Les lectures de Cécile

25
mai

NIL de Lynne Matson ou la déception faite livre

NILpic 

Pour vous résumer ce livre, je me permets de reprendre la présentation parfaite (attendez, ça fait 6 mois que je n’ai pas fait de billets, faut pas trop m’en demander), la présentation parfaite, disais-je, de ma copine Bladelor (dont je vous invite à lire le billet beaucoup plus positif que le mien ici

Nil est une île paradisiaque qui ne figure sur aucune carte, une dimension parallèle dans laquelle échouent par hasard des adolescents. D’un instant à l’autre, ils disparaissent pour réapparaître sur Nil (nus comme des vers)(heureusement qu’ils sont tous bien gaulés)(et qu’ils ont des habits à disposition)(vous sentez le billet plein d’ironie ?)(Vous sentez bien).

Pour en partir et retrouver leur existence, une seule solution s’offre à eux : celle de trouver une « porte ». En effet, chaque jour une sorte de portail magique s’ouvre sur Nil. Une porte par jour qui ne peut accueillir qu’une personne. Les habitants, forcés de Nil, ont exactement un an pour trouver la sortie, au-delà ils ne survivent pas.

Charley, une jeune Américaine, vient de débarquer sur l’île où elle est accueillie par son leader : Thad.

Le compte à rebours à commencé… (Cette phrase hautement anxiogène vient de moi et a pour but de vous apporter un peu de stress)(à défaut d’en avoir dans le livre)(oui, c’est petit. Pardon, je ne recommencerai plus).

 

Bon, donc en lisant ce résumé, avouez que vous aussi vous pensez « Lost » « survivre » « Hunger Games » « ils vont crever de faim » « chouette, des gamins qui vont devoir survivre » « Kho lanta » « ils vont manger des vers de terre » et même, si vous êtes un psychopathe « ils vont devoir se tuer et se manger entre eux »

En tous cas, c’est comme ça que j’ai commencé le livre (sans la partie cannibale, bien sûr).
Sauf que… Comment dire…
Nil, ce n’est pas tout à fait ça.
Ce n’est pas un mix de HG et de Lost et de Robinson Crusoé.
C’est plutôt un mix de Santa Barbara, Beverly Hills & 7 à la maison.

1/ Charley a 17 ans et se réveille nue comme un ver sur une île :
a- Elle galère à trouver des habits et s’en confectionne à base de plantes et de noix de coco (en guise de coque de soutien-gorge).
b- Elle reste nue.
c- Elle trouve miraculeusement à 2m d’elle un bermuda d’homme (qui lui va comme un gant, car elle très mince et mesure 1.82m)(la salope) et un bandana (qu’elle noue autour de sa poitrine)(je ne sais même pas si je peux faire le tour de mon poignet, moi, avec un bandana, la vie est injuste) ainsi que des sandales. (Pratique, quoi).

Indice : il y a peut être bien quelques facilités dans ce livre. Peut être.

 

2/ Pendant deux semaines, elle erre et survit à base de jus de noix de coco et peu de sommeil. Le 13ème jour elle croise un garçon d’environ 13 ans (Jordan, je crois)(ou Jason)(Bref un truc en J) et un autre de son âge (Thad)(comme dans Thad’beaux-yeux-tu-sais)(ah ah qu’est-ce que je suis marrante). Il la trouve canon. Elle le trouve canon. C’est le coup de foudre. Elle va chercher quelque chose, s’évanouit et se cogne la tête. Il la porte jusqu’à la « cité ».

Il la veille pendant la nuit puis, quand elle se réveille, lui propose de prendre un bain. Elle s’inquiète de puer. Elle le trouve beau. Il la trouve belle. Et ne pense pas qu’elle pue.
Bref. C’est le coup de foudre (oui je me répète. C’est l’avantage d’être l’auteur de ce billet, je peux faire ce que je veux).

Donc elle va se baigner, il lui apporte une jupe propre (et courte) et matte ses longues jambes. Des vêtements propres, me direz-vous ? Mais comment les confectionnent-ils, vous étonnez-vous avec raison ? À quoi je vous répondrai que je ne sais pas, et qu’il ne faut pas poser de questions… c’est la règle de Nil. Et ici, c’est Nil (ça rime avec Cécile)(aucun lien, fils unique) qui fait la loi.

Oui je sais, je n’ai toujours pas posé de questions. Désolée, mais je prends mon temps pour poser le contexte. C’est important le contexte. Donc ils sont là, propres et beaux, et déjà amoureux (ou presque)(faudra attendre 2 jours pour ça) et il lui explique quelques trucs sur Nil. L’île. Qui rime avec Cécile donc.

– On y reste que 365 jours
– Si on n’a pas réussi à partir avant la fin de l’année, on meurt.
– On rentre par des portails qui ondulent et on repart de la même manière.
– Les portails apparaissent une fois par jour à midi et ils sont durs à attraper.

 

2/ Mais que font-ils d’autres, ces portails ?
a- Ils apportent des animaux tels que des rhinocéros qui sont pas gentils gentils et que ces ados arrivent à tuer grâce à leurs couteaux en métal (d’où ont-ils le métal vous demandez-vous une fois de plus avec raison ?  Eh bien… je ne sais pas. Ils en ont. C’est tout. On vous a dit de ne pas poser de questions.)
b- Ils apportent aussi (on parle des portails, suivez un peu) d’autres animaux comme des poules, des vaches et des cochons, ce qui est plutôt bien pratique pour avoir du lait, des œufs et du saucisson.
c- Mmmm, quelle était la question déjà ?

 

3/ toute fille normalement constituée aurait déjà, pendant sa période solitaire :
– fait 10 crises de nerfs.
– eu 666 crises de larmes.
– pensé à ses parents, famille et amis toutes les 2 secondes et aurait au moins pensé quelques fois à Internet et WhatsApp.

Mais Charley n’est pas comme toute les filles (déjà car elle est mince et fait 1m82)(la salope)(manquerait plus qu’elle soit marseillaise et je jurerais la connaître)(désolée je place des private jokes). Donc elle est pas comme tout le monde car :
– elle est mince, musclée et fait 1.82 (la salope)(comment ça, je suis lourde ?)
– pendant les 12 jours où elle est seule, elle ne pleure qu’une fois alors que bon. ELLE EST SEULE SUR UNE PUTAIN D’ILE DESERTE, quoi !
– elle ne pense qu’une fois à sa famille et zéro fois à son confort et à ce qui lui manque. (J’en connais une qui n’est pas accro aux LC WhatsApp, hein)(Ni aux bains chauds)(Ni aux culottes).

Indice. Non il n’y avait pas de questions. Je voulais voir si vous suiviez ou si je vous avais perdus.

 

4- Thad (‘La Chance) (ah ah, avouez que je vous avais manqué) écrit le nom de Charley sur le mur où tous les ados écrivent leurs noms. À côté des noms, il y a des croix pour ceux qui sont morts. Et je sais plus quoi à côté de ceux qui ont pu partir par une porte. Quel échange surréaliste à lieu pendant que Thad (des yeux revolvers heuuu, t’as le regard qui tuuuue, tu m’as tuée la première…)(mmmh, pardon.)
Donc, Thad écrit le nom de Charley sur le mur. Quel échange surréaliste est vraiment dans le livre ?

a- « – Comment ça se termine ton nom ? Par « i-e » ou « y » ?
– « E-y », j’ai répondu en appuyant sur le « e ».
– Ça ne m’étonne pas, a-t-il gloussé.
– Qu’est-ce que je dois comprendre ?
Thad a terminé de graver le « y », puis a soufflé sur mon nom. Sans se retourner,  il a répondu :
– Parce que « lie » ca veut dire « mensonge » Mais toi, tu es la fille la plus vraie que j’ai jamais connu, sur Nil, et avant
(dois-je rappeler qu’ils se connaissent depuis 3 minutes 52 ?)

b- « – Comment ça se termine Cécile ? avec i-l ou i-l-e?
– i-l-e
– Ça ne m’étonne pas, a-t-il gloussé.
– Qu’est-ce que je dois comprendre ?
– Thad a terminé de graver le « e », puis a soufflé sur mon nom. Sans se retourner,  il a répondu :
– « il » ça s’écrit comme Nil, et comme IL qui est un pronom masculin. Toi t’es ni une île (ni une île, nil, : que de riiiiime !!! je suis un génie) et t’es pas un Il, t’es une Elle car t’es la fille la plus féminine que j’ai jamais connu, sur Nil et avant.

 

5- Sur cette île, la vie est dure. Très dure.
Même s’ils vivent sur une île déserte, ils ont quand même accès à beaucoup de choses que les participants de Kho lanta tueraient pour avoir.
Qu’est-ce qu’ils n’ont PAS sur cette île :

(Petite parenthèse non sarcastique : dans la liste ci-dessous, vous allez voir souvent le mot « roll ». 
Il remplace ce sublime émoticon qui roule des yeux : 1139-yeux-ciel  et que je ne peux pas mettre partout vu qu’il détruit ma su-blime mise en page à se mettre en l’air là, comme ça)

Donc, qu’est-ce qu’ils n’ont PAS sur cette île :
– Des habits propres (roll)
– Des huttes, car il y a des arbres à papier(roll)
– Des épices, car ils trouvent pleins d’herbes qu’ils peuvent manger (roll)
– Des draps, car bon ça aurait été dommage de se passer de draps propres (roll)
– Du lait, vu qu’une vache est venue par le portail (roll)
– Des œufs, vu qu’ils ont trouvé une poule (roll)
– Du porc de temps en temps pour varier la nourriture (roll)
– Des crevettes 
– Du poisson frais tous les jours, tendre et assaisonné de citron (roll)(roll)
– Des fruits en veux-tu en voilà
– Des peignes aussi, car les nœuds ça craint (roll)(roll)
– Du maquillage qu’ils font à base de je sais plus quoi (roll)(roll)
– Du savon !!! (Ben oui, une des filles est très douée pour en faire)(et des personnages qui puent la transpiration, ça le fait pas trop) (roll)(roll)(roll)
– Du pain !!! (Oui. Du. Pain) (un des garçons a ses parents qui sont boulangers, vous comprenez)(Comment ça « ou est-ce qu’ils trouvent la farine et la levure ?)(Dites, vous oubliez la règle de Nil ou quoi ?) (roll)(roll)(roll)(roll)
– Des diamants bruts (non, ce n’est pas une blague).
– De l’eau fraîche.
– De l’électricité. 

Indice : les bêtas sont mauvaises, mais pas à ce point non plus, de l’électricité sur l’île ce serait quand même gros. (pas comme le pain et le savon, quoi).

 

6- La vie est dure, donc.
Ils sont tous beaux comme des top models, débrouillards et ils doivent chercher des portes qui ondulent, et tuer des fois des animaux sauvages. Du coup, pour décompresser, ils surfent, jouent au foot, au volley (ça tombe bien Charley est championne de volley) et ils font même du parapente. Je répète, ils font même du PARAPENTE !

Bienvenue à Galaswinda darladirladada, Y’a du soleil et des nanas, darladirladada, on va s’en foutre jusque lààààà, darladirladada….

 

Pardon pour cet interlude musical. Dur on vous dit ces vacances au club med d’être coincés sur Nil. Vraiment dur. On sent qu’ils galèrent vraiment pour survivre.   

Et entre tous ces repas et activités, ils se passent pleins de choses.

Genre Thad et Charley ne se comprennent pas toujours. Alors qu’ils se connaissent depuis 1 jour et demi et qu’il lui a montré un endroit paradisiaque, il veut l’embrasser, mais n’ose pas et lui demande si elle veut retourner avec les autres. Elle veut l’embrasser aussi mais se dit que s’il a posé la question c’est qu’il veut y aller. Alors, elle dit ok. Mais lui aurait voulu qu’elle dise non.
Et le lendemain il part avec une fille qui a de gros seins et des hanches fines (roll) (alors que bon, elle, elle est juste grande et mince quoi…)(roll)(roll) je ne sais où. Et quand ils reviennent c’est Charley qui part. Les jours passent. Il y a des non-dits. Trop de non-dits. Et les adolescents ressentent les tensions de leur leader Thad. Ils vont dire à Charley de s’expliquer avec lui. Que tout le monde souffre de leurs non-dits. Mais elle ne voit pas de quoi ils parlent. Il s’en fout d’elle, vous comprenez. Il la considère que comme une amie… 

Santaaaaaa barbaraaaaa, tu me diraaaaas, pourquoiiiiiiiiii

Pardon. 
Donc finalement ils se parlent, se baladent, se déclarent enfin leur flamme et là… 

Premier baiserrrr, échangéééé, sur une plaaaage, en étéééé.
Premier amouuuuur, un beauuu jouuuuuuuurrrr.

Que celles qui ne connaissent pas cette référence musicale lèvent la main que je leur envoie une porte qui ondule sur leur chemin. Non mais. Annette et Justin, quoi.
(il paraitrait d’ailleurs qu’Annette finit avec Mr Girard ! Sérieux quoi. WTF le monde ? Après Nicolas et José qui couchent ensemble, Annette et Mr Girard. Tout mon être se révolte à cette idée).

Mmmmh, où en étions-nous, déjà ?
Je sais plus, en vrai, je voulais juste caser les chansons de Premier Baiser et Santa Barbara dans ce billet.
Maintenant, je peux arrêter ce billet, le sentiment du devoir accompli et bien fait.

Comment ça, vous en voulez encore ?
Qui c’est la meilleure ? Cécile ! Encore une fois ! CE-CILE !
Nil ou Cécile ? Je vous entends pas !!!! CE-CILLLLLLE !!

Ok, allez je continue. Parce que c’est vous, hein :-)

Bon alors, dites-moi entre qui se passent les dialogues suivants :

«- Pourquoi tu me regardes comme ça ? je lui ai demandé en m’essuyant la joue comme si j’avais quelque chose dessus.
Il n’y avait pas de miroir sur Nil, ce qui était un réel problème.
– Je suis ton conseil à la lettre : je me focalise sur le positif.
Il a continué à me regarder puis a ri.
– Je parle de toi, au fait !
– Voilà ce qui arrive quand on vit sur une île à moitié déserte. On devient aveugle.
– Écoute, il a dit, soudain sérieux. Si quelqu’un est aveugle ici, c’est toi. Je ne sais pas si les mecs en Géorgie étaient débiles ou s’ils avaient trop peur de te demander de sortir avec eux, mais tu es la fille la plus belle que j’ai jamais vue. Plus que ça, j’ai l’impression que tout colle entre nous. La moitié du temps, tu dis ce que je pense, ou ce que j’aurais dit si mes pensées étaient un peu moins chamboulées… Tu me fais de l’effet, Charley « e-y ». »

 

« – Bart m’a dit que toi et Talla, vous avez été ensemble. Je veux juste savoir s’il y a un passé entre vous. Ça m’est égal, je veux juste savoir.
– Un, n’écoute jamais Bart. Deux, il n’y a rien entre Talla et moi. Il n’y a jamais rien eu et il n’y aura jamais rien.
J’ai haussé les sourcils, déçue de ne pas savoir n’en lever qu’un.
Thad semblait exaspéré.
–  Écoute, je suis sérieux. Talla est… (il a agité les bras) Talla. Une amie. Rien de plus. Je ne rêve pas d’elle. Je ne pense pas à elle vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Je ne pense qu’à une seule fille, et c’est toi.
– Je te crois, j’ai répondu. Mais une partie de moi me dit que ce n’est pas possible. Comme si quelqu’un était allé voir dans ma tête pour trouver le garçon dont je rêvais, et c’est toi. C’est trop parfait. C’est trop beau pour être vrai. »

Donc, entre qui se sont passés ces dialogues ?
a- Justin Bieber et sa copine
b- Ma copine Julia et Grosquick son amour de toujours
c- Moi et Justin Timberlake
d- Fleur et Joe Dassin
e- B et son application de running
f- Thad et Charley (e-y)
g- Mon neveu et son amoureuse qui sont au CP.

 8- Bon, j’ai arrêté ici le massacre. J’ai eu vraiment peur que mes yeux restent coincés derrière la tête à force de les rouler. Mais j’ai lu la fin (of course).
Attention spoiler :

Que se passe-t-il à la fin (trouver la réponse fausse) ?
a- Charley et Thad ne couchent pas ensemble, car ils n’ont pas de capote et il ne veut pas qu’elle tombe enceinte et ne puisse pas passer la porte après (vu qu’on ne peut que passer seul dans les portes).
b- Thad atteint dans quelques jours l’année de présence sur Nil. Ses jours sont comptés. Ils partent à la recherche d’une porte et quand il en voit une, il pousse Charley dedans.
c- Charley se retrouve nue dans je ne sais quel pays, est rapatrié chez elle et déprime, déprime, Thad, Ô Thad mon amouuuur, qu’as-tu fait ???? Je me meurs. Ma vie sans toi est un suplice.
d- Après 50 jours sans Thad, Charley décide de vivre, elle lui doit bien ça.
Quelqu’un sonne à sa porte et
e- Surpriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiise.
f- C’est Thad (‘déconné de m’avoir poussée à travers le portail). Ben oui, en fait, il y a eu une porte double et, par chance, il a eu celle d’après. L’est pas belle la vie ? 
g- Je t’aime, jamais je ne te quitterai. Moi pareil.
h- Ils meurent tous car ils ne trouvent pas de portes.

 

 

Honnêtement, il y avait tellement de potentiel à cette série que je comprends les coups de cœur. L’idée de base était excellente, ces jeunes coincés sur une île, avec un compte à rebours pour s’en sortir.
Mais comme je le disais à mes amies sur whatsapp, il n’y a aucun sentiment d’urgence, on ne flippe jamais, l’histoire est davantage focalisée sur la bluette d’adolescents que sur l’action qui est quasi inexistante.
On n’a jamais peur et on ne stress jamais pour les personnages, les méchants meurent comme par magie et ces ados ne se battent pas pour survivre, ils ont du pain, de la viande, des œufs, du poisson… on a l’impression d’être dans une colonie de vacances.
Dommage donc, grosse déception pour moi mais ce livre a le potentiel de plaire si on s’attend à une romance et non à un livre à la Hunger Games.
Et pour des avis opposés au mien, je vous invite à lire les avis très positifs de Mylène, Bladelor, Clarabel & Simi.

16
oct

Francesca Cahill tome 1 : un odieux chantage de Brenda Joyce – La déception RH de l’année…

Un-odieux-chantage-9782290040478-30

Toutes mes copines ont adoré ce livre… « Francesca par ci » « Francesca par là » « J’ai enchainé les 6 tomes » « Série géniale » «  Et Calderrr hiiiii »…
Et moi, pauvre créature influençable que je suis, je savais qu’il y avait un triangle amoureux qui durait 3 tomes et je savais que ça allait être dur de passer outre. Mais bon, elle avait l’air si incroyable cette Francesca que mon immense ouverture d’esprit et moi-même (que celle qui vient de pouffer se dénonce et m’apporte un carambar caramel pour se faire pardonner), avons décidé de passer outre nos préjugés et commencer la série quand même… Et tout ce que je peux vous dire c’est qu’on ne nous y reprendra plus si facilement, mon ouverture d’esprit et moi-même… 

 

En deux mots (façon de parler vu la longueur du billet), voici l’histoire…
Histoire qui se passe à New-York en 1902 (J’avoue que ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille, vu que je n’aime que les RH qui se passent à Londres, avec des bals et des calèches… pas celles où il y a le téléphone et des voitures). Bref, NYC 1902, notre héroïne, Francesca, 20 ans, est une fille super intelligente, très portée sur les réformes, qui a décidé d’étudier à l’université (en secret) et qui ne veut pas se marier.
Le livre s’ouvre alors que sa mère a organisé une soirée mondaine chez elle. Durant cette soirée, Jonathan Burton, le fils de Elza et Robert Burton, les voisins de Francesca, est kidnappé… L’occasion pour le nouveau préfet de police, Rick Bragg, de prouver ce qu’il vaut en résolvant ce mystère…

Intéressant, non ?
(La question était rhétorique, mais si vous voulez vraiment la réponse, sachez que c’est non).

Et si vous n’avez pas tout compris au résumé (votre nom est-il Francesca ?) ou si vous avez lu le paragraphe précédent en diagonal (insinueriez-vous que mes billets sont trop longs ?) voici les personnages à retenir :

Francesca : pimbêche sans cervelle : héroïne. Très intelligente.
Bragg : héros et nouveau préfet de police. Très beau.
Robert et Eliza : parents du garçon kidnappé. Très tristes.
Connie et Neil : sœur et beau frère de Francesca. Très… rien.

Maintenant que vous connaissez l’histoire de base et les personnages principaux, place au QCM.

 

Attention : spoilers.

1) Quand Francesca, hyper féministe et engagée politiquement, qui n’aime pas les soirées mondaines et ne veut surtout pas qu’on lui présente des hommes car elle veut étudier et non pas se marier, rencontre le nouveau préfet de police de la ville qui a fait Harvard, a été chef d’entreprise et connaît le président Roosevelt (tout ça à environ 27 ans)(comme quoi le manque de crédibilité sur le passé des héros est vraiment un point commun à tous les genres de romances, pas juste à l’érotique), Que pense-t-elle ? (trouvez la réponse fausse)
a) Chouette, je vais pouvoir parler des nouvelles mesures de sécurité publique.
b) Oh la la, il est beau, quel charisme !
c) Oh la la, je ne sais pas quoi dire, je perds ma langue, j’espère que je ne lui semble pas trop bête (À lui, je ne sais pas. À nous, si).
d) Oh la la, il est beau, quel charisme.
e) Oh, mais attends, il ne me regarde pas ? Mais pourquoi il ne me regarde pas ? Tous les hommes me regardent pourtant ! N’aurait-il pas (je cite) « remarqué que je suis blonde aux yeux bleus avec un joli nez retroussé ? »
f) Mais pourquoi ne me regarde-t-il pas alors que tous les hommes me regardent ?
g) Il est presque aussi beau que Neil, le mari de ma sœur.

Indice: trèèès difficile pour voir si vous êtes aussi doués que Francesca pour résoudre les énigmes.
Si d-1 = c, alors la bonne réponse est b-1.

 

2) Quand Francesca, fille hyper intelligente s’il en est, décide d’aller, sans prévenir personne, dans les bas fonds de NYC où le premier indice laissé par le kidnappeur indiquait de se rendre, comment se déguise-t-elle pour passer inaperçue ?
a) Avec les vêtements trois fois trop grands de sa bonne et en mettant un coussin pour rembourrer le tout qu’elle ne tiendra pas et qui tombera dans la rue sans qu’elle s’en rende compte.
b) Avec les vêtement d’un valet, en attachant ses cheveux et en ne rembourrant pas sa tenue avec un coussin qu’elle ne prendrait pas la peine de tenir pour qu’il ne tombe pas. (je viens de battre le record de négations dans une phrase ou quoi?)
c) Elle ne se déguise pas.

Indice : malgré le ton de ce billet qui pourrait vous sembler légèrement ironique, Francesca n’est pas stupide au point de ne pas se déguiser.
Non, ne déconnez pas, je n’ai pas dit non plus qu’elle était intelligente au point de trouver une tenue qui la déguiserait complètement. Faut pas exagérer non plus.
Et oui, le coussin tombe. (Oui oui dit oui oui).

 

3) Quand elle revient de son expédition, elle croise Neil, son beau frère et il se passe successivement les choses suivantes :
À quel moment ai-je eu le plus envie de gifler l’héroïne, de jeter mon Kindle et de rire nerveusement tout en roulant des yeux ? Lorsqu’ :
a) Elle perd la parole « pourquoi se transformait-elle systématiquement en bécasse muette en sa présence ? »
b) Il la regarde de la tête aux pieds et elle rougit. « Elle détestait qu’il la vît vêtue de cette vilaine robe noire de domestique. Il avait beau être marié avec Connie (sa sœur, suivez un peu), et elle-même ne pas être vaniteuse (vaniteuse, elle ???), elle ne pouvait s’empêcher d’avoir envie qu’il la trouve agréable ».
c) Il la regarde et lui demande ce qui lui est arrivé et « Francesca aurait aimé inventer un mensonge élaboré, mais elle en fut incapable tant elle était occupée à se demander s’il admirait sa chevelure en désordre ou s’il la critiquait » (vaniteuse, elle ?????)
d) Il croit qu’elle revient d’un rendez-vous avec un homme et Francesca « de façon perverse, était ravie qu’il imagine qu’elle avait rencontré un homme. Peut-être que lorsqu’il penserait à elle dorénavant, il verrait autre chose que la bizarre petite sœur de Connie, incapable d’aligner des phrases cohérentes en sa présence ». (ou pas…)
e) Comme elle ne répond pas, il lui dit que si cet homme était un gentleman, il la courtiserait comme elle le mérite, ce à quoi Francesca, 20 ans et super intelligente répond (quoi ? je ne fais que rappeler les faits., je ne fais en aucun cas du mauvais esprit). Donc quand il lui dit qu’elle ne mérite pas un homme qui ne la courtise pas comme il se doit, elle lui répond :
f) « OK. Je ne verrai plus jamais mon amant, Neil ». puis : « Que lui avait-il pris ? C’était absurde, mais elle avait envie qu’il la considère suffisamment femme (si toi aussi tu connais Pascal Obispo, chante avec moi : Si j’existe, si j’existe, c’est d’être feeeeemmmmme, c’est d’être femmmmme) (oui je sais que c’est fan le mot de la chanson et pas femme, vous avez cru que mon nom commençait par F et finissait par A ?!). Bref, donc où en étais-je ? Ah oui, « elle voulait qu’il la considère suffisamment femme pour avoir un rendez-vous galant, pour être la maîtresse d’un homme », du coup elle lui a dit « je ne verrai plus jamais mon amant, Neil ». Tant de profondeur dans un dialogue, je ne sais pas vous, mais moi, ça me donne envie de me noyer dans un piscine de fraises Tagada. Mais bon, poursuivons. Suite à ce mensonge éhonté,
g) Elle se reprend rapidement pour lui dire qu’il ne s’est rien passé de grave et lui de lui répondre « je lis la vérité dans vos yeux » (le niveau de ces dialogues quand même…)(oui je les ai surlignés, je tenais vraiment à pouvoir les partager avec vous)(ne me remerciez pas, je ne suis qu’abnégation, je l’ai toujours dit).
Donc, il lit la vérité dans ses yeux et la croit quand elle dit qu’il ne s’est rien passé de grave donc il ajoute « alors c’est la fin de cette histoire en ce qui me concerne »
Ce à quoi Francesca répond :
h) « Merci Neil, dit-elle d’un ton qu’elle voulait plein de maturité et de dignité. Mais elle se sentit devenir écarlate, ce qui gâchait tout !».

Indice: Quelle était la question, déjà ?
Ah oui, quand ai-je eu envie de casser mon Kindle et de fracasser Francesca.
Merci de me l’avoir rappelé, cher lecteur de mon cœur, vous dis-je, le menton relevé, les yeux à moitié fermés, d’un ton que j’espère plein de maturité et de dignité.

4) La première lettre du ravisseur ayant été retrouvée chez Francesca lors de la soirée mondaine, Bragg avait demandé à voir la liste des invités. Liste que Francesca avait donc semblé bon de prendre avant lui et qu’elle n’a pas eu le temps de remettre en place.
Quand la mère de Francesca vient dire à Bragg que quelqu’un l’a prise, que fait Francesca ?
a) Elle avoue à Bragg que la liste est chez elle et lui montre ses seins pour qu’il focalise sur autre chose.
b) Elle la garde et lui laisse croire qu’elle a été volée et se fait tout de même la réflexion « qu’en gardant cette liste elle fait peut-être entrave à l’enquête ».

Indice : désolée, l’auteur de ce billet est trop occupée à rouler des yeux, elle ne peut pas vous mettre d’indice.

5) Les mots laissés par le ravisseur se succèdent et ne se ressemblent pas. Des mots sans queue ni tête (pour une fois je ne ferai pas de mauvais jeu de mot)(je suis comme celle-dont-on-ne-prononcera-pas-le-nom : raffinée). Donc, une fois le mot était taché de sang, l’autre fois, il contenait des cheveux du petit, puis une fois, un bout d’oreille…
La mystère s’épaissit, l’angoisse aussi. Francesca a peur, elle a la nausée et est terrorisée. Tout le monde croit le petit Jonathan mort.
Et Francesca ne peut s’empêcher de poser à Bragg la question suivante :
– Que veut ce fou, selon vous ?
Et lui de répondre, plein de perspicacité due à ses années à Harvard et à son poste de préfet de police :
– De toute évidence, il cherche à atteindre les Burton. (Bravo Sherlock ! Tu ne serais pas préfet de police, par hasard ?)

Bref, donc, alors que son fils a été kidnappé depuis 3 jours, qu’elle a reçu une oreille qu’elle croit lui appartenir, que fait la mère de ses journées ?
a) Elle pleure.
b) Elle ne mange plus, elle pleure, elle angoisse.
c) Elle baise et crie de plaisir avec son amant dans son salon.

Indice : l’amant lui fait même un cuni.

6) Qui est l’amant que Francesca découvre en train de pénétrer d’un gros coup sauvage la mère apeurée et désespérée ?
a) Bragg le préfet.
b) Neil le beau frère.

Indice : c’est Neil.

7) Qui est le véritable père du fils disparu (qui a 7 ans) ?
a) Bragg le préfet.
b) Neil le beau frère.

Indice : C’est Bragg

—– Interruption momentanée des programmes :

Sanntaaaa barabaraaaaaa tu me diraaaas, pourquoiiiiiiiiiiiiiii

—— Reprise du programme Amour gloire et beauté, épisode 6578658 —-

8) Lors du premier rdv donné par le ravisseur (souvenez vous, celui où Francesca avait rembourré son déguisement avec un coussin qu’elle avait perdu), un garçon de 10 ans, Joël, avait remis le prochain billet du kidnappeur à Bragg.
Francesca arrive à retrouver Joël qui accepte de l’amener voir le type qui lui avait donné le billet. Il lui donne rdv à 23h dans un quartier malfamé pour l’amener dans une taverne. Que fait Francesca ?
a) Elle prévient Bragg.
b) Elle y va seule.

Indice : il est temps d’arrêter de vous leurrer. Francesca n’est PAS intelligente.

9) Quand Francesca décide d’épier ses voisins (ceux qui se sont fait kidnappés leur fils) depuis chez elle avec des jumelles et qu’elle voit Robert (le mari) et Eliza se disputer, puis Robert la frapper, puis la pousser sur le lit et se mettre à califourchon sur elle, et que Francesca comprend qu’Eliza va se faire violer par son mari, que fait-elle, cette jeune fille téméraire qui ose aller seule dans des quartiers hyper dangereux à une heure du matin ?
a) Elle hurle, appelle son frère et son père, et les supplie d’intervenir.
b) Elle se rue chez ses voisins.
c) Elle appelle Bragg vu que le téléphone existe et qu’elle sait comment joindre le préfet de police.
d) Rien, car quand elle pense à aller là bas, elle se dit qu’on lui opposerait une fin de non-recevoir.

Indice : il est temps d’arrêter de vous leurrer, Francesca n’est PAS intelligente.

10) Quand Joël, le petit garçon, vient voir Francesca pour lui dire qu’il a menti sur la personne qui lui avait remis le mot et qu’il lui dit que c’est le domestique de ses voisins, que fait Francesca ?
a) Elle prévient Bragg.
b) Elle va seule chez les Burton confronter le domestique.

Indice : il est temps d’arrêter de vous leurrer, Francesca n’est PAS intelligente.

11) Au final elle se fait enfermer dans la cave, elle arrive à se libérer (toujours grâce au garçon, ne croyez pas une seconde qu’elle aurait fait quelque chose de bien durant le livre), elle entend le domestique parler avec Robert, le mari et père du fils kidnappé. Elle comprend que c’est lui le kidnappeur. Il la voit s’enfuir, veut la retenir, mais Bragg arrive, lui tire dans le genoux et lui avoue que le fils qu’il croit être le sien est en fait le sien et là, Robert pète une durite, traite sa femme de salope et on comprend qu’il a fait ça pour la rendre folle et lui faire payer tous ses amants (en même temps, elle l’a bien cherché à coucher avec tout NY).
Il est arrêté, on retrouve l’enfant, Francesca se rend compte qu’elle aime désespérément Bragg, et… que se passe-t-il ? (trouvez la réponse fausse)
a- Bragg est encensé par la presse qui le prend pour un héros (alors que sans le gamin qui avouait son mensonge, ils n’auraient jamais retrouvé le méchant).
b- Francesca (qui n’est vraiment pas vaniteuse, rappelons-le) s’imprime des cartes de visite car elle a trouvé sa vocation : détective privé. (alors que sans le gamin qui avouait son mensonge, ils n’auraient jamais retrouvé le méchant, donc).
c- Le garçon est remercié, car c’est grâce à lui qu’on a retrouvé le méchant.

Indice : le gamin est pauvre et pas assez vieux pour être sous le charme de Francesca, il n’a donc aucun intérêt.

Vous l’aurez compris, outre l’enquête à peu près sympa, je n’ai rien aimé de ce livre dont je ne comprends pas l’engouement.
Il n’y a aucune alchimie entre Bragg et Francesca qui est une héroïne qui a des réactions si gamine que quand Bragg l’embrasse et fait frotti-frotta avec elle, j’ai eu l’impression de lire une scène entre un homme et une adolescente… Les personnages secondaires n’apportent rien, la vie sentimentale de Bragg a tout d’un feuilleton à l’eau de rose, l’héroïne est égocentrée, jeune, et vraiment pas intelligente… Pour moi il n’y a rien à sauver.
Je ressors quand même très déçue de cette lecture, car ça fait toujours quelque chose d’avoir un avis si différent des copines dont je partage généralement les goûts.
J’espère qu’elles ne m’en voudront pas d’avoir un peu cassé (euphémisme du siècle) leur héroïne chouchou ! Quant à moi, je vois le bon côté des choses, ça me fait 7 livres à lire en moins ! :)

 

 

26
juin

5 ans…

happy-birthday-minions-wallpaper-4

 

 

Mon blog a eu cinq ans cette semaine,

Cinq comme les 5 + 540 = 545 billets publiés depuis sa création
Cinq comme les 5 + 11268 = 11273 commentaires reçus
Cinq comme les 5 – 3 = 2 personnes qui commentent systématiquement mes billets (Syl et Ju <3)
Cinq comme les 5 personnes qui me suivent régulièrement (même sans commenter ! Et je vous en remercie)
Cinq comme les 5 + pas mal d’autres personnes qui aiment mes billets à parenthèses
Cinq comme les 5 semaines que je me fixe pour avoir lu la confrérie tome 12 sur Kholer et vous faire un billet, hein B?
Cinq comme 5 + 28 = 33 billets faits cette année (plus que ce que j’ai lu cette année!) :) (en fait j’ai fait pas mal de billets. Binomette tu as fait ça en quoi ? 4 ans toi ?).  
Cinq comme 5 – 4  = 1 concours aux conditions débiles que je fais chaque année pour mon bloganniversaire, pour rigoler.
Cinq comme 5 + 3 = 8 kilos qui me restent encore à perdre.
Cinq comme les 5 doigts de la main.
Cinq comme 5 doigts de la main – 4 = 1 doigt si je fais un fuck. (ce que je ne fais jamais vu que je ne suis que grâce et retenu)
Cinq comme le nombre de paquets de bonbons que j’espère recevoir dans mon prochain SWAP :) (binomette si tu passes par là :)
Cinq comme 5+5 = 10 discussions tjs en cours sur whatsapp à propos de livres.
Cinq comme l’entier naturel suivant 4 et précédent 6
Cinq comme 5-1 = 4 comme dans cochonnepotesse  4 ever
Cinq du latin populaire *cinque, dissimilation du latin classique quinque. De l’indo-européen commun *pénkʷe qui se retrouve dans l’allemand fünf ou l’anglais five, le grec ancien πέντε pente, le russe пять piat’, le tchèque pět.
Cinq comme dans 5-4 = 1 poème sur les 5 ans de mon blog:

 
 
Petit poème,
pour mon blog que j’aime… 
 
Aujourd’hui, mon blog a 5 ans.

5 ans d’échanges, d’avis, de rencontres, de parenthèses et d’enrichissements.
 
Depuis l’année passée je suis moins présente sur vos blogs,
mais pour continuer comme avant avec un deuxième enfant, 
j’aurais du prendre de la drogue,
 
J’alimente moins le mien également,
et je ne parle plus que des très bons ou des très mauvais moments,
 
mais ce qui est important c’est que je le fais avec plaisir,
que j’ai 1 ou 50 commentaires, pourvu que je fasse rire,
et que je donne envie de découvrir 
 
5 ans déjà,
que je suis là,
et c’est à vous que je le dois.
 
Alors merci de me lire, 
de me soutenir dans mes délires,
 
de suivre mes recommandations,
et d’être là même quand mon blog est moins folichon et à moins de parution. 
 
Que vous passiez par ici,
de manière régulière, occasionnelle, ou systématique,
Je vous redis un grand merci. 
En espérant que vous serez encore là dans un an pour lire mes billet qui peuvent agir comme thymoanaleptique. 
(oui j’ai cherché une rime en -ique). 

 

Avouez, que vous êtes aussi épatés par mes talents (insoupçonnés) de poétesses que si vous vous retrouviez face au sexe de Christian Grey ?
Et bien figurez-vous que je suis aussi une grande manuelle (mouahahahahahhaahahah).
 
Regardez ce que j’ai fait à ma binomette : (je lui ai offert le cochon). 
 
image5
 
Et pour fêter mon anniversaire de blog je peux vous faire une de ces pochettes pour ranger votre kindle ou votre livre.
Comment ça « merci, mais non merci » je comprends pas ? 
 
Mais si ! C’est simple en plus :
 
 
 
Conditions de participation:
 
– m’écrire un poème commençant par « Cess tu es super car… » 
– me dessiner un éléphant dans un oiseau (comme l’éléphant dans le boa du petit prince, suivez un peu) 
– me dire quel personnage de livre vous traiteriez de « caca-boudin-grosse-patate » si vous aviez 3 ans 1/2 comme Solal et pourquoi.  
– me dire quel mystère de l’univers vous aimeriez pouvoir résoudre. 
 
 

 

Chances supplémentaires:
chance
– +5 si vous me faites un poème
– +5 si vous partagez ce statut 555 en 55 jours et 5 heures.
– +5 si vous m’envoyer des schtroumpfs qui pik en forme de langues 
– +5 si vous vous appelez Kholer et que vous portez du cuir. Et en parlant de cuir:
– +5 si vous restez 3h au soleil avec un pantalon en cuir hyper moulant et que vous faites une vidéo de vous en train de l’ôter en moins de 15sec. 
– +5 si vous n’avez fait aucun statut FB  sur le film Fifty shades et sur la série Outlander durant les 12 derniers mois.
– +5 si vous avez déjà commenté un jeudi entre 15h et 15h55 sur mon blog. 
 
 
 
Et en vrai ?
Rien. 
Si vous commentez votre participation est prise en compte. Si vous ne voulez pas de pochette (non je ne vais pas me vexer allons)(vous serez simplement bani de mon blog), mettez le en commentaire que je puisse laisser libre cours à ma fibre artistique pour quelqu’un qui saura vraiment apprécier mon cadeau à sa juste valeur. 
 
 
Merci encore…
A l’année prochaine, normalement…
Et vive nous, vive Ward, vive mon blog, vive les parenthèses & vive la vie…