Les lectures de Cécile

7
fév

Ô Rhage, Ô Désespoir…


LA-CONFRERIE-DE-LA-DAGUE-NOIRE---TOME-2---L-AMANT-ETERNEL.jpg

Bonjour et bienvenue à la finale de question pour un champion qui oppose les deux protagonistes de la future romance créée par Cess.

Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour.jpg


À notre droite ShowDasse (: bonjour) et à notre gauche HardDick. (: bonjour).

Le but de cette manche est donc de découvrir de qui ou de quoi je parle.
Vous êtes prêts?


TOP. Je suis:

Tellement beau que j’en défie les lois physiques (Mmmmh, et quelles sont ces lois physiques au juste?). Blond, j’ai les yeux bleus verts comme un lagon, et je suis beau comme un archange.
J’ai une montre Rolex en or (je danse le mia, chaine en or qui brille), je mange souvent des sucettes, et j’ai grave contrarié la vierge scribe (oui pas un peu mais grave): du coup elle m’a puni (mé-chant garçon): si je n’évacue pas ma tension, je deviens une machine à tuer. Pour remédier à ça je dois me battre ou faire l’amour, ce dont j’use comme un diabétique doit s’injecter de l’insuline (très classe comme comparaison, isn’t it?).

BIP ! 

Julien Lepers : Oui ShowDass ?
ShowDass : Qu’est ce qu’il a fait pour énerver la vierge Marie ?
Julien Lepers : Non Marie c’est sa meuf. Là on parle de  la vierge scribe. Et je sais pas exactement ce qu’il a fait mais je crois qu’il a tué un oiseau.
ShowDass: O_o Il a tué un oiseau et a été maudit pendant 200 ans pour ça ? C’est pas un peu… con ? enfin je veux dire, exagéré ?
Julien Lepers : Si mais ce n’est pas la question. Je reprends.

Top: Si je ne baise pas donc, je me transforme en une créature de 2m50, à l’aspect d’un dragon, avec des dents de tyrannosaure, et des griffes tranchantes. (Elle a quand même une sacré imagination la Ward, on peut bien lui laisser ça). Mon corps et ma queue (de monstre hein) sont recouverts d’écailles iridescentes violettes et vert jaune (JR Ward a fumé la moquette en écrivant ce livre c’est pas possible autrement). Du coup, pour pas me transformer et évacuer, je couche dans des coins sombres de boite de nuit. (pourquoi faire ça dans des endroits propres quand on peut faire ça dans des coins sales, en public, sous un trench, je vous le demande ?). En général la baise est aussi intime qu’un accident de bagnole.
(Je répète, la baise est aussi intime qu’un accident de bagnole. C’est classe hein comme comparaison ?! Surtout que je m’interroge : quel est le lien entre un accident de voiture et l’intimité, c’est la question du jour qui pourra vous rapporter une sucette au goût de votre choix.) (pour que vous puissiez faire comme Rhage).
On me surnomme comme une marque de chewing-gum mais c’est car je ressemble à une star de cinéma. (Fraicheur de vivre…). Ma peau est dorée même sous les lumières fluorescentes (Mais c’est quoi cette précision débile ?). Enfin, quand je suis excitée je deviens dur comme du diamant.

Je suis. Je suis….


BIP :

HardDick : Edward Cullen ?
Julien Lepers : Ah non.
HardDick : Mais vous avez dit qu’il brillait comme un diamant.  A la lumière.
Julien Lepers: Non j’ai dit qu’il devenait aussi dur qu’un diamant. C’est pas pareil.

 

BIIIIIP !
Et bien alors ? Il faut revoir vos classiques de romances mes amis !
Je suis Rhage, l’amant éternel, bien sûr !

Bon prochaine question:

TOP. Je suis:
Une fille. Je bosse pour SOS Suicide. Je parle le langage des signes et j’aime travailler avec les enfants autistes à qui je veux apprendre à communiquer. Je…

 

BIP :
HardDick : Mère Teresa ?
Julien Lepers : Ca aurait pu mais non.

TOP : J’ai une leucémie et personne ne le sait. (et comment on fait pour cacher une leucémie à ses amis ?) Je me considère comme ni belle ni laide (tu es trop modeste, mon enfant), je sens bon le propre comme un citron (ben oui, le citron ça sent le propre, so what ?), j’ai des yeux de guerrière (Graouuu) et je suis morte cliniquement à deux reprises. La première fois j’ai fait un arrêt cardiaque lors d’une transplantation de moelle épinière. La seconde fois lorsque j’ai eu une pneumonie et que mes poumons se sont remplis de fluide.

BIP :
ShowDasse : Heu… C’est pas possible votre truc là ! Elle meurt deux fois, elle a eu une leucémie puis une pneumonie qui s’est compliquée, a reçu une transplantation durant laquelle elle a fait un infarctus et là elle a de nouveau une leucémie ? Vous vous foutez de notre gueule là non ? Qui serait assez con pour inventer un truc pareil ? Vous allez aussi me dire qu’elle a vu une lumière blanche les fois où elle est morte ?
Julien Lepers : Ben, heu, oui. En plus oui elle a vu une lumière blanche. Pas d’anges mais une lumière.

Bon je reprends… Top : Je suis étroite (voilà qui est fort étonnant et original), et j’aime coucher (coquine), je ne suis pas vierge mais mon nom en rappelle une, je suis, je suis…


HardDick : Mère Teresa ?
Julien Lepers : Non HardDick, vous m’avez déjà fait cette proposition. Vous êtes vraiment con hein. Votre personnage va faire un carton, c’est sûr !

BIIIP : Bon le temps imparti s’est écoulé, c’était Mary. Comme la vierge Marie mais avec un Y et sans H.

Allez, un peu de concentration maintenant SVP :

TOP. Je suis un homme, même si je suis petit, maigre et que je n’arrive pas à avoir d’érection.
Je suis né dans les toilettes d’une gare routière (tenez, un mouchoir pour essuyer vos larmes) et j’ai été élevé par des bonnes sœurs. J’ai vu 4x Matrix le jour de sa sortie (on a jamais dit que l’intelligence était une qualité des héros de romances) et j’attire les mecs. L’année passée un homme m’a coincé dans une cage d’escalier avec un flingue et ce qu’il m’a fait n’est pas très clair mais en tous cas il ne m’a pas coincé pour me donner de l’argent car je n’en ai pas.
Je suis muet mais j’entends, je suis je suis…

Bip:
ShowDass : Franchement ? il bande pas le mec ? Mais on parle bien d’un quizz sur les romances là ?
Julien Lepers : Oui
ShowDass : Et le mec ne bande pas et n’a jamais couché ?
Julien Lepers : Non.
(Rire moqueur de HardDick en fond)
ShowDass : Impossible. Et des filles fantasment sur un personnage aussi caricatural et si dénué d’atouts (clin d’œil) si vous voyez ce que je veux dire ?
Julien Lepers : Oui je vois, la subtilité n’étant clairement pas votre truc. Vous ferez également une bonne héroïne de romance à n’en point douter…

La bonne réponse était John Matthew.

Bon, le score est toujours nul.
Une dernière question pour vous départager :

Il faut que vous trouviez à quelle saga appartient l’histoire que je vais vous raconter :

TOP : dans cette saga, il y a des guerriers qui vivent tous ensemble dans un beau manoir et dont le roi est surnommé Le roi Aveugle car il ne voit pas et ne peut même pas couper son steak tout seul. Tous les guerriers portent du cuir et des rangers et ils ont tous un sexe surdimensionné. Dans le second tome, mon héros est surnommé Hollywood, et a besoin de coucher avec des femmes pour évacuer ses tensions. Il est maudit et se transforme en Denver, le dernier dinosaure, quand il n’est pas content, sauf que lui ne fait pas skateboard. Il couche et se bagarre tout le temps, jusqu’au jour ou il ne voit rien car il s’est transformé en dragon-tyrannosaure (ne cherchez pas le rapport, c’est trop compliqué), et là il sent une femelle qui est venue dans leur manoir servir d’interprète entre un garçon muet et un roi aveugle. Sans la voir il l’approche et se frotte à elle. Elle kiffe. Mais ils sont séparés. Ils se retrouvent.  Elle est sur le point de mourir pour la 300 ème fois mais il s’en fout, il la veut. Ils jouent au chat et à la souris. Il ne veut pas coucher avec elle car la bête en lui veut aussi la posséder et qu’il a peur de lui faire du mal. Mais finalement elle aime autant la bête que l’homme. Donc ils peuvent coucher ensemble. Ouf. Sauf qu’elle va mourir, alors il accepte de se sacrifier et de ne plus jamais la voir, quitte à mourir à petit feu, mais comme elle ne peut déjà pas avoir d’enfants alors on va pas en plus lui enlever l’homme qu’elle aime (si vous ne comprenez pas, écrivez à JR Ward, ce n’est pas moi qui fait le scénario) du coup elle survit ET ils finissent ensemble. Ce second tome de la série dont vous cherchez le nom se finit par une phrase tout ce qu’il y a de plus cul-cul: « Et elle oublia tout le reste pour se laisser emporter dans un tourbillon de leur immense amour ».

Je suis la saga…. Je suis…

ShowDass : Heu, la confrérie de la dague noire ?
Si oui, j’adooore, je suis fan de Kholer. J’adore le moment où il voit le jus d’un fruit dans lequel à croquer sa femelle, couler le long de sa bouche. C’est tellement chaud comme moment. C’est depuis que j’ai lu ce livre que j’aime croquer dans des fruits juteux. Voyez ?
Julien Lepers : Oui je vois. Bon ben c’est bien ça, vous avez gagner.
Vous êtes la grande gagnante de cette finale !! Merci pour votre participation. HardDick, comme vous allez finir avec ShowDasse je suis sûr que vous n’êtes pas trop déçu, et vous ne repartez pas les mains vides, je vous offre un dictionnaire au cas où Cess rajouterait des H ou des Y un peu partout dans votre histoire, vous lui montrerez comment ça s’écrit. 


Merci à tous de nous avoir suivi et à bientôt !!! :)


***************** 

 

Vous le savez, je ne peux pas écrire un billet sérieux quand on parle de la confrérie et même si je me suis beaucoup moquée et que j’ai une fois de plus relevé beaucoup (trop) de clichés, je dois rendre à César ce qui est à César : ce livre m’a ému à deux reprises ce que je n’aurais pas cru possible…

Bon, certes, j’ai zappé entièrement tous les passages avec les éradiqueurs et je trouve les descriptions et comparaisons de l’auteur absolument et très souvent ri-di-cules mais j’ai dans l’ensemble trouver ce tome meilleur que les deux autres que j’ai pu lire.

Mieux écrit, plus de négations, moins vulgaire et, excepté les 500 maladies de Mary et le dragon tyrannosaure de Rhage, j’ai trouvé ce couple plus crédible que ceux de Kholer et de Zadiste, et je me suis donc plus attachée à eux. (toute proportion gardée hein J)

Je sais que je ne lirai pas le tome sur Burch, mais qui sait, un jour, celui sur Visz ?


*****************

Lu en LC avec Marie (Marie, rêves tu de Rhage toi aussi?), et Mademoishelle Pointhillé qui a beaucouhp aihmé les H. (cliquez sur les noms pour lire les billets).

Pour plus de billets coquins, c’est chez Stephie !

65408451 p   tour des genres-copie-16  

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-o-rhage-o-desespoir-98607423.html

24
sept

Minuit – Lara Adrian

le-baiser-de-minuit-lara-adrian 

Yumiko avait bien aimé, voir préféré ce livre à la confrérie. Du coup je me suis dit Bingo. Je vais pouvoir continuer mon étude over sérieuse avec Karine sur les hommes dans ce genre de romance, et, en plus, je vais le faire sur un livre mieux écrit et plus intéressant que ceux de la confrérie…

J’avoue que bon, en fait, j’ai trouvé ça pire… Et pour celles qui me suivent, vous savez que ça veut dire beaucoup !  (pour celles qui ne me suivent pas régulièrement : voilà ce que je pense de Kholer, et de Zadiste).
Ceci dit, et car je ne suis que partage, je compte offrir mon exemplaire de ce livre à celle qui répondra juste aux questions suivantes.
Ne me remerciez pas. My pleasure.


Avertissement
: certains propos à venir sont interdits aux moins de 18 ans.
Avertissement bis : Ce billet n’est pas ce qu’on pourrait définir de fin ou subtile. Je dirais même qu’il est plutôt lourd. A l’image du livre quoi. (ce n’est bien sûr pas mon humour qui est lourd).
 

1. Cette couverture est hideuse à cause :

a. Du vert fluo qui fait mal aux yeux.

b. Des chauve-souris blanches sur fond de buildings New Yorkais (sachant que l’histoire ne se passe pas là bas.) (et qu’il n’est pas question de chauve-souris dans cette histoire) (pour cela, je vous invite à lire Insatiable de Meg Cabot).

c. De la jeune fille qui a l’air complètement stupide en essayant de faire un regard « de dessous » « paupières mi-closes » qui se voudrait, j’imagine, excitant (?). (je ne sais pas pourquoi elle n’est pas en train de se passer la langue sur sa lèvre inférieure, ça irait pourtant parfaitement avec le regard).

d. Car c’est un Milady. Et qu’un milady avec une jolie couverture ce ne serait plus un milady.

e. Cette couverture est hideuse à cause de tous les points sus-mentionnés.

2. Le héros, Lucan a : 

a. Une voix qui caresse les sens de notre héroïne comme un velours sombre et chaud. (Le velours sombre et chaud caresse t-il également vos sens Mesdames ? Et si oui, expliquez en quoi un velours moins sombre et plus tiède caresse moins les sens ? )

b. Un parfum qui réveille en Gabrielle quelque chose d’élémentaire, de primal, qui l’attirait (je crois que l’on sous estime la portée aphrodisiaque des odeurs, vraiment).  

Notre héros ne sent pas l’eau de cologne (en même temps tous les hommes ne sentent pas l’eau de cologne j’ai envie de dire) mais une légère odeur de menthe, de cuir, ainsi qu’autre chose de plus obscur ; comme une épice exotique qu’elle n’aurait su nommer. (c’est vrai que les épices exotiques ont toutes un quelque chose d’obscur, c’est bien connu) (bon j’avoue que si tous les hommes ne sentent pas l’eau de cologne, ils sont quand même plus nombreux que ceux qui sentent la menthe, le cuir et le curcuma).

c. 2m de muscles solides et de pure vigueur masculine  (je répète : de pure vigueur masculine) (et on ne parle même pas du sexe là hein) des bras puissants,  d’épais biceps et un sexe velouté et massif (oui velouté le sexe, et alors ? C’est pour aller avec la voix de velours sombre et chaude) (vous remarquerez que je ne fais pas de commentaire sur l’adjectif massif) (mais je n’en pense pas moins, comme vous vous en doutez.)

d. Toutes les propositions précédentes sont justes.

3. Trouvez la fausse affirmation:
Gabrielle, notre héroïne :

a. A été ballotée d’un foyer à un autre durant toute son enfance… (ouh mais que c’est original ! c’est bien la première fois qu’on nous le fait, tiens, le coup de l’enfance difficile).

b. Est une femme aux cheveux de feu (rousse donc) et à la douce beauté d’albâtre (avez vous remarqué que ce mot revient systématiquement dans les livres du genre ?) (je m’interroge donc sur le pouvoir d’excitation de ce mot).

c. A un ami gay, car une héroïne cool se doit d’avoir un meilleur ami gay.

d. Dort nue. (on ne sait jamais, si un inconnu au sexe massif décidait de passer par là lui faire un cuni pendant qu’elle dort et bien, au moins, il ne la réveillerait pas en la déshabillant). (conclusion, dormez nue les filles, vous aurez 50 orgasmes sans même vous réveiller. Magnifique, non ?).

e. A l’odeur du Jasmin. « Le jasmin, songea t-il, retroussant les lèvres en un sourire malicieusement appréciateur. Fleur exotique qui n’ouvre ses pétales odorants qu’à la sollicitation de la nuit.  (j’espère que vous appréciez la richesse des métaphores autant que moi) Ouvre toi pour moi, Gabrielle. » (Oh oui Gabrielle, fleur de Jasmin, ouvre toi pour Lucan.).

f. Aime couper les steaks des guerriers vampires qui ne voient plus bien.

4. Il suffit à notre héros de dévisager Gabrielle pour que celle-ci :

a. Sente une chaleur se loger dans son ventre, semblant émaner de son regard, direct et intime et formant ainsi une image dans son esprit : elle et lui dans sa chambre à coucher nus et enlacés sous le clair de lune.  (ce sont les yeux gris ça, ça fait souvent cette effet là).

b.  Aie envie d’un sundae caramel, avec des pépites de Daim dessus.

5. Quand notre héroïne comprend enfin, après 277 pages, que le mâle qui lui a donné environ 678 orgasmes  (en 2 nuits d’amour) est un vampire, que fait-elle ?


a. Elle sort la croix en pendentif qu’elle n’a pas porté depuis sa première communion.

b. Elle attache des gousses d’ail sur les portes.

c. Elle remplace un flacon de bain douche par de l’eau bénite.

d. Les propositions a b c sont justes.

e. Non l’auteur n’a quand même pas osé mettre dans son livre tous les clichés du genre, précédemment cités.

Indice : si elle a osé.

6. Si les clichés ne tuent pas, le ridicule non plus.  Ainsi, d’après vous, l’auteure, qui n’a manifestement pas voulu censurer son imagination (à mon grand désarroi), a donné pour origine à nos vampires :

a. Une origine extraterrestre.  C’étaient des explorateurs. Des conquérants féroces et belliqueux qui se sont écrasés sur Terre il y a très longtemps. Leur système digestif était trop évolué pour supporter les protéines terriennes. Impossible pour eux d’assimiler les plantes ou la chair animale comme les humains le faisaient. Ils ont donc dû apprendre à se nourrir de sang.  (ah ben là c’est sûr ils n’avaient plus le choix). (ceci dit je suis curieuse de savoir de quoi ils se nourrissaient avant d’explorer la terre ?!) (vais peut-être écrire à l’auteure finalement).

b- Une origine strasbourgeoise et comme ils ont fait une indigestion après avoir mangé trop de Flammenkuch et bu trop de Gewurztraminer, ils ont commencé à boire du sang et en sont devenus accroc.

Indice : la réponse correcte expliquerait peut-être le choix de la couleur de la couverture.  (verte).
Indice bis : c’est trop bon la flammenkuch, on ne peut pas faire d’indigestion. (Et les vendanges tardives aussi, c’est trop bon. Meilleur que le sang, je pense. Et tout aussi jouissif. Bref je m’égare. )

7. Lors de la première nuit d’amour entre Lucan et Gabrielle, Lucan au comble du plaisir, va dire à Gabrielle :

a. Je voulais tant te baiser, Gabrielle. J’en ai eu envie dès que je t’ai vue. (amis de la poésie, bonsoir)

b. Ingrid, est-ce que tu baises ?

8. Quelle a été la réaction de Gabrielle a cette déclaration si romantique ?

a. Ces paroles franches et brutales – l’aveu qu’il l’avait désirée autant qu’elle- ne fit que l’embraser davantage… (…) Gabrielle sentit un torrent orgasmique l’envahir ( Un torrent orgasmique donc… rien que ça j’ai envie de dire…)

b. elle se retire et va se doucher, refroidie par les paroles crues de son amant. 

9. Question bonus, qui peut départager le gagnant du livre en cas d’égalité:
Quel gros mot « classique » n’a PAS été utilisé dans l’échange poétique ci-dessous ?

– Putain mec tu te crois où là ? Touche moi encore, fils de pute et je…
– Tu vas faire quoi connard ? persifla une seconde voix, basse et meurtrière.
– Ouais dis nous espèce de petit trou du cul de mes deux, Tu vas faire quoi ?

Voilà, maintenant que ce petit QCM est terminé, vous voulez peut-être savoir de quoi parle ce chef d’œuvre ?

Bon j’avoue que je ne m’en souviens plus trop, ma lecture a plus de 2 semaines maintenant…
En tous cas, sachez qu’il y a des gentils vampires parmi lesquels, les guerriers.
Et il y a les méchants vampire (qui ne sentent pas le talc, je vous rassure). Ces derniers sont méchants car ils succombent à la soif sanguinaire (mais pourquoi sont ils si méchants ? parce queeeeeeeeee !) c’est-à-dire, qu’ils tuent les humains pour se nourrir.

Voilà, en gros. Comment Gabrielle se retrouve impliquer dans tout ça ? Hum, là c’est vraiment compliqué, mais sachez qu’il est question d’entrepôts, d’usines, d’humains qui n’ont plus d’âmes… et de pleins d’autres choses vraiment fascinantes). Si vous voulez en savoir plus, ne me le demandez surtout pas car je ne m’en souviens plus. Par contre, si vous jouez et que vous gagnez l’exemplaire…

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-minuit-lara-adrian-85025888.html

16
sept

Frissons interdits – Lisa Kleypas

frissons-interdits.gif   harlequinades

 

Voilà, je viens de terminer mon premier Harlequin et je dois avouer que c’était une expérience tout à fait intéressante et enrichissante (si si)…

 

J’ai été éblouie par tant de clichés, mais surtout par tant de « non limite ».

Je ne sais pas si c’est pareil dans tous les Harlequins, mais dans Frisson interdit, Lisa Kleypas ne s’est pas auto censurée. Elle ne s’est posée aucune limite. Elle ne s’est pas dit une seconde que peut-être, nous autres lecteurs, pourrions être incrédules face à tant d’imagination. Non, zéro limite, je vous dis…

Tant de liberté d’imagination a un côté exceptionnel. J’ai adoré…

 

Avant de vous parler de l’histoire, j’aimerais vous décrire un peu nos protagonistes…

 

 

Lady Holly Holland Taylor aussi appelée Holly : notre heroine. Veuve depuis 3 ans, elle porte encore le deuil de son mari tant aimé : George mort de la typhoïde (ce détail est important pour la suite de l’histoire, je vous conseillerais de le retenir…) laissant sa femme et sa fille Rose, plus seules  et désespérées que jamais.

Donc Holly ne s’habille qu’en sombre, passe ses journées à pleurer son mari perdu et à coudre… (oui à coudre. Activité des plus stimulantes intellectuellement si il en est). Sa vie est certes monotone mais elle n’a plus goût en rien depuis sa perte. Si ce n’est pour sa fille Rose qu’elle aime tant, elle se serait donnée la mort. (…)

 

Zachary Bronson : Ahhh ce cher Zachary…

… n’est pas un sang bleu : ce n’est pas un gentleman dont le titre a été hérité de génération en génération… Non Zachary est un investisseur et entrepreneur, qui s’est monté une fortune colossale grâce à son sens inné des affaires.

 Son parcours est hors du commun. Zachary, pour subvenir aux besoins de sa mère et sa sœur, a du se prostituer. Non ce n’est pas vrai. Mais par contre il a du faire de la boxe de rue pendant 2-3 ans pour gagner un peu de sous (ce qui lui a valu son nez cassé), puis après être devenu celui qu’on surnommait «  Bronson le boucher » et avoir amassé un peu d’argent grâce à ces combats (gagnants) il est parti dans la marine, après quoi il est devenu  entrepreneur… Comment, je ne sais pas trop mais bon on s’en fout, l’important maintenant c’est qu’il soit riche. Et autant vous dire que Zachary est très très riche. Très très très riche.

Mais pas de bol, Zachary a très mauvais goût, il veut tellement montrer qu’il a réussi qu’il fait dans l’ostentatoire. Ce n’est pas un homme raffiné. Ce n’est pas un gentleman…. A son grand dam…

Ah avant que j’oublie : Zach est une bombe, même avec un nez cassé.

(Zachary est, je cite, « taillé comme un lion. » « Zachary savait qu’il avait une musculature digne d’un gladiateur ou d’un docker »).

 

Elizabeth et Paula : respectivement sœur et mère de notre héros.

Elizabeth est belle, intelligente, elle a de l’esprit, mais elle est persuadée que si des hommes s’intéressent à elle, c’est uniquement pour l’argent de son frère. (Je ne l’ai pas dit à Elizabeth mais bon perso je pense que c’est un plus non négligeable)

Paula, la mère, a un problème de taille : Elle est trop gentille avec ses domestiques. Elle ne sait pas s’imposer. Oui c’est un problème mes amis, car comment voulez-vous que sa maison tourne bien si elle ne sait pas s’imposer aux domestiques ? Hein ? Comment ? Mais vous comprenez, Paula a fait les poubelles pour survivre (si si, c’est véridique, mais c’était avant que son fils Zach fasse de la boxe. Enfin, je crois ) et du coup, elle ne se voit pas donner des ordres. On ne peut pas la blâmer : si nous avions fait les poubelles pour survivre avant d’habiter un château, nous aussi aurions sûrement du mal à donner des ordres aux domestiques. Car dans le cas contraire, nous tournerions le dos à notre passé, à nos origines, et ça, franchement ce serait petit. Mesquin même.

 

Lord Ravenhill : Personnage secondaire mais qui a son importance. Nous y reviendrons. Sachez juste que c’était le meilleur ami de George (le défunt mari au cas ou vous ne suivriez déjà plus). Lui et Holly ont fait une promesse à George sur son lit de mortMais je ne peux vous en dire plus pour le moment: ça gâcherait la suite de l’histoire… J’espère que vous ne m’en voulez pas… 

 

Maintenant place aux moments clés de l’histoire. J’espère que vous êtes toujours là ?

 

– Tout commence lors du premier bal auquel assiste Holly depuis 3 ans (je ne reviens pas sur le pourquoi de son hibernation). Elle s’ennuie. Elle va faire un tour dans le jardin. Un inconnu l’approche. Il fait sombre (c’est la nuit), si sombre qu’elle ne peut voir le visage de l’inconnu (normal), qui l’embrasse avec fougue (normal aussi).

Manifestement Holly n’était pas la personne attendue mais bon, sa bouche a fait l’affaire, ne vous en faites pas. Holly est déboussolée par ce baiser, à tel point qu’elle en pleure… (si si) Elle n’a pas vu le visage de l’inconnu (bon ok je vais arrêter de l’appeler l’inconnu, vous avez compris que c’était Zach ), mais elle reconnaîtrait sa voix, suave, entre 1000 (grâce à ces quelques mots échangés : « Douce créature, murmura t-il à son oreille, dites-moi pourquoi un simple baiser vous fait pleurer ? »). (…)

 

– Zachary se renseigne. Il apprend que la femme qu’il a embrassée est Holly.

 

– Holly, qui vit chez les Taylor (famille de son mari) reçoit une invitation à se rendre au château de Mr Bronson. Tout le monde lui déconseille de s’y rendre : Mr Bronson n’a aucune éducation ! Allons !

 

– Mais Holly fait sa forte tête : elle se rend au château et quand son hôte lui souhaite la bienvenue, elle manque s’évanouir : c’est l’inconnu du bal !!!!! Elle espère qu’il ne l’a pas reconnue. (Holly, pardonne-moi mais, si tu es belle, tu n’es  pas franchement une lumière : tu ne trouves pas la coïncidence un peu trop évidente ?!)

 

– Bon, que lui veut Zachary ? Et bien, accrochez-vous bien : il aimerait embaucher Holly pour qu’elle lui apprenne les bonnes manières. Il veut qu’elle fasse de lui un parfait gentleman, et  de sa mère et sa sœur de parfaites ladies. (Et qu’elle apprenne à sa mère à tenir sa maison. Rappelons que les domestiques ne sont que des bons à rien avant l’arrivée d’Holly dans la maisonnette.)

 

Oups, je viens de vous spoiler. Car oui, Holly accepte, non sans avoir marchandé un peu de sous en échange. Parce que bon, elle est pas folle la guêpe, elle sait qu’elle risque de perdre sa bonne réputation en acceptant ce boulot, alors bon, faut bien une petite compensation. 30000 livres feront l’affaire. Une bien belle dot pour sa petite Rose n’est ce pas ? Mais bon, qu’on ne s’y trompe pas, c’est uniquement pour l’avenir de sa fille qu’elle accepte de perdre sa réputation et sa belle-famille. Pas pour Zach… 

 

– Les semaines passent… Les domestiques obéissent et sont même heureux d’être dirigés (elle est pas belle la vie ?). Elizabeth devient une parfaite lady… Et Zach… ben Zach continue d’aller voir les putes, heu, les catins, il continue de jouer aux cartes et à boire. Mais la journée, il se révèle être un très bon élève et il est sur la bonne voie pour devenir un gentleman.

 

– Zach et Holly passent également des soirées entières à parler autour du feu, en buvant un ou 2 verres de vin… ( Non je ne m’embrouille pas, Zach va voir les filles de joie APRES ses discussions avec Holly.).

 

Bon OK j’abrège : Zach tombe amoureux de Holly. Comment ça vous vous en doutiez ? Mon dieu, lui qui pensait qu’il tomberait amoureux d’une femme libérée sexuellement, voilà qu’il se retrouve épris d’une veuve prude… Mais bon que voulez-vous, l’amour nous tombe dessus sans qu’on s’y attende. On ne peut pas le contrôler… « il ne pouvait pas la regarder un peu fixement sans ressentir aussitôt un brûlant désir lui fouailler les reins » « il bénissait la mode des vestes longues »… ()

 

– Holly tombe aussi amoureuse mais elle ne veut pas l’admettre. En même temps Zach est formidable. Et siiiiii généreux : « Bronson consacrait beaucoup de son temps à aider les pauvres. » « Dans ses propres usines, il avait aboli le travail des enfants et organisé des caisses communes qu’il alimentait largement et qui permettaient de verser des pensions aux veuves ou aux personnes âgées ». Mesdames, vous ne seriez pas tombées amoureuse d’un tel homme vous, peut-être ?

 

– Ils se cherchent un peu… mais il ne se passe rien de fou… et puis… un jour… Mr Ravenhill débarque (merci de vous référer à la liste des personnages ci-dessus si vous êtes perdu(e)s). Et Holly avoue à Zachary qu’elle a fait la promesse à George d’épouser son meilleur ami. ..(Voilà bien la preuve que George était un homme merveilleux : penser au futur bonheur de sa femme et de son meilleur ami, sur son lit de mort…)

 

– Zach est effondré par cette nouvelle. (Qui ne l’aurait pas été ?)

 

– Holly, elle, a besoin d’air. Elle va se promener dans le jardin. Il commence à pleuvoir. Elle se réfugie dans le chalet d’été. (oui un chalet d’été) Il pleut. Il y a du tonnerre. Zach arrive. (oui comme par magie, et alors ?!). Et là, Holly cesse de réfléchir. Et… ils le font !!! Oui, ils s’aiment à ne plus entendre l’orage gronder dehors et quelque chose de merveilleux se produit alors : Holly a le premier orgasme de sa vie : « Tu n’avais jamais connu ça avec ton mari n’est ce pas ? Holly secoua la tête ».

 

– Mais ils ont dépassé la limite et Holly décide de s’en aller (avec la totalité de l’argent car bon, d’après Zach, Rose n’a pas à subir la lâcheté de sa mère. Oui ce sont là de dures paroles mais bon il faut dire que c’est la première fois qu’il se fait jeter et qu’il n’obtient pas ce qu’il désire).

 

– Elle retourne chez les Taylor. Mais n’a plus goût à rien. Elle est encore plus triste qu’à la mort de George (c’est vous dire !). Lord Ravenhill lui fait la court. Mais finalement elle lui explique qu’elle en aime un autre. Il comprend et l’encourage à retenter sa chance a c’est un gentleman :  point d’orgueil mal placé).

 

– Elle retrouve Zach, lui déclare sa flamme malgré sa peur d’être rejetée… Il lui répond « vous allez m’épouser maintenant ! » puis « Je vous veux dans mon lit maintenant »… Pourquoi perdre de temps avec des futilités hein ?! (à noter que Zach, lui aussi au bout du rouleau pendant un mois, n’a pas eu envie d’aller voir ses copines au centre ville. Vous comprendrez qu’après un mois d’abstinence, il zappe les préliminaires verbaux)

 

– Ils s’aiment donc et Holly découvre, choquée, la joie d’être touchée au plus profond de sa féminité. (Manifestement George n’était pas si merveilleux que ça ).

 

– Et là… -alors que nous croyions à une happy end- C’EST LE DRAME : Holly tombe malade ! Et quelle maladie ??? La typhoïde !!!! Celle la même qui a tué son mari ! Ô rage, ô désespoir…

 

(Eh oui, pas de bol, franchement)

 

– Et là MIRACLE : alors qu’elle a de la fièvre et qu’elle délire, alors qu’elle est en train de mourir, George lui apparaît aux portes du paradis, et ce dernier, loin de la pousser à le rejoindre, lui donne sa bénédiction pour refaire sa vie avec Zachary… (comment exprimer ce que je ressens ? J’en reste sans voix.)

 

– Et donc, alors que nous la croyions morte, et aussi fou que cela puisse paraître, Holly s’en sort, grâce à l’amour de Zach (et à celui de Dieu. Et de George finalement)

Si c’est pas beau hein ?!  j’en aurais pleuré de soulagement…

 

Donc finalement, en résumé, ce qu’on retient, c’est que Zach a fait de la boxe, qu’il a fait fortune en partant de rien, et en investissant dans les chemins de fer, qu’il aide les pauvres, qu’il embrasse une inconnue, qu’il aime les putes et les jeux mais qu’il préfère « Holly la prude » à tous ces vices.  Qu’à force de patience, il arrive à coucher avec Holly, qui même si elle a connu son premier orgasme, le quitte le lendemain (n’oublions pas la promesse faite à son défunt mari) mais revient en rampant le supplier de la prendre (pour épouse), ils se marient, (Elizabeth aussi d’ailleurs avec le cousin de Holly : si c’est pas génial ça ?), elle passe à ça de mourir, mais leur amour est le plus fort, et elle s’en sort. Ils vivent désormais heureux et emmerdent les autres : Zachary c’est un gentleman, un vrai ! Parole d’Holly !

 

 

Voilà, finalement, en lisant le résumé, je m’interroge. Serais-je devenue mesquine pour ne plus croire en de fabuleux destins ? Ai-je perdu toute capacité à rêver ?! Ou sont passées mes rêves d’enfants ? Pourquoi n’ais je plus l’innocence de Rose ? Pourquoi ais-je du mal à croire qu’un homme beau, intelligent et riche puisse être excité à la seule vue d’une main qu’on vient de déganter ? Pourquoi suis-je devenue si rabat-joie ?

Je crois que je vais faire une cure d’Harlequin pour retrouver mon âme pure et dénuée de sarcasmes. Oui c’est ça. Et peut-être que je vais même laisser mon imagination s’enflammer et écrire moi-même une nouvelle « Harlequinade » !

 

 

 

 harlequinades.jpg 

 

Ce livre a été lu dans le cadre des « harlequinades » organisées par Fashion  et Choukinette !

Merci les filles, je viens de vivre une experience unique grâce à vous ! :)

 

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-frissons-interdits-lisa-kleypas-57094088.html