Les lectures de Cécile

17
sept

We were liars de E. Lockhart ou le livre qui vous retourne le cerveau.

liars

 

Une famille composée des grands-parents, Harris et Tipper, des 3 mères, Carrie, Bess et Penny, des 5 chiens et des 7 petits enfants.
Parmi ces derniers, les 3 plus âgés : Cadence, Mirren & Johnny.
Une île privée sur laquelle ils se retrouvent tous chaque année.
Chaque été.
Et Gat, l’autre garçon.
Les quatre inséparables.
Et puis, l’été des 15 ans.
Un accident et une Cadence retrouvée dans l’eau, qui souffre désormais de migraines et qui ne se souvient plus d’une partie de cet été.
Que s’est-il passé ?

 

There is not even a Scrabble word for how bad I feel

 

Je ne connaissais quasiment rien de l’histoire en ouvrant ce livre, si ce n’est qu’il m’avait été chaudement recommandé et que j’avais interdiction de lire la fin (que je n’ai donc pas lue, pour une fois)(non, I’m not a liar, they are…)(oui elle était facile).
C’est donc sans trop savoir à quoi m’attendre que j’ai commencé ce livre YA et j’ai été très vite emportée par la plume de l’auteure.
Des chapitres courts, des phrases et des tournures impactantes, un style limite poétique, et une histoire qui s’écrit petit à petit, en 5 parties, mais dans laquelle on plonge rapidement.

Un accident, une amnésie, des souvenirs, des flashs…

De l’eau, des rochets, un feu…

Rancune, envie, non-dits…

Refuser la différence, maintenir les apparences….

Prendre conscience…

Et élaborer des théories.

Et des autres, et des autres, et des autres…

 

J’ai lu ce livre avec plusieurs copines, et je ne sais pas combien de théories nous avons élaborées dès la fin de la première partie, mais certainement autant que le nombre de pages du livres (soit environ 200).
Et à partir de là… ne plus lâcher le livre.
Lire, finir la première partie, avoir une théorie, en parler, voir que déjà les idées divergent, s’accrocher à la notre, continuer, commencer la seconde partie, trouver de nouvelles idées, revenir sur la première, arriver à la 3ème partie, être étonnée, désarçonnée, commencer à douter, de tout, de ses théories, de ces inepties, de soi, d’eux, d’elle…
Continuer, imaginer le pire, refuser le pire, se triturer les méninges, lire, lire, lire, faire une pause, y penser, reprendre, s’arrêter, en parler, reprendre, espérer, se dire qu’on va devenir folle, attendre les copines, y penser même en mangeant, commencer la 4ème partie, s’énerver, et finalement se plonger dans la dernière et apprendre, lire, savoir, comprendre et terminer. Limite essoufflée.

 

Be a little kinder than you have to.

  

Vous l’aurez compris, ce livre est…

Prenant,
Bien écrit,
Extrêmement bien construit,
Complètement mind fucking. 

Il joue sur les nerfs, un peu,
Il s’impose à vous, souvent,
Vous retourne le cerveau, passionnément,
Et vous ne le lâchez, pas du tout. 

 

She made me act normal. Because I was. Because I could. She told me to breathe and sit up.  

 

Alors, les personnages ne sont pas attachants, (du moins je ne me suis attachée à aucun d’eux) (mais certaines copines oui !) et du coup, ça ne sera pas un coup de cœur pour moi… J’ai manqué d’empathie 90% du temps, restant une spectatrice extérieure, impliquée certes, mais extérieure tout de même, une spectatrice essayant de retrouver la mémoire avec Candence, pour Cadence, mais sans pour autant m’attacher ou m’identifier à elle…

Mais pour son écriture, pour sa construction, pour les centaines de théories, pour les doutes et les espoirs, pour ce qu’on a imaginé de mieux et de pire, pour la fin (que tout le monde n’a pas appréciée)(mais moi je l’ai trouvée parfaite et surtout très cohérente) pour le style, pour les Sinclair, cette famille si particulière, pour les contes que Cadence inventent, pour les objets de valeur, pour les personnages, pour Mirren, Johnny, Cady, Bat, pour les mottos, pour ce qui plait et ce qui dérange, pour les brides d’informations rarement distillées et pour ces pièces du puzzle qu’on essaye d’imbriquer, de mille manières, tout au long du livre, mais qui ne s’imbriquent finalement qu’à la toute fin, je tire mon chapeau à l’auteur et je ne peux que recommander ce livre.

 

Do not accept an evil you can change.

 

Elles l’ont lu avec moi : Caro qui a eu un coup de coeur, Jess qui est mitigée, Simi et Emilie qui ont adoré malgré des petits bémols.
Ainsi que les non-blogueuses Julia qui a été très prise par cette lecture mais qui a tout de même une réserve sur la fin et Bérengère qui a trouvé ce livre très addictif et l’histoire parfaite même si elle a trouvé une partie un tout petit peu trop longue. 

Enfin, l’avis de Karine qui l’a lu avant nous , qui a adoré même sans avoir élaboré de théories ! 

Et merci à Marie pour la recommandation :-) 

 

We were liars – E. Lockhart
240 pages

16
sept

Experiment in terror de Karina Halle, suite et fin d’une série originale, un peu inégale, mais que je recommande chaudement…

Experiment in Terror, série en 9 tomes, c’est fini !
Avant de vous parler plus en détail des deux derniers tomes, je vais parler de la série dans sa globalité (et sans spoiler).

Experiment in Terror

C’est Dex et Perry, deux personnages atypiques et originaux qui voient des choses que les autres ne voient pas.
Après une rencontre des plus originales, ces deux là vont  créer « Experiment in Terror », une émission internet touchant au paranormal.

Ces deux personnages m’auront beaucoup touchée au fil des tomes et ils m’auront procuré beaucoup d’émotions, quelles soient positives ou négatives.

Car si j’ai adoré le langage cru de Dex, sa personnalité un peu torturée, son égoïsme du début, sa générosité, ses répliques directes et souvent drôles, sa force de caractère, sa manière très particulière d’être si sexy, ses déclarations et son charme, j’ai aussi eu envie de le secouer par moment.
De même pour Perry qui est une héroïne peu sûre d’elle dans laquelle je me suis retrouvée parfois, que j’ai trouvé très forte à d’autres moments, dont j’ai compris certaines réactions,et  qui m’aura énormément touchée dans certains tomes même si j’ai aussi eu envie de la secouer et de lui dire d’évoluer parfois.

J’ai particulièrement aimé voir l’évolution de Dex et Perry, de manière individuelle déjà (car ils évoluent beaucoup dans leur tête), puis en tant que duo, que ce soit au niveau professionnel ou personnel (surtout personnel, pour être honnête).
Leur évolution entre le premier et le dernier tome, entre leur passé et donc ce qu’ils vivaient/étaient avant de se connaitre et le présent est, quand on y pense, vraiment hallucinante et pour cela, je lève mon chapeau à l’auteur.

Mais Experiment in Terror c’est également :

– Un style très prenant, bien écrit, très juste et réaliste.
– Des moments flippants, des moments couinants, des moments stressants, des déclarations qui font fondre nos petits cœurs de midinette, une tension sexuelle dès le premier tome qui atteint très vite des sommets (hello tome 3 !), beaucoup de frustration (hello tome 4), des remarques drôles (Dex <3) et des moments tristes (Dex !), où l’on ressent toute la peine et le désespoir de nos héros (cette fin de tome 4! my my).
–  Des tomes hyper prenants, et flippants, tant au niveau de l’intrigue que de l’évolution des personnages (tome 3, 5 et 8!)
– Des tomes moins bons aussi, là aussi, que ce soit niveau intrigue ou de l’évolution des personnages (Tomes 6  et 9 !)
– Des personnages réalistes avec des tas de défauts et de qualités.
– Des moments chauds et sexy
– Des révélations sur l’un et sur l’autre, ainsi que sur les personnages plus secondaires, que l’on découvre au fur et à mesure des tomes et qui sont vraiment étonnantes…
– Des personnages secondaires très bien décrits et qui nous inspire beaucoup d’émotions : la connasse de Jenn qu’on deteste dès le début, Maximus qui paraît sympathique et charmant de prime abord, Rebecca qui a directement toute notre sympathie, Ada, la petite sœur de Perry qui est son exact opposé et qu’on en vient très vite à adorer, Creepy old lady un fantôme récurrent qui interpelle et dont toutes les phrases sont  à retenir, les parents d’Ada qui nous agacent…
– Une série qui devient vraiment addictive à partir du tome 3, à un coup de moins bien vers le tome 6 et qui repart de plus belle dans l’avant dernier tome, pour finir sur un tome 9 bien inégal.
– Des discussions animées avec les copines et des ressentis très différents sur quelques passages et certaines réactions des personnages :-) (surtout dans le tome 4!)

 

Finalement, je ne peux que vous recommander de vous lancer dans l’aventure d’Experiment in Terror , qui m’aura globalement emportée du début à la fin malgré certains tomes moins bons que d’autres.
Cette série, au risque de me répéter, est vraiment originale (et rien que pour ça, je la recommande !), très bien écrite, aux intrigues certes irrégulières mais parfois très flippantes et c’est une série dont j’ai adoré suivre l’évolution, tant au niveau intrigue que personnages, et que je suis finalement triste de quitter.

Bref, Experiment in Terror c‘est beaucoup d’émotions et que par conséquent je conseille. Vivement.
Dex et Perry, je ne risque pas de vous oublier ! Merci pour ce voyage et bonne chance pour la suite, il  vous en faudra !

 

***************

Maintenant je vais parler des deux derniers tomes en particulier.
Attention risque de spoilers. 

 

ashes to ashes  

Dans ce 8ème et avant dernier tome de la série, nous retrouvons Dex et Perry, accompagnés de Rebecca leur amie et nouvelle partenaire du show « Experiment in terror » qui se rendent en Oregon, là où Dex et Perry se sont rencontrés la première fois.
Cette fois ils vont visiter une école, ancien sanatorium pour les malades de la Tuberculose…
Une école hantée et bien flippante…

“What we have – it consumes me. It devours me. And it scares me more than anything we have ever encountered, because if I ever lost you, if I ever had to live without you, I wouldn’t be whole. You, Perry, have my heart. You are my heart.” 

 

Ce que je retiendrai de ce tome (attention, éventuels spoilers sur les tomes précédents) : 
– Un tatouage d’ancre.
– Ce qu’oncle Al dit à Perry et Dex sur leur relation (le nombre de mois qu’ils se connaissent) mais qui heureusement ne les fait pas douter.
– Des moments hyper creepy notamment avec les apparitions d’une petite fille et de ce qu’elle tient en laisse.
– Une relation qui continue d’évoluer
– Des déclarations de Dex à tomber <3
– Une Rebeca qui déconne avec sa révélation qu’elle n’avait pas à faire à Perry
– Dex toujours sûr de lui, aux répliques toujours aussi drôles et pas du tout politiquement correctes.
– Encore des déclarations qui ont faites swooner  et couiner la midinette en moi, notamment celle qui a lieu au post office.
– Une fin qui se finit en gros cliffhanger ! Heureusement qu’on a la suite :)
– Une copine de lecture, Caro, qui nous montre des photos et des vidéos d’autant plus flippantes que vraies : celles du sanatorium de Waverly Hills. Merci Caro !

He made a face. “Soy milk. Ugh. Tastes like jizz.”
I gave him a curious look. “And how do you know that?”
“I have bad aim sometimes,” he said.” 

Globalement, j’ai trouvé ce tome parfait du début à la fin.
C’est d’après moi le livre le plus flippant de la série et j’ai trouvé que la relation entre Dex et Perry, loin d’avoir perdue en intérêt vu son évolution, était parfaite; à la fois touchante et sexy sans pour autant être mièvre et guimauve.
Je n’ai quasiment pas lâché le livre. Une réussite.

“Don’t even think about a quickie,” I warned him with a sharp shake of my head. “I couldn’t come in this place even if you had two dicks.”
He grinned. “That sounds like a challenge. You know that can be arranged.” 

 

Ashes to Ashes (Experiment in Terror 8) – Karina Halle
Ebook – 406 pages

 

*******************

dust  

« Dex », she cried out again and in an instant she was in my arms and she was safe and I was safe and the rest of the world could go to hell for all I cared. 

Ce dernier tome m’aura finalement déçue, surtout après le précédent.
La boucle est belle est bien bouclée, et l’intrigue « démons / Veil etc » était somme toute logique pour terminer la série mais j’ai trouvé la seconde partie bâclée.

Perry and her mother were on the quiet side, while Ada was overjoyed at my suggestion we hit up H&M. It’s not that I enjoyed shopping at a store that was catered to European metrosexuals with pre-pubescent chests, but I needed to get something. 
Luckily, I found jeans that didn’t show off every curve of my dick nor taper into my toes and a few plain t-shierts that didn’t have a cat wearing sunglasses on it. 

Globalement, et attention aux SPOILERS; voilà ce que je retiendrai de ce tome :
– Une histoire qui commence bien avec une Perry qui part à la recherche de Dex.
– Un Dex qui n’est pas lui-même
– Quelques chapitres intenses et prenant
et puis, à partir de 65% – 70%….
– L’histoire de Michael assez confuse
– Une mort-sacrifice qui ne m’a pas convaincue et à laquelle je n’ai pas cru
– Un passage en enfer trop rapidement résolu (un chap, fin de l’intrigue ? Sérieusement ?)
– Un retour de l’enfer et là, une vraie mort complètement WTF !  (il est là, il est plus là!)
– Une série d’événements guimauve à souhait (visite du père, réconciliation en deux minutes de Perry et sa mère, acceptation de cette dernière de son état totalement pas crédible)
– Une autre mort WTF et trop rapide également.
– Un épilogue qui me plait quand même.

« I just need to look at you.”
“Then keep looking, kiddo,” he said. My heart may have melted like a pat of butter on hot bread. “Because I’m looking at you. I don’t think I could ever stop.” 

Au final, la série aurait due s’arrêter au tome précédent je pense.
Mais je ne regrette pas la lecture de la série dans son ensemble.
Irrégulière, mais à lire.

Pour ma part, je suis sûre de lire les aventures d’Ada…

 

Dust to Dust (Experiment in Terror 9) – Karina Halle 
Ebook – 241 pages. 

 

 dex

 Mes avis sur les différents tomes :
Dark House  (tome 1)
Red Fox (tome 2)
Dead Sky Morning (tome 3) 
Lying Season ( tome 4)
On Demon Wings (tome 5)
Old Blood (tome 5.5)
The Dex-Files (tome 5.7)
Into the Hollow (tome 6)
Come Alive ( tome 7)

Ashes to Ashes (tome 8)
Dust to Dust (tomes 9)

 

1
juil

Better when he’s bad de Jay Crownover ou quand un auteur veut faire passer un voyou pour un criminel et force le trait.

baxcouv

 

Vous le savez, j’avais adoré Rule  de la série « Marked Man » de cet auteur, un peu moins les tomes suivants jusqu’au 4ème, sur Nash que je n’ai pas du tout aimé.
Quand « better when he’s bad » est sorti et que j’ai lu qu’il était meilleur que les Marked Man et qu’en plus il traitait d’un personnage vraiment mauvais et méchant, je me suis dis qu’il fallait que je lui laisse une chance.
Comment dire ?
Après un chapitre, j’ai voulu arrêter, tellement il y avait de clichés.
Mais quand même, il y avait un truc au niveau de l’intrigue qui faisait que je voulais continuer.
Et finalement, les clichés se sont multipliés et enchainés, et moi, j’ai continué, pour connaitre le fin mot de l’histoire.
Je ne vais donc pas vous spoiler sur l’intrigue que j’ai trouvé bonne, mais je ne peux pas ne pas relever dans ce billet, les nombreux clichés de ce livre…

 

Shane Bax a 23 ans, il sort juste de prison et c’est un bad boy.
Un terrifiant bad boy. Un voleur, un méchant, un criminel. Un bad boy quoi.
Si jamais vous ne l’avez pas compris, l’auteur le répète toutes les 3 phrases environ dans le premier chapitre, des fois que vous seriez atteint d’Alzheimer ou que vous auriez des problèmes de compréhensions, amis lecteurs.
Bax donc, est un méchant qui sort de 5 ans de prison.

 

1- Que fait-il en priorité une fois en liberté ?
a- il va voir sa mère (car dans la vie, il y a des priorités).
b- il va tirer un coup (car bon 5 ans sans sexe quoi. Limite pire que 5 ans sans skittles. Limite).
c- il va chercher sa voiture puis va tirer un coup.

Indice : « Pussy came after a quality ride » autrement classement dit « Les « chattes » viennent après une bonne caisse ».
(comme je le disais plus haut : le sens des priorités).

 

2- Qui appelle t-il son bébé ?
a- Sa mère
b- Sa copine
c- Sa voiture.

Indice en image :

BAX1

(Oui je suis allée voir sur Google à quoi ressemblait sa voiture car je suis une fille qui fait attention aux détails moi, pour votre plus grand plaisir, ne le niez pas.
Si si, c’est vraiment sa voiture. Oui elle est bien jaune et noir. Non je n’invente rien, je le jure. Croix de bois, croix de fer, si je mens, je serai privée de bonbons).
Mais revenons à la voiture : mais non ce n’est pas beauf, allons, ne soyez pas mauvaise langue !!!!
B.A.D B.O.Y on vous dit. Allez, répétez après moi : baaaad boooooyyeuh. Voilà.

 

3- A juste 18 ans, quand il est arrêté, Bax était. (trouvez l’affirmation fausse)
a- Une légende. (dans le milieu des méchants qui volent des voitures)(et auprès des stripteaseuses)(qu’il ne paye pas)(il leur donne des orgasmes plutôt)(mais nous y reviendrons)
b- Une bête de sexe car quand vous grandissez pauvre et sans surveillance parentale, le sexe est ce que vous faites pour passer le temps. (ahhh les jeunes, ce n’est plus ce que c’était)
c- Riche : il avait déjà acheté une maison à sa mère alcoolique (le vol de voitures, les combats illégaux et les courses de voiture, ça paye).
d- Une bête de sexe oui mais une bête de sexe altruiste : quand il couchait avec des strip teaseuses, il « s’assurait toujours que ce qu’il donnait était aussi bon que ce qu’il recevait » (des orgasmes donc), à moins qu’il ne soit pressé (car bon faut pas déconner non plus, faudrait pas se mettre en retard non plus en donnant du plaisir à sa partenaire).
e- Il faisait des courses de voitures illégales pendant un temps mais avait du arrêter car il les gagnait tout le temps et personne ne voulait plus se battre contre lui (une légende on vous dit).
f- c’était quoi la question déjà ?

 

4- Parmi les prénoms ridicules suivants, lequel n’existe pas dans ce livre ?
a- Dovie
b- Bax
c- Roxie
d- Race (Oui, comme dans « On s’en Bax la Race »)(vous avez compris ?)
e- Titus
f- Maxigrosexus

 

5- Quel cliché sur l’héroïne Dovie nous est épargné ?
a- Elle travaille dur pour s’en sortir : elle Bosse à 100% la journée, fait des cours du soir, et bosse à mi-temps le week-end. (et avec ça elle trouve le temps de passer ses nuits à coucher avec Bax et à l’accompagner la journée pour chercher Race)(une surhumaine qui arrive à se dédoubler, ou je ne m’y connais pas)
b- Elle a un goût de fraises fraiches et de pureté que Bax découvre en l’embrassant. (j’espère que vous apprécierez comme il se doit la précision sur la fraicheur des fraises)(une fraise fraiche vaut mieux qu’une mûre tu l’auras)
d- A les yeux verts qui deviennent très foncés quand elle est énervée ou quand elle a un orgasme. (et moi qui ait toujours cru que la couleur des yeux changeait en fonction du temps).
e- A été abandonné par sa mère « qui a préféré se droguer plutôt que d’être parent » (et des fois, on la comprend) :–))
f- Est grande, fine, mais a de gros seins ce qui tombe bien car Bax est un « boobman », un homme à seins. (sans commentaire)
g- Vient d’un milieu si pauvre que même être pauvre est acceptable car ca veut dire qu’on a au moins quelque chose (mélodramaquoi ?).
h- Elle connait un SDF qui fait aussi garde du corps: en échange de quelques bière de temps en temps, il se poste en bas de son immeuble et ne laisse rentrer personne (même si le héros rentre chez elle comme dans un moulin au premier chap). Pratique ces SDF quand même, y’a qu’à les bourrer et ils vous protègent. O_o
i- Elle n’est plus vierge mais ne l’a fait qu’une fois et n’a jamais eu d’orgasmes avant Bax.
j- elle veut travailler dans le social pour aider les jeunes des quartiers défavorisés, qui, comme Bax et elle, sont obligés de grandir trop vite (et de conduire des motos à 10 ans)
k- Scintille au soleil.

 

6– Le corps de Bax « est la carte d’une vie courte mais vécue trop dangereusement et trop vite » (vous me voyez rouler des yeux d’où vous êtes ?).
Il a :
– Une horrible cicatrice sur les côtes dues à un accident de moto à 10 ans. (lol)
– Un trou dans son dos, le même que dans la tête, pour la seule et unique fois ou il n’a pas été assez rapide pour échapper à un flic et sa matraque. (lol bis).
– Un tatouage géant du logo d’une classique V8 sur l’estomac (logo de sa voiture)
v8
(trop classe)
-BAX écrit en énorme dans son dos entre les omoplates (vu que ça fait 3 lettres ça doit être vraiment écrit en grand pour toucher les deux épaules.)
– Une pin-up chevauchant une bougie d’allumage.
Je répète: une pin-up en train de chevaucher une BOUGIE D’ALLUMAGE.
Je vous laisse du temps pour intégrer la chose.

Voilà. Donc, en gros :
Comme sur ce t-shirt. Mais tatoué, sur ses côtes. Tellement excitant quoi.
39542

Sauf qu’il y a mieux. Si.
– Sur son sexe, deux drapeaux à carreaux « indiquant à toutes les personnes assez chanceuses pour les voir qu’elles ont atteint la ligne d’arrivée »
drapeaux

Prenons-nous la main, chers amis, mettons-nous en cercle et LOLons en choeur avant de reprendre ce QCM avec la question suivante :

Au vue de ses tatouages, rappelez-moi, car je ne m’en souviens plus à force d’avoir trop ri et roulé des yeux, Bax est un :
a- BEAUF (qui donne des orgasmes, ce qui n’est quand même pas négligeable)
b- Bad boy, un criminel, un voleur.

 

7- Parmi les dialogues et scènes suivantes, quel est celui qui m’a fait le plus rire / rouler des yeux ?

a-
– As tu peur de moi ?
– terrifiée
– Est-ce que tu me fait confiance ?
– Non
– Est ce que tu vas venir dans mon lit ?
– Sûrement.
– J’ai couché avec Roxie au début de la semaine, je ne suis pas un mec gentil, je ne sais pas comment ça va se passer avec ton frère et quand j’en aurai fini avec Novak, il y a de grandes chances que je sois mort ou en prison. Tu es sure que tu veux venir avec moi au lit ?
– Si je viens, est-ce que ce sera différent pour toi que si tu y allais avec Roxie ou une stripteaseuse ?
– tu veux que je te mente ?
– Oui. Je crois.
– Alors non. Tu serais exactement comme les autres.

(Cette manière, tout en subtilité, de lui dire qu’elle est différente pour lui des stripteaseuses qu’il a l’habitude de fréquenter, je ne sais pas vous, mais moi… Ca me rend toute chose. Je vais manger des Coca Haribo au cœur coulant pour m’en remettre, tiens.)

 

b- Ils le font pour la première fois, ils sont nus et il est sur le point de la pénétrer quand elle demande:
– Est-ce que c’est la ligne d’arrivée ?
Il ne répond pas, couche avec (il a l’impression qu’elle est vierge)(Ouf, j’ai vraiment cru une minute que ce cliché nous serait épargné mais heureusement pas) et bref, c’est mieux que ce qu’il a toujours connu, et il en a connu des filles, depuis tout jeune… il lui demande de jouir pour lui, ce qu’elle fait, car Dovie est obéissante quand il s’agit de jouir, et quand enfin il se laisse aller aussi et finit, pantelant, sur elle, il lui dit :
« CA.C’est la ligne d’arrivée ».
(Une phrase qui vaut tous les « je t’aime » du monde. Un poète ce Bax)

c- Ils couchent ensemble sur le capot de sa voiture et il lui dit « Je ne pensais pas qu’il avait quelque chose au monde qui pouvait rendre cette voiture encore plus belle. Je me trompais ».
(moi aussi, je me suis trompée. Ce n’est pas un poète, c’est un Casanova. Que dis-je ? Un Cyrano de Bergerak !) (ah non, on me souffle à l’oreille que c’est un bad boy).

 

9) Quel cliché nous est épargné ?

a- Elle est étroite
b- Elle va porter un t-shirt de Bax qui lui arrivera au genoux.
c- Il va déchirer son top (ceci dit normalement c’est sa culotte)
d- Elle se mord les lèvres
e- Elle n’a jamais fait de fellation avant lui mais s’en sort comme une chef, sans qu’il la guide (En même temps, grâce aux drapeaux, c’est plus simple de trouver la ligne d’arrivée).
f- Un « jouis pour moi, petite Dove » (Je me suis toujours demande ce que ça faisait d’être appelée comme un savon)
g- Elle a un gout « creamy et fluttery » à savoir « crémeux et agité » (oui agité). (Une crème fouettée comme dirait Ju)
h- Il a des yeux sombres, très sombres et pleins de secrets. Et des fois il y a même une étincelle sombre dans ses yeux sombres. (un must de sombritude en somme)
i- Un « tous les hommes riches trompent leurs femmes » (sans commentaire)
j- Quand il reçoit un gros coup de couteau pendant un combat illicite, il veut utiliser de la glue pour recoller sa blessure . Un vrai bad boy on vous dit.
k- il a un sexe impressionnant. (mais moins qu’un personnage de la confrérie je dirais, à vue de nez, comme ça).
l- Il scintille au soleil. (vous me sentez inspirée aujourd’hui ou pas trop ?)

 

Vous remarquerez que je ne vous ai pas parlé de l’histoire.
Sans vous en dire trop, Bax est envoyé en prison à 18 ans pour vol de voiture.
C’est son meilleur ami, Race, qui l’avait mis sur le coup et qui l’a donc selon toute vraisemblance, piégé. En sortant de prison, il veut savoir pourquoi Race a fait ça. Et se retrouve avec la demi sœur de celui ci dans les pattes : Dovie.

Je ne veux pas en dire trop sur l’histoire car entre le grand grand méchant du quartier, Novak, ses sbires et ses motivations, Race qui est introuvable et dont on ne comprend pas les motivations pour avoir fait capturé Bax, les persos secondaires comme Titus le demi frère de bax qui est flic et qui l’a lui même arrêté et envoyé en prison, je dois dire que l’intrigue rattrape le niveau du reste du livre.
C’est assez complexe, il y a quelques retournements de situations que je n’ai pas vu venir et j’ai particulièrement apprécié que si Bax calme un peu ses activités illicites à la fin, il ne les arrête pas completement pour autant car il reste le même au fond de lui.

J’avoue même que je suis curieuse de lire l’histoire de Race car, pour le coup, il finit dans un rôle que je ne lui aurais pas attribué au début.

En résumé : beaucoup beaucoup trop de clichés qui étaient ridicules et beaucoup trop d’insistance sur le fait que Bax est un bad boy et qu’il a des yeux noirs insondables qui n’expriment rien et qui sont terrifiants. Comme si l’auteur voulait nous persuader que Bax est méchant alors qu’on ne le ressent jamais. Au pire c’est un voyou quoi.
Mais une intrigue qui tient la route et se révèle originale.
Dommage, vraiment.

Je pensais l’abandonner après le premier chapitre mais je l’ai fini.
Si avec ça je ne mérite pas de figurer sur un tatouage, chevauchant une bougie d’allumage…

Une lecture pour le premier mardi de Stephie !

Stephie