Les lectures de Cécile

25
fév

Providence de Valérie Tong Cuong, un roman choral bien ficelé et touchant que l’on dévore.

providence-couv

Providence est un roman choral, un livre à 4 voix.

Il y a d’abord Marylou,  la mère célibataire qui joint difficilement les deux bouts et qui se retrouve bloquée dans un taxi, puis dans le métro alors qu’elle doit remettre des documents très importants à son supérieur avant une certaine heure.
« Le trafic est interrompu jusqu’à nouvel ordre, a annoncé la voix du conducteur. Tout le monde descend à la prochaine station ». Pensée pour le suicidé. Pensée pour ce monde que je traverse depuis deux heures. Un embouteillage monstrueux, un sdf titubant, un chauffeur hargneux, un suicidé. Et bientôt ma lettre de licenciement. Faut voir le bon côté des choses, a dit la dame. Je ne vois rien en dehors de mon Paulo, qui lui-même ne va bientôt plus voir en mois qu’une mère ratée, écornée, incapable de lui offrir ce qu’il mérite. 

Puis il y a Tom, le conférencier et producteur de film influent qui s’apprête à demander la main de sa compagne.
J’ignore ce que Libby préfère chez moi, le carnet d’adresses, le compte en banque ou l’amour infini que je lui porte. Elle me répète souvent que je lui suis indispensable, sans préciser à quel titre. Prudent par nature, je me garde bien d’enquêter sur le motif.

Il y a Prudence ensuite, l’avocate brillante qui se laisse rabaisser à cause de sa couleur de peau.
L’odeur se développe, m’entoure, s’épaissit : ce n’est plus le parfum de Victoire, c’est la puanteur du renoncement. Je pue la lâcheté. Comment n’ai-je pas senti cela plus tôt ? J’ai honte. Honte pour ceux qui ont cru en moi, pour ceux qui ont cru m’aimer. 

Et Albert, enfin, un homme riche de 78 ans qui apprend qu’il est atteint d’un cancer et dont les proches sont méprisables.
Peu de gens apprennent deux fois dans une même vie la disparition de leurs parents. Voilà, c’est fait.
Inspire encore, Albert. Tu ne vas pas crever maintenant, non ? Tu as sûrement mieux à faire, mon gars. Il y a dix minutes, tu te sentais seul au monde; désormais tu sais que tu l’es. Les paramètres viennent de changer. 

4 personnes différentes, 4 destins différents qui vont se retrouver lier par un effet de domino très justement représenté en couverture ou comment un simple évènement peut changer la vie et la réalité de nombreuses personnes.

J’avais lu ce livre il y a quelques années et je l’ai relu avec autant de plaisir que dans mon souvenir.

J’ai aimé ces détails que l’on retrouve d’une histoire à l’autre, le taxi dans lequel monte l’une et dans lequel se retrouve l’autre plus tard, le macaron à la violette qu’on donne dans une histoire et l’allergie qui s’en suit dans une autre, le suicide du métro dont on parle au premier chapitre, et dont on entend des nouvelles à la radio dans le troisième… ces petits détails qui semblent insignifiants séparément et qui forment un tout dans le grand schéma des choses.

J’ai aussi aimé que le style soit différent à chaque point de vue, tantôt ironique, tantôt dramatique, avec ce qu’il faut d’espoir et de réalité. Ces styles et ces phrases qui m’ont parfois donné envie de souligner de nombreux passages.

Enfin j’ai aimé cette fin, digne d’un film pour midinette, et qui, à défaut d’être crédible, a le mérite de nous laisser le sourire au lèvre et le cœur léger.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre. Court, touchant, bien ficelé, attachant, j’avais toujours hâte de continuer ma lecture, quel que soit le personnage à l’honneur.
Et quand tous ces destins finissent par se croiser et les intrigues à se dénouer, j’ai reposé ce livre avec le sentiment d’avoir mis ma vie entre parenthèse. Une parenthèse courte, légère, un brin téléphonée, mais très agréable.

Providence – Valérie Tong Cuong
Editions J’ai Lu – 179 pages. 

17 commentaires sur “Providence de Valérie Tong Cuong, un roman choral bien ficelé et touchant que l’on dévore.

  1. C’est bon je note!
    Tu donnes envie !! :)

  2. Bella le 25 février 2014 à 11h01 a écrit :

    C’est noté :-) Il a l’air chouette !

  3. Ah, mettre sa vie entre parenthèse pendant quelques instants.

  4. Camille fantasme/Muriel le 25 février 2014 à 11h08 a écrit :

    Idem ;)

  5. Camille fantasme/Muriel le 25 février 2014 à 11h10 a écrit :

    Je voulais dire idem que Lily…

  6. Emi le 25 février 2014 à 19h32 a écrit :

    J’avais adoré!!!
    Tu me donnerais presque envie de le relire! :)
    Faut que j’en lise d’autres de Valérie Tong Cuong, vraiment!!

  7. Syl. le 25 février 2014 à 19h44 a écrit :

    Il me fait penser aux films que j’aime… je note !

  8. Pourquoi pas !

  9. Noté depuis un moment…! Tu confirmes mon envie de le lire !

  10. Julia le 26 février 2014 à 19h01 a écrit :

    Haaaannnnn !! Tu me donnes très très envie de lire ce livre !!! Je le note, à lire rapidement !

  11. Je l’ai lu il y a peu et j’ai aussi beaucoup aimé.
    Comme tu dis, téléphoné mais agréable.

  12. Berengere le 27 février 2014 à 09h00 a écrit :

    Je note tu donnes envie.

  13. Laurie le 27 février 2014 à 21h19 a écrit :

    allez comme les autres, je note titre et auteur. Ton billet donne envie de le lire, vraiment.

  14. « Roman choral » je m’en remets pas. Le ton de ce blog à bien changé madame.
    ^^

    As you know ce livre est dans ma PAL grâce à toi depuis quoi? 3 ans?…. Hem. Love you.

  15. Tu me donnes envie de découvrir l’auteur :))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets