Les lectures de Cécile

19
jan

La Maladroite d’Alexandre Seurat : un petit livre pour une grande claque

la-maladroite

Un petit livre pour une grande claque.
L’histoire d’une petite fille « maladroite » au point d’arriver régulièrement à l’école avec de nouvelles blessures sur le corps. 

Comment tu t’es fait ça ? Elle m’a regardée tout droit, comme elle faisait toujours, elle a souri, et elle a dit, Je suis tombée, et son regard disait, Maîtresse tu ne sauras jamais. Elle a ajouté, Je suis très maladroite, mais ce n’étaient déjà plus ses mots, c’était la ritournelle à servir en toute situation problématique.

L’histoire d’une famille qui nie, d’une petite fille qui cache la vérité, de ceux qui voient et ne font rien, de ceux qui font mais pas assez, ou trop tard, de ces autorités qui manquent de preuves et n’en cherchent pas davantage…
L’histoire d’une fille de 8 ans, maltraitée et malaimée.  

Les dessins de Diana étaient à son image, cabossés, déformés, bizarres, pathétiques, ils me prenaient au coeur. 
Une claque donc. Un coup de poing. Un livre qui secoue, qui nous fait nous interroger et qu’on lit avec une certaine distance car l’auteur donne la parole à divers interlocuteurs (tante, grand-mère, instituteurs, gendarmes, assistante sociale, médecins…) d’une manière assez froide, presque clinique. 
On tourne les pages tout en gardant une distance donc, ou tout du moins c’est l’impression qu’on a pendant une partie du livre…
Parce qu’au fur et à mesure de notre avancée, au fur et à mesure des témoignages, la tension monte, on commence à se sentir oppressé et à la fin on se rend compte en fermant le livre et en se le repassant en boucle que non, on n’a pas pas gardé tant de distance que ça finalement… 
Surtout quand on sait que ce récit est tiré d’une histoire vraie. 
Non. On est touché, on est secoué, on ne comprend pas comment ça a pu aller jusque là. 
Et on s’interroge : comment se fait-il que ce soit si dur de sauver un enfant maltraité ? 
 
Ils auraient dû voir, disent-ils, si eux ne voient pas, alors qui ? C’est tellement énorme. (…)
Au conseil général, nous travaillons dans un cadre précis qui nous est imposé, et nous accomplissons notre tâche en fonction des missions qui nous sont attribuées par la législation. Or le parquet n’avait pas donné suite, l’affaire avait été classée. Les décisions d’évaluations nous les prenons selon les éléments que nous avons, il y a un cadre à respecter. 

Un premier roman réussi qui ne laisse pas indifférent alors même – ou surtout car – il nous touche sans jamais nous livrer de détails physique de maltraitance. 

Un roman fort et à lire. 

Et si vous n’êtes pas convaincus, je vous invite à lire les avis de Noukette, LeiloonaStephie, CajouEmilie

 

10 commentaires sur “La Maladroite d’Alexandre Seurat : un petit livre pour une grande claque

  1. Oh j’aime ce genre de roman, hop, dans ma WL !

  2. Roanne le 19 janvier 2016 à 09h47 a écrit :

    Je note ce roman, même si je ne vais sûrement pas ni l’acheter ni le lire tout de suite.
    J’ai une voisine avec laquelle je m’entends bien qui est famille d’accueil, j’ai appris avec elle que la maltraitance prend bien des formes et c’est l’une d’entre elles que j’ai abordé dans Le cahier d’histoires (via Daniel). Je regrette d’ailleurs d’avoir dû abandonner ce projet faute d’éditeur, car j’aurais vraiment aimé écrire l’épisode dédié à Dany (donc de son point de vue), mais il fallait bien que je me fasse une raison. Il y a 1000 choses à dire sur le sujet et c’est très complexe.
    Dans le cas de Marina, ça a vraiment été dramatique. Le pire, c’est qu’on explique toujours pas pourquoi ses parents ne l’ont pas laissée à l’adoption ni pourquoi ils se sont ainsi acharnés sur elle personnellement (et pas sur ses frères et sœurs, qui doivent quand même être bien amochés au passage).

    • Oh la, ça aurait été en effet hyper intéressant comme livre / sujet !
      Quel dommage :(
      Le cas de Marina est vraiment tragique. On se demande surtout comment c’est possible que personne n’ait pu la sauver !

  3. C’est étonnant de découvrir ton billet maintenant car il y a deux jours la bibliothécaire (et amie) me l’a mis dans les mains ! Je le lirai, mais plus tard.

  4. Un roman fort et à lire, je suis d’accord avec toi.

  5. Julia le 19 janvier 2016 à 13h11 a écrit :

    La page wikipedia fait froid dans le dos…

  6. Ouch, ça a l’air très dur, cette affaire. Je le note tout de même ;)

  7. Tu donne envie de le découvrir mais j’hésite j’hésite…
    Encore plus depuis que tu dis que ça vient d’une histoire vraie…

  8. Il cogne fort ce premier roman, difficile d’en sortir indemne…!

  9. Un sacré bouquin, une grosse claque en effet ;)

  10. un petit livre pour une grande claque, c’est exactement ça! Fiou!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets