Les lectures de Cécile

30
jan

I’m good with my hands. Will you let me give you that ?

15760001.jpg


J’avais entendu beaucoup de bien sur ce livre et il ne m’a pas fallu longtemps pour me laisser convaincre de le lire.
Joss est une fille qui a perdu sa famille à 14 ans.
Quand le livre commence, elle vit à Edimbourg, a 22 ans et traine de sacrées casseroles.

 

Dans ce livre on trouve de tout : amour, sexe, amitié, douleur, décès, tentative d’oublier… et… est-ce que j’ai mentionné que le sexe était chaud bouillant ?

I tilted my head to the side with a wry grin. « you’re good with the words, I’ll give you that ».
« I’m good with my hands. Will you let me give you that ? ».
 

Franchement j’ai dévoré ce livre qui est assez addictif. On suit l’évolution de Joss, on voit sa carapace tomber, on suit ses interrogations et ses doutes, son ouverture à sa colloc Ellie et à son frère, Braden. On comprend aussi ses doutes et ses peurs.

Dès que j’avais 5 minutes, j’avais envie de me replonger dans cette histoire et pourtant, ce ne sera pas un coup de coeur comme pour les copines.

Car finalement, aussi prenant ce livre soit-il, je ne me suis pas attachée plus que ça à Joss et Braden.

On apprend finalement pas vraiment à les connaitre, et l’auteure n’est pas arrivée à me toucher vraiment avec ses personnages.


“Asshole.”
“Just for that, I expect you to wrap that dirty mouth of yours around my cock tonight.” He narrowed his eyes on me.
I couldn’t believe he’d just said that to me in a fancy restaurant where anyone might overhear. “Are you kidding?”
 “Babe,” he gave me a look that suggested I was missing the obvious, “I never kid about blowjobs.”


Joss a des réactions assez agaçante, pas forcément très crédibles et n’a pas su vraiment susciter mon ampathie malgré son passé.
J’avoue aussi que, très rapidement, je n’en pouvais plus de la savoir « wet » (mouillée). Non mais sérieusement, les auteures, est-ce qu’on est vraiment o-bli-gé de savoir à chaque fois, à quel point vos héroines mouillent ? Vraiment ???

 

“Braden, I don’t want anything to happen between us. »
He raised his eyebrow, clearly unconvinced.
« Tell that to your damp knickers, babe.”

 

Quant à Braden, on comprend vite qu’il est beau et que c’est un très bon coup, mais ce n’est pas parce qu’on le sait qu’on le ressent. Braden à un côté autoritaire, sûr de lui et possessif qui aurait pu me faire craquer si il m’avait un peu moins fait penser à Christian Grey.
Ceci dit, on peut bien lui laisser qu’il a de bonnes répliques et qu’il sait faire grimper la température…

 

“Let me rephrase.” He took a seething step toward me. “When it comes to you… I don’t like to share.”

 

Enfin, j’ai trouvé un peu dommage le côté « mélodramatique » de la fin, avec Ellie, que j’ai trouvé inutile. On avait pas vraiment besoin de ça pour accrocher à l’histoire.
Ceci dit, ça reste un très bon moment que je conseille aux personnes qui sont fans de ce nouveau genre qu’est le New Adult. 

 

 

On Dublin Street – Samantha Young
Kindle – 414 pages.  

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-i-m-good-with-my-hands-will-you-let-me-give-you-that-114863840.html

10 commentaires sur “I’m good with my hands. Will you let me give you that ?

  1. Après le Young Adult, le New Adult… Mouais… je vais continuer à lire du Adult en attendant de passer au Old Adult…

  2. Et bien, les dialogues sont directs ma foi ! Malgré tes bémols je suis tentée.

  3. Commentaire n°3 posté par Syl. le 30 janvier 2013 à 16h08 a écrit :

    Tes billets me suffisent. Mais un jour, j’en lirai un… traduit bien évidemment !

  4. Effectivement, le degré d’humidité de la petite culotte des héroïnes ne présente aucun intérêt…parce que nous, tout ce qui nous intéresse, c’est la taille de l’outil du mââââle concerné, voyons ! XDD

    Sinon, je ne suis pas vraiment tentée par ce titre…Même si j’ai pas mal vu le nom de Braden circuler chez certaines blogueuses anglophones ces derniers temps :D

  5. Un genre qu’il va falloir que je découvre.

  6. Huhu. Tu me tentes bien!!
    On Dublin street ou Undeniable?…
    :)

  7. A lire les aventures de Stéphanie Plum en VO, je me rends compte que mon niveau à bien progresser (bon d’accord, savoir dire menottes et cochon d’inde, ça aide pas tout les jours mais pour le reste, j’ai assuré à lire tes passages en anglais).

    • Cess le 8 février 2013 à 11h20 a écrit :

      Si tu comprends les passages de ce livre, tu peux lire tous les livres de ce genre hein…
      Et plum en anglais : pas trop compliqué ?

  8. C’est pas facile, facile. Y a pas mal d’argot et en plus c’était pas sur la bouquinette. Le bazar avec le mini harrap’s d’un côté et Stéphanie Plum de l’autre. Faut être motivée.

  9. je l’ai dévoré hier soir (je ne pouvais pas m’arrêter sans en connaitre la fin même si on s’en doute :D ) et j’ai eu un coup de cœur pour les personnages et leurs histoires. Je vois tout à fait tes points négatifs mais c’est vrai que je suis totalement passée au travers tellement j’étais prise par l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets