Et aussi pour maintenir très vivace ma capacité à comprendre sans accepter ni pardonner? Je ne sais pas bien comment l’expliquer… Comprendre pourquoi un Humain fait quelque chose d’absolument révoltant ne veut pas dire qu’on accepte ce qu’il a fait, ni que cela va nécessairement impliquer le pardon.
    Et quand je lis des choses horribles et des gens brisés 100 fois, j’aime lire la résilience en marche et me dire qu’on peut se relever de tout, tant que le cœur bat.

    En résumé, si tu croises à nouveau un roman tellement noir que tu n’arrives pas à savoir si tu as aimé ou non tellement il t’a retourné les tripes, si tu ne sais absolument pas à qui tu oserais conseiller un livre pareil, sache que je serai toujours là pour partager ce genre de lectures avec toi.

    • Cess le 6 mai 2014 à 12h15 a écrit :

      Je note que je dois te tenir au courant pour ce genre de livre !! J’ai hâte d’avoir ton avis sur cette série en tout cas :)))
      tiens moi au courant surtout, j’espère que tu aimeras et que tu ressentiras tout ce que tu viens de décrire ! :)

  18. Pingback : The Dark Duet serie : Captive/Seduced In The Dark de CJ Roberts, le livre qui provoque le syndrome de Stockholm ! | Second ☆ to the Right

  19. Megara le 28 octobre 2014 à 14h10 a écrit :

    « Dark Erotica », quel doux terme pour parler de « torture porn »… Ou comment rendre l’horreur « érotique ».
    Je ne comprendrai jamais cet intérêt pour les viols, les tortures, les humiliations sexuelles… Je préfère l’horreur normale, celle avec des gens qui bouffent d’autres gens ou des psychopathes qui découpent des pauvres gars en rondelles XD

  20. Pingback : The dark duets – C.J. Roberts | le blog d'Hibana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets