Les lectures de Cécile

12
avr

Fifty Shades Darker – E.L James

fifty-darker.jpg
ATTENTION SPOILERS. 

 

Chère Ana,


J’espère que tu t’es bien remise de la dernière séance de fessées qui t’avait fait quitter Christian à la fin du premier tome (ne t’en fais pas je ne te blâme pas, j’en aurais fait tout autant.) (quoi que je l’aurais peut-être quitté avant) (genre, juste après avoir appris qu’il était SM. Et non pas après qu’il m’en ait donné la preuve physique) ?
En tous cas, je dois dire que j’admire ta force de caractère. Avoir tenu 4 jours sans le voir après l’avoir quitté, c’était vraiment beaucoup, hein. Ca a dû être difficile de résister à un homme aussi hot comme tu le dis si bien, environ 6687 fois dans le livre. Tu es une héroine vraiment forte, à laquelle on pourrait limite s’identifier (si tu n’étais pas si bête).
Tu es d’ailleurs tellement forte que chaque fois que vous vous disputez sur un sujet, (soit à peu près tous les jours), il suffit qu’il te fasse l’amour pour que tu l’excuses et lui pardonnes. Au moins, on ne peut pas dire que tu sois têtue ou arrêtée sur tes positions. C’est déjà ça de pris pour Christian.  

Sinon, tu dis que tu as fait des études supérieures. Tu es sûre ? (que tu as passé le CM2 ?)
Parce que tu as quand même un vocabulaire assez limité.
Ah, je t’imagine bien, là, à rouler des yeux (comme tu sais si bien le faire), mais bon, tu ne peux pas me contredire : tu ne sais que 5 mots en tout et pour tout, et tu les redis en boucle pendant 350 pages. « oh my » « holy cow » « holy Shit » « holy fuck » « hot » « hot » « hot ». (tout ce qui contient les lettre o et h donc). 

En tous cas, on peut dire que vous faites la paire avec Christian à ce niveau là (non je ne parles pas de cul mais de vocabulaire) (ou de manque de vocabulaire dans ce cas précis). Je dois dire que, pour lui, cela paraît encore plus improbable que pour toi. Je veux dire, c’est un chef d’entreprise milliardaire, et tout ce qu’il sait dire c’est « Tu es à moi », « fair point, well made », « ne me quitte pas » et « twisted palms ». (moi aussi j’avais les mains qui me démangeaient à la fin, je peux te le dire).
Non franchement, je veux bien que son enfance justifie ses pratiques sexuelles, ainsi que certaines de ses peurs, mais ça ne justifie quand même pas son manque de vocabulaire !
D’ailleurs, si tu pouvais demander à Christian comment on fait pour être chef d’entreprise avec 40000 personnes sous soi, alors qu’on passe 23h/24h à baiser, heu à coucher, ça m’intéresserait grandement. (Enfin je dis ça, n’allez pas croire que je ne m’intéresse qu’à ça. Il y a le shopping aussi).

Mais revenons à nos cravaches moutons, ce que j’approuve, par contre, c’est le fait que Christian voit un psy.
Que toi tu l’aies vu aussi, et qu’il t’ait répondu à tes questions sur Christian, ça, par contre, ça m’a un peu dépassé.
D’ailleurs, j’en profite pour te dire que la prochaine fois que tu vas le voir, il serait judicieux que tu lui parles de ton problème d’alimentation.
Manger un yaourt en 4 jours, et n’avoir jamais faim, (à part de sexe), ce n’est PAS normal Ana. Je crois vraiment que tu souffres de trouble alimentaire. (En plus d’être une grande nympho, je veux dire). 
Bref, si tu veux un conseil d’amie (enfin, amie, façon de parler hein), je pense que tu devrais consulter.

Et puis, comme ça tu pourrais aussi lui parler de ton tic. Tu sais, celui que tu as de te mordre la lèvre constamment. Comment ça tu ne t’en rends pas compte ? Ben Christian, lui, s’en rend compte, en tous cas. Il t’a demandé environ 798 fois d’arrêter de te mordre la lèvre car sinon il devrait te prendre, là, sur le champ, à même le carrelage. Ah, mais… à moins que… non ?? tu ne le fais pas exprès quand même ? Oh ! Coquine va !

Bon alors si tu ne lui parles pas de ton tic, peut-être accepterais-tu de parler de ton dédoublement de personnalité ? Il m’est d’avis que ce ne serait pas du luxe.
Car, quand même, ta déesse intérieure te parle plus de 10 fois par jour. Elle se met même du rouge à lèvre dans ce livre et brille tellement qu’elle illumine une ville. Non mais sérieusement, les conversations intérieures que tu as avec toi-même, en continue, ça me fait soucis. Vraiment.

Ceci dit, abstiens-toi de… Non mais laisse moi finir ma phrase, je ne te demandais pas de t’abstenir sexuellement, je sais bien que tu en es incapable et je n’aimerais pas que ta déesse intérieure se suicide (surtout que c’est grâce à elle si on a le droit à une scène dans la « red room of pain » dans ce tome). Non je voulais juste te dire de t’abstenir d’en parler à Christian.

Tu sais comment il est, il ne te laisse même pas traverser la rue toute seule de peur qu’il t’arrive quelque chose (mais non il n’est pas dérangé, allons…). Alors bon, si tu lui parles de ta petite copine intérieure qui fait de la gymnastique, il risquerait de vraiment péter un plomb. Enfin, encore plus que maintenant.
Oui je sais, c’est difficile à croire. Il faut dire qu’il est quand même bien atteint ton mec hein. Mais bon il est hot, il est riche, et il te donne des orgasmes 5 fois par jour, alors on s’en fout non ? (en tous cas, moi je m’en fouterais).
Héhé, « fair point, well made, Cess ».

 

Bon mais sinon, parlons de choses intéressantes.
Entre copines, on se raconte tout non ? (sourirs pleins de sous entendus).
Alors, dis-moi, où est ce que tu as préféré le faire ? Sur le billard ? Dans le lit ? La douche ? L’ascenseur ? Le bain ? Par terre ? Sur le bar ? Le piano ? Et la fois où tu ne portais pas de culotte et qu’il t’a touché dans un ascenseur plein de monde, c’était comment ?
Et les boules de geisha lors du gala de charité organisé par ses parents, tu as kiffé ? tu me conseilles d’essayer?
Bon et si tu n’as pas aimé te faire fouetter par une ceinture, tu as quand même l’air d’aimer les fessées. C’est vraiment bien ?
Ah la la, j’ai hâte que tu me racontes tout ça. Ma déesse intérieure en sautille de joie. (ne t’en fais pas, elle ne rivalise pas encore avec la tienne, elle ne sait pas encore faire de triple salto arrière).
 

Ceci dit, je tiens à souligner qu’il y a des endroits comme la rue, la voiture, la mer et l’avion où vous n’avez pas encore couché, alors que ce sont pourtant des endroits assez « clichés ».
Bon. D’un autre côté… c’est bien de savoir qu’il reste encore des lieux à expérimenter dans le dernier tome. 


En parlant de dernier tome…
Qu’est ce qu’il va bien pouvoir vous arriver dans ce dernier chapitre ? Là vous avez quand même eu une séparation, une réconciliation, 50 disputes, 50 réconciliations au lit, une ex-copine folle qui était armée, des scènes de jalousie, un accident d’hélicoptère où tu l’as cru mort, une demande en mariage, du sexe, du sexe, du sexe, une promotion, un boss qui t’a harcelé, un gala pour enfants maltraités, une nouvelle maison, encore du sexe, toujours du sexe, rien que du sexe…

Je vois mal, du coup, ce que EL James pourrait bien encore inventer (d’invraisemblable) après ça. (enfin si, je vois très bien, j’ai déjà lu les spoilers).

Je dois dire que je ne suis qu’expectative. J’espère en tous cas que tu réussiras à améliorer ton vocabulaire et que tu arrêteras de rougir et de te mordre la lèvre.

Car, pour le coup, il faut quand même que je t’avoue que ce second tome m’a encore plus ennuyé que le premier (et pourtant c’était difficile). Il est mal écrit, bourré de répétitions, les scènes de cul se ressemblent (mais sont quand même pas mauvaises, soyons honnêtes) et bon, tu es toujours aussi bête quoi, et ça, ma foi, c’est quand même le plus difficile à supporter. (Enfin, sûrement moins que certaines fessées, on s’entend) (quoi que, tu es vraiment bête hein).
Autant te dire que je vais laisser un peu de temps avant d’attaquer le prochain tome.

Sur ce, au plaisir de te revoir bientôt,
Sois sage, (à quatre pattes, maintenant !),
La fessée bise,
Cess.

NB. Grâce à toi, je me suis quand même bien marrée avec Fashion. Tu peux lire son avis ICI (link


importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-fifty-shades-darker-e-l-james-103256729.html

20
jan

Les Highlanders, La malédiction de l’Elfe noir – Karen Marie Moning

images

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous faire gagner un livre que je n’ai pas spécialement apprécié.
Pour le gagner, il vous suffit de me donner les réponses de ce QCM (en commentaire).

 

1. Sachant que le frère du héros s’appelle Adrien, comment s’appelle l’héroïne de ce roman?

a- Candy (candiiiiie, une jolie p’tite fille aux yeux verts…)
b- Adrienne
c- Cunégonde (veux-tu du fromage ?)

 

2. Adrienne (oups je crois que je vous ai donné la réponse à la question précédente) était : 

a- Fiancée à une homme magnifique du nom de Eberhard (« Toujours dur » donc pour la traduction (à un b près)) (So smart).

b-
Battue et manipulée par lui (il la fait voyager pleins de fois en lui faisant transporter de la drogue sans qu’elle s’en rende compte, le bougre) (comment ça cette histoire n’a ni queue ni tête ?) (pas de queue c’est sûr…) (voir le point c.)

c- Adrienne est vierge alors qu’elle a été fiancée à Eberhard, Toujours Dur, que je renommerai pour la peine Eberweak (toujours Mou).

d- Etait élevée dans une famille nombreuse et aimante où elle jouait au monopoly le dimanche en famille.
(Je déconne)
Vrai proposition de d- Adrienne était Orpheline.

e- Toutes les réponses ci-dessus sont justes.

3. Adrienne, après avoir quitté Eberweak et s’être enfuie (je me demande si elle l’a pas tué d’ailleurs), se terre dans un appartement minable avec sa chatte pour seule compagne (sans mauvais jeu de mot bien sûr). Alors qu’elle fait du rangement ou je ne sais quoi, elle se retrouve:

a- A couper des steaks, le midi, à des non voyants, pour une association à but non lucrative. (vivement que je lise Rhage pour renouveler mes blagues hein ??)

b- En Ecosse en 1513 a devoir épouser un Laird. (qui n’est pas roux et ne s’appelle pas Jamie, même si la coïncidence est troublante) (pour celles qui ne connaissent pas Jamie, il faut que vous répariez cette erreur) (oui même si il est roux : nul n’est parfait, c’est déjà un bon coup, on ne va pas en demander plus). (oui je me suis égarée, faut dire que ce livre était quand même bien plus intéressant).

4. Le héros qui s’appelle Hawk (qui signifie Faucon)  est surnommé :

a- L’étalon royal

b- Le poney du paysan

c- Kholer

Indice: « Si elle avait cru un instant voir le laird doté de parties sexuelles dignes de l’étalon qu’il montait, ce ne pouvait être que le fruit de son imagination.
Oui… il ne pouvait en être autrement.
Elle avait dû remarquer, à la périphérie de son champ de vision, les attributs imposants de l’animal tandis qu’elle observait les jambes du Highlander et son esprit, troublé, avait fait une sorte de collage instantané mêlant les caractéristiques de l’un au physique de l’autre. Voilà pourquoi elle avait cru voir que Hawk lui-même était monté comme un étalon »

(Vous avez bien compris. Elle se demande si le sexe qu’elle voit est celui de son mari ou celui d’un cheval). (j’ai envoyé Alain Afflelou au 16ème siècle aider notre chère amie). (ce passage m’a valu le plus gros fou rire de ces dernières semaines).

5. Hawk est aussi appelé:

a- Hawk le moineau
b- Hawk l’Epervier
c- Hawk l’Aigle

Indice: Chaque fois que j’ai lu le surnom en question, soit à peu près 670 fois dans le livre, une petite voix dans ma tête criait « E-PER-VIER EN CHAAAASSSSSE ». Ou comment s’auto-souler.

6. Hawk l’Epervier (en chasse) habite à :

a- Dalkeith-Upon-the-sea et a déjà couché avec plus de 5000 femmes, contre son gré bien sûr, car son roi l’a obligé à le faire. (Zadiste, sort de ce corps)
b- Puteaux-sous-bois, et est vierge car il se réserve pour la femme de sa vie. Adrienne donc (si vous n’aviez pas tout suivi).

7. Hawk l’étalon royal :

a- Passe son temps libre à sculpter des berceaux et à arranger une pièce de son château en nurserie, car son plus grand rêve est de voir courir ses futurs bambinos dans les prés environnants.  (Charles Ingalls, pour vous servir).

b- Va montrer à Adrienne comment apprivoiser un faucon, et ce pendant 5 pages. Il finira par l’apprivoiser elle aussi et par l’appeler « gentil faucon ». (je me demande ce que j’ai préféré entre la pêche à la truite ici ou le dressage de faucon). (mais quoi qu’il en soit, je ne suis qu’admiration devant de telles scènes). (dans la romance que j’écrirai, mon héros HardDick montrera à mon héroïne  ShowDasse comment on apprivoise un kangourou. Na)

c- Hawk a, je cite, « sa virilité qui, à peine érigée, ferait pâlir d’envie un étalon » (oui KMM est obsédée par les étalons et les faucons. So what ? JR Ward est obsédée par le cuir et moi par Barrons, chacun ses vices hein).

 d- Il a une voix, douce et forte à la fois, qui évoque un verre de scotch mêlé à de la crème sur un lit de glaçons. Je répète, sa voix évoque un verre de scotch mêlé à de la crème sur un lit de glaçons… (Karen Marie : ce n’est pas bien de fumer le pétard avant d’écrire vous savez ?).

e- Toutes les affirmations ci-dessus sont justes

8. Combien de temps notre couple va t-il jouer au chat et à la souris (pour notre plus grand malheur) avant de passer à l’acte ?

a- 300 pages mortellement ennuyantes où elle le repousse, il se vexe, elle tombe malade, il a peur qu’elle meurt, elle guérit, ils partent en ballade, il lui parle de son passé, elle tait le sien, elle l’écoute, ils sont interrompus par une ex, elle s’en va fâcher, puis on veut la tuer mais c’est lui qui est blessé, elle va le voir mais elle ne peut entrer, il croit qu’elle n’a pas voulu le voir alors il va partir au loin, pour finalement revenir car il repense au baiser qu’il a pu lui arracher alors qu’il lui montrait comment on dresse un faucon, juste avant qu’elle ne le repousse, et qu’elle évoque Adam Black pour l’ennuyer (mais qui est Adam Black, me direz vous ? On y vient, don’t worry), et puis bon bref, 300 pages mortellement ennuyantes quoi.

 

b- Ils se jettent dessus dès la première rencontre comme Bête et Colère.

9. Adam Black est un fae, qui se fait passer pour un forgeron et dont le rôle est :

a- De coucher avec Adrienne.

b- De venger le roi des faes car la reine l’a cocufié en couchant avec l’Epervier (en chasse) (oui j’affection toujours autant le comique de répétition, que voulez-vous). Pour se faire, il décide de faire venir une femme (Adrienne) qui saura résister à Hawk (ce qui rendra ce dernier fou de rage.)

c- Son rôle est d’un ennui mortel. Chaque passage avec lui est à éviter à pars le premier où il sort une métaphore des plus grotesques mais qui m’a fait bien marrer « Puis-je vous rendre service, belle dame ? Peut-être pourrais-je fondre ma lance d’acier dans la fournaise de votre forge, milady ? ». (Tant de subtilité me laisse pantoise d’admiration.) 

d- Les réponses a, b et c sont justes.

 

10. Je ne peux pas trop vous dire ce qu’il se passe à la fin, car j’ai abandonné ma lecture 100 pages avant d’y arriver, mais, d’après vous, Adrienne et Hawk vécurent heureux et eurent beaucoup :

 

a- D’enfants.
b- De faucons.
c- D’étalons.
d- D’éperviers (en chasse).

 

 

Voilà le QCM touche à sa fin ! Que dire de plus ?
Vous le savez, j’aime KMM et j’aime son écriture qui, même ici, reste très bonne et d’un meilleur niveau que toutes les autres romances paranormales que j’ai lues.
Ceci dit je me suis vraiment beaucoup ennuyée avec ce livre et je n’ai pas vibré une seconde.
Dommage.
Je vais devoir me contenter de Barrons. :D
Et bientôt de Ryodan que j’aime déjà.

Les avis de mes co-lectrices : Mlle Pointillés et Evenusia qui ont aussi eu du mal à finir ce livre (merci les filles je me sens moins seule), et Bladelor, Rose et Sandy qui l’ont dévoré ! (le livre, pas Hawk, voyons). Enfin, celui de Pimpi qui a suivi cette LC de près et qui avait adoré.

 

tour des genres 2

Les Highlanders 1 – La malédiction de l’Elfe noir.
Editions : J’ai Lu (pour elle), 435 pages
Titre VO : Beyond the Highland Mist

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-les-highlanders-la-malediction-de-l-elfe-noir-karen-marie-moning-97411116.html

8
nov

Top Ten Tuesday : Les 10 « fondamentaux » pour écrire une romance paranormale.

 

Top-10-Tuesday-copie-1
Attention, billet interdit aux moins de 16 ans ! 

 

Mesdames, mesdemoiselles,

Ca fait longtemps que je n’avais pas fait de TTT hein ?!
Aujourd’hui, une fois de plus, je ne vais pas suivre de thème officiel, ni celui de The broke and the Bookish
 ni celui de Iani. Vous comprenez, je sors juste de la lecture d’une romance paranormale, du coup j’ai été inspirée et j’ai voulu partager avec vous la clé du succès de ce genre littéraire !

Si vous aussi, comme Mme Ward, ou Mme Showalter, vous voulez écrire des livres de romance paranormale, pas besoin de savoir écrire, il vous suffit de respecter les 10 règles suivantes : 

1. Prenez un héros aux yeux atypiques.
Peu importe que ses yeux soient dorés / jaunes,  violets, bruns ou d’un bleu si bleu que le ciel et la mer en sont jaloux. Non. L’essentiel c’est que la couleur en question soit unique, exceptionnelle, du jamais-vu et que ce soit une des premières choses que l’on remarque. Mais surtout, il faut que celle-ci puisse changer, selon l’humeur de votre héros. Généralement, ses yeux deviennent très foncés, presque noirs, quand notre héros atteint l’orgasme, ou qu’il est très fâché. Au choix…

Ses yeux peuvent aussi s’embraser quand il voit sa femelle (bannir le mot femme de votre vocabulaire), nue ou qu’il se l’imagine nue. (ou en train de lui faire certaines choses pas très catholiques).
En tous cas, son regard doit être intense : c’est le mot d’ordre.

Ah aussi, rien à voir avec les yeux mais je l’écris tant que j’y pense : votre héros doit être possessif. C’est o-bli-ga-toire. C’est SA femelle, IL doit la défendre et PERSONNE ne peut la toucher. PERSONNE. 

2. Le « membre » de votre héros devra être hallucinant.
Si grand qu’il en fait peur à notre héroïne (qui poussera généralement un petit cri de frayeur à sa vue et qui pensera quelque chose comme « ohmondieu il est si énorme»).
Pour décrire le membre en question, osez le « cru », ça passe. (Le mot en Q est assez répandu.)
Sa carrure doit aussi, bien entendu, être imposante. Votre héros doit être viril.

En tous cas, votre héros et son membre donneront minimum 30 orgasmes (par rapport) à la femelle et généralement la première nuit, il devrait y avoir environ 4 rapports. Attention, retenez bien ! Si elle ne jouit pas plusieurs fois d’affiliée, votre livre ne marchera pas.
Pour vous aider dans le compte, sachez que votre héroïne aura déjà eu environ une douzaine d’orgasmes pendant les préliminaires. 
La douche est généralement un passage obligatoire dans le livre, vous pouvez la caser dans un des 4 rapports de la nuit.

Enfin, et c’est un plus non négligeable, faites en sortes que votre héros puisse déchirer de ses dents les sous-vêtements de sa femelle. La mâchoire puissante, c’est clairement un signe de virilité dans la romance paranormale. Donc vous avez compris : un coup de dent, et plus de soutien-gorge  et/ou de culotte. Utiliser les mains du héros pour ôter les dernières couches de vêtements de celle qui va s’offrir à lui, c’est d’un ringard !!! Vous voilà prévenues !

3. Notre héroïne va bel et bien S’OFFRIR à notre mâle en chaleur. L’héroïne, aussi appelée Femelle donc, doit être vierge.
Je n’ai pas encore une théorie complète sur le pourquoi de cette obligation (rassurez-vous j’y travaille), mais si elle est vierge c’est mieux. Surtout vous ferez en sorte qu’elle apprenne très très vite comment faire plaisir à son homme. Pas besoin d’expérience. 
Donc vierge de préférence. Et bien sûr, forcément un peu trop étroite pour le giga membre de son partenaire. N’ayez pas peur de lui faire ressentir moult orgasmes même pendant son premier rapport. La douleur est totalement accessoire dans ce genre de livre.
Aussi, l’homme n’est généralement pas au courant de ce léger détail (la virginité de sa compagne.). Ainsi, quand il s’en rend compte, faites-en sorte qu’il en soit extrêmement touché. Que ce soit le plus beau cadeau qu’une femme aurait pu lui faire…

Si jamais vraiment vous trouvez peu crédible qu’une femme soit vierge alors qu’elle est mieux foutue que miss monde, alors, vous pouvez aussi faire en sorte qu’elle ait subi un traumatisme, genre viol, ou qu’elle n’ait jamais, Ô grand jamais, eu d’orgasmes avant sa rencontre avec notre héros.

Quoi qu’il en soit, grâce à son nouveau compagnon, notre héroïne, en plus d’avoir découvert le plaisir ultime, a subi une révolution sexuelle. Elle qui n’était qu’une vierge effarouchée, qui n’avait jamais osé se regarder nue dans un miroir, va se transformer en une véritable experte sexuelle. Et voilà que je prends les choses (ou la chose pour être plus précise) en main, que je deviens en un clin d’œil une femme totalement à l’aise avec mon corps, sans tabous. La véritable femme libérée qui va jeter ses culottes Petit Bateau pour de la fine lingerie…

4. Sachez décrire les odeurs et le toucher.
Alors. Les odeurs. Ce sont les descriptions que je préfère. S’il vous plaît, prenez le temps de les décrire. C’est très important… Votre héros doit sentir le Mâle. Peu importe comment, mais faites ressortir le côté « primal » de votre héros. Il peut sentir le cuir, la sueur, voire des épices exotiques (mais non ce n’est pas grave si vous ne savez pas comment sentent les épices exotiques. On ne vous demande pas de tout maîtriser. Il faut surtout que vous donniez envie).  

Pour la femelle une odeur de fruit ou de fleur, en général, ça passe très bien. « Elle a un goût de pêche. De la chair soyeuse sur les lèvres et la langue quand on la lèche. Douce et sucrée dans la gorge lorsqu’on avale ». Voilà le genre de phrase qui plait, mesdames.  Mais sinon, vous avez aussi le miel, ou le jasmin qui passent très bien. Bref odeur de fleurs et de fruits.
Pour le toucher, sachez que la comparaison au velours est assez en vogue. Que ce soit la peau, ou le baiser, quand il est de velours, c’est mieux.

5. Le héros doit avoir un problème qui fait qu’il n’ose pas tout de suite toucher sa femelle. 
Il a un passé difficile. Il est d’une nature violente. Il est possédé par un démon. Il est sado-maso, ou encore, il est vierge et ne sait pas comment s’y prendre… N’ayez pas peur du ridicule, plus c’est gros mieux ça passe ! (Sans mauvais jeux de mots). 
Par contre, il faut que vous fassiez en sorte que la femelle soit sa rédemption. Plus de démons grâce à elle. Plus peur de se toucher. Plus peur de faire mal, car finalement de temps en temps, un peu de sexe violent, la femelle elle y trouve son compte (d’orgasmes)… 

En tous cas, retenez que votre mâle, aussi beau et aussi fort soit-il, est complexé. Il croit toujours que la femme qu’il vient de rencontrer et dont il est tombé amoureux en moins de 2 minutes 30 est trop bien pour lui.
Il ne la vaut pas. Il ne la mérite pas… 
Allez-y sans hésiter hein, mettez-y quelques couches. Le côté « je me dévalue » doit vraiment prendre une grande partie de votre livre. D’ailleurs, en général, la fille aussi a tendance à croire qu’elle ne vaut pas le héros.

6. L’héroïne aussi a généralement son lot de malheur.
Un passé difficile. Elle a été ballottée de foyer en foyer, ou elle entend des voix… là aussi, osez ! Vous ne risquez rien. 
Vous pouvez aussi vous lâcher.
Il lui arrive souvent d’être relativement nunuche… 
Et, dans tous les cas, elle va hésiter un peu à succomber à ce mâle. 
Il faut qu’une fois ou 2 dans le livre, ils jouent au chat et à la souris vous voyez… Même quand ils ont déjà couché et eu des milliers d’orgasmes: pas juste au début.

A savoir que votre héroïne a des cheveux forcément magnifiques, qui tombent généralement en cascade sur ses épaules. L’acajou est assez à la mode mais bon, il n’y a pas de règles. Tant que ses cheveux sont lisses, soyeux, longs et qu’ils font fantasmer notre mâle, vous aurez bon !

7. De la baston.
Il faut qu’il y ait de la baston. Soit avec les méchants du livre (qui ne font généralement pas peur), soit avec ses copains de toujours car ils ont insulté ou voulu lever la main sur la femme de notre héros. 
Et une fois de plus, mesdames, ne vous limitez pas ! Allez-y, faites craquer, faites saigner, l’héroïne doit pouvoir hurler « nooooon » au moins une fois dans le livre et jeter son petit corps tout frêle dans la bataille pour défendre son homme qui a pourtant la carrure de Hulk.

Bref faut que ça tape ! De toutes façons, le héros a toujours des gênes qui font qu’il guérit bien plus vite que la moyenne. Et même si il n’a qu’une ou 2 égratignures, dans tous les cas, madame jouera l’infirmière. Et si vraiment ça prend un peu plus de temps à guérir car il est vrai-ment salement amoché, une petite fellation devrait faire l’affaire.

8. Bon, là je vous donne vraiment un tips les filles, car c’est subtil et que ce moment passe généralement très rapidement dans le livre : donnez un orgasme à votre héros ou à votre héroïne, en rapport avec le jus d’un fruit. Je vous donne 2 exemples concrets pour vous expliquer :  

Dans le dernier livre que j’ai lu et chroniqué (citadelle des ténèbres) :  « Elle choisit une grappe de raisin et pris un grain. Quand le jus sucré coula dans sa gorge, elle faillit gémir de plaisir… ».
Dans Kholer (confrérie de la dague noire tome 1) : Kholer est à deux doigts de jouir quand Beth « se penche en avant, qu’elle entrouvre les lèvres, qu’elle prend le fruit entier (une fraise) dans sa bouche et que le jus de fruit coule le long de son menton. »
Bref, prenez un fruit, faites en sorte que l’héroïne, en croquant dedans, en sorte un jus (non mesdames, ne voyez pas de métaphore là où il n’y en a pas) et ce sera le succès (et l’orgasme) garanti. 

9. Osez la vulgarité que diable.
Fini les « NON on ne dit pas ça, c’est vilain », vous pouvez tout vous permettre « putain, bordel, fils de pute, baiser… » ! Lâchez vous et faites un pied de nez à votre mère ! :D (ou utilisez un pseudonyme).

10. Je finirai par les méchants.
Là ma foi, et le succès de ces livres le prouvent, il ne faut pas non plus trop vous prendre la tête. 

Le méchant doit vouloir tuer notre héros et ses acolytes (car oui j’ai oublié de le préciser mais ils sont toute une bande de « guerriers » : Plus vous créez de personnages, plus vous sortirez de livres car le but de ce genre littéraire est que chaque livre se focalise sur un des hommes).
Bref, la volonté de tuer de la part des méchants doit être très forte, et répétée plusieurs fois. Si ils ne peuvent les tuer, ils voudront au moins séparer nos amis les gentils. 

Ils ne font généralement pas si peur que ça. On les voit d’ailleurs assez rarement dans le livre, peut-être 2 fois, trois fois maximum, (le reste du temps : sexe, sexe, et baston). Bref ce n’est clairement pas les méchants qui font le succès de ces livres. Ne vous mettez donc pas trop de pression quand vous les inventerez !

Par contre, je vous en conjure, malgré le succès de la confrérie, s’il vous plait, évitez que vos méchants sentent le talc (ou le bonbon) (ou la rose) : il faut quand même que vous sachiez que ça un côté peu crédible.

Enfin le méchant doit mourir (assez facilement) et bon généralement il est imposant mais ne fait pas le poids face à notre héros.


********************


Voilà, les amies, je crois que vous avez tous les ingrédients pour écrire votre livre et atteindre le succès. Je vous souhaite bonne chance dans cette nouvelle entreprise et surtout, n’hésitez pas à me faire lire vos manuscrits, je suis bon juge. 
Enfin, un dernier conseil : Je vous le répète : N’AYEZ PAS PEUR DES CLICHES : OSEZ !!!
Gardez en tête que dans la série du genre qui marche le mieux, les héros s’appellent Colère, Rage, Furie… 
Moralité : le ridicule ne tue pas, il marche et peut même vous faire gagner des millions ! 

 

D’autres Top Ten, plus sérieux chez : Fée bourbonnaise, Choukette, Karine ? 

Et merci à Azilys, notre experte en paranormale romance, qui a prit le temps de lire ce TTT et de me faire penser à quelques détails qui m’avaient échappé ! :) 
 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-top-ten-tuesday-les-10-fondamentaux-pour-ecrire-une-romance-paranormale-88244120.html