Les lectures de Cécile

5
nov

The Dark Duet Series – CJ Roberts : « Kitten », he said, « monsters can’t love ».

captiveinthedarkVoilà un livre très difficile à conseiller.
Mon premier livre dans l’univers du Dark-Erotica.
L’histoire d’un homme qui a été enlevé très jeune et qui est devenu un esclave sexuel.
Des années plus tard, lui même a « formé » de nombreuses femmes à être des esclaves. Des femmes qu’on lui a livrées ou qui sont venues de leurs plein gré.
Mais cette fois, c’est différent. Il va kidnapper une fille, faire d’elle la parfaite esclave et ce dans le but de se venger de celui qui lui a fait du mal enfant.
Nous suivons les points de vue de Livvie et ceux de Caleb, on suit l’horreur, la froideur, les coups, les humiliations et ce n’est clairement pas beau.
Caleb est un monstre, et il est tellement bien décrit qu’on le déteste et le méprise.
« This isn’t a romance. You’re not a damsel in distress and I’m not the handsome prince come to save you. You ran. I went to collect my property. End of story. »

Mais finalement, nous suivons aussi l’évolution de leur façon de penser, de leurs sentiments, de leur relation.
Malgré tout ce qu’il a fait Caleb m’a touchée. Livvie aussi, de par tout ce qu’elle subit, de par ses réactions, de par ses doutes.
For the first time in recent memory, Caleb wanted something other than revenge. He wanted the girl. He wanted Livvie. 

Je suis restée étonnamment très distante des scènes trash et dures, ce qui fait que je n’ai jamais été dégoutée et que j’ai dévoré ce livre. En fait, les scènes les plus dures ne sont pas décrites avec force détails. Ce qui est décrit, c’est la façon dont les personnages réagissent lors de ces scènes, ce sont leurs sentiments qui sont décrits, et non la scène violente en soi. Je pense que c’est pour ça qu’elles ne m’ont pas dérangée mais que ce sont les sentiments et réactions qui m’ont touchée.
« He was my tormentor and my solace: the creator of the dark and the light within. I didn’t care that he would undoubtedly hurt me at any moment, right now; I just needed somebody to hold me… To tell me these exact words. Its going to be okay. It wasn’t of course, I knew that. But I didn’t care, I needed the lie.”

Personnellement, j’ai trouvé l’écriture très juste. Parfaite. On ressent, on vit, c’est intense et captivant.
Finalement le côté érotique est assez secondaire, pas si présent que ça et clairement pas ce qu’on retient.
No one had ever looked at him that way, as if life were insignificant without him and he’d never valued anyone more than he valued himself. Whatever love was, it was a concept he could not grasp.

Non, je ne peux pas le conseiller car je ne peux pas prévoir les réactions des autres face aux détails qui nous sont livrés. Mais je peux vous dire que moi j’ai aimé ce livre, que j’ai trouvé fort. Et juste.

 

Captive in the dark (the Dark Duet series 1) – C.J. Roberts
Ebook – 276 pages

********************* 

 

seduced in the darkMon dieu, la puissance de certains livres, de certains mots.
Je ne sais pas par où commencer.
Ce tome m’a fait passée par tellement d’émotions. Toutes plus contradictoires les unes que les autres.
L’histoire commence quelques mois après la fin du premier. Autre ambiance, autre atmosphère, nouveaux personnages.
J’appréhendais un peu ce changement, mais c’était sans compter sur le talent de l’auteur qui nous fait revivre tous les mois passés en plus de ceux qui se déroulent dans le présent.
Ce livre est fort.
Intense.
Obsédant.
Il m’a remuée, chamboulée, touchée, bouleversée.
J’ai ressenti les émotions de Livvie avec tellement d’intensité. Sa peur, sa honte, ses doutes, son espoir, son amour.
J’ai détesté Caleb. J’ai adoré Caleb.
I’ve been doing this a long time- manipulating people to get my way. That’s why you think you love me. Because I’ve broken you down and built you back up to believe it. It wasn’t an accident. Once you leave this behind….. you’ll see that.

Il m’a brisé le cœur à plusieurs reprises. J’ai rêvé de le gifler, de le tuer, de l’humilier, de voir du remords dans ses yeux, de sentir ses barrières tomber.
Mais il a su me toucher. Bien plus que dans le premier tome.  Mon cœur s’est brisé pour lui au moment de la vérité.
Pour tout ce qu’il m’a inspiré, pour tout ce qu’il est, pour toute sa dualité, il a su ravir mon cœur en même temps que celui de Livvie.
He had told her he wasn’t Prince Charming, but what he hadn’t said, was he wished he could be.

Ce livre est plus dur que le premier. Les scènes trash ne m’ont pas laissé de marbre cette fois. Les scènes sexuelles sont plus nombreuses aussi. Plus dur à lire pour certaines. Plus « belles » pour d’autres. Mais toujours, focalisées sur les émotions.
Car tout dans ce livre n’est qu’émotions. Celles de nos protagonistes, d’abord, face aux situations qu’ils vivent.
Les nôtres, ensuite, qui en découlent.
On ressent certes la dureté de certaines scènes avec plus d’intensité, mais toujours,  c’est précisément ce que ces scènes font vivre aux personnages qui prônent et qui nous chamboulent.
Dealing with Caleb was all about perspective. You couldn’t appreciate his kindness until you’d felt his cruelty.

J’admire l’écriture de l’auteur qui arrive à nous faire vivre tant de choses, à nous bouleverser de la sorte.
Un roman fort et obsédant, qui risque de me hanter un bon moment mais qu’une fois encore je ne pourrais pas recommander (sauf à B peut-être, et encore, je ne suis pas sûre de moi) car je ne peux pas prédire les réactions des autres face à certains passages.
Et si j’ai détesté de nombreuses scènes de ce livre, au final, j’ai adoré la façon dont il m’a touchée, en bien comme en mal. Oui, j’ai aimé être obsédée par l’histoire, et par tout ce qu’elle m’a fait ressentir, le bon comme le moins bon.
You don’t know what you want Livvie, and what you think you want, you’ve been brain-washed into wanting.

Une lecture dont je me souviendrai.
Merci à Muriel et Sofia de m’avoir convaincue de le lire et pour les échanges durant ma lecture !

Seduced in the dark (the Dark Duet series 2) – C.J. Roberts
Ebook – 505 pages

Des livres qui rentrent dans le cadre du rdv de Stephie, car finalement, avoir aimé des livres si sombres c’est aussi un peu inavouable…
65408451_p

29
sept

Oh Boy ! Marie-Aude Murail

oh boy 

J’ai beaucoup entendu parler de Marie-Aude Murail, du coup quand Pimprenelle a mis cette auteure en tête d’affiche de son RDV mensuel « Découvrons un auteur » j’ai sauté sur l’occasion pour lire « Oh Boy » qui était dans ma PAL.

Je vous mets la 4ème de couverture qui résume très bien autant le ton de l’histoire, que l’histoire elle-même.

Ils sont frère et soeurs. Depuis quelques heures, ils sont orphelins. Ils ont juré qu’on ne les séparerait pas.
Il y a Siméon Morlevent, 14 ans, Maigrichon. Yeux marron. Signe particulier : surdoué, prépare actuellement son bac.
Morgane Morlevent, 8 ans. Yeux marron. Oreilles très décollées. Première de sa classe, très proche de son frère. Signe particulier : les adultes oublient tout le temps qu’elle existe.
Venise Morlevent, 5 ans. Yeux bleus, cheveux blonds, ravissante. La petite fille que tout le monde rêve d’avoir . Signe particulier : fait vivre des histoires d’amour torrides à ses Barbie.
Ils n’ont aucune envie de confier leur sort à la première assistante sociale venue. Leur objectif est de quitter le foyer où on les a placés et de se trouver une famille. A cette heure, deux personnes pourraient vouloir les adopter. Pour de bonnes raisons. Mais aussi pour de mauvaises. L’une n’est pas très sympathique, l’autre est irresponsable, et… Ah, oui, ces deux personnes se détestent.

En refermant ce livre, je ne peux que comprendre l’engouement et l’enthousiasme général pour cette auteure. 

Je ne sais pas si c’est pareil pour tous ces livres, si chaque fois, des sujets « difficiles » y sont abordés mais dans « Oh Boy », M-A.Murail traite du suicide, d’orphelins, de séparation, de femme battue et de maladie, et pourtant, elle y ajoute ce qu’il faut d’humour et d’ironie pour que tous ces sujets « passent » très bien. 

J’ai souri, j’ai même (souvent) ri, j’ai ravalé des larmes et surtout j’ai tourné les pages, très rapidement. L’écriture est belle et fluide. Ce livre est touchant et chose rare, je me suis attachée à tous les personnages du livre : J’ai essayé de les décrire tous et d’expliquer pourquoi je me suis attachée à chacun d’entre eux mais chaque fois, les mêmes mots revenaient, « il m’a fait rire  et m’a touché ». Parce que quel que soit le personnage, que ce soit le juge, le frère gay, la grande sœur coincée, la voisine battue qui ne veut pas quitter son mari, le petit surdoué qui a grandit trop vite, la sœur du milieu qui n’est remarqué par personne, ou enfin la petite dernière qui est belle mais qui n’est pas fute-fute, chacun a un côté touchant, chacun est vulnérable, quelque soit l’âge, quelque soit son passé. Derrière chacun d’entre eux se cache le doute, la peur et l’envie d’être aimé. Et en cela, tous m’ont touché.

En outre l’évolution de toutes ces relations est finement développée…

Bref, je suis un peu à court de mots (et oui ça m’arrive aussi) car j’ai tout simplement adoré et que je ne sais pas trop comment expliquer pourquoi. Peut-être parce que j’ai ressenti une palette d’émotions, que j’ai beaucoup rigolé, que ça m’a fait réfléchir, que j’ai été captivé et que je me suis complètement évadée ? Oui sûrement pour tout ça mais aussi pour bien plus encore… Un « bien plus » que je vous conseille vivement de découvrir par vous-même !

Un vrai coup de cœur : lisez-le ! J

 

Merci à Pimprenelle pour cette découverte !

untitledmarie aude 

 

Ce livre a été également lu dans le cadre du « Défi des 100 plus grands » :

100-plus-grands

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-oh-boy-marie-aude-murail-57929938.html

13
sept

Entre chiens et loups – Malorie Blackman

 

entre chiens et loups s

 

CHAM-BOU-LEE !  

Voilà, en un mot, comment je ressors de cette lecture.

Je suis chamboulée. Ca fait longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait cet effet.

 

Si bien sûr, « Mockingjay » et « Etranger à Berlin » m’ont beaucoup remués dernièrement, mais là… c’est autre chose.

 

J’ai du faire des pauses car je ne voulais plus continuer, car je ne pouvais plus continuer. Trop intense, trop dur… très peu d’espoirs…

Oui je crois que c’était ça le plus dur, à chaque fois qu’on se prenait à espérer, on se prenait une claque. Pas une fois mes espoirs se sont réalisés. Je me voyais supplier autant que Callum et Sephy pour un changement, pour un coup de chance. Un seul coup de chance qui aurait pu faire évoluer l’histoire d’une autre manière. Mais non. Des fois je me disais que je n’arriverais pas à aller jusqu’au bout…

Mais je devais continuer. Je voulais savoir ce qui allait se passer pour  Callum, pour Sephy.

Je suis donc allée jusqu’aux bouts, et j’ai beaucoup pleuré ! car si, tout au long du livre, les larmes me sont montées, à la fin, je les ai laissées couler.

 

Sephy est noire, Callum est blanc. Ils se connaissent depuis l’enfance. Désormais, ils doivent se voir en cachette car leurs familles se détestent.

Plus que leurs familles, ce sont leurs 2 peuples qui se détestent. Les noirs sont puissants. Les blancs sont des moins que rien, dont la condition ne s’est pas améliorée après la fin de l’esclavagisme.

La haine qui est dépeinte de toutes parts est tellement forte, tellement intense et emprunte de réalisme, que la lecture de ce roman se fait avec une boule au ventre continuelle.

Sephy et Callum pourraient incarner l’espoir, l’espoir d’un avenir meilleur, mais même leur amitié, leur amour est mise à mal. Il s’y accroche pourtant. Beaucoup et longtemps. Mais les circonstances et évènements ne vont pas les aider. Bien au contraire.

 

Eux qui connaissaient tout de l’autre deviennent par moment des étrangers. La haine de leurs 2 peuples aura t-elle raison de leur relation ?

 

Ce livre n’épargne personne, ni les noirs qui ne veulent pas croire en l’égalité, ni les blancs qui ne croient pas au changement, ni nous, lecteurs, qui perdons espoirs au fur et à mesure.

Ce n’est pas qu’une simple histoire de racisme, on parle ici de haine, de manipulation, de rebellions, et de folie. De la folie qui animent ces deux peuples et qui change un être humain.

 

Ce livre fait peur, il fait réfléchir. Il ne nous épargne pas. Mais pour moi c’est un must read. Pour les jeunes, et pour les plus âgés.

 

J’espère que le second tome de la série nous apportera plus d’espoirs même si j’en doute. Je ne le serai pas tout de suite, car pour une fois, je ne me jetterai pas sur la suite d’une série. J’ai besoin de lectures plus légères avant de me replonger dans cet univers si réaliste qu’il en fait peur.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une LC organisée par Choukette que je remercie car j’aurais pu laisser trainer ce livre encore quelques temps dans ma PAL sans cette LC.

Voici les avis des participantes : Choukette, Setsuka, Esperana, masevy et Cathy

 

Cette lecture s’inscrit également dans le cadre du défi des 100 plus grands !

100-plus-grands 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-entre-chiens-et-loups—malorie-blackman-56978116.html