Les lectures de Cécile

28
oct

Les ennemis de la vie ordinaire d’Héléna Marienské, des addicts qui me laissent mitigée…

LesennemisDeLaVieOrdinaire_cv-2
Depuis quelques temps / mois, je me chronique quasiment que les livres que j’ai adorés ou détestés, rarement ou pas, ceux dont je suis ressortie mitigée.

Sauf que généralement les livres « sans plus  que je ne chronique pas» ne me retournent pas le cerveau comme celui-ci. Il fallait donc que j’en parle même si je ne sais pas par où commencer vu que je n’arrive toujours pas à savoir si j’ai aimé ou détesté ce livre et encore moins comment je vais pouvoir expliquer mes ressentis…

Tout n’est que contradiction dans ma tête.

Mais essayons… et pitchons…

Clarisse, psychologue, a trouvé la manière révolutionnaire de soigner les addicts qu’elle suit en les réunissant deux fois par semaine. Une sorte d’ Addicts Anonymes qu’elle laissera s’exprimer et au début, s’éventrer.

– Vas-y, tu me pètes les couilles toi, là !
– Cours prendre ton fix et tais-toi, la camée (propos suivis d’un même tourné de page méchanique). Et si tu causes, épargnes-nous ta vulgarité de poissarde. 

 

C’est ainsi que Damien l’intello pédant accro au sexe va côtoyer Gunter le beau gosse accro au jeu, Mariette l’adolescente addict à tout ce qui s’injecte, Mylène l’acheteuse compulsive, Elizabeth qui boit depuis 10 ans pour oublier les infidélités de son mari, Pablo qui a besoin de sa dose de sport quotidienne et JC, le curé qui ressemble au pape et qui s’aligne quelques rails de coke pour se donner de l’énergie et faire des sermon endiablés.
Tout ce beau monde se réunit donc, se juge, s’insulte, se parle et tient une sorte de journal pendant quelques temps avant d’évoluer, de s’entraider, de se rapprocher et de se soutenir…

Tout le monde parle, tout le monde se raconte. Une espèce de compétition semble avoir lieu. Qui est le plus addict ? Qui est tombé le plus bas ? Qui mérite la médaille de la plus belle épave ?

On commence alors à y croire et même à… oserais-je dire, s’attacher à eux…
On y croit donc, et comme le lecteur est souvent pris à partie dans ce livre, autant donner notre avis : on commence donc à espérer et encourager. Liz tu es sur la bonne voie. Je suis fière de toi. Mylène, génial le coup de l’antivol… Et vous les garçons qui courrez tous les matins, bravo.

Sauf que voilà… l’espoir est de courte durée.

Est-ce que vous pensez vraiment que des épaves, des looseurs peuvent s’en sortir ?
L’auteur n’y croit pas en tous cas.
Et voilà, c’est parti, c’est la rechute, la débandade, la décadence.
Clarisse est hors jeu, psychologue devenue elle-même accro aux médocs et à la boisson, nos 7 se retrouvent, replongent, se shootent, baisent, se piquent, et… jouent.

Les addictions empirent, se multiplient et la petite lectrice que je suis n’a plus su sur quel pied danser.

Le décalage entre le style léger « ah je replonge, c’est bon c’est trop bon » « ah ah, il est limite en train de violer sa femme qu’il a préalablement mis dans les vapes », « ah ah j’en chie littéralement de bonheur et je bande devant un chien », ah ah oui…

ou non… Car, je le disais donc, le décalage entre le ton léger et le glauque des situations m’a dérangée.

Avec « Le Grand Plan » j’ai souri, je me suis dit que l’auteur allait nous amener dans du grand n’importe quoi, extrapoler, exagérer, les laisser addict mais les faire grands, révolutionnaires, flambons les amis, flambons… je m’attendais à ce que la seconde partie ne soit que décalage et humour, j’ai rêvé de la démesure, ils vont tous finir cockés mais riches, ils vont tout rafler, ils vont « entuber » tout le monde.

Et je n’avais pas complètement tort mais je pensais que ça serait léger, pas crédible mais quitte à aller dans l’extrême allons-y gaiement.
Mais de la gaieté et de la légèreté ce n’est pas ce que j’ai eu. J’ai eu la déchéance, le glauque, le malsain.

Alors, certes, j’ai été servi en exagération et démesure, mais pendant une partie du livre, pas dans un sens drôle et léger, au contraire.
Et alors que les situations s’empirent et deviennent de plus en plus malsaines, on garde ce style détaché, l’humour noir et le sarcasme. Et l’auteur m’a perdue à ce moment. Je ne savais plus comment réagir, la tournure des phrases et le fatalisme de l’auteur me faisaient sourire mais les situations me dégoutaient.

Tu es d’accord que pour la plupart d’entre nous, le problème de l’addiction, c’est surtout ses conséquences financières, entame Pablo.
– Oh là, là ! Exactement. Être addict, ça ne me défrise pas. Je suis addict, et alors. Le problème, c’est de se donner les moyens de son addiction. 

 

Si l’on été passé du «Grand Plan » directement à « l’exécution du plan » (qui m’a bien plue), je crois que j’aurais pu adorer ce livre. 
Mais entre les deux moments, il y a quand même eu le dégout, la pitié, le mépris, l’ecoeurement, et finalement peu de sourires…

Ca reprend en dernière partie, mais c’est trop tard. Pourquoi revenir sur un ton plus léger et loufoque alors que vous avez pris une autre direction juste avant ?

C’est amusant, ce jeu, ça vous ferait presque oublier les vulves et les nichons

Un rendez-vous en demi teinte pour moi, vous l’aurez compris. Je n’ai pas detesté, j’ai même beaucoup aimé le style et les voix (très réussies par leur différence de style) de chacun, j’ai trouvé l’histoire de base sympa et originale et les personnages hauts en couleurs…mais on est quand même très très loin de la comédie hilarante promise… 

Un livre qui m’a beaucoup fait penser à Au Revoir, là haut (que j’avais pour le coup détesté) tant au niveau de l’histoire que de l’humour… 

Je vous invite cependant à lire l’avis de Cajou et celui de Severine qui ont adoré ! 

 

26
oct

Saving Francesca de Melina Marchetta : des émotions, de l’humour, une histoire originale… un coup de coeur

saving francesca

Souvenez-vous, j’avais adoré On Jellicoe Road, un coup de coeur qui avait pris son temps pour s’installer mais qui m’avait marquée autant que ceux qui s’imposent comme une évidence dès les premiers chapitres.

J’avais aimé l’histoire originale, l’humour, le style, les personnages, l’ambiance et c’est en espérant ressentir autant d’émotions que j’ai commencé un autre livre de l’auteur, Saving Francesca.
 
Ce livre est aussi un coup de coeur, mais qui appartient à l’autre catégorie, car j’ai rapidement su que j’allais adorer passer du temps avec Francesca et l’accompagner dans sa quête de soi.  

Francesca dont la mère, Mia, hyper positive, hyper active, hyper présente se retrouve, un jour, à ne pas sortir de son lit.
Francesca qui débute une nouvelle école et qui n’a plus ses repaires, ni ses amies.
Francesca qui se retrouve dans un lycée majoritairement composé de garçons, forcée de fréquenter des filles qui ne lui ressemblent pas.
Francesca qui ne comprend pas ce qui arrive à sa mère, qui voit sa vie chamboulée et ne sait pas comment faire face.

“A piece of me is gone, » she told me once while we were bra shopping. « I think we’re made up of all these different pieces and every time someone goes, you’re left with less of yourself.” 

J’ai tout aimé dans ce livre. 
Le style pour commencer, simple, beau, touchant et juste.
J’ai du surligner la moitié du livre entre les moments qui font rire et ceux qui touchent.

You’re judging her by her literacy, » Tara says. « You’re a literacist. » 

Les détails ensuite, qui font toute la différence. Ces détails si simples mais qui en disent tellement longs et qui nous permettent en quelques mots de nous figurer ce que des paragraphes entiers ne pourraient faire.

Les personnages enfin. 
Francesca, ses doutes, ses peurs, son évolution et ses sarcasmes.
Siobhan, la fille facile, reine de la grammaire
Tara la féministe
Justine la posée timide. 
Jimmy le squatteur 
Thomas qui s’impose peu à peu comme une évidence.
Et Will le parfait imparfait. 

“Your friends are at the house.’
I sit up, straight. ‘Who’?
‘I don’t know. Weird people. The Sullivan girl, whose father got the Gosford police to pick you up.’
‘Siobhan?’
‘And another one who’s making cups of tea for everyone, and keeping the boy who’s telling Luca fart jokes away from the girl who says he’s « the last bastion of patriarchal poor taste ».’
‘Justine, Thomas and Tara.’
And the drug fiend, Jimmy, is keeping Mia calm and the Trombal boy’s rung about ten times. I don’t like his manner on the phone.’
‘You won’t like any guy’s manner on the phone.” 


Et les autres, bien sur, Luca le petit frère, la conseillère, le prof…

Et tout en lisant, j’essayais déjà de chercher comment expliquer ce que j’ai aimé dans ce livre. 
Chercher comment expliquer à quel point on peut trouver un livre juste.
Juste dans le choix des mots, juste dans l’humour et juste dans certains passages et pensées de Francesca.

Car certains passages étaient si touchants et représentatifs du désespoir de Francesca face à l’état de sa mère que l’on ressentait sa solitude au point de la vivre.
Des passages touchants, contrebalancés par le reste : l’espoir, l’humour, l’amour et l’évolution. 

“Just ask how I’m feeling, I want to say. Just ask and I may tell you.
But no one does.” 


Par la soirée Alanis, par les garçons que l’on trouve répugnants et qu’on apprend à connaitre et à aimer, par une recette de gâteaux volée, par les relations qui se construisent lentement mais sûrement, de manière réalistes. 
De manière aussi réaliste que l’évolution de Francesca qui réapprend à se connaitre tout au long du livre…

I want her to say, « Frankie, you’re silly, you’re lazy, you’re talented, you’re passionate, you’re restrained, you’re blossoming, you’re contrary. »
I want to be an adjective again. But I’m a noun. 
A nothing. A nobody. A no one.” 
 


Un livre juste donc, bien dosé et prenant. 
Un livre composé de moments touchants, de moments couinants, de moments drôles, qui nous fait ressentir des émotions et qui nous donne l’impression, à la fin, de quitter une bande d’amis… 

“Do you think people have noticed that I’m around?”
“I notice when you’re not. Does that count?” 


 I love youse.

24
oct

THIRDS (tomes 1 à 5) de Charlie Cochet : Le coup de coeur pour cette série M/M


Capture d’écran 2015-10-22 à 16.08.16

Aujourd’hui je vous parle d’une série MM (gay), policière et paranormale que j’ai adorée.
Humour, originalité, sensualité, action, intrigue… J’ai tout aimé.  

Je vous parle donc de la série en général dans un premier temps puis je parle des faits marquants tome par tome, plus pour un rappel pour moi-même.

Ne lisez donc que la première partie pour ne pas être spoilée :-)

Dans l’univers crée par Charlie Cochet, il y a des humains et des Therians (humains capables de se transformer en félins).
Dex est un policier (humain) qui est transféré chez les THIRDS (une unité type FBI dont le but est de faire respecter la loi sans discrimination ou préjugés envers une espèce ou une autre) après avoir dû témoigner contre son ancien partenaire.
Arrivé chez les THIRDS, il est assigné partenaire du chef de son équipe, Sloane Brodie, un Therian qui se transforme en jaguar.  
Sloane, qui a perdu son ancien partenaire, n’est pas ravi de devoir le remplacer et le fait bien comprendre à Dex… 
Seulement, c’est sans compter sur ce dernier qui est bien déterminé à faire sa place dans sa nouvelle équipe.

 

J’ai ADORÉ cette série dès le premier tome et j’ai enchaîné les 5 tomes sortis en moins d’un mois. 

J’ai aimé :

– l’univers original et bien construit.
– les personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires.
Dex et sa bonne humeur, ses addictions au sucre et à la musique des années 80-90, ses références geek.
Sloane dont le passé est mystérieux, qui est réservé et sur ses gardes. Et tous les autres… tous les autres personnages qui sont géniaux, bien développés, différents les uns des autres & uniques dans leurs défauts et particularités. On s’attache à toute l’équipe : Cael le frère de Dex, geek et timide, Rosa la mère poule, Hobbs et son mutisme, Calvin et son côté protecteur, Ash le râleur grande gueule, Letty et sa présence discrète… Mais on aime aussi le reste des personnages comme Tony, Austen & Seb qui apportent un vrai plus à l’histoire, même si on les voit peu.

 

J’ai aimé… 
–  la façon dont Dex construit sa place au sein de son équipe, lentement et sûrement, pour en devenir un élément indispensable. 

–  l’évolution lente, progressive mais profonde de la relation entre Dex et Sloane qui est très crédible. Elle est certes un peu frustrante à certains moments (avec un Dex plus investi que Sloane) mais elle est tout à fait réaliste vu le passé de Sloane. 

– Les intrigues enfin, qui sont bien amenées et trouvées. J’ai particulièrement aimé que le fil rouge de la guerre entre Humain / Thérian dure sur plusieurs tomes.
 

J’ai aimé aussi que ce soit des tomes courts (max 250 pages) mais qui ne s’essoufflent pas. 
Le dosage entre l’action, les moments où l’équipe se retrouve au complet et ceux de couples est parfait et fait qu’on ne s’ennuie jamais. 

 

Et puis, il y a ce que j’ai ressenti pendant ma lecture… 

– J’ai ri. Beaucoup. Surtout grâce à Dex (même si j’ai eu peur au début qu’il en fasse un peu trop) mais aussi grâce à toute l’équipe. Finalement ce qui est drôle, c’est eux -ensemble-, leurs interactions, les partis pris, les moments où ils se soutiennent et se charrient. C’est aussi la dynamique du groupe qui m’a faite rire même si Dex remporte la palme (le coup de la marionnette m’a tuée).

– J’ai couiné ! (certains passages dans chaque tome ont su combler la midinette en moi)

– J’ai eu chaud car certaines scènes sont explicites. Elles sont érotiques, sensuelles et émoustillantes sans pour autant être trop crues ni vulgaires.

– J’ai eu le coeur serré, pour Dex, pour Sloane et Ash, pour les relations qui ne sont pas toujours si faciles… 

– J’ai aimé que l’intrigue se boucle au  tome 4 et j’ai a-do-ré les rebondissements, doutes et révélations du tome 5 qui laissent présager une évolution au niveau des intrigues et de l’équipe… 

Et si je trouve quand même certains défauts à cette série, comme le nombre de personnages gays (bien trop élevé pour être crédible) et certains détails que je trouve bien trop kitsch (comme le gâteau d’anniversaire de Dex ou le déguisement en latex), je pardonne tout vu le plaisir que je prends en lisant ces livres.

Une série coup de cœur composée de tomes parfaits, courts, couinants, prenants et forts en émotions !

Je vous invite à lire le billet de Lily sur le tome 1 ! Série coup de coeur pour elle aussi tout comme pour Fleur ! 
Par contre si vous n’êtes pas fan des M/M passez votre chemin : cela n’a pas du tout fonctionné pour B et Ju qui ne sont pas fans du genre ! 

 

******************

 

Place maintenant à des détails, tome par tome. 
Ne pas lire la suite, risque de spoilers.

 

thirds 1

Tome 1 (Dex et Sloane)


Dex arrive dans sa nouvelle équipe, ils enquêtent sur des meurtres.

- Sloane qui poursuit Dex et le premier baiser dans le parking
- Le méchant veut rallier Dex à sa cause

- La scène de la marionnette
“He turned, arching an eyebrow at Dex. « ABBA? »
« What kind of gay man are you? » Dex thrust a finger toward the door. « Out of my house. Your kind isn’t welcome here.”

 

 

 

thirds2Tome 2  (Dex & Sloane)
Les THIRDS essaye de mettre la main sur l’Ordre qui continue de sévir et qui fait exploser plusieurs centres liés aux Therian.
– Peluche de Sloane
– Le rêve de Sloane sur Dex et Gabe qui brise le coeur
– Un peu du passé de Sloane adolescent
– Dex qui sauve Hobbs et inversement 
– Cal et Hobbs à l’hôpital
– Une drogue qui manipule les personnes
 “You’re so hot. I’m hungry. » Sloane. Food. Sloane. Food. How was he supposed to decide? Unless… « Can I have both? »
« I think you left the other half of that question in your head.”

 

thirds 3
Tome 3  (Dex & Sloane)

L’équipe traque la Coalition (des Therians qui tuent les gens de l’Ordre et les responsables d’émeutes anti-therian survenus une vingtaine d’années auparavant). 

- Rencontre avec Austen
- Le passé de Sloane 

- Anniversaire de Dex (et pré-anniversaire)
- L’attitude suspecte de Ash 
– Une taupe chez les THIRDS
– Déclaration de Dex & Sloane qui fuit

- Dex et Ash qui se bagarrent

- Discussion Ash & Sloane et le passé de Ash

- Bottom, finally

– Ash qu’on commence à vraiment apprécier

– Sloane qui va dans la voiture  de Ash et le cliffhanger
« How could he need someone so badly yet be so terrified of getting close to him ? » 

 

 

thirds4Tome 4 (Dex & Sloane)
L’équipe est retirée de l’affaire jusqu’à nouvel ordre.
– Dex fait cavalier seul et ment
– Sloane à l’hôpital et récupère chez Dex
– Déclaration de Sloane !
– Marquage !!!
– La transformation involontaire de Sloane
– Austen renseigne Dex et Sloane
– Calvin qui doit draguer un mec
– Dex témoin du « rapprochement » Calvin & Hobbs
– Cael enlevé
– Fin de la Coalition
– Coming out devant toute l’équipe
– Hobbs qui parle à Dex <3
– Ash super cute
“Stay.” Dex felt a lump in his throat. “I’m not going anywhere,” he promised. Sloane hummed before nodding again. “Good. Need you.” His features softened as he drifted off, but not before he said one more word. “Always.” 

 

 

thirds5
Tome 5 (Ash & Cael)
Sloane se transforme encore sans le vouloir. L’équipe décide d’investiguer.
– Ash et Dex vont voir le doc de la Facility
– Le passé de Cael et son ex qui réapparaît
– Ash et Cael, finally
– Ash adorable
– Ash entraîne Dex et Cael au combat rapproché
– 3 équipes de THIRDS sont demandées pour transporter de la drogue
– Embuscade, Sloane, Ash et Hobbs sont enlevés
– Austen et Sparks qui font partie des TIN agents
– Celui qui voulait créer une armée de Therians qui obéissent au doigt et à l’œil
– L’équipe qui doit suivre un programme des TIN.
« You bring out the best in me. I had no idea what my life was missing before I met you. » 

 

Vivement le tome 6 sur Calvin et Hobbs :-) 

******************

English version (Book 1-5)

In the world created by Charlie Cochet there are humans and Therians (humans who can switch in felines).
Dex is a human cop who is transferred to the THIRDS (sort of FBI with the goal of maintain -and be sure- the law is respected without discrimination or prejudice to one species or another) after he testified against his former partner.
Once arrived into the THIRDS, he is assigned to partner his team leader, Sloane Brodie, a Therian who switches in jaguar.
Sloane, whose former partner died, is not pleased at all to remplace him and makes it clear to Dex… 
But it’s not counting on the latter who is determined to dig in his new team…

I LOVED this series since book 1 and I read the 5 books already released in less than a month. 

I liked:

– the world, original and well thought
– the characters, as much the mains ones than the others: 
Dex and his good mood, his addictions to sugar and music from the 80s, his geek references.
Sloane, who  has a mysterious past, is always reserved and on his guard… And all the others… all the others who are brillant, well developed, different from each others and unique in their defaults and particularities.
We fall for the entire team : Cael, Dex’s brother, geek and shy, Rose, the mother of the team, Hobbs and his mutism, Calvin and his protectiveness, Ash the complainer with a big mouth, Letty and her discret and calm presence. But we also love the others like Tony, Austen & Seb who really bring a plus to the story even if we don’t see them much.

 

I liked:
– the way Dex build his place within the team, slowly but surely, to become one of its vital composant. 
– the evolution, slow, gradual but deep of the relation between Dex and Sloane which is very credible. It might be very frustrating sometimes (with Dex more involved than Sloane) but it’s very realistic given Sloane’s past. 
– the intrigues, at least, which are well thought and well drafted. I specially liked the theme of the war between humans and therians which last several books.

I also liked that the books are short (max 250 pages) but always captivating.
The dosage between actions, moments with the complete team and moments with only the couples is perfect and we never get bored.

 

And then, there are all the feelings during my reading…

– I laughed. A lot. Specially thanks to Dex (even if I was afraid at the beginning that he’ll be too much) but also thanks to all the team. Finally, they are fun -together-, their interactions, the committed positions, the moments where they support and kid each others. The dynamic of their group made me laugh even if Dex is the funniest (the scene with the puppet: legendary!!!)

– I swooned! A lot! Some scenes in each book made the midinette inside me very happy and satisfied :)

– I got hot thanks to some very explicit scenes. They are erotic but sensual and arousing without being too raw or crude.

– I had a heavy heart also… for Dex, for the young versions of Sloane and Ash, for the other relations that are meant to be but so not easy.  

– I loved that the intrigue comes to a term after book 4 and I l.o.v.e.d the sudden developments, doubts and revelations of book 5 which predict an evolution both for the intrigue and the team…

And if I find some defaults to the series, like how many gay characters there is (way too many to be credible) and some details I found a bit too kitsch (birthday cake or the fancy leather cloth), I forgive everything given how much pleasure I have while reading those books.

Definitely one of my favorite series made up from perfect, short, swooning and captivating books full of emotions!