Les lectures de Cécile

15
sept

Mordue – Michelle Rowen

33-mordue
La plupart des livres Bit-lit que j’ai lu contiennent :  
– Une héroïne cynique, bien foutue, à la langue bien pendue. Même si elle est généralement sexy, elle  n’est pas souvent sûre d’elle .  
– Un beau vampire ou loup garou qui se doit d’être mystérieux. Il a en règle général un énorme sex appeal et il est très beau, très attirant et très bien foutu. Son torse… Je vous raconte pas. Ce dernier finira en général par faire craquer  notre héroine, même si, la plupart du temps elle préférerait – au début du moins – se faire bruler vive que de coucher avec le MAAALE en question. Je dis au début; car à la fin, en général, elle aimerait plutôt être brûlée vive que d’attendre 10 secondes de plus pour faire l’amour. Et quand le vampire/loup garou n’a pas non plus envie d’attendre, l’héroine est tout de même consumée par le feu qui la brûle à chaque toucher du dit male. Bref; je crois que vous avez compris ce que je veux dire: impossible de résister et nous ne pouvons pas blâmer notre héroine de succomber, car nous aussi,faibles lectrices que nous sommes, finissons par craquer…  
– Un autre beau gosse qui vient compliquer l’histoire d’amour entre les 2 protagonistes sus-mentionnés.  
– Une intrigue pseudo policière plus ou moins interessante, selon le potentiel du potentiel masculin. (vous me suivez toujours?).  
– Un peu de sexe, de temps en temps, ce qui pimente un peu l’histoire, et on ne s’en plaint pas.  
– Un ou 2 morts  
– et un bon nombre de bastons, de bleus, de côtes cassées…   

Mordue n’échappe pas aux règles citées ci-dessus. Ou si: il n’y a pas de sexe ce qui n’est pas très important si tout le reste est bien amené, ce qui n’est pas le cas ici:   J’ai trouvé que ces points manquaient de consistance et de profondeur.
– Sarah est mignonne et super matérialiste. Elle a du mal à croire à sa nouvelle condition de vampire mais cela ne nous la rend pas plus sympathique à nos yeux. Elle a en effet de la répartie mais franchement elle n’est pas aussi cynique et ironique que Cat, Anita ou Mercy. Elle n’est pas non plus spécialement attachante, ni casse-cou.   
– LE potentiel, Thierry, est beau, soit. il a une certaine aura, mais bon, il manque de mystère et de répartie. Il n’est pas convaincant dans son rôle.  
– L’outsider, Quinn, n’est pas franchement crédible non plus quand il passe de « je veux te tuer » à  « on est fait l’un pour l’autre » en un claquement de doigts.  
– Et l’intrigue n’est pas si excitante non plus: on sait dès le départ qu’il y a des chasseurs de vampire qui ont l’air bien informés, reste à savoir qui est la taupe qui les renseigne… Ici donc, pas de tueurs, et peu d’éléments pour nourrir le suspense.     Malgré le portrait peu flatteur que je fais de ce livre, je ne me suis pas ennuyée, je l’ai lu très rapidement, c’est juste que j’ai lu beaucoup mieux dans le genre.
Des livres qui allient de supers potentiels masculins; avec une intrigue prenante; des personnages ironiques, et un paquet d’humour… Pour ne citer qu’eux : Cat et Bones, Clay et Helena, Anita et Jean-Claude, Adam et Mercy…
 
Je dirai donc que j’ai bien aimé mais que vous ne perdez pas grand chose si vous passez à côté. 

L’avis de Gerry qui est beaucoup plus enthousiasme.   

Et pour finir je remercie Livraddict ainsi que les éditions Bragelonne de m’avoir offert la possibilité de lire ce livre qui me tentait beaucoup.   Et je n’oublie pas le Challenge Milady :)

challengemilady2 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-mordue—michelle-rowen-57055484.html

9
juil

Hush Hush – Becca Fitzpatrick

hush-hush

 

Attention: risque de spoilers.

 

Présentation de l’éditeur :

 

Dans la ville brumeuse de Portland, Nora tente de mener une vie ordinaire depuis la mort violente de son père. Lors d’un cours de biologie, elle fait la connaissance de Patch. Il est séduisant, mystérieux, toutes les filles en sont folles, mais Nora est perplexe. Comment Patch peut-il en savoir autant sur son compte ? Pourquoi est-il toujours sur sa route quand elle cherche à l’éviter ? Sans le savoir, Nora se retrouve au beau milieu d’un combat séculaire agitant des êtres dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. Et en tombant amoureuse de Patch, elle va découvrir que la passion peut être fatale. Premier roman de Becca Fitzpatrick,

 

Mon avis :

 

J’ai enfin lu le fameux “Hush Hush” !
Verdict : je n’ai pas été « Patché ».

Je n’ai pas trouvé ce livre aussi mauvais et prévisible que « Envoûtement » mais je n’ai pas non plus été transporté.
Nora n’a rien de spécial, je ne l’ai pas trouvé attachante, je ne me suis pas identifiée. Elle n’a pas vraiment de répartie, quand elle se pose des questions elle ne va pas jusqu’au bout pour obtenir des réponses, je l’ai trouvé assez passive.

 

Patch quant à lui, ne m’a pas fait rêver non plus. Hormis quelques sorties sympas et un peu rentre-dedans, je ne l’ai pas trouvé très crédible.
Il est là pour tuer Nora, mais sans qu’on sache pourquoi et comment, il tombe amoureux.
Si on avait vu ses sentiments évoluer, son choix de renoncer à son plus grand rêve aurait pu être crédible, mais finalement, quand on apprend qu’il tient à elle par un « tu m’as dans la peau et moi aussi je t’ai dans la peau », non ça ne m’a pas convaincue.
Bien sûr, c’est un roman YA, on se doutait qu’ils tomberaient amoureux mais j’aurais aimé que l’auteur approfondisse l’évolution de leurs sentiments, au fur et à mesure du livre… Pareil pour Nora : Patch ne lui dit rien, il l’envoie chier, lui fait peur, mais elle tombe amoureuse. Comment c’est possible ?
Et puis, comme dans « Envoûtement », Nora croit à l’incroyable trop facilement.!
Quelle fille normale, terre à terre, brillante, intello, qui se méfie de tout, peut croire aux anges déchus sans se poser de questions, sans enquêter, sans vouloir aller se faire soigner ?

Quant à l’histoire, je l’ai trouvé originale, il y a une bonne intrigue, des personnages secondaires intéressants et qui ont leurs importances, mais là encore je n’ai pas trouvé que c’était assez développé.
En fait, comme on vit l’histoire via le point de vue de Nora, et que celle-ci ne ressent pas vraiment d’émotions forte, on n’est pas transporté.
Il m’en faut plus qu’un « j’ai eu peur » ou un « je suis contente » pour ressentir de l’angoisse ou de la joie. J’exagère le trait, mais vous voyez ce que je veux dire…

Ceci dit, ça se lit vite, on ne s’ennuie pas pour autant, le style n’est pas non plus à pleurer, (comparé à « Envoûtement »), mais bon je n’ai tout simplement pas été convaincue.

Je crois que je deviens difficile ou peut-être que je me lasse tout simplement des romans YA ?

En tous cas, la fin me convenant parfaitement et ne me laissant pas sur ma faim, je passerai donc mon tour pour le second livre.

 

L’avis de Mlle Pointillés qui a plus apprécié que moi.

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-hush-hush—becca-fitzpatrick-53677188.html

28
juin

Frisson – Maggie Stiefvater

frisson

 

Attention, risque de spoilers.

 

Grace a été mordue par des loups à 12 ans et est sauvée in extremis par l’un d’entre eux.
Ce dont elle se souvient de son sauveur : ses yeux jaunes, si humain (c’est vrai que l’on croise souvent des hommes aux yeux jaunes hein ?).


Aujourd’hui notre héroïne à 17 ans et tous les hivers elle voit (et attend) son loup qui ne s’aventure pourtant jamais hors de la frontière de son jardin. (la relation est déjà platonique, et je peux vous dire que nous ne sommes pas au bout de nos peines).

Un jour, alors qu’un des élèves du lycée est mordu par un loup une chasse est organisée, et un loup est touché, je vous laisse imaginer lequel…
Et devinez qui se transforme alors miraculeusement en humain (agonisant) et se retrouve dans le jardin de Grace en tenue d’adam ? (quelle chance quand même qu’il ait pu se traîner jusqu’au jardin de la belle, ça aurait été dommage qu’il se transforme dans la forêt et qu’il meure de la suite de ses blessures). Rassurez-vous, il va s’en sortir et au cas ou vous ne vous y attendiez pas : ils vont tomber amoureux.

Mais attention, leur amour n’est pas simple : Sam peut à tout moment se retransformer en loup, car c’est l’hiver et qu’il fait froid.
Comble de leur malheur, il sait que quand il reprendra son apparence lupine, il ne redeviendra jamais plus humain…
C’est pourquoi pendant 350 pages platoniques, nous avons le droit à toutes les mises en scène possibles pour que Sam ne soit que le plus rarement exposé au froid.
C’est vrai qu’il faut bien 350 pages pour que nous autres lecteurs puissions comprendre qu’une exposition au froid transformerait notre cher Sam.

Bon je suis mauvaise langue, il se passe quand même quelque chose pendant ces pages : Un loup (femelle) de la meute vient faire pipi sur la terrasse de Grace, histoire de marquer son territoire et montrer sa jalousie… Et ça, je peux vous dire que quand on s’ennuie sévèrement, ce n’est pas rien!

Par contre n’espérez pas de sensualité non plus. Quand je vous dis qu’il ne se passe rien, c’est à tous les niveaux… Non pas que je sois obsédée mais bon, si déjà il n’y a pas d’intrigue, ni de rebondissements, au moins qu’on les sache heureux et épanouis.  Mais non je vous dis, pas la peine d’espérer : même pas un petit bisou plus appuyé, alors qu’ils dorment ensemble pendant des plombes… 

Reconnaissons tout de même que les 100 dernières pages sont prenantes (mieux vaut tard que jamais) : d’autres personnages prennent enfin de l’importance, il y a du suspens, des rebondissements inattendus (ou presque), on est (enfin) pris par l’histoire et on ressent finalement toutes les émotions qui ont tant manqué au trois premiers quart du livre !

En ce qui me concerne, je trouve que la fin peut être une fin en soi : mais bien sûr,  il y a une suite, et du coup, je ne suis pas encore convaincue que je la lirai (même si il faut l’avouer, on a quand même envie de savoir si Sam trouvera une solution pour rester humain)…

Vous l’aurez compris, je ne suis pas emballée, il aurait fallu 200 pages de moins pour que ce livre soit bon.

 

((J’ai écrit ce commentaire fin Avril et je l’avais publié sur livraddict : je sais que tout le monde n’est pas d’accord, et je me dis que peut-être je n’étais pas dans une bonne période, (un peu comme pour « Envoûtement » dernièrement, où j’ai focalisé sur les détails qui m’énervaient au lieu de passer outre et de profiter de l’histoire): quoi qu’il en soit, comme je le dis à la fin : je lirai sûrement la suite, c’est juste que 300 pages pour démarrer, c’est un peu long)).

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-frisson—maggie-stiefvater-53077507.html