Les lectures de Cécile

25
avr

Kafka sur le rivage – Haruki Murakami

Kafka sur le rivage

J’ai souvent lu, à propos de ce livre « soit on l’adore, soit on le déteste »…
Je viens donc déroger à cette règle car c’est mitigée que je ressors de cette lecture particulière s’il en est.

 

On suit la quête de Kafka Tamura, quinze ans, qui s’enfuit de chez lui pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui.

D’un autre côté, nous suivons le parcours de Nakata, vieil homme devenu simplet suite à un accident et dont le destin l’entraînera vers Kafka.

 

C’est indéniable, l’écriture est superbe. Poétique. Les métaphores sont belles. On ne s’ennuie pas pendant les 635 pages qui font ce roman.
J’ai été absorbée par l’histoire. J’ai été conquise par le style de l’auteur.


Les histoires et l’alternance des 2 quêtes dynamysent le récit. Les personnages secondaires sont tout aussi attachants que Kafka et Nakata.  Oshima, le réceptionniste d’une bibliothèque qui prend Kafka sous son aile, Mlle Saeki, avec son passé, et ses démons à affronter et Hoshino, ce chauffeur poids lourd, pas très intelligent qui s’attache à Nakata, l’aide dans son parcours et qui arrive à nous faire souvent sourire…

Autant de personnes qui aideront nos héros dans leurs quêtes, leurs questionnements, mais qui nous, ne nous ont pas aidé à démêler le vrai du rêve…


J’ai aussi, et surtout adoré que le « Bizarre » ne le soit pas, que l’on trouve on ne peut plus normal que Nakata puisse parler au chat et que des poissons tombent du ciel. On passe du rêve à la réalité sans vraiment savoir où commence l’un et où s’arrête l’autre.


Alors pourquoi suis-je partagée après cette lecture ? Malgré la beauté du récit, malgré la quête, passionnante, de ce jeune homme de 15 ans, malgré les métaphores, les sublimes descriptions de paysages, les interrogations que nous nous posons tout au long du livre, je crois que je n’ai pas perçu toute la dimension de ce que j’ai lu.

Je n’ai pas tout compris, je suis ressortie avec des questions, je suis restée sur ma faim, j’aurais aimé avoir des réponses que j’attendais, j’aurais voulu un aboutissement clair à la quête de Kafka. Et je ressors avec un sentiment de frustration.

Il reste en effet beaucoup de mystères et je crois que je ne suis pas arrivée à comprendre toutes les métaphores, tous les rêves, toutes les « délires » de Murakami.

Cela dit, là où, dans un autre contexte, j’aurais posé le livre en me disant que l’auteur avait abusé de substances hallucinogènes, je suis ici admirative de la plume de Murakami qui arrive à mêler moments et images décalées avec des sujets graves comme l’amour (impossible), la mort, la frontière entre la vie et l’absence de vie, la tragédie oedipienne… 


Et pour ceux et celles qui l’ont lu, voici, entre autres, les sentiments et questions qui me « hantent » depuis la fin du récit. 

Attention, spoilers:

Nakata et Kafka qui ne se rencontrent jamais : j’attendais pourtant cette rencontre depuis le début ! Quelle est la conclusion de la quête de Kafka ? Lui suffisait-il de pardonner à sa mère ? Est elle mlle Saeki ?

Que représente (métaphoriquement) la « chose » sans forme qui sort du corps de Nakata à la fin ? 
Que s’est il passé exactement le jour où Nakata est tombé dans le coma ? Et le père de Kafka, cette histoire de chat tué dont il mangeait les cœurs, je ne sais pas, mais je ne comprends pas ce qu’elle apporte exactement dans le récit…

Fin Spoilers.


Retrouvez les avis de mes co-lectrices de LC  :
Gaya, Melisende, Sollyne, Felina


 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-kafka-sur-le-rivage-h-72496813.html

19 commentaires sur “Kafka sur le rivage – Haruki Murakami

  1. La fin semble en effet ne pas faire l’unanimité. C’est franchement spécial et c’est donc inévitable :)
    J’ai comme toi, beaucoup aimé que le « bizarre » ne le soit pas ^^

  2. Règle absolue en ce moment : éviter les bouquins de plus de quatre-cents pages.
    Donc, la découverte de ce livre n’est pas pour tout de suite.

  3. Je suis contente que tu aies aimé l’écriture de Murakami !
    Mais je comprends aussi ton sentiment mitigé à la fin de cette lecture ;)

  4. Je le lirais un jour… je le lirais !
    bon sans rire, il vaut peut-être mieux commencé par d’autres romans de l’auteur, histoire de s’habituer un peu à son univers ? Ou bien il faut accepter de ne pas tout saisir et c’est eventuellement un livre à relire plus tard ?

    • Cess le 26 avril 2011 à 09h36 a écrit :

      Je ne pense pas le relire même si c’était une très belle écriture.
      Adalana est mieux placée que moi pour te dire si tu devrais commencer par un autre livre.
      Pour ma part ça n’a pas été « compliqué » de lire celui là en premier. Mais je reste sur ma faim, c’est sûr. Je ne sais pas si c’est comme ça dans tous ses livres !?
      Voilà une belle réponse constructive ! :)

  5. Pour ma part, je n’ai pas cherché à avoir des réponses, j’aime bien le fait qu’il nous laisse dans l’expectative sur certains points. Je ne me rappelle pas bien de certains trucs dont tu parles par contre, il faudrait que je le relise pour voir.

    Pour Sandy, effectivement, ce n’est pas « Kafka… » que je conseillerais pour découvrir Murakami, je pense qu’il vaut mieux s’orienter vers ses premiers romans.

  6. Relecture dison dans 10 ans !
    commencer par celui-ci ou un autre… je verrais selon l’envie du moment je pense et le premier qui rejoindra ma PAL !

  7. On se programme une LC pour dans 10 ans ?! Mouarf !

    • Cess le 26 avril 2011 à 10h43 a écrit :

      Pourquoi pas, vu que tu l’auras lu d’ici là et qu’il te faudra aussi quelques années de pause pour le relire :)

      PS : Je sens que tu as autant envie de bosser que moi ce matin ! :)

  8. Je n’ai lu qu’un roman de l’auteur qui ne me laisse aucun souvenir quelques années après, bref je crois que je ne retenterai pas !

  9. 10 ans… ça fera … 2021 !! O_o OMG !!
    ps : ha ça se voit tant que ça !? ^^

    • Cess le 26 avril 2011 à 11h20 a écrit :

      Hiiii ça parait loin et très « futuriste » 2021 !!!
      Oui un peu, on passe et commente les même blogs depuis ce matin ! LOL :)

  10. Il est très dur de parler de ce livre …
    Tout comme toi, je suis ressortie de cette lecture avec de nombreuses questions.
    Cependant, même si je n’ai pas trouvé de réponses précises, ça ne m’a laissé aucun sentiment de frustration.
    En effet, je pense que notre questionnement sur la quête de Kafka aboutit à un « ensemble » de réponses, plutôt floues. & c’est vrai que cela peut laisser une impression d’inachevé au lecteur.

    Enfin, plus je parle de ce livre, plus je me dis qu’il est très spécial. ^^
    En tout cas, ton avis sur ce roman est intéressant. :)

    À très bientôt !

    • Cess le 26 avril 2011 à 12h10 a écrit :

      Merci :)
      Je comprends aussi qu’on puisse ne pas être frustré ceci dit, mais moi ce sentiment d’inachevé m’a laissé un petit goût amer :)

  11. 2021, c’est clair, on est en pleine science fiction là ! ;o))

    J’ai pas trop eu le temps ce week-end, j’en profite pour faire mon petit tour !

  12. Bon, même si la plume à l’air très belle, ce livre ne me tente pas beaucoup, je passe donc * pour le moment, un jour peut être je changerai d’avis ‘ou pas^^)*

    Et youhou ! tu l’as enfin fini ;)

  13. Je proposerai à Sandy une lecture commune. Ton billet a su susciter ma curiosité et je vais le lire, à la fin de l’année peut-être. Je voudrai trouver les métaphores. As-tu déjà lu Kafka ? Parfois tu lis sans trop comprendre et tu te perds entre les mots. Tu as une petite angoisse lancinante comme dans un cauchemar qui te taraude. J’ai l’impression que c’est le genre de ce livre. Entre « Le château » et « La métamorphose ». Biz…

  14. Tu ne précises pas si tes bras se sont musclés pendant cette lecture?…^^

    L’écriture a l’air très spéciale en effet…Mais ça a l’air beau également!
    Je me laisserais certainement tenter…(le jour où je remettrais la main dessus…ou le jour où je finirais par le racheter!)

    • Cess le 28 avril 2011 à 08h27 a écrit :

      Pfffu le pavé ! :) 
      Bon il est sorti en poche, il vaut mieux que tu le rachètes je pense :) car la version que j’avais était lourde…  
      Je pense que tu aimeras !  

  15. Moué, déjà vu le nombre de pages ça ne me dis pas trop mais si en plus je ne saisi pas tout ça ne va pas le faire… je passe mon chemin!

  16. Tu résumes très bien toutes les questions que je me suis également posée. Je vais essayé de te donner les réponses que je me suis faites.
    Je pense que Saeki est la mère de Kafka. Qu’elle a disparu longtemps dans le village de la forêt, et que ce voyage a permis à Kafka de comprendre sa mère s’il ne lui a pas pardonner. Son père reste un grand mystère pour moi, mais je me demande si le truc de l’âme des chats n’a pas un lien avec Nakata et son coma (lequel je sais pas). La chose qui sort de Nakata est soit un truc d’extraterrestre soit sa part d’enfance et d’innocence. La conclusion de la quête de Kafka est qu’il a appris à vivre avec ses sentiments et que des gens tiennent à lui (en gros). Mais après chacun y met ce qu’il ressent.
    C’est pas clair, hein… mais c’est génial.

    • Cess le 2 mai 2011 à 13h23 a écrit :

      Le village dans la forêt je pense que c’est « l’entre 2 mondes » Saeki et Nakata y sont allés, et en sont revenus ( les 2 ont une moitié d’ombres).
      Ce qui me gêne si c’est sa mère c’est le fait qu’elle couche avec. Je penche plus sur le fait que c’est comme « sa demi soeur », pas sa « vraie » mère mais qu’en se posant la question, la prophétie à lieu.
      Quant à son père avec l’âme des chats, je pense que c’est qqc que voit Nakata mais qui n’est pas réél…
      Et ce qui sort de lui à la fin, serait ce « ce qui » l’habitait depuis son enfance qui a fait qu’il est devenu « stupide » ?!!
      Ah la la, compliqué quand même :))

  17. J’ai eu exactement la même lecture que toi. J’en ai conclu que Murakami laissait l’imagination de son lecteur clore ce livre mais ça m’a perturbée !

  18. J’ai également beaucoup apprécié ce roman. Certes il laisse un peu le lecteur sur sa faim sur certains points, mais il faut se dire que ce n’est pas un livre comme les autres, où l’on trouverait un dénouement ou une fin à proprement parler. J’ai en tout cas adoré la plume de l’auteur, ainsi que la dimension foisonnante de ce texte.

  19. Non je ne l’ai pas lu. Mais j’ai vu des critiques assez partagées à son propos, donc ce n’est pas vraiment d’actualité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets