Les lectures de Cécile

11
jan

L’agriculture avait-elle toujours été aussi fascinante sans qu’elle s’en soit jamais doutée ?

puritaine-et-catin-copie-1.jpg

 

Bref, je suis veuve et je vis avec ma belle-mère. Comme on a pas beaucoup d’argent, je décide de travailler mais je trouve rien alors je continue de chercher. Chemin faisant, je fais peur à un homme en cheval, le comte Swartingham , qui tombe, s’énerve et qui s’en va. Finalement, parce que le hasard fait vraiment bien les choses dans les romances, c’est chez lui que je vais trouver un poste de secrétaire. En gros, il dicte, j’écris, il dicte, j’écris. Il est coléreux, autoritaire et surtout il est défiguré mais comme je suis pas une fille comme les autres, alors je tombe amoureuse de lui. Du coup, il dicte, j’écris, il dicte, on mange, j’écris, il dicte, on parle et moi je tombe amoureuse. Un jour, on se promène, je vois son jardin, je dis que j’aime les roses, que je voudrais des rosiers, on continue de marcher, il continue de parler, il me parle de l’agriculture, et moi je me demande si l’agriculture a toujours été aussi intéressante (ce que Cécile ne pense vraiment pas).  Et puis comme je suis curieuse, alors je fouille son bureau. Là, je tombe sur des factures d’un bordel à Londres, et, comme je suis une femme super intelligente, j’en conclus qu’il voit des prostitués à londres. Un jour, on se rapproche, mais finalement, il ne se passe rien et moi je suis frustrée. Le lendemain j’apprends qu’il part pour Londres, et donc, j’en conclus qu’il va voir des catins et je suis jalouse car c’est avec moi qu’il devrait coucher. Par chance, et comme le hasard fait bien les choses en romance, je recueille Coral, une prostitué trouvée dans la rue. Je la soigne, les gens me montrent du doigt, le médecin me dit de la renvoyer, je la garde, on me montre du doigt, je la soigne, elle m’explique que je dois mettre une éponge en moi si je veux pas avoir d’enfant (après le citron…), sa sœur débarque, elles me disent qu’elle me sont redevables, je refuse quoi que ce soit, elles insistent, je refuse, elle insistent, et finalement je trouve quoi leur demander.
Finalement, quand elles partent à Londres je pars avec elles et comme le hasard fait bien les choses dans les romances, elles arrivent à me faire rentrer dans le bordel où se rend le comte (vous commencez à comprendre le titre du livre ?).
Là bas, je m’habille comme un catin, je mets un masque, le comte arrive, il sent une odeur unique qui me grise, un mélange de transpiration, de vieux brandy et de musc, il m’observe, ne me reconnaît pas, me prends pour une catin, avec un masque, il m’observe, touche mon mont de venus, je gémis, il gémit, je veux l’embrasser, il me repousse puis me touche, je gémis, il gémit, me pénètre, je gémis, il jouit, je veux l’embrasser, il me repousse, part et me donne rendez-vous le lendemain. Après ça, je pense à lui, il pense à moi-la-secrétaire et s’en veut d’avoir couché avec moi-la-catin, sauf que comme il ne s’est rien passé avec moi-la-secrétaire alors il ne devrait pas s’en vouloir d’avoir couché avec moi-la-catin. Mais il ne peut pas s’en empêcher surtout qu’il a pensé à moi-la-secrétaire pendant qu’il couchait avec moi-la-catin.
Le lendemain, je le revois, il me regarde, je le regarde, il me trouve belle, je le trouve beau, il ne sait pas qui je suis, je porte toujours mon masque, il me touche, je le touche, il me touche, je le suce, il jouit, il me touche, je gémis, il gémit, me pénètre, je jouis, il jouit, il veut me revoir le lendemain. Le soir, il pense à moi-la-catin, en superposant le visage de moi-la-secrétaire. 
Finalement, je reprends mon poste chez lui, il ne sait rien, je ne dis rien, il pense à moi, je pense à lui, il pense à la catin, je pense à lui. Et puis, on se rapproche, on s’embrasse, il s’éloigne, je me rapproche, il se laisse aller, s’éloigne, m’offre des rosiers, je me penche et là, il me reconnaît comme la catin avec qui il a couché.
Il est blessé, je suis blessée, je pars, il ne me suit pas, je suis triste, il est triste, mais comme c’est une romance, tout s’arrange, nous finissons ensemble et avons même des enfants alors que je pensais que j’étais stérile, parce que, dans les romances, rien n’est impossible.
Bref, je suis Anna Wren et je suis l’héroïne de Puritaine et Catin.

 

Que dire de ce livre à part que je l’ai bien aimé sans pour autant l’adorer.
C’est sympa et divertissant, je l’ai lu très rapidement, mais je n’ai pas été touché plus que ça par les personnages, et l’histoire m’a quand même semblé vraiment tiré par les cheveux.
En gros (mais moins gros que le sexe du comte, rassurez-vous), j’ai passé un bon moment mais je n’en garderai pas un souvenir extraordinaire. Une romance qui fait bien son boulot : changer les idées et faire passer un agréable moment (sans trop de clichés, en plus !). 

 

 

Les trois princes, tome 1 : Puritaine et Catin – Elizabeth Hoyt
Editions J’ai Lu pour Elle – pages

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-l-agriculture-avait-elle-toujours-ete-aussi-fascinante-sans-qu-elle-s-en-soit-jamais-doutee-114260912.html

15 commentaires sur “L’agriculture avait-elle toujours été aussi fascinante sans qu’elle s’en soit jamais doutée ?

  1. Commentaire n°1 posté par Raistlin le 11 janvier 2013 à 07h44 a écrit :

    voilà, c’est bien ça, parfaitement bien résumé ! ^^
    mais pour me sentir plus « attachée » aux personnages j’aurais bien aimé qu’ils parlent plus souvent ensemble, et d’autres choses que de l’agriculture lol
    la scène de leur rencontre au début était pourtant prometteuse façon Jane et Edward Rochester … baboum…
    par contre, ce que j’avais bien aimé, c’est le récit-conte du corbeau en début de chaque chapitre, ça c’est une belle histoire comme je les aime !! MDR

    • Cess le 8 février 2013 à 10h01 a écrit :

      LOL je suis d’accord la première scène à la Rochester vs Jane était prometteuse… mais bon le soufflet est vite retombé !

  2. Ho myy!! Bon et franchement… même pas un petit « jouis pour moi » ?? suis déçue ! ;o)

  3. Commentaire n°4 posté par Saintonge le 11 janvier 2013 à 12h41 a écrit :

    Bonjour,

    je viens d’Au Boudoir Ecarlate

    trop drôle votre plume Cess !!
    j’ai bien ri, merci ;-)

  4. J’adore ton résumé !
    C’est fou ce qu’il donne envie… :/
    Heureusement, j’aime bien les romances d’Elizabeth Hoyt, alors j’irai jeter un coup d’oeil quand même ^^

  5. Même si tu as passé un bon moment.. je pense que je vais quand même passer mon tour… Weird comme histoire!

  6. voilà un résumé hilarant, qui rend très bien compte de ce qu’il se passe dans ce genre de livres… Merci pour ce bon moment de lecture (certainement plus intéressant que le livre lui-même)

    • Cess le 8 février 2013 à 10h05 a écrit :

      Merci Meldc :-)
      Je sais pas si mon résumé est plus intéressant mais en tout cas il donne une bonne idée du contenu du livre :-)
      Merci pour ton passage aussi !

  7. Puritaine et catin ? rRen que le titre vaut le détour…! Et puis j’adore ces billets « bref »…!

  8. Rho comment c’est un peu copié sur Jane Eyre, le début (elle lui fait peur alors qu’il est à cheval, elle travaille pour lui et il est autoritaire et colérique) !

    Le coup de l’éponge, ça m’intriguait, alors j’ai cherché…Eh ben ça existe pour de bon, l’éponge contraceptive XD.

  9. Comme quoi, ce qui compte, c’est bien la taille….

  10. J’ai adoré cette histoire ! C’est sûr que c’es un peu tiré par les cheveux mais j’ai trouvé ça sympa et original ! Et lui….. Miam… surtout avec les moutons… dans la rivière…. Bref, E. Hoyt c’est chaud bouillant et on passe un bon moment !!

    • Cess le 8 février 2013 à 10h11 a écrit :

      Les moutons dans la rivière ??? Purée j’ai lu trop de romances depuis, me souviens de rien O_o
      Et oui Hoyt, elle ose, niveau cul… j’aime bien !

  11. En effet, on sent bien que tu n’as pas trouvé ta lecture transcendante. Avec cette auteure, c’est orgasme assuré pour les protagonistes. Après les histoires ne sont pas toujours top.

  12. Bref, je suis une romance et Mlle P. ne me lira pas.

  13. Et je plussoie Sandy, même pas un ptit « Jouis pour moi »??…
    Déçue je suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets