Les lectures de Cécile

20
juil

Fhurie’s best of

tome6

 

Je vous l’ai promis, vous l’attendiez avec impatience, je l’ai fait.
Vous connaissez tous ma passion pour les comparaisons et métaphores de notre auteure préférée JR Ward ?
Du coup, pour vous, en exclusivité aujourd’hui, je vous ai sélectionné le meilleur du meilleur, la crème de la crème du 6ème tome de la Confrérie.
Les carottes sont cuites (aucun rapport, je sais. J’avais envie de caser cette phrase depuis ce matin. Mon prof de math disait toujours ça avant que nous entrions en cours quand il allait nous faire une interro surprise)(je ne me souviens plus du cheminement de mes pensées pour arriver à cette phrase. Peut-être que je devrais arrêter l’herbe rouge moi aussi ?!).

 

*****

– Ecrasant le mégot de son joint, il chercha l’un des deux qu’il venait de rouler et découvrit qu’il les avait déjà fumés.
à Quand on vous dit que fumer des pétards endommage la mémoire à court terme…
 


*****

La réalité était bien plus intimidante que le concept. Quarante femelles. Quarante.
Quatre fois dix, putain !
à Au moins il sait encore multiplier, c’est déjà ça.  

 

 

 

*****

 

– Son père, Aghonie, le giflait avec sa main aussi large qu’une poêle à frire 
 poele
à Non mais sérieu, une poêle à frire. Vous imaginez la TAILLE DE LA MAIN ??? 

 

 

 

*****

 

 

– La voix de Cormia figea sa respiration et ses pas – mais pas sa verge.
à Classe

 


*****

 

– Fhurie expira comme si on lui avait débouché le cul.

à Très classe.

 


*****

 

– John Matthew mit la main entre ses jambes et empoigna son érection dure comme du bois. La chose l’avait réveillé comme d’habitude, aussi fiable et fièrement dressée que ce putain de big Ben.
à Une comparaison qui dépasse toutes mes attentes. Mais où va t-elle chercher tout ça sérieusement ? 

 


*****

 


– La ford focus avait des airs de vieillard. Elle sentait aussi la naphtaline et la peau morte.
à Non, JR Ward n’a pas de préjugés ni d’idées restreintes sur les personnes âgées ! 

 


*****

– Première phrase du livre :
C’est une erreur commune de croire que le temps n’est qu’une fuite stérile dans l’infini. Jusqu’à la seconde où il rencontre le présent, il reste malléable, comme s’il était fait d’argile et non de marbre.
à Ward est aussi philosophe et nous n’étions même pas au courant ?! Pourquoi personne ne m’a informé ?

 


*****

 


– Pour lui, se battre ressemblait à un costume Tom Ford : cela lui allait comme un gant et il en tirait fierté.
à ah d’accord. Chacun son truc après tout. 

 

 

*****

 


– Ses poumons se gonflaient et se dégonflaient avec tout l’enthousiasme de deux fumeurs de shit un lendemain de concert des Grateful Dead.
à càd avec peu d’enthousiasme je pense.

 

 

***** 

 


– En ville, au Screamer’s, Flhéau faisait bon usage des toilettes privés.
Et pas parce qu’il pissait un coup. (amies de la poésie…)
Il était enfoncé jusqu’à la garde dans cette blonde du bar, la tringlant par derrière pendant qu’elle se tenait au lavabo.
(Un grand romantique ce Flhéau.)
(quand il finit sa petite affaire, la fille, qui n’a pas encore pris son pied, aimerait qu’il s’occupe d’elle et il l’envoie chier )
Sous le choc, elle se mit à cligner des yeux comme un poisson hors de l’eau (ça cligne des yeux un poisson ?).
– Je ne comprends pas.
Ouais, visiblement, elle avait loué Pretty Woman et se retrouvait face à Gorge profonde. (méga giga LOL).
– tu m’as laissé t’emmener ici, te remonter la jupe et te baiser comme une chienne. Et ça te surprend que j’en aie rien à foutre ? Qu’est-ce que tu croyais qui allait se passer, pour être précis ? (Vraiment classe ce Flhéau, on en sucerait, mangerait tous les jours.)


***** 


– Le courage du cœur peut rendre un mâle plus grand et plus fort qu’il n’est physiquement.
à Ward, poétesse dans ses heures perdues. 

 

*****

 

– Il glissa délibérément ses pouces dans la ceinture de son jean et le remonta lentement.
Quand son érection se montra aussi clairement qu’une colonne de marbre, Xhex baissa les yeux et il sut ce qu’elle regardait : il était bien loti, à la mesure de ses deux mètres. Et ça, c’était sans érection. Avec, il était carrément énorme.
à Je comprends pas, il en a une d’érection (cf début du paragraphe) ou il n’en a pas ?
C’est moi, ou c’est pas clair ?

 

 ***** 

 

 

– Quelqu’un mit de l’opéra dans la maison. Quelqu’un d’autre changea pour du hip-hop, Dieu merci. Quelqu’un fit couler une douche. Quelqu’un passa l’aspirateur. Encore.
La vie.

à ou pas j’ai envie de dire.

 

*****

 


– Dernière phrase du livre :

« Je t’aime à jamais » n’avait pas toujours besoin d’être prononcé pour être entendu.
à Ah bon ?

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-fhurie-s-best-of-108276081.html

24 commentaires sur “Fhurie’s best of

  1. mdr ahhhhh j’adore ! :)
    merci pour ces bons souvenirs de lecture LOL

  2. Commentaire n°2 posté par Camille fantasme le 20 juillet 2012 à 09h25 a écrit :

    Excellent… comme d’hab quoi !!! chaque billet est encore plus drôle que le précédent, je pense que tu as trouvé ta voie, Cess… pour mon plus grand bonheur !!! By the way, je commence Easy today ;) Bisoussss

    • Cess le 20 juillet 2012 à 10h13 a écrit :

      ah ah merci… :)
      Et Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii JE VEUX DES MAILS CAMILLE JE VEUX DES MAILS JE VEUX DES MAILS JE VEUX DES MAILS !!!!!

  3. Revivre ma lecture à travers toi, c’est juste excellent. Merci, merci, merci. :)

  4. Mouahaha, je me marre ! J’adore tes commentaires. Faudrait quand-même comparer avec la VO pour être sûr…!

  5. Excellent ! Faudrait en faire un comme ça pour chaque tome ! J’adore :

    Sous le choc, elle se mit à cligner des yeux comme un poisson hors de l’eau (ça cligne des yeux un poisson ?)

    Mais tu m’étonne !!!! Qu’est-ce que c’est que ces comparaisons à la c… ?? Bon, en fait je l’avais lu aussi celui-là, mais c’est vrai qu’on a du mal à s’attacher aux personnages, un peu fadasses on va dire… Par contre, le reste est pas mal. Je trouve que ça marque un tournant. Les personnages secondaires, leur histoire, les interactions avec les méchants de service… Apparemment, le prochain tome serait nettement plus…miam !! J’attends avec impatience de lire ça !

    • Cess le 20 juillet 2012 à 13h36 a écrit :

      Oui je suis d’accord, comme je le disais dans mon billet précédent, sur ce livre, si le couple est nul, le reste de l’histoire est vraiment pas mal… :D
      J’ai bien aimé les autres histoires et perso de ce tome !!! :)
      Je crois que je vais lire la suite…

  6. ça se passe de commentaires!! elle écrit ça de manière sérieuse?? jespère que non!! a quand ton avis sur le tome 5 des kate daniels??? je l’attends avec impatiente!!:)

    • Cess le 20 juillet 2012 à 13h37 a écrit :

      Oui elle est sérieuse, et si tu lis mon billet précédent, tu verras que c’est pas le pire ! lol !
      Pour KD5, pas de billets car pas encore lu même si je l’ai déjà acheté !

  7. mdr merci ^^
    bon je viens de tester la résistance de mes points de sutures, et ça tiens toujours mais merci =D

    • Cess le 20 juillet 2012 à 23h54 a écrit :

      LOL tu as vu le billet d’avant ? c’est celui là le VRAI sur Fhurie :D :D 
      Contente de savoir que tes points tiennent !  

  8. ahh j’étais sur que tu l’avais lu je sais pas pourquoi! j’avais commencé à lire le tome 1, dark lover, y’a peut être deux ou trois ans, mais j’ai pas dépassé les 50 premières pages, je trouvais ça trop nul!!

  9. Que de poésie ! j’adore ! ;-)

  10. Commentaire n°10 posté par Julie le 20 juillet 2012 à 16h34 a écrit :

    Aaaaaah les comparaisons de Ward. Y a que cela de vrai!!! la preuve vivante que le ridicule ne tue pas. (ok j’en suis une aussi mais la elle me bat)

  11. Tu me vaccines à vie pour cette saga! Je me suis explosée de rire dès la première citation alors comment réussir à lire ce livre sans me ruiner en mouchoirs XD

    Et c’est quoi ce truc de la poêle à frire?? Elle n’a pas le sens des réalités cette dame je crois lol

  12. « Le débouchage de cul » makes my day !! Mouah ah ah !

  13. Commentaire n°13 posté par Devil-s-advocate le 20 juillet 2012 à 22h17 a écrit :

    À chaque fois que je lis tes billets sur la Confrérie, je n’arrive pas à croire que tu arrives à apprécier la série. Non mais, ces métaphores-là honnêtement, elles méritent un nouveau Award à elles seules!

    Super billet, comme d’habitude, décidément je m’y ferai jamais avec J. R. Ward.

    • Cess le 20 juillet 2012 à 23h51 a écrit :

      Au début je n’appréciais pas et puis finalement, ça commence à vraiment me plaire…
      As tu lu le billet précédent ? J’explique pourquoi ça commence à me plaire :) :)  

  14. Un article qui m’a fait rire… et qui m’effraie !! En effet, je n’ai pas encore commencé cette saga, et j’ai les 2 premiers tomes dans ma PAL…
    J’avoue que j’hésitais déjà beaucoup selon les critiques que j’ai lu, mais tes citations me laisse perplexe >_

    • Cess le 20 juillet 2012 à 23h49 a écrit :

      LOL là j’ai vraiment choisi les pires du pires…
      Ceci dit, si tu ne veux pas être découragée, ne lis pas le dernier billet, ni les autres que j’ai écrit sur cette série :D  

  15. La main de la taille d’une poêle à frire ne m’étonne pas vu la taille du tour de cuisse de Kholer dans le 1 et la taille du sexe d’autres dans les autres tomes ! J’ose même pas visualiser les monstres que doivent être ces guerriers ! Genre un mix de Troll et de géant ! :D
    En tout cas, merci pour cette bonne partie de rigolade !

  16. Ces extraits me font hurler de rire!!!
    Quelle poésie, quelle classitude….
    T-T

  17. Non mais allez avoue que tu en inventes…parce que là certaines sont trop grosses pour être vraies :D ! Et non je ne parle pas des verges (non figeables hihihi) des guerriers mais bien des métaphores de Ward !

    Elle écrit encore plus mal que je ne le pensais, et pourtant avec tes billets, j’avais déjà un solide aperçu du potentiel de la dame ! Je me demande bien comment son éditeur peut laisser passer des trucs pareils :)

    Cela dit, celle du poisson qui cligne des yeux ce n’est pas d’elle, je l’ai déjà vue à plusieurs reprises…Et je suis pratiquement sûre de ne jamais avoir vu un poisson faire ça, ils n’ont pas de paupières, si ?

  18. Je pense qu’une femme qui fait réfléchir autant de personnes sur les poissons dans les commentaires ne peut pas être un mauvais auteur (et d’ailleurs moi aussi je me demande si ils ont des paupières).
    Je ne verrai plus Big Ben de la même façon.
    En tout cas, ca me donne fhurieusement envie de lire le tome 1 !

  19. mouhouuuhouu !!!! j’en peux plus !! Gros fou rire pour la 5 !! Et celle avec la blonde (en fait, là, ce sont tes commentaires qui m’ont fait hurler de rire !!)
    Nan mais je m’interroge quand même… comment tu arrives à lire ces livres en entier !!???

  20. Ca n’est carrément pas POSSIBLE ! La traductrice se venge de quelque chose.

  21. Merci pour ce concentré de poésie et de philosophie.

  22. Maintenant je sais pourquoi je ne lis pas ces livres et ne les lirais jamais ^^
    Merci pour ces fous rire !

  23. Mouais mais nan :-p J’ai trop de livres à lire, donc je pense que je vais faire l’impasse sur ceux-là ^^

  24. Commentaire n°24 posté par Laurie le 28 décembre 2012 à 19h04 a écrit :

    Reprenant tous les billets sur la confrérie un par un, mon commentaire arrive un peut tard. Encore de bons fous rires et une grande perplexité : les proportions physiques des héros semblent augmenter (de partout) à chaque tome. Sachant que nous sommes parties d’un Kohler qui faisait 2m (de partout donc), je finis par plaindre les héroines… Même si elles semblent toutes avoir un QI de bulot.
    J’ai également remarqué que John a sacrément évolué depuis le tome où sa plus grande aventure était de regarder une fille dans les yeux. Et ses réparties semblent aussi classes que celles de autres. Alors qu’il est muet.

    Je continue mes fous rires, rendez-vous au prochain tome. :-))

    • Cess le 10 janvier 2013 à 09h50 a écrit :

      Oui John a beaucoup évolué, et j’ai envie de dire, tant mieux :-)
      Ses réparties sont mythiques aussi. Tout est mythique de toutes façons dans ces livres. Ward ne se refuse rien, c’est sûrement le plus drôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets