Les lectures de Cécile

18
jan

La passe-miroir tome 1 : les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

passe miroir

Ouvrir ce livre c’est se déconnecter de la réalité et plonger dans un univers unique, fantastique, magique, composé d’illusions, de complots, de descriptions foisonnantes, de paysages enivrants, d’évasion, de magie, de personnages singuliers…

Ouvrir ce livre, c’est plonger d’emblée dans un monde particulier composé d’Arches – sorte de pays aux particularités multiples – et rencontrer Ophélie, de l’Arche d’Anima dont les habitants ont le pouvoir d’interagir avec les objets.
Ophélie qui sous son apparence un peu quelconque, ses grosses lunettes et sa maladresse cache beaucoup de force, de caractère, de volonté et un don particulier : celui de lire le passé des objets et traverser les miroirs…

Ouvrir ce livre, c’est entrer par un miroir dans les archives de l’Arche d’Anima, rencontrer un grand oncle qu’on apprécie sur le champ, découvrir Ophélie et son écharpe qui bouge, apprendre de sa bouche qu’elle a été promise à un homme de l’Arche du Pôle et qu’elle va devoir y habiter.
C’est voir les yeux du grand oncle s’écarquiller de surprise, et de peur peut-être, et comprendre que le Pôle est aux antipodes de la douceur et la tranquillité d’Anima, comprendre que c’est une Arche glaciale et austère.

Oublie ce que je t’ai dit la dernière fois. Je te prédis que la volonté de ton mari se brisera sur la tienne.

 

Continuer de lire ce livre, c’est rencontrer des personnages singuliers, originaux, forts, intéressants, avec leurs qualités et défauts. 
Si certains sont détestables, la majorité ne sont ni noirs, ni blancs, même les personnages principaux, et c’est ce qui les rend encore plus vrais, encore plus justes, encore plus réels et attachants. 

Avancer dans ce livre, c’est donc apprendre à connaitre Ophélie, réservée, maladroite, curieuse, intelligente, volontaire, déterminée. C’est s’attacher à elle et admirer sa force, sa volonté d’avancer, de tout positiver. 
C’est rencontrer Thorn, taciturne, renfermé, froid, limite rustre qui se révèle peu à peu et qui a su tellement me toucher avec si peu de mots, si peu de gestes.
Et c’est aimer, se méfier, détester, et ne pas savoir quoi penser de tous les autres. Tous ces autres que l’on croise, que l’on craint, que l’on aime, qui nous étonne et dont on se méfie.
La tante Berenilde à la beauté froide, qui éveille tant de sentiments contradictoires chez nous et chez l’héroïne, tantôt affectueuse, tantôt sévère, un peu égoïste…
Archibald le séducteur qui nous fait rire, qui ne ment jamais mais qui aime manipuler…
La tante Roseline qui râle tout le temps, nous agace parfois et qui finit par gagner notre respect…
Sans oublier Renard, Gaelle, Mère Hildegarde, Freyja, le Chevalier… Tous ceux qui ont tant d’importance même sans avoir la vedette. 

– Je vous avoue que je suis un peu déçu. Il aurait été follement amusant d’avoir la promise de Thorn sous la main. 
– et pourquoi cela ? Demanda-t-elle avec un sourcillement. 
– mais pour la déflorer, bien entendu. 

 

Lire ce livre c’est être obsédé par sa lecture même quand on doit la mettre de côté, c’est s’ajouter au groupe officiel du livre sur FB, c’est chercher frénétiquement les prochaines dates de sortie, c’est voir des dessins de fan, c’est aller de surprises en surprises, c’est comprendre qu’on tient un petit bijou de singularité et découvrir une intrigue bien plus riche que ce que l’on imaginait, une intrigue où se mêlent complots politiques, mystères, mensonges, amitié et amour … 

Lire ce livre c’est être surpris et se poser des questions très souvent… Pourquoi Ophélie a-t-elle été choisie pour épouser Thorn ? qu’est ce qui se cache derrière ce mariage ? En qui avoir confiance ? Pourquoi ne peut-elle pas dire qui elle est ? Ni dévoiler son pouvoir ? 

Lire ce livre, c’est voyager, se promener dans Citacielle, rencontrer des géants, apprendre à reconnaitre le vrai du faux, vivre dans des illusions.
C’est être une animiste, un valet, une jeune fille maladroite.
C’est sourire souvent, frissonner de temps en temps, se méfier, avoir peur, avoir le coeur brisé, être étonnée, surprise et c’est même un peu couiner et avoir des petits papillons dans le coeur…

Et puis, ajouta-t-il tout bas, en se prenant d’un intérêt soudain pour ses souliers, je crois que je suis en train de m’habituer à vous.

 

Finir ce livre, c’est avoir l’impression de quitter des amis, c’est être orpheline, être frustrée, vouloir continuer, voir qu’il y a encore deux tomes à paraitre et hésiter…

Finir ce livre, enfin, c’est être admirative du talent de l’auteur d’avoir su créer un monde si riche, si foisonnant, si original tout en arrivant à si bien tout décrire et imager qu’on a l’impression d’y être et qu’on n’a jamais de problème à se représenter ce qu’on lit. 

Son regard lui ne redeviendrait jamais comme avant. Â force de voir des illusions, il avait perdu les siennes et c’était très bien comme ça. Quand les illusions disparaissaient, seule demeure la vérité. Ces yeux-là se tourneraient moins vers l’intégrité et davantage sur le monde. Ils avaient encore beaucoup à voir, beaucoup à apprendre.

En somme, ce livre c’est un premier tome parfaitement maitrisé et réussi, une écriture fluide, une imagination débordante, des personnages riches, des rebondissements, de l’imagination…. Bref, un coup de coeur.

Et pour finir je vous invite à lire l’avis de Bladelor qui m’a donné envie, avec Genevieve, de m’y pencher :)
Ainsi que celui de Sandy qui l’a lu (dévoré) en même temps que moi, de Gilwen et de Roanne :D

15
juil

Interview #2 : Ella Frank

trustcouv

Lors de la sortie du dernier tome de la série Temptation de Ella Frank (une série Gay érotique que j’ai adorée !), j’ai eu le plaisir de pouvoir poser quelques questions à l’auteur qui a joué le jeu. 
Si vous n’avez pas lu mes billets sur cette série, je vous invite à lire le dernier que j’ai écrit, qui vous explique en quoi cette série est parfaite :D 
Maintenant, place aux questions / réponses ! 

 

1- La série Temptation est votre première série gay.
Est-ce que ce sera la dernière ou est-ce qu’on peut en espérer d’autres dans le futur?
Ca ne sera certainement pas ma dernière série gay. C’est un genre qui me passionne et que je vais continuer d’écrire.

  

2- Comparé à vos autres séries (non gay), à quel point cela vous a-t-il plu d’écrire celle-ci ?
Autant ? Moins ? Davantage ?
J’ai toujours du plaisir à écrire, que ce soit une MF (homme / femme) ou MM (gay).
Ce qui était vraiment plaisant à propos de la série Temptation c’était les personnages eux-mêmes. J’ai adoré écrire sur Logan et Tate.

 

3- Je viens de finir TRUST et je suis en manque. SVP, dites-moi qu’il y aura autre chose sur Tate et Logan. Un autre livre ? Une nouvelle ? N’importe quoi ?
Tout ce que je peux dire c’est que cette série n’était qu’un petit chapitre de leur vie.
C’est littéralement le début de leur relation, juste les premiers mois. Vous n’avez pas les réponses à toutes les questions en suspend tout simplement parce que ces réponses n’ont pas encore été décidées. Le livre se termine alors qu’ils décident d’avancer, ensemble, vers un avenir commun.
Je ne sais pas encore si je vais continuer à écrire leur histoire mais.… ne jamais dire jamais.

 

4- Imaginez que vous êtes l’assistante personnelle de Logan (note : il est avocat) et que vous entriez dans son bureau alors qu’il est occupé avec Tate…
Que diriez-vous ?
– Rien : vous ressortiriez en courant sans qu’ils vous remarquent. 
– « Ne faites pas attention à moi, je ne fais que regarder » 
– « Est ce que je peux me joindre à vous ? »
Ha ! si j’étais l’assistante personnelle de Logan et que je savais Tate dans son bureau, je saurais qu’il ne faut pas les déranger. Mais si jamais je devais les surprendre sans faire exprès, dans ce cas je dirai définitivement « ne faites pas attention à moi, je ne fais que regarder ». Oh allez !!! Comme si vous ne diriez pas ça vous aussi ! :) 
(ah mais si, je dirai clairement ça moi aussi !).

 

5- est-ce que l’un de vos bêtas est gay ? Avez-vous reçu des feedbacks d’hommes gays sur cette série ?
Non mes bêtas ne sont pas gays. J’ai cependant posé quelques questions à certains amis gays sur des scènes de sexe (comme la première fois de Tate) ou sur ce qui serait plus facile ou approprié afin d’être sûre de bien comprendre et maitriser ce que j’écrivais. 
Je voulais être aussi réaliste que possible étant donné que les scènes intimes ont une place importante dans cette série.

 

6- Est-ce que vous aimez lire des livres érotiques ?
Oui c’est un de mes genres préférés. J’étais justement en train de me dire qu’il fallait que je prenne plus de temps pour lire moi aussi.

Et les MM ?
Oh oui. Définitivement. C’est pour ça que je voulais en écrire un moi aussi. Je lis ce genre depuis environ 3-4 ans et j’en suis tombée amoureuse.

 

7- Si oui, quel livre MM ou série pouriez-vous recommander aux fans de votre série ?
Hmmm, c’est une question difficile. Je n’aime pas vraiment comparer les auteurs mais je peux certainement vous citer quelques uns de mes préférés. 
LA Witt —Where there’s Smoke, With the band
Marie Sexton—Promises Series
SJ Frost—Conquest Series

 

8- Entre Logan, Tate et Cole, duquel auriez-vous pu tomber amoureuse ?
Et avec lequel aimeriez-vous une nuit sans lendemain ?
J’aime Tate et je voudrais définitivement passer une nuit avec Logan.

 

9- Quels sont vos 3 livres préférés ?
La confrérie de la dague noire de JR Ward.
The original Sinners de Tiffany Reisz.
Thorn Birds de Collen McCullough.

 

 10- Pouvez-vous continuer ce dialogue :
– Tate : je suis désolé de t’annoncer que tu as tort.
– Logan : vraiment, William ?
– Tate : oui, maitre
– Logan : alors pourquoi tu ne viens pas ici me persuader que tu as raison. (Logan est toujours pressé d’avoir Tate proche de lui. Il ferait n’importe quoi pour le toucher).

 

 11- Est-ce que vous aimez les noix comme Tate ? Ou les homards comme Logan ?
J’aime les deux !

 

12- Si vous étiez invité à une « soirée jeux de société » et que vous deviez dessiner un poney Shetland, comme Tate, quel serait le résultat ?
J’ai DU dessiner un poney Shetland ! C’est de là que m’est venue l’idée d’ailleurs. Ca a finit avec un très mauvais tracé d’un cheval et celui, tout aussi mauvais, d’un autre cheval, plus petit.

 

13- Vos 3 book boyfriends préférés ?
– Vishous et Butch mais je les considère comme un de JR Ward.
– Rourke de JD Robb.
Et je n’en ai pas de troisième pour le moment.

 

14- Est-ce qu’il y un « truc » que vous faites toujours quand vous écrivez ? Comme écouter de la musique ou vous immerger dans un silence complet, ou travailler de nuit ?
Je suis une personne du matin. J’aime me lever vers 5h et travailler jusqu’à environ midi.
J’écoute des playlists durant mes périodes d’écriture mais pas pendant que j’écris. 
Les paroles me distraient facilement et au final je me concentre dessus au lieu de me concentrer sur mes mots.

 

15- En parlant de rituels, comment écrivez vous vos scènes de sexe ? Est-ce que vous les imaginez ? Est-ce que vous écrivez des scènes qui vont ont été racontées ? Est-ce que vous regardez des films X ?
Je fais tout ça ? ah ah. J’ai l’habitude de regarder les endroits autour de moi… ça sonne bizarre, je sais, mais c’est vrai. 
J’avais une échelle dans un loft par exemple, et oui… ça a finit dans un livre.
J’ai également eu ma cuisine qui a été redécorée et mon nouveau comptoir en marbre a aussi été ajouté dans un de mes livres. 
Donc finalement j’essaye de penser à des lieux et choses du quotidien et de les « épicer » un peu :-) 

 

16- Logan avait toujours le nez plongé dans les livres quand il était plus jeune, est-ce que vous pouvez nous dire quel est son livre préféré ?
Il lit peu de fictions. Il aime apprendre des choses, donc finalement il est plus du genre à lire tous les articles qui lui tombent sous la main.

  

17- Si logan et Tate lisaient cette interview avec vous, que diraient ils ?
Que Ella sait tout. Ah, et aussi qu’elle est géniale. :-)
Ce sont les mots de Logan hein, pas les miens !

 

18- Est-ce que vous prévoyez d’écrire un spin-off sur Daniel et/ou Robbie ?
Ahhh….mmmh alors ça c’est quelque chose que je ne vais pas dire !

 

19- Est-ce que vous prévoyez de venir en Europe (ou France) pour nous rencontrer ?
J’adorerais ! Mais malheureusement, ce n’est pas prévu pour le moment L mais vous serez la première à le savoir si c’est le cas !

 

20- Une question que vous auriez aimé que je vous pose ?
Ca c’est une question difficile mais j’aimerais bien savoir comment vous avez entendu parler de Try. Les français ont vraiment aimé mes garçons… 
Est-ce que vous pouvez me répondre ?
(Je les ai découverts via un blog anglophone et via des reviews sur Goodreads. J’ai lu Try, adoré et puis j’ai forcé quelques copines à le lire :-)) 

 

Merci encore Ella d’avoir pris le temps de répondre à mes questions ! J’ai hâte de lire votre prochain roman gay (qui sort bientôt !!!).
Vous pouvez la retrouver ici : websitefacebookTwitterGoodreads

 

 

 

3
nov

Sempre de J.M Darhover, une histoire d’amour, de redemption, d’espoir, de vie, de mort, de mafia, d’esclavage… Une histoire à lire…

 sempre bis

Dans le prologue de ce livre, nous pouvons lire « qu’il y a environ 27 millions de personnes dans le monde forcées d’être des esclaves (sexuels ou non). La majorité de ces esclaves est composée de jeunes femmes, mais pas seulement.
Ces esclaves, ce sont nos mères, nos pères, nos sœurs, nos frères. Ce sont nos amis, nos amours, nos voisins, nos enfants. Nous. Cela peut arriver à tout le monde, même à vous.
Le trafic d’humains est la seconde organisation criminelle la plus lucrative au monde, faisant plus d’argent en une année que Google, Nike et Starbucks réunis. 
Elle existe partout, dans les provinces les plus pauvres du Cambodge comme dans les quartiers les plus réputés de Californie. 
Deux enfants par minute sont forcer de rejoindre ce trafic, soit 2880 par jour. 
Si nous ne nous battons pas pour eux, qui le fera ? »

 

Et avec un tel prologue, il est légitime de penser que ce livre va être sombre, et qu’il risque même d’être trop sombre pour vous.
Mais vous auriez tort, car ce livre est parfait sur de nombreux aspects, et la façon dont l’esclavage et la traite d’humains sont abordés l’est également.

S’il vous fait un peu réfléchir, le sujet reste abordé de manière secondaire et jamais nous ne rentrons dans le glauque ou dans le « pesant ».

Haven Antonelli, 17 ans, esclave de deuxième génération, a grandi isolée du monde, passant ses journées à travailler dur et à être traitée comme une moins que rien.
Carmine DeMarco, quant à lui, est un garçon issu d’une famille de la Mafia qui a grandi dans un environnement privilégié. C’est le bad boy par excellence, qui fait ce qu’il veut sans se soucier des conséquences.

Quand le père de Carmine, le Dr Vincent DeMarco achète Haven et l’amène chez lui, les destins se croisent et se mêlent, le futur se redessine et nous assistons, nous autres lecteurs, à un choc entre bien et mal, entre peur et espoir, passé et présent, vie et mort, amour et haine, maitre et esclave… 

Nous assistons à l’évolution de Haven, jeune adolescente terrorisée qui ne connaît rien au monde extérieur et qui se voit offrir une chance de vivre une vie plus « normale ». Une vie qui lui permettra de ressentir des émotions jusque là interdites. Celles d’espérer, d’aimer, et d’être aimer.

Nous suivons alors l’évolution de Carmine, garçon taciturne et nerveux, qui en veut au monde entier et qui va voir son monde, ses connaissances et son avenir vaciller au contact de Haven.

 

Mais Sempre, ce n’est pas une romance. Enfin si. Mais pas que. Ce n’est pas juste Carmine et Haven, deux adolescents qui se trouvent et qui vont tomber amoureux. C’est tellement plus.
Tellement plus.

Who are you anyway? What are you even doing here?”
“Haven,” she said quietly, peeking at him.
He gazed at her peculiarly. “Heaven? No, this definitely isn’t Heaven. But I get why you’re confused, since I’m standing in front of you.” She stared at him, and he cracked a smile. “I’m kidding. Well, kinda… I have been told I’ve taken a girl to Heaven a time or two.”
“Haven, not Heaven,” she said, louder than before. Nothing about the conversation made sense to her. “My name’s Haven.”

 

Sempre…

C’est d’abord des personnages secondaires parfaits jusque dans les moindres détails de leurs imperfections.
Des personnages tellement, tellement rafraichissants tels que…

Vincent et ses contradictions qui nous décontenancent. Est-il bon ou mauvais ? Médecin ou Mafieux ? Généreux ou impitoyable ? Vincent, ce personnage secondaire qui a tout d’un héros et qui nous déstabilise. Un personnage tout en contradiction que nous avons envie de serrer dans nos bras un moment et de tuer la seconde d’après.

Des personnages rafraîchissants et originaux donc, comme…
Dom, le geek, le grand frère, la bonne humeur personnalisée, Tess la peste, Dia la super copine, Corrado qui ne parle que quand c’est important (je l’aime !), Celia et sa douceur.

Comme Haven avec sa naïveté, sa force de caractère, son besoin d’apprendre. Ou encore comme Carmine et son impulsivité, ses erreurs, son envie de bien faire, son passé qui l’étouffe.

Des personnages rafraichissants… qui ont des défauts et qui font des conneries, des personnages qui souffrent et qui le disent, des personnages qui s’aiment, et qui se le disent aussi.

 

Sempre, c’est un pavé de 560 pages que l’on dévore de la première à la dernière ligne.
C’est une écriture magnifique, qui fait vibrer, qui touche, qui fait rire, qui fait même presque pleurer. 
Sempre, c’est bien plus qu’une histoire d’amour, c’est la Famiglia, la mafia, et ces serments dont on ne peut pas se défaire.
C’est un lien que l’on ne connaît pas, que l’on cherche à comprendre, à deviner… 
C’est des morts, des vies, des doutes, des révélations inattendues, de l’horreur et de l’espoir.
C’est une intrigue géniale, prenante, intrigante et très bien menée.
C’est des papillons dans le ventre, puis la peur qui nous étreint, des sentiments contradictoires et beaucoup de tension et de justesse. 

 

Et Sempre, c’est toutes les questions qu’on se pose tout au long du livre.
Que cache Vincent ? Pourquoi a-t-il acheté/sauvé Haven ? Comment les mondes de la mafia et celui de l’esclavage vont-ils se mêler ? Quel est le lien ? L’amour de Haven et Carmine va-t-il pouvoir s’épanouir ou est-il voué à l’echec ? Qui est qui ? Qui sait quoi ?

C’est toutes ces questions et bien d’autres encore qui apportent une tension constante qui ne nous lâche pas de toute la seconde moitié du livre.
C’est une histoire qui se met lentement en place, sans jamais nous ennuyer, et un stress qui monte crescendo dans la dernière partie du livre car on sent, on sait qu’il va se passer quelque chose. Ce quelque chose qui fait qu’on ne veut pas poser le livre.

Besides, there’s a reason we don’t know how the story ends.
Why?
Because it doesn’t.”

 

Je pourrais continuer longtemps de vous vanter tous les aspects positifs de ce livre original et addictif mais je vais essayer de conclure et de résumer.
Sans omettre le fait que j’ai trouvé un passage de la fin un peu lent qui a cassé le rythme, ce qui est mon seul bémol, je retiendrai de Sempre que c’est un livre captivant, aux personnages principaux et secondaires parfaitement développés, une intrigue prenante, une écriture très juste qui fait passer beaucoup d’émotions.
C’est une belle histoire d’amour, intense et vraie, des moments qui nous font couiner, d’autres qui nous attristent, et une tension constante qui ne nous quitte pas jusqu’à la fin.
C’est une auteur qui ose, pas tout, mais déjà beaucoup.
Et c’est aussi une recherche Google dont on se serait passer (ou comment la curiosité peut en effet s’avérer un vilan défaut).
En bref c’est un livre original qui traite d’amour, d’espoir, de rédemption, des démons du passé, de angry dragon, de lucioles, de vie et de mort. C’est un livre qui se dévore, un livre à lire, un livre à adapter en français.

Avis aux maisons d’édition… :)

Sempre (Forever) est un premier tome mais la fin est une fin en soi.

Lu avec B qui a adoré aussi et Fleur qui a eu un coup de coeur et dont je vous invite à lire l’avis ici. 
 

« I think sometimes good men just find themselves doing bad things »