Les lectures de Cécile

4
nov

Beautiful player de Christina Lauren, un beautiful désastre.

BP

Bonjour à tous et bienvenu sur le plateau de « Questions pour un champion spécial romance érotique. »
Sans plus attendre commençons cette finale qui oppose ShowDasse et HardDick. 
Le but est de trouver le titre d’une romance érotique. 

Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour

Julien Lepers : Top, je suis un homme qui couche avec tout ce qui bouge et …
Biiiiip. 
ShowDasse: Comme beaucoup de héros hein, ça ne va pas nous aider….

Julien Lepers : Certes, mais si vous me laissiez finir peut-être que vous pourriez trouver.
Top, je couche avec tout ce qui bouge depuis mon adolescence et j’ai deux plans cul réguliers, le mardi et le samedi.
Je ne suis pas snob car je « suis un mec de trente ans qui a fini ses études depuis un bout de temps et pour qui la fête c’est quand mon copain Max dépense mille dollars dans une bouteille de whisky » (c’est beau la vie de trader à NYC)(non ce livre n’est pas bourré de clichés).
Je cours tous les matins et fais du vélo « car ça m’empêche d’avoir envie de baiser tout le temps. »

HardDick : Et ça marche ?
Julien Lepers : Apparemment.
HardDick : je devrais peut-être essayer.
Julien Lepers : Top, Je travaille comme trader et je ne suis jamais tombé amoureux.

HardDick: …
ShowDasse : …
HardDick
ShowDasse : heu ? C’est tout ?
Julien Lepers : oui.
HardDick : hé ben, il est bien travaillé ce personnage.
ShowDasse : Il a même pas une grosse bite ?
Julien Lepers : ce n’est pas mentionné. Mais il sait donner des orgasmes. Beaucoup. Ah et il aime les seins. 

ShowDasse (ironique) : Et qui n’aime pas les seins ? Il est nul votre personnage. 
Julien Lepers : déjà ce n’est pas mon personnage et en plus, il les aime les sens dans le sens il fait une fixation dessus. C’est mentionné 579 fois au cas où le lecteur ne l’aurait pas compris à la première ou troisième fois. Ah, et il glousse aussi. 

HardDick . Il glousse ? Genre comme une gonzesse ?
Julien Lepers: Oui. 
ShowDasse: Je vois pas, mais il fait pas rêver. 
HardDick : moi non plus je vois pas et il ne me fait pas rêver non plus !  
Julien Lepers : OK enchainons sur le personnage féminin alors :

Julien Lepers: Top. Je suis une héroïne de 23 ans, une scientifique, censée être hyper intelligente et n’avoir que le boulot dans ma vie. Si je ne suis plus vierge, je n’ai bien sur que très peu d’expérience, ne sors jamais de chez moi et ne sais pas draguer.
J’ai de gros seins et ai même subit une réduction mammaire au grand dam du héros. Philosophe à mes heures perdues je sors des phrases hyper profondes (comme ma gorge) (ok je sors) du type : « Tu ne trouves pas que les gens qui comptent le plus sont parfois ceux que tu vois le moins ? », sortie qu’elle prononce avec une telle franchise dans la voix (oui de la franchise dans la voix) que le héros en est bouleversé. 

ShowDasse : J’ai pas compris ?
Julien Lepers : Quoi ?
ShowDasse : pourquoi il est bouleversé ?
Julien Lepers : parce qu’elle sort de manière franche que les gens qui comptent le plus sont souvent ceux qu’on voit le moins.
ShowDasse. (sceptique) Okay…. Et sinon, le héros a un gros sexe ?

Julien Lepers (roulant des yeux), top, je n’ai pas acheté de vêtement depuis ma première année à l’université vu que je ne pense qu’à travailler et que je suis une geek. (car l’un empêche l’autre, c’est bien connu).
Du coup, le héros demande aux copines de ses meilleurs amis de me sortir pour acheter des fringues et des soutifs.
Je suis aussi une fille tellement innocente qui décide de se renseigner sur le cul pour en savoir plus…

HardDick (avec un sourire un coin): Ahhhh ce sont les meilleures les innocentes !

Julien Lepers (ignorant la remarque) et dans un bar, sorti de nul part,  je lance tout de go que je regarde des pornos pour m’instruire (car je suis une scientifique qui a besoin de comprendre voyez-vous) et je demande donc au héros si les femmes font vraiment ces bruits au lit* (suivez l’astérisque pour avoir le dialogue complet)(il vaut le détour).
Une autre fois, je vais même lui demander si les garçons aiment vraiment l’enculade.

ShowDasse : l’enculade ? Genre la meuf elle sait pas à 25 ans qu’on dit sodomie?**
Julien Lepers: je crois que l’auteur veut vraiment la faire passer pour une fille qui n’y connaît rien.
ShowDasse : alors qu’elle parle de porno et de sodomie dans les bars ? Vraiment crédible…. 

HardDick : elle voulait savoir quoi exactement sur la sodomie ? Car bon, je veux bien lui expliquer moi hein.
Julien Lepers : rien, elle voulait juste savoir si les hommes aiment ça et non HardDick, on ne veut pas connaître votre avis sur la question.
HardDick : pfffu si on peut même plus s’exprimer…

Julien Lepers, je reprends : top, je suis une fille innocente qui n’y connaît rien au sexe mais qui s’épile intégralement et qui jouit sur demande du héros.
Quand je couche finalement avec lui, je ne peux plus m’empêcher de penser au sexe et grâce à lui, je « me souviens que mon cœur et un muscle et que mon corps est fait pour baiser ». 

HardDick : tu as son numéro ?
Julien Lepers : Enfin, j’ai un don naturel pour la fellation (que je pratique pour la première fois) d’après le héros.
HardDick : Mec, je t’ai posé une question ? fais pas ton rat, file son numéro !

Julien Lepers: je suis, je suis ?!?!

ShowDasse : une salope sous des airs d’intello ?
Julien Lepers : oui, mais il me faut un nom.
HardDick : et moi un numéro.

Julien Lepers : Bon, je vais enchainer sur l’histoire :
Top :
C’est l’histoire d’une fille qui ne sort jamais car trop focalisée sur le travail et que le grand frère incite à sortir. Il la met en contact avec son meilleur ami, Will pour qu’il puisse la faire jouir sortir.
La fille, Hanna, a toujours été amoureuse de Will.
Ils se voient, courent ensemble tous les matins, elle s’achète des fringues, posent des questions sur le cul et il est censé l’aider à apprendre à draguer. Elle rencontre quelqu’un mais ne pense qu’à Will et finalement ils couchent ensemble.
Pendant toute l’histoire, jusqu’à 95%, ils passent leur temps à baiser mais ne sont pas vraiment ensemble car bien qu’elle soit amoureuse de lui depuis ses 12 ans, quand il lui avoue ses sentiments, elle panique et ne veut pas d’une relation. 
Plus tard, s’en suit une série de non dits (un pas en avant, 10 en arrière) qui font qu’ils ne sont pas ensemble jusqu’à la fin. Je suis, je suis ? 

ShowDasse : attendez c’est tout ce qui se passe dans le livre ? Des nons dits et du cul ?
Julien Lepers: Oui, à peu près. Il y a aussi le fait que la marque Aubade est mentionnée 5x fois dans le livre et le mot foutre 10x
HardDick : Hé je vous permets pas hein !
Julien Lepers (déconcerté), heu ? De quoi ?
HardDick : de me dire d’aller me faire foutre.
Julien Lepers: je ne vous ai jamais dit d’aller vous faire foutre, je vous dis que la traductrice a préféré employer le mot foutre que sperme.
ShowDasse : pourquoi ?
Julien Lepers : Je ne sais pas, je crois qu’elle s’est dit que plus c’était vulgaire plus sa plaisait.
ShowDasse : ben non, il faut lui dire que plus c’est gros plus ça plait. Si vous voyez ce que je veux dire)(clin d’œil).

Julien Lepers : Et donc, je suis… je suis… Beautiful Player voyons !!!
Il n’y a donc pas de gagnant, je vous reverrai donc tous les deux lors d’une prochaine finale.
En attendant, comme il reste un peu de temps à l’émission je vais vous faire part des meilleurs dialogues du livre.

 

******

 

Pendant un jogging où elle a mal aux seins car ils bougent trop… (subtilité, le mot d’ordre du livre)

« Par exemple, tu cours avec un caleçon?
Bordel de merde, que m’arrive-t-il? Problème no1: je dis tout ce qui me passe par la tête. Je n’ai jamais été très subtile, et la présence de Will me perturbe assez pour m’empêcher de réfléchir avant d’ouvrir la bouche.

Il me regarde, l’air désorienté, et manque trébucher sur une racine_:
– Quoi ?
Je répète très distinctement:
– Un caleçon. Ou tu portes quelque chose de spécial pour empêcher tes parties de…
Un énorme éclat de rire m’interrompt, qui résonne dans le parc glacé et silencieux.
– Ciel.
– Je suis seulement curieuse.
– Ouais, pas de caleçons, répond-il après s’être repris. Ca bougerait trop là dessous. Particulièrement dans mon cas.
– Pourquoi ? Tu as trois couilles ?

(allez, avouez que vous êtes morts de rire).

 

 ********

 

Plus loin, quand elle est maquillée :

– Tu es très en beauté, d’ailleurs. Elle me regarde, surprise. J’ajoute rapidement: *Je suis content que tu ne les aies pas laissées te recouvrir le visage de fond de teint. Ce serait dommage de cacher tes taches de rousseur. »
– Dommage de cacher mes taches de rousseur? demande-t-elle dans un murmure. Mais quel genre de mec es-tu pour sortir ça ? Tu essaies de me faire jouir à distance ?

Toi aussi, joue à trouver le lien entre le fait de jouir à distance et la phrase précédente, et gagne l’ebook de ce livre.

 

********** 

– Will. Tu veux bien venir avec moi? Tu passes me prendre?
Il ricane et secoue la tête.
Il me faut un moment pour comprendre qu’il est tordu de rire.
– Euh, pervers! je maugrée en lui donnant un coup d’épaule. 
– Tu passes me prendre chez moi ? Il lève la tête, je me frappe le front. « Oh mon Dieu, c’est encore pire. Envoie-moi un message pour me dire si tu peux? » Je grimace, et m’éloigne sur la piste.
– J’adore quand tu me demandes de te prendre! crie-t-il. Je suis impatient de passer te prendre ce soir, Ziggy! Vers vingt heures? Ou dois-je te prendre à dix heures? Je peux te prendre deux fois ?

Non, je n’ai pas inventé ce dialogue et non ils n’ont pas 10 ans.
Et oui, c’est censé être drôle.

 

********** 

* le dialogue où elle lui dit qu’elle a regardé un porno la veille :

– Bref. J’ai une question.
Je la scrute du coin de l’oeil.
– Oui ?
– Les femmes font vraiment ces bruits au lit ?
Je lui souris:
– Quels bruits, Ziggy ?
Elle n’a pas compris que je me moquais d’elle. Elle ferme les yeux.
-Genre « oh, oh, oui, Wiiiiill, donne-moi ta bite et plus fort, plus fort, oh mon Dieu, baise-moi mon gros lapin, etc. »
Sa voix est douce, elle respire lourdement. Je suis horrifié de sentir ma queue se tendre légèrement. ça risque de poser un sérieux problème.
– Certaines.
Elle éclate de rire.
– C’est ridicule !
Je me retiens de sourire. J’aime la voir si confiante dans un domaine dans lequel je suspecte qu’elle n’a que peu d’expérience.
– Elles doivent vraiment aimer ça, donc elles en redemandent. Tu n’aimerais pas désirer quelqu’un si fort que tu sois prête à le supplier de te baiser?
Elle boit une grande gorgée de thé glacé.
– En fait, ouais. Je crois que je n’ai jamais désiré personne suffisamment pour le supplier de me baiser. Un cookie ? Oui. Une bite? Non.
– Ca devait être un super cookie.
– Absolument.

ShowDasse : elle a demandé à un cookie de la baiser ?
Julien Lepers (ignorant la remarque et passant au prochain extrait).

(oui les auteurs ont vu « Qd harry rencontre Sally »
Et oui, la traductrice a cru que des adultes disaient encore Ouais au lieu de oui »).

 

*********

**Elle chuchote :
– Les garçons aiment vraiment l’enculade, n’est-ce pas?
Preuve de ma toute nouvelle aisance avec Ziggy, je cligne à peine des yeux.
– On ne dit pas l’enculade. On dit la sodomie.
– N’est-ce pas? répète-t-elle.
Je soupire en passant les mains sur mon visage. Suis-je prêt à aborder ce sujet avec elle?
– J’imagine. Je veux dire Ouais.
– Donc tu l’as déjà fait
– Ziggy !
– Et tu ne penses pas que tu es dans…
Je lève une main :
– Non !
– Tu ne sais même pas ce que j’allais dire !
– Non, mais je te connais, Ziggy. Je sais exactement ce que tu vas dire.
Elle fait une grimace et regarde l’écran de télévision au-dessus du bar. Les Knicks sont en train de ratatiner les Heat.
– Les mecs peuvent arrêter de penser. Je ne sais pas comment ils font.
– Tu n’as jamais eu assez de plaisir pour ressentir ça.
– Je pense que tu arrêtes de penser même pour un plaisir médiocres.
Je ris en avouant:
– Probablement. Tu as mangé des moules. Pour moi c’est de la merde de mer filandreuse et caoutchouteuse. Mais si tu me faisais une pipe, je ne penserais pas aux moules que tu as mangées.
Elle rougit légèrement.
– Tu dois faire allusion à mes dons de suceuse d’élite.
Je la fixe:
– Je… quoi ?
Elle éclate de rire et secoue la tête.
– Tu vois. Tu es sans voix et je n’ai encore rien fait. Les hommes sont tellement prévisibles!
– C’est vrai. Un mec serait capable de mettre sa queue dans n’importe quel trou.
– N’importe quel trou baisable.
– Quoi ?
– Eh bien, tous les orifices ne sont pas baisables. Comme les narines. Les oreilles.

 Oui ce dialogue est surréaliste.

 

 *********** 

Vous l’aurez compris :
Les dialogues sortent de nul part  (du genre à se demander si on a loupé des pages) et nous avons l’impression qu’ils se veulent drôles alors qu’ils ne le sont (clairement) pas, le style est très pauvre, il n’y a pas d’intrigue (à part qu’il aime les seins), les personnages ne sont pas attachants (Bon quand Will se rend compte de ses sentiments et qu’elle panique, ça va un peu mieux avec lui), ils se courent après et ne communiquent pas jusqu’à la fin (ce qui est à peine long), c’est vulgaire (trop), mal traduit et ça ne fait pas couiner… 
Le seul point positif (mais pas des moindres) réside quand même dans les scènes de cul qui, si elles sont certes redondantes et vulgaires, sont quand même assez bien écrites et font bien monter la température… 

Un livre que je ne recommande donc pas car j’ai trop focalisé sur le style, l’écriture et le manque d’intrigue, mais qui plaira sûrement à celles qui le lisent (seulement) pour le côté érotique. 

Et ce billet marque mon retour au rendez-vous coquin de Stephie: cela faisait bien longtemps ! :-)
Stephie

20
juin

4 ans…

4ieme

Mon blog a 4 ans…

 

4 ans d’existence,

480 billets,

19400 commentaires environ,

666 666 666 parenthèses,

832 fois le chiffre 666,

41 coups de cœur,

30 grandes déceptions,

1 paquet de mâles Alpha,

3-4 auteurs chouchou,

1 seul et unique Barrons,

236 tentatives de billets drôles,

2 billets effectivement drôles,

Des questions existentielles,

1 billet sur les comptines,

28 Moi après Mois,

1 bébé, 1 autre en cours,

1 changement de blog,

69 696 969 whatsapps échangés lors de

8547 LC aux noms très bizarres que je m’efforce de rendre le plus original (et classe) possible (A noter que ce n’est pas facile, le nombre de caractères des titres des groupes whatsapp étant limité)

6 livres « Weird erotica » dont

1 jamais chroniqué car vraiment trop weird (une idée de binomette),

1 quinzaine de personnes rencontrées IRL,

pleins d’autres rencontres à venir,

1 seule et unique binomette,

1 blog qui m’aura également fait découvrir des non blogueuses géniales,

2 ou 3 billets sur la blogosphère,

0 participation à des concours où il faut liker et partager,

1 page FB, 1 compte FB et 1 compte Pinterest,

222 hésitations à arrêter ce blog,

1 pause,

32560 références à des bonbons, carambars, chocolats,

654 séries commencées et jamais terminées,

300 livres dans ma PAL papier,

100 livres lus en moyenne par an,

1 nouvelle philosophie : ne pas tout chroniquer (seulement les très bons ou les très mauvais, ceux que je retiens d’une manière ou d’une autre),

1 quinzaine de SWAP échangés,

23 879 653 échanges sur des livres hypers intéressants,

8 groupes facebook (dont un sur la Confrérie ! :-)),

666 dramas de la blogo,

241 descriptions surréalistes d’odeur de mâles,

10 participations à des challenges,

1 réussi,

1 super aventure,

et…

ZERO regret.

 

Alors, avec bébé number 2 en route, des  chroniques moins fréquentes, une motivation pas toujours au rendez-vous, je ne sais pas ce que va devenir ce blog et s’il fêtera ses 5 ans.

Mais en attendant, si je suis sincère quand je dis que je ne tiens pas ce blog pour les statistiques (que je n’ai donc même pas) ou pour les commentaires, (car sinon je ferai en sorte de publier bien plus régulièrement et je ferai des concours pour augmenter le nombre de likes de ma pages et le nombre de commentaires), c’est toujours un plaisir de donner et partager mon avis, de lire les vôtres ou vos commentaires, de savoir que je vous ai donné envie, que je vous ai épargné une mauvaise lecture, ou encore que j’ai pu égayer votre journée ou vous faire rire. C’est aussi pour ça que ce blog existe, et surtout, qu’il continue d’exister.

Alors, pour tous les mails que j’échange avec les copines (non blogueuses et blogueuses), pour tous les whatsapp ou commentaires FB, pour les fois où je vois mes billets partagés, et à toutes les personnes qui me lisent, plus ou moins régulièrement, en laissant ou non une trace par ici, je (vous) dis :

 thanks2

Cette aventure bloguesque a connu, connait et connaitra des hauts et des bas, mais je ne regrette pas d’en faire partie !

 

***************

Maintenant, comme chaque année, je vais organiser mon concours bloganniversaire aux conditions débiles.
Sauf que cette année, il y a vraiment un truc à gagner.
Si. Si.

Et parce que les concours pour gagner des marques pages m’ont toujours fait rire et qu’il paraît qu’on «  rit mal des autres quand on ne sait pas rire de soi-même », je vais vous gagner ce subliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiime marque page que j’avais ramené d’Istanbul, que vous pourrez toucher et caresser en pensant à moi. :)

 

photo-63

 

Les conditions de participations sont simples :

– Me montrer un selfie de vous devant une grue en train d’être montée (car celui ou celle qui voit une grue en cours de montage mérite clairement un marque page en plus de mon respect éternel)(personnellement je suis toujours passée de « Y’a pas de grue » à (un jour plus tard) « tiens y’a une grue qui a poussée dans la nuit).
– Me dire en commentaire le premier mot qui vous vient à l’esprit quand je vous dis Cess.
– Me raconter en 350 signes, espaces non compris, la théorie de l’évolution ou le secret des ventriloques.
– Me dites s’il existe des entiers n et m (n > 7) tels que n! + 1 m2

 

Sont autorisés à participer :

Concours ouvert uniquement aux roux et asiatiques (oui je lis Eleanor & Park), ainsi qu’aux personnes vivant en Suisse, en Belgique et au Canada (désolée je ne peux pas envoyer en France).

 

chance

Chances supplémentaires :

– 10 chances supplémentaires si vous likez ma page et que vous vous engager (par un contrat signé de votre sang) à partager tous mes billets sur FB pendant un an.
– 2 chances supplémentaires si vous ne m’avez pas inclus dans votre chaine contre le cancer où il est question 4x par an de dire la couleur de son string à pois sur son statut facebook.
– Beaucoup de chances supplémentaires si vous m’envoyez un cadeau d’une valeur de 50 euros minimum. (le nombre de chances étant attribué en fonction de la valeur du dit cadeau)(pour info les haribo sont une valeur sûre, tout comme les Toffee, les Toffifee, les michoko, les Daims et les carambars)(Et puis c’est mon anniversaire, le vrai, le 25 ! mon blog et moi on est tous les deux Cancer).

 

Et en vrai ?

Je vais juste tirer au sort parmi les commentaires.
Si vous êtes tiré au sort et que vous n’en voulez tout de même pas (ce que je peux comprendre)(hein B ?), je le donnerai à un chat pour qu’il s’intoxique et meurt.
Je plaisante, amis des chats. Je plaisante.
Il n’y a qu’un chat à qui je le donnerai, et c’est celui que Binomette n’aimerait pas avoir chez elle. Parce que je suis comme ça moi. Une vraie copine.

 

Encore merci de me suivre, et… à l’année prochaine !
Vive la France ! Vive la grêve de la SNCF ! Vive KMM et Johnchou ! Et Vive mon Blog tiens ! :-)

10
juin

Challenge « Oh my ! Ce titre ! »

 

En Janvier, je lançais le challenge « Oh my ! Cette couverture ».
Vous aviez 6 mois pour lire le livre à la couverture qui vous semblait la plus mochela plus kitch ou même, si vous étiez complètement fou, une qui soit moche et kitch, de le lire, et d’en faire un billet… (ici pour les non blogueurs).
Et si ce challenge n’est pas terminé, j’aimerais vous laisser autant de temps pour compléter celui que je vous présente aujourd’hui…

A savoir…

challenge titre v3  challenge v2  challenge v1

 

Car des livres aux couvertures surréalistes, on en a trouvé: la preuve ici.
Mais saurez-vous trouver le pire ou le plus bizarre des titres ?!

Comme par exemple :

voluptueuse innoncence  reclamee-et-engrossee-par-le-loup-349551 Syl le cercle  lamentation du prépuce  comment enseigner

 

Pour ceux qui veulent s’inscrire, vous pouvez le faire en commentaire de ce billet.
C’est aussi ici que vous pourrez mettre en lien vos billets et que je ferai le récap du challenge.
Ne paniquez pas, vous n’aurez pas à chercher partout ce billet le jour où vous voudrez le retrouver : si vous cliquez sur le logo du challenge dans le menu à droite, vous tomberez directement sur ce billet ! Magique, I know. :-)

Aussi, je prête volontiers mon blog aux copinantes qui n’en ont pas et qui veulent participer. Je publierai leurs billets sur mon blog.
À noter d’ailleurs que je vous prête mon blog quand vous voulez si un livre vous marque (en bien ou en mal) et que vous voulez en parler : B, Julia, Salome, Gene, Alya, Bella, Laurie et toutes les autres…

Vous avez jusqu’à dimanche (15 Juin) pour vous inscrire et vous avez 6 mois pour réussir votre challenge, à savoir jusqu’au 15 Décembre !

 

Alors ??? Qui en est ???

Liste des participants :
AcrO
Amheliie Amhe
Au drey
Bella
Caro BeV
Cess
Emi
Fée Bourbonnaise
Frankie
Julia
LaFée
Laurie (via mon blog)
Marie Juillet
Maryrhage
Qhay At Last
Roanne
Sandy
Syl
Valentyne a lu « la petite écuyère a cafté » de Jean Bernard Pouy.