Les lectures de Cécile

27
mar

Le théorème du homard de Graeme Simsion ou comment s’attacher à un homme socialement inadapté…

homard

Don Tillman, 39 ans, brillant (quoi que particulier) professeur de génétique, est aussi aussi un génie qui souffre probablement du syndrome d’Asperger et qui est en tout cas socialement inadapté.

Pendant que je rangeais mon ordinateur, Julie a éclaté de rire.
– La vache ! A-t-elle dit. Je boirais bien un coup !
Je ne comprenais pas très bien pourquoi elle partageait cette information avec quelqu’un qu’elle ne connaissait que depuis quarante-six minutes. Si je prévoyais moi-même de consommer de l’alcool dès que je serais rentré chez moi, je ne voyais aucune raison d’en informer Julie.

En se basant sur ses dernières (et catastrophiques) rencontres, Don décide de lancer l’«Opération Epouse » qui consiste à mettre au point un questionnaire de plus de 300 questions très précises, qui devrait lui assurerde trouver la femme parfaite.

J’ai classé les questions en vue d’une rapidité de filtrage maximale, ai-je expliqué. Je pense pouvoir éliminer la plupart des candidates en moins de quarante secondes.

Alors qu’il travaille sur ce projet, il rencontre Rosie, une jeune fille à la fois étudiante et barmaid qui recherche son père biologique.

Ses cheveux roux étaient hérissés comme une nouvelle espèce de cactus. J’avais déjà entendu employer l’adjectif « stupéfiant» pour décrire des femmes, mais c’était la première fois que j’étais vraiment stupéfié par l’une d’elle.
Sur un malentendu, Don croit que Rosie est une candidate du « Projet Epouse » et l’invite à diner.
Il se rend vite compte qu’elle ne remplit aucun des critères qu’il recherche. En effet, Rosie fume, boit, jure, est végétarienne, désordonnée, toujours en retard… En d’autres termes, absolument pas compatible avec lui.

– En plus ça évite les maths.
Cette observation m’a donné l’occasion de lui poser une autre question de l’Opération Epouse : 
– Vous avez des difficultés en mathématiques ?
Elle a ri.
Si le calcul élémentaire des additions d’un bar et d’un restaurant la dépassait, j’avais peine à imaginer que nous puissions avoir des discussions intéressantes.
Pourtant, et contre toute logique, il décide de l’aider, en tant que généticien, à déterminer qui est son père.
L’«Opération Père » est donc lancé, tout comme le début de certains changements chez notre héros.

Je l’avoue, j’ai eu un peu peur au début du livre. Don a un comportement tellement inadapté en société que je le trouvais limite débile et que je me suis vraiment demandé si j’allais pouvoir m’attacher à lui.

Rapidement, cependant, cette crainte s’est estompée car dans ce livre vous trouverez :

– Un Système de Repas Normalisé,
– Beaucoup de Projets (Epouse, Père, Rosie…)
– Une obsession pour les IMC qui me faisait rire à chaque nouvelle rencontre,
– Une grande quantité de paroles dites sans réfléchir,
– Une scène très drôle mettant en scène une veste légèrement inadaptée et des videurs,
– des entrainements de danse sur Grease – avec un squelette- ,
– un chapitre hilarant le jour de la rencontre entre Don et Rosie quand celle-ci s’invite chez lui
Ma chaine hi-fi est équipée d’un port iPod dont je me sers pour écouter des podcasts pendant que je cuisine. Rosie y a branché son téléphone et les haut-parleurs se sont mis à diffuser de la musique. Le volume était faible, mais j’étais certain que si, invité chez quelqu’un, j’avais passé un podcastsans demander l’autorisation, on m’aurait reproché un comportement social inadapté. J’en étais parfaitement certain car j’avais précisément commis cette erreur à un diner quatre ans et soixante-sept jours plus tôt.

– des « récoltes » d’ADN pas toujours très conventionnelles
– un voyage à NYC,
– une doyenne bien chiante,
– Vous voyez où je veux en venir ?
– Vous voulez dire que je suis le membre du corps enseignant le plus susceptible d’agir de manière peu conventionnelle. Et que vous aimeriez que j’agisse de manière plus conventionnelle. Ce qui me parait être une requête déraisonnable à présenter à un scientifique.  

– un nouveau fuseau horaire,
– et même une scène surréaliste où notre héros se prend pour Spiderman etc…

Autant de moments, de passages, de réflexions qui m’ont fait rire et sourire, et qui me donnaient envie de reprendre mon livre dès que j’avais quelques minutes.

Mais Don ne m’a pas fait que rire avec ses particularités et sa façon d’être et de réagir.
Il a su me toucher, particulièrement à chaque fois qu’il ressent une émotion dont il n’a pas l’habitude, comme la joie ou le contentement…Certains passages m’ont serrés le cœur.

Un autre monde, une autre vie, proche mais inaccessible.
L’insaisissable… Sa-tis-fac-tion.

Rosie, vous l’aurez compris, est l’opposée de Don et si j’ai aimé qu’elle soit plus frivole, plus « vivante » et plus insouciante que lui, je ne me suis jamais vraiment attachée à elle. Du moins pas autant qu’à Don.
Ce sentiment s’est d’ailleurs confirmé vers la fin quand elle lui parle agressivement à quelques reprises, ce que j’ai trouvé inutile et injustifié.

 Aucune femme n’avait jamais noté son numéro de téléphone sur un papier avec désinvolture, sans réfléchir, machinalement, pour me le tendre en me disant « Appelez-moi ». J’avais été temporairement intégré dans une culture dont je me croyais exclu.

Quant aux personnages secondaires, si j’ai vraiment beaucoup aimé Claudia, ses conseils et sa clairevoyance, je dois dire que j’ai beaucoup moins apprécié Gene dont je ne supportais pas le comportement et le « sujet d’étude »…
Ceci dit, ces deux amitiés avec Don, relativement improbables, s’avèrent quelques fois très touchantes, tout comme celle avec Daphné.

Ainsi, si certains personnages n’ont pas forcément remporté ma totale approbation, ils ne gâchent en rien l’histoire et le plaisir qu’on a à lire ce livre.

Le seul point qui m’a laissé plus longtemps sceptique est le fait que Don se lance dans le « Projet Père » sans vérifier certaines informations de base que ce génie n’aurait pas du laisser passer. Le fait qu’il se lance dans ce projet de manière irréfléchie, en croyant Rosie sur parole, sans essayer d’analyser la situation avant m’a tout de même un peu perturbée car c’est en total opposition avec ce qu’on sait de notre héros.

Mais là encore, c’est un détail qui chiffonne mais qui ne gâche en rien la lecture.

J’avais déjà modifié mon programme de la journée, renonçant à aller au marché pour rattraper le temps de sommeil perdu. J’achèterai un dîner tout fait sur place. Si on me reproche parfois d’être rigide, voilà me semble-t-il la preuve de ma capacité à m’adapter aux circonstances les plus insolites. 

Lecture que j’ai trouvé fraiche, légère, drôle et assez originale pour être prenante et c’est exactement ce que j’en attendais.

Du coup je n’en ressors pas du tout déçue et si ce n’est pas un coup de cœur à cause d’une petite incohérence, d’une Rosie dont j’ai moins apprécié quelques comportements, et de quelques facilités à la fin du livre, cela reste un très bon moment de lecture que je recommande.

photo 1

J’ai lu ce livre lors du mensuel « (Muqueuses) Whatsapp BookClub » qui regroupait cette fois (cliquez sur les noms pour lire les billets ) : Cajou, Cindy, Caro et Julia.
Je vous invite également à lire les avis très positifs de Syl, Emilie

12 commentaires sur “Le théorème du homard de Graeme Simsion ou comment s’attacher à un homme socialement inadapté…

  1. Je l’ai acheté au SDL et ton avis conforte mon choix (et ma valise s’en est remise depuis !)(faut dire qu’elle était lourde la vilaine)

  2. Comment tu utilises des méthodes illégalement cute pour traiter ton sujet!!!!
    solal choupinouuuu!!!!
    Je vais faire des mises en scènes avec Ocrave en fond moi du coup pour tenier la distance ^^

  3. Ça a l’air très drôle comme roman, il y en a finalement peu des romans comme ça ! je note !

  4. Lily le 27 mars 2014 à 12h24 a écrit :

    Haaaan trop chou Solal !!
    Ce livre a l’air pas mal mais pas je ne suis pas sûre que ça soit pour moi ^_^
    * Et lol le nom du mensuel :D *

  5. direct sur ma pal !

    J’adore big bang theory, je crois que je vais aimer aussi.

  6. Je l’ai acheté (en VO car le prix est nettement plus bas !) après avoir lu le billet de Cajou. J’espère le lire bientôt.

  7. Syl. le 28 mars 2014 à 07h54 a écrit :

    Je suis plus indulgente que toi pour Rosie. Quant à Don, j’ai été séduite dès la première ligne. J’ai toujours préféré les « out » aux « in »…
    Biz à So.

  8. Je tenterais bien tiens… J’adore la photo avec Solal ! :o)

  9. J’avais beaucoup aimé, il y a longtemps, le théorème du perroquet. Pourquoi ne pas passer au homard, maintenant.

  10. Berengere le 28 mars 2014 à 17h02 a écrit :

    Vraiment un bon moment. Lu en VO mais apparemment la VF est tout aussi bien. A lire donc!

  11. Décidément je le vois partout ce roman ! Il faut que je me le procure !

  12. Illustration illégalement cute, ça c’est clair, looool :-)

    Sinon l’aspect scientifique légèrement brouillon m’a clairement plus embêtée que toi ! En revanche, je n’ai pas eu peur pour Don, je l’ai aimé tout de suite (je crois que je suis comme Syl, je préfère les out aux in ^^) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets