Les lectures de Cécile

4
oct

Le rouge et le noir – Stendhal

J’ai lu ce livre en Février dans le cadre d’une LC alors que je n’avais pas encore de blog et j’avais écrit ce billet à propos de ce livre…

 

rouge-et-noir-copie-1.jpg

 

Après une série de livres pour ado / jeunesse, on peut dire que la lecture du rouge et le noir change !

Que Julien Sorel diffère des Gale, Peeta, Barrons, Bones, Chace, et autres héros des séries que je lis depuis des mois ! (Je ne connaissais pas Dimitri à l’époque )

 

L’histoire nous conte la vie de Julien Sorel, fils d’un charpentier, doté d’une excellente mémoire et d’une grande intelligence, et qui devient précepteur chez le maire de sa ville : Mr de Rênal. Là bas, Julien tombe amoureux de Mme de Rênal : amour partagé, qui quand il va être connu de tous, poussera Julien à quitter sa ville natale.

Après une courte période dans un séminaire à Besançon, Julien part pour Paris et devient  secrétaire de Mr de la Mole, grand homme de la société.

Là, il connaîtra Mathilde, la fille de son patron, et une nouvelle histoire d’amour, compliquée (bien sûr), va bientôt s’installer entre eux.

La fin que je ne divulguerai pas, est pour moi, la partie la plus intéressante du roman.

 

En bref, pour moi, le Rouge et le Noir, c’est 500 pages qui parlent d’un héros méprisant, hypocrite, pleins de préjugés et orgueilleux, qui tour à tour, aime, joue, déteste, et qui se voit une fois comme le futur de la France, et la fois d’après, le plus nul des hommes sur terre.

 

Ce personnage est changeant, versatile, et au final, pour moi, assez agaçant : Il est passionné par Mme de Renal, mais le lendemain il est attiré par une serveuse de café et hop, oubliée Mme de Rênal. Il aime ensuite passionnément Mathilde, mais la minute d’après, quand il revoit Mme de Rênal il pense n’avoir jamais aimé vraiment Mathilde…

 

Non Julien Sorel ne m’a pas fait rêver, je ne me suis pas du tout attachée à ce personnage. (je ne pense d’ailleurs pas que c’était le but, pour Stendhal, de faire aimer son héros).

 

Quant aux femmes de ce livre, je crois que ma préférée reste Mme de Rênal. Elle est peut être naïve, mais au moins elle est vraie.

J’aimais beaucoup Mathilde au début mais ses changements d’humeurs ont eu raison de mon attrait pour elle.

 

L’histoire est pleine de rebondissement, elle nous décrit des âmes torturées, nous fait voyager et nous apprend beaucoup sur la société bourgeoise du 19ème siècle.

 

Le style n’est pas difficile à lire, mais je pense que quelques chapitres de moins auraient rendu cette lecture plus rythmée et quelques fois, moins ennuyeuse.

 

Si l’histoire m’a plu, je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que c’est la plus belle histoire d’amour de tous les temps.

 

En d’autres termes, je suis contente d’avoir enfin lu ce « classique » mais je ne suis pas mécontente de l’avoir terminé !

 

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-le-rouge-et-le-noir-stendhal-58245316.html

14 commentaires sur “Le rouge et le noir – Stendhal

  1. Encore un classique que je ne lirai pas lool
    Merci de déblayer le terrain !! =)

  2. Pas tentée… peut-être un jour … ?

  3. Je l’avais commencé au collège… et abandonné en plein milieu… julien Soral me tapait déjà sur le système ! Je n’ai jamais eu le courage de le reprendre et ton avis me permettra de n’avoir aucun regret !

  4. Commentaire n°4 posté par chnoupitalsass le 5 octobre 2010 à 10h53 a écrit :

    Alors si tu veux du classique plus flamboyant, plus emporté, oublie l’irritant Julien Sorel et fais connaissance avec Fabrice del Dongo, dans la chartreuse de Parme. C’est booooooo !
    D’accord, moins venimeux et rebelle que Chance, Bones, l’inoubliable Patch (au secours, j’ai cru l’oublier, celui-là, mais voilà, ça m’est revenu comme une remontée acide quand on a trop bouffé, tu vois ce que je veux dire, mmmh ? genre tu penses à Patch il te faut trois MAalox pour calmer les brûlures d’estomac ; c’est drôle, il me suffit d’écrire son nom pour avoir de nouveau envie de le tabasser à coups de doc martens (moi violent, qui l’eût cru ?) – remarque, l’autre débile de copine dans le même bouquin vaut son pesant de nullité, elle aussi, comment elle s’appelle déjà ? Pee ? Schnee ? Bree ? Non, pas bree ; bree, c’est quand je frissonne d’horreur en lisant ses dialogues de naze, genre je suis tellement cool parce que je suis rop délurée et alors c’est vraiment génial comme je suis décomplexée… bon, d’accord, j’arrête, pas question de m’énerver à nouveau avec ce roman nul à ch…, non, vraiment, ça m’userait la santé) et le reste de la smala, mais aussi tellement moins caricatural…
    Bref, Hush Hu… heu… la chartreuse de Parme, c’est magnifique.

    • Cess le 5 octobre 2010 à 10h58 a écrit :

      Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à ne pas avoir aimé Patch !!! :)
      Elle s’appelle Bee je crois LOL !!! :)
      Je te conseille d’arrêter de penser à ce livre. Et je note pour la chartreuse de Parme.

  5. Commentaire n°5 posté par chnoupitalsass le 5 octobre 2010 à 10h57 a écrit :

    Ouais, OUAIS, absolument, ça fait du bien de se défouler sur cette sous-caca de HH, depuis le TEMPS que ça me reste en travers de la gorge, ah, ça fait du bien ! hé hé hé ! J’espère que ça ne te gêne pas de me servir de ton blog (que j’adore !) pour me défouler ? D’un côté, tu es pleinement responsable de cette lecture qui m’a fait faire des cauchemars, genre éveillé en sueur en pleine nuit, avec une question terrible sur les lèvres « est-ce que TOUTE la littérature YA sur les anges est aussi mauvaise que HH ? que vais-je devenir, moi pov’ lecteur ? ») et d’un autre côté, j’ai un peu honte, quand même, et puis je vais faire fuir tes fans… promis, je me calme – d’ailleurs ça va déjà mieux.

    • Cess le 5 octobre 2010 à 11h13 a écrit :

      LOL tu as pas l’impression d’exagérer un peu pour les cauchemars en plein nuit ?

      Je sais que c’est de ma faute si tu l’as lu ! Mais pour ma défense, on m’avait dit que c’était top et je ne l’avais pas encore lu ! LOL.

      Tu vois je t’ai évité Frisson et Envoutement ! :)
      Et qui t’a conseillé HG ? Tu vois…

      Je vais lire « fallen » bientôt, sur les anges… je te dirai si c’est bien !

       

  6. Commentaire n°6 posté par chnoupitalsass le 5 octobre 2010 à 11h24 a écrit :

    d’accord, j’arrete de penser à HH, ça me ternit le teint, et j’attends ton avis sur Fallen. J’ai pris un peu de recul sur HG2 ; finalement, un chouïa moins équilibré, moins maîtrisé que le tome 1 mais quand même très bien – et je lirai évidemment le tome 3.

  7. je l’avais commencé puis abandonné et jetée sur le film^^

  8. Le VRAI livre romantique ! le problème est qu’actuellement le sens de ce mot est totalement galvaudé et ne veut rien dire du tout par rapport à l’époque. Julien Sorel est le héros typique qui peut arriver à tout… mais le perd du jour au lendemain : il est représentatif de cette génération d’auteurs désabusés et frustrés par l’histoire de leur temps. Tous aspirent à autre chose… qu’ils ne trouvent pas ; l’amour devient alors échappatoire mais peu satisfaisant. Quand à l’époque elle est effectivement rendue d’une manière très réaliste.
    Enlever des chapitres à ce livre ?! malheureuse tu n’y penses pas. Cela casserait le style.
    Par contre, je suis d’accord avec chnoupitalsass « la Chartreuse de Parme » est encore mieux !

    • Cess le 6 octobre 2010 à 09h22 a écrit :

      Je suis d’accord avec toi que le romantisme de nos jours ne peut-être comparé à celui de l’époque. Mais vraiment ? alors qu’il change d’avis toutes les 2 minutes sur ses sentiments, tu crois son amour pour Mme de Renal sans faille et vrai ?!
      Le VRAI romantisme pour moi : Belle du seigneur de A.Cohen.

      L’as tu lu ?!

      Je note pour « la Chartreuse de Parme »…

      Merci pour cet avis et pour la défense de ce livre ! J’aime les discussions !

  9. Je trouve aussi toujours très agréable de discuter surtout quand il y a contradiction de point de vue.
    Tu dis que Julien Sorel change vite d’amour et c’est vrai. Alors si tu veux un héros fidèle et une écriture magnifique je te conseille aussi de lire « Le Lys dans la Vallée » de Balzac. j’ai découvert ce roman au lycée… et je le relis régulièrement tant pour la beauté de l’histoire que celle du style.

    • Cess le 6 octobre 2010 à 19h55 a écrit :

      Je note ce titre, c’est toujours chouette de pouvoir rattraper mon retard sur les classiques en étant conseillée ! :) Merci Mypianocanta ! :)

  10. J’ai lu ce roman à l’âge de quatorze ans (premier point) parce que les extraits étudiés en classe m’avaient laissé sur ma faim. Je me souviens avoir eu une préférence pour Mathilde, déjà parce qu’il était plus facile pour moi de m’identifier à elle, ensuite parce que j’adorais ces changements d’humeur et son caractère volcanique. Elle est le prototype même de la pauvre petite fille riche. Madame de Rénal, c’est un tout autre genre de personnage. Une femme simple et vraie que l’amour emporte malgré elle.
    Je ne peux que te recommander à mon tour la lecture de la Chartreuse de Parme : Fabrice del Dongo et Clélia sont inoubliables.

    • Cess le 6 octobre 2010 à 22h50 a écrit :

      Oui Mathilde changeait d’envie comme de chaussette mais elle m’était aussi plus sympathique que Mme de Rénal au début. Mais finalement, moins vraie aussi… 

      Bon tout le monde me conseille de lire la Charteuse de Parme donc je crois que je n’ai pas le choix que de l’ajouter à ma LAL !!! :)

  11. petit passage par chez toi.. joli blog sur lequel je m’attarderai tout bientôt….
    je me suis permise de te mettre dans ma liste de blog..
    bisous

  12. Je suis assez d’accord avec Mypianocanta : c’est un livre romantique, dans le sens qu’il montre un héros égoïste, mal dans sa peau, amoureux de l’Amour, mais incapable d’aimer l’autre parce qu’il s’aime trop lui même. Et qui ne tombe amoureux que quand la relation est impossible. Dès que l’aimée cède, elle perd tout attrait.
    Dans le même registre, je te conseille Adolphe, de Constant, qui décrit une histoire d’amour absolument terrible, et totalement d’époque.
    J’ai également adoré la fin, et Mathilde qui révèle à ce moment là toute sa folie !

    • Cess le 7 octobre 2010 à 16h27 a écrit :

      Moi je trouve justement que ce n’est pas du tout romantique de jouer au « fuis-le il te suit, suis-le il te fuit » !

      C’est sûrement très vrai, mais pour moi ce n’est pas du tout romantique…

      Je note pour Adolphe :) Merci d’être passée donner ton avis Céline !

  13. Commentaire n°13 posté par Angélique le 16 octobre 2012 à 19h28 a écrit :

    Ok alors il traîne dans ma PCAL (pile de classique à lire) depuis un demi siècle xD je tente ou pas ?? ai-je vraiment envie de me séparer de Bones ou de mes highlanders (non non non non non…) ?? ahlala trop de livre et trop peu de temps….

  14. Commentaire n°14 posté par Angélique le 6 novembre 2012 à 19h44 a écrit :

    Parfait ! :D
    Il retourne donc au fin fond de la pile hahaha merci ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets