Les lectures de Cécile

4
avr

La septième vague – Daniel Glattauer

 la7eme-vague.JPG

 

Oh.My.God.

Comment vous dire ?!
Je l’attendais cette suite. Vraiment. Vraiment. Vraiment. Il m’a fallu attendre un an pour retrouver Léo (et Emmi) de Quand souffle le vent du nord. Et un an c’est long quand on sait comment se termine le premier livre.

Et bien, je n’ai pas été déçue. J’ai envie de dire : Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii c’était GENIAL, mon cœur s’est retourné dans tous les sens et plusieurs fois, il a fait des flips et des flops par milliers. Oh.My.God.
Ils m’avaient manqué ces deux là.

Leurs échanges, leurs analyses des mots de l’autre, leurs peurs, leur envie de se voir, leurs vies, avec mais aussi sans l’autre, leur évolution, leurs métaphores, leur coup de gueule, leurs ruptures épistolaires, leurs soirées à picoler devant leurs écrans, les malentendus et les non-dits…

Bref, on retrouve tous, tous, tous les éléments qui nous ont fait aimer (adorer) le premier tome…

Un petit passage m’a un peu « moins plu » que le reste, cependant, mais bon franchement ce n’est rien, je l’ai vite oublié, car finalement, tout ce qui reste c’est toute la panoplie d’émotions par lesquelles je suis passée une fois de plus…

Ah la la. Je suis re-tombée amoureuse de Léo. Ah la la. C’était trop bon. C’était trop vite lu. C’était trop rapide. Ah la la.

 

 

 Un IMMENSE merci à Bladelor pour le prêt ! Comment te remercier ? Hein, Comment ??? Je te suis redevable. Pas moins. Voire plus.

 

 challenge pistolaire2 (1) 4/5

 

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-la-septieme-vague—70946905.html

21
déc

Les Liaisons Dangereuses – Laclos

 liaisons

 

Prenez le Vicomte de Valmont, un homme qui aime les femmes mais qui n’en respecte aucune.

Ajoutez-y la Marquise de Merteuil, une veuve, fière et qui sait comment attirer les hommes dans son lit sans jamais compromettre sa réputation.

Faites en sorte que la Marquise en question veuille se venger d’un homme qui devrait bientôt épouser Cécile de Volanges, une jeune demoiselle on ne peut plus naïve, tout juste sortie du couvent.

La vengeance de la Marquise ? Présenter un chevalier à la demoiselle afin qu’ils tombent amoureux et devenir aussi bien la confidente de Cécile que de sa mère, Mme de Volanges, qui déteste Valmont.

Imaginez maintenant que ce dernier se mette en tête de séduire Mme la présidente de Tourvel, la seule femme qui semble lui résister.

Ce défi ne saurait être intéressant s’il n’était agrémenté du pari qu’il fait avec la Marquise afin qu’elle redevienne sa maîtresse le jour où Mme de Tourvel succombera à ses charmes.

Si vous ajoutez en plus, quelques personnes qui ont eu la malchance de dire du mal de la Marquise et du Vicomte, vous obtiendrez des liaisons dangereuses

 

Ce livre est tout simplement jouissif.

On passe d’une intrigue à une autre, et de manipulations en manipulations.

C’est drôle, c’est osé, c’est machiavélique.

Les répliques et les lettres sont pleines de sarcasmes, d’ironie, de naïveté, de sous-entendus (coquins), le tout écrit avec justesse et finesse.

Les manipulations vont crescendo, et si on hallucine dès le début devant tant de perfidie, je peux vous dire que ça devient de plus en plus diabolique au fur et à mesure que les différentes intrigues avancent. La fin quant à elle atteint tous les sommets de trahison, de duperie, et de rebondissements.

 

Je finis cette lecture, et ce billet à court de mots et de synonymes.
Tout ce que je peux dire c’est que je ne me suis pas ennuyée une seconde et que cette lecture est un vrai régal.

En somme ? Un coup de cœur.

 

Je vous invite à voir l’avis de Yumiko (link) avec qui j’ai fait cette LC.

 

Ce livre entre dans le cadre :

 

– Du challenge épistolaire organisé par Anne-So et Azariel

 

 challenge pistolaire2 (1)

 – Du défi des 100 plus grands organisé par Lebonsai 

 

100-plus-grands

 

 

 

 

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-les-liaisons-dangereuses—laclos-63482438.html

7
juil

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

le-cercle-litteraire-des-amateurs-depluchures-de-patates1

 

4ème de couverture :

 

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise.

 

 

Mon avis :

 

J’avais beaucoup entendu parlé de ce livre et pourtant il est bien resté 6 mois sur ma PAL avant que je ne me décide enfin à l’ouvrir (et encore, parce que je me suis inscrite à la LC sur Livraddict et qu’il ne me restait que 4 jours avant l’échéance, honte à moi…).
Avec le recul, autant vous dire que je regrette d’avoir attendu si longtemps !

Ce livre est une petite merveille, une bouffée d’oxygène.

Roman écrit sous forme épistolaire (on ne lit que des lettres) on suit la correspondance entre Juliet, (personnage central au sens de l’humour ravageur  et qui n’a pas la langue dans sa poche) son attaché de presse, son éditeur, sa meilleure amie et bien sûr, les membres du cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

Ce groupe, formé pendant l’occupation allemande, est composé d’une dizaine de membres, chacun étant bien sûr différent des autres mais ayant surtout vécu l’occupation de manière différente.
Tour à tour drôle, surprenant et sentimental, ce livre peut paraître « léger » (dans son style) mais décrit néanmoins avec brio les conditions de l’occupation : les couvre feux, les restrictions alimentaires, la vie des prisonniers étrangers… Amour et amitié sont aussi au rendez-vous, même entre les occupés et les soldats allemands – vérité qu’il est aussi intéressant de prendre en compte.
Au travers de tous ces personnages attachants, (que l’on aurait tant envie de rencontrer), Mary Ann Shaffer traite d’un sujet difficile avec beaucoup d’émotions.

Revenir sur ce livre pour vous en parler réveille le plaisir que j’ai éprouvé en le lisant, mais aussi la nostalgie qui fut la mienne en le refermant. Avec même une pointe de tristesse pour l’auteure, morte avant la sortie du livre sans en connaître le succès, et dont le flambeau a été repris par sa nièce Annie Barrows.

Je sais que je le relirai, ce qui ne m’est arrivé qu’une fois, et que je prendrai plus de temps pour apprécier chaque lettre, chaque échange, chaque sentiment.

 

Que vous dire de plus ? Lisez-le, de toute urgence.

 

Les avis des autres lecteurs de cette LC  :
Heclea, Evy, Belledenuit, Melcouettes , Jelydragon, Amandine, Neph, Ana76, Djak, Sita, Setsuka et Linou.

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-le-cercle-litteraire-des-amateurs-d-epluchures-de-patates-de-mary-ann-shaffer-annie-barrows-53554229.html