Les lectures de Cécile

28
jan

Demonica tome 1 : Plaisir déchainé – Larissa Ione

demonica,-tome-1---plaisir-dechaine-1289012-250-400

**** Attention ! Risque de SPOILERS sur l’histoire et sur les personnages ****
Bon bon bon. Par où commencer ?

Vous avez d’un côté Eidolon qui est un démon à moitié incube, à moitié je sais plus quoi (mais si je ne l’ai pas retenu c’est que c’est pas essentiel). Donc, Eidolon l’appolon est à moitié incube et à moitié démon autre chose.
Il va sur ses 100 ans et s’approche dangereusement du s’genesis (à vos souhaits).
Qu’est-ce que le s’genesis vous demandez-vous à juste titre car vous sentez que c’est important ?
Un groupe de musique qui chante « I can dance» dont le chanteur phare est Phil Collins ? Non. Ça aurait pu, mais non. (Vous sentez que je vais être super drôle aujourd’hui ? Tant mieux.)

Le s’genesis c’est une période de transformation. Notre démon atteint une sorte de maturité sexuelle et s’il ne trouve pas une compagne avec qui passer le reste de sa vie, il changera et deviendra une bête sans intelligence, ne fonctionnant plus qu’à l’instinct. En d’autres termes, il deviendra un démon obsédé par le sexe. (Difficile d’imaginer qu’il pourrait l’être plus mais bon ne soyons pas mauvaise langue)
A savoir : « Un mâle post-s’genesis ne pouvait pas se contrôler en présence d’une femelle fertile et prenait aussitôt la forme de celle-ci pour tenter de la séduire. Et si cela ne fonctionnait pas il la prenait de force. »
C’est seulement moi ou si quelqu’un prenait ma forme et mon apparence cela me ferait plus flipper que cela ne me séduirait ?

 

Elle s’appelle Tayla  :

– Tayla est une Aegis qui est un groupe de guerriers qui avaient juré d’exterminer les démons. (c’est une ennemie de Eidolon donc)
– Elle est à demi démon (mais ne le sait pas)
– Elle se mouvait avec une grâce mortelle (avant de lire Demonica, je ne savais pas que la grâce pouvait être mortelle, maintenant, je le sais.)
– Elle a un furet qui s’appelle Mickey et qui court qui court le furet, le furet du bois joli.
– Elle ne vit que pour tuer des démons, car la haine était tout ce qui l’aidait à survivre (mais bientôt ce sera les orgasmes)(Merci Eidolon, tu mérites une petite gâterie pour la peine).
– L’enfance de Tayla n’avait pas été si rose. Dans les bons jours, elle avait dormi sur une paillasse et pour Noel, elle recevait un jouet d’occasion… quand elle avait de la chance. Elle avait eu faim et avait dû se protéger des pochtrons presque tous les jours. (comme quoi la vie d’héroïne n’est pas toujours faite de joie, d’orgasmes et de skitles aux gouts de raisin).
« Après ça, elle a vécu dans la rue. Et elle a fait ce qu’il fallait pour survivre. Ce n’était pas joli. » (car c’est bien connu, on ne peut que se prostituer pour survivre).
– Tayla n’a jamais d’orgasmes à part quand elle se touche.
– Je répète, Tayla n’a jamais d’orgasme.
– Je répète : Elle feignait l’orgasme comme d’autres faisaient semblant de rire d’une blague foireuse. (mais ne croyez pas un instant que Eidolon et son saucisson se laisseront duper).
– Elle a divers goûts:
a) Sa langue envahit aussitôt la bouche de Tayla, et il grogna en découvrant le goût de la jeune femme. Il était à la fois audacieux et malicieux, comme l’odeur de son excitation. (oui son goût est malicieux, le coquin).
b) Elle a un goût à la fois sucré et salé, de miel et de feu de l’enfer. (nous pouvons en déduire que le feu de l’enfer a un goût salé)(comme le sperme quoi).
– Quant à son odeur ? Elle avait un parfum à la fois suave et mystérieux, de clou de girofle et d’agrume. (pas si mystérieux que ça donc) (en fait elle sent comme du vin chaud quoi)

 

Mais lui ? Il n’a pas de particularité vous étonnez-vous ?
Bien sûr que si.
J’y viens.
– Ses yeux à lui changent de couleur quand il est excité. Avant ils avaient été bruns, du ton chaud et velouté d’un bon café (peu importe que le café soit de couleur noire, ne pinaillons pas)(ayons des orgasmes plutôt, c’est meilleur pour la santé)(Moi je fais une fixette sur les orgasmes ?). A présent, ils étaient dorés, hypnotiques et décadents (un adjectif qu’on utilise souvent pour décrire des yeux).
– Il sent le chocolat noir épicé. (on en croquerait et on se l’étalerait partout, graooou).
– Mais a-t-il le goût du chocolat noir ?
Ce que je peux vous dire c’est qu’il a un goût viril et audacieux. (il paraît que les goûts courageux sont les meilleurs, ça tombe bien).
– Il avait sauté des tas de femelles mais il n’avait jamais fait l’amour à aucune. Pourtant c’était ce qu’il avait fait avec Talya. (Il ment : il l’a fait sauter aussi « Il rejeta la tête en arrière et cria, donnant un tel coup de reins qu’elle fut soulevée du bureau. ») (lol).
– Il ne peut pas éjaculer en se touchant.
– Mais sa plus grande particularité c’est son sperme.

Oui mesdames. Car voyez-vous, son sperme est aphrodisiaque.  Ses petits spermatozoïdes ont comme des petits doigts (guili guili guili guili) « il lui sembla que des millions de doigts minuscules la caressaient, lui procurant un tel plaisir qu’elle ne pouvait que haleter et frissonner ».
Oui. Sa semence est «  très puissante, une stimulation à elle toute seule.
C’était comme si on la léchait, suçait, et caressait en la gardant au bord de l’extase, jusqu’à ce que le besoin de jouir devienne une torture. »
En gros ses spermatozoïdes doivent ressembler à ça, des petites mains baladeuses en plus :

sem demon
(Avouez que ça fait rêver).

 

Sinon un peu d’histoire ?
– Dans ce livre, il y a du cul.
Dès 7% donc quand Tayla débarque dans l’hôpital (spécialisé dans les démons et qui est caché des humains) d’ Eidolon (qui est médecin diplômé d’Harvard)(tout de même hein).
Elle est mal au point, il l’examine et se rend compte qu’elle est à moitié démone et bon après quelques heures, elle fait un rêve érotique.
Et là. Bam. Il la baise. Alors qu’elle représente tout ce qu’il déteste. (elle pendant ce temps croit toujours qu’elle rêve)(crédibilité : premier mot rayé du vocabulaire des auteurs).
Il lui déchire son sous vêtement (cliché du jour bonjour), fait sa petite histoire et continue même après car elle n’a pas jouit. Mais ça ne sert à rien. Elle ne jouit pas.
Ce qu’Eidolon à peine à croire, laissez moi vous le dire « – C’est impossible de ne pas avoir d’orgasme avec moi, retorqua-t-il, redoublant d’efforts. Ça doit venir de tes blessures. ».
Bon finalement il doit partir pour une urgence et elle se lève :
« Tandis qu’elle marchait, la preuve indiscutable de leur union charnelle se mit à couler entre ses cuisses, et elle se demanda pourquoi cela la picotait si agréablement, au point qu’elle aurait eu envie de se l’étaler partout ? » (really ??? Ça c’est encore un tour des petites mains des spermators ou je ne m’y connais pas).
Et c’est alors qu’elle se pose une question tout à fait légitime : « Qui était cet homme qui venait de la baiser si intensément ? » (mieux vaut tard que jamais il parait).

Bref après ça, il y pleins de cul mais pas d’orgasmes jusqu’à 70% rendez-vous compte.
Ça ne marche même pas quand il lui ordonne et qu’elle le veut, oh oui qu’elle le veut :

– Jouis, haleta-t-il, la voix dure (mais moins que sa queue rassurez-vous).
– Je le veux, oh, Seigneur, je le veux. (je compatis)
– Ça ne marchera pas. Ça ne marchera pas (elle secoua sauvagement la tête)(j’adore les héroïnes qui secouent la tête comme si elles étaient possédées). Merde !
– Je vais te donner ce que tu désires, lui jura-t-il.

Et Eidolon est un homme de parole (en plus d’avoir une grosse bite et des spermatozoïdes aux doigts de fée)(cet homme ne manque pas de qualité vous en conviendrez).
Bref, donc rassurez-vous elle arrive à avoir des orgasmes à la fin après qu’elle lui ait parlé de son traumatisme. (je ne dirais rien, je n’aimerais pas vous spoiler)(LOL).

Alors à part du cul, il y a :

a) des clichés :
– A moi, grogna-t-il contre sa gorge fine. Tu es à moi.
– Oui… oh oui !

Ou encore :

– tu es si mouillée, dit-il de sa voix grave qui la traversa comme un courant électrique. Prête et à bout de patience.

b) Des méchants qui kidnappent des démons pour vendre leurs organes au marché noir des humains
(A qui doit-on s’adresser pour avoir une bouteille de sperme de démons ?).

c) Des démons pas gentils-gentils :
– Trainée, dit-il d’une voix rauque. Sale traînée humaine. Je vais te bouffer les organes, les aspirer par ta chatte en t’écoutant hurler.
Ni très poétiques.

d) des phrases touchantes :
– Je ne te hais pas, déclara-t-elle d’une voix enrouée. Que Dieu me vienne en aide, je ne te hais pas (mais baise moi stp).

e) des tentatives d’humour :
– Merde, c’est une Buffy ! Je préférerais encore me faire un cadavre vieux d’un mois.
– Tu l’as sans doute déjà fait.
Wraith ricana.
– Au  moins, ça m’épargne le câlin obligatoire après coup.

f) des bruits qui résonnent étrangement :
Les bruits sourds de leurs corps contre le mur résonnaient dans la pièce et se propageaient jusqu’à ses testicules.

g) une happy end :
– Seul l’avenir compte maintenant. Grâce à toi, j’en ai un.
– Et grâce à toi, j’ai enfin le sentiment d’avoir ma place dans ce monde…

 

Alors ?! Que dire ?!
C’était pas mal. Un peu lent mais un univers original.
En romance paranormale j’ai déjà lu pire et j’ai beaucoup apprécié certains personnages secondaires.
En bref, je ne vais pas me jeter sur la suite mais un jour, pourquoi pas.

 

Demonica tome 1 : plaisir déchainé de  Larissa Ione. 
Editions Milady – 474 pages 

19 commentaires sur “Demonica tome 1 : Plaisir déchainé – Larissa Ione

  1. je suis moooooorte de rire. le coup des spermato qui chatouillent, c’est… je ne trouve même plus mes mots! Sais pas si je vais le lire du coup….

  2. Excellente chronique. Ce livre est dans ma PAL. Quand je m’y mettrais, j’aurais bien en tête ces spermators avec des petits doigts.

  3. Je ne risque pas de le lire, mais merci pour ce fou rire :D

    • Bonjour Cécile :) Bienvenue par ici !
      Je confirme : pas un indispensable à lire :-)
      Merci pour ton commentaire, contente de t’avoir faite rire :)

  4. Roh j’ai encore bien ri en lisant ton billet ! Et cela m’a étrangement donné envie de lire le livre :)

  5. Syl. le 28 janvier 2014 à 10h24 a écrit :

    Waouh ! Il n’y a que toi pour dire des trucs pareils.
    J’ai sursauté à :  » Eidolon et son saucisson »… Oh !!! Cécile !!!
    Encore…

  6. ah le retour des parenthèses… et des photos illustrant bien ton propos :D (je me souviens encore de celle du démonte-pneu, je ne risque pas de l’oublier ^^)
    Joli billet, la Miss, je passe mon tour (Eidolon s’en remettra sûrement ^^)

  7. Tu as le don de trouver les mots pour nous faire voir les livres, de RP notamment, de façon totalement unique ^^

  8. Magnifique!!! J’avais complètement oublié de quoi parlais le livre, mais tu m’en a rappelé les moments si particuliers? y en a pas, intense?y en a pas, marquant? y en a pas…. bref, l’histoire!

  9. Non mais la photo quoi…
    Le goût du vin chaud et du feu de l’enfer !
    Mouahahhaha

    Pourquoi t’infliges-tu de tel livre ? ^^
    Hormis pour le plaisir de faire ce type de billet of course :D

  10. J’ai très envie de le lire.
    ….
    Nan, je déconne ! :o)

  11. On se marre toujours autant avec tes billets. Merci Cess, un vrai petite moment de détente.

  12. Laurie le 28 janvier 2014 à 21h35 a écrit :

    Quelle poésie, quelle délicatesse dans les paroles et dans les gestes !!! Finalement ce sont sûrement les spermatozoïdes les plus attachants dans tout ça (le coup du guili guili, merci hein. J’ai failli cracher ma tisane sur mon clavier et mourir étouffée quand j’ai finalement avalé de travers. Une tentative meurtre ça Madame !!).
    Moi aussi la phrase où il la séduit en prenant sa forme m’a interpellé…. A moins que la femme soit portée sur le même sexe … De même que le bruit qui résonne jusque dans les testicules. Tu crois que le ou la traductrice a encore mal aux côtes à force de rire ?

    • LOL en même temps c’est vraiment l’image qui m’est venue celle du guili guili… :)
      Non mais même si tu es portée sur le même sexe, tu n’as pas envie de faire quelque chose avec ton double :)

  13. Absolument hilarant cet article, je ne lirai pas le livre, mais j’adore ta chronique !

    • Merci beaucoup Sissi :-) Et bienvenue par ici !!
      Si tu cherches des billets du même genre, clique sur le mot-clé « parenthèse » dans le menu à droite sur mon blog ! :)
      En tout cas merci de ton passage par ici ! :)

  14. Eeeeeeeeeeew pour ce livre qui m’a quand même l’air bien dégoûtant (oui je suis prude) et mouahahahaha pour ta chronique (mais une prude qui a un sens de l’humour salace) ! XD

    Le principe de prendre l’apparence de quelqu’un pour séduire ledit quelqu’un est effectivement curieux ! Bon cela dit, peut-être que ça marche sur les ultra-narcissiques ?

    Sinon, je rêve d’une héroïne rétorquant « encore heureux que je sois mouillée parce que sinon ça douille grave hein » parce qu’à la longue, ça devient lassant !

    Ah et c’est « I can’t dance », dear :)

  15. Ah, le mélange des genres a encore un bel avenir devant lui…..

  16. Catherine le 31 janvier 2014 à 09h07 a écrit :

    J’adore cette chronique.
    J’ai commencé cette série, ça se lit plutôt bien quand on est fatiguée…
    Par contre, pour les doubles, moi j’avais compris qu’il prenait l’apparence de la même espèce (ben oui, avec le nombre de type de démons qu’il y a dans l’histoire, c’est plus simple).

    • Hannnnnn ça doit carrément être ça pour les doubles LOL, je n’y ai même pas pensé en fait !!!! :-) Mais oui c’est ça !!!! Thanks…
      Et bienvenue par ici !

  17. christina le 1 février 2014 à 00h38 a écrit :

    je pense que tout le monde ici comprend pourquoi j’adore quand Cécile n’aime pas trop un livre

  18. Rinne le 15 février 2014 à 10h25 a écrit :

    Je le sais, je le sais pourtant que je ne dois pas lire tes post quand je suis au boulot. Après je me marre toute seule et je passe pour une folle (merci hein, je vais finir internée et sans PC du coup).
    Bref, comme toujours j’ai adoré ! Merci pour ces bons moments de lecture :P
    Et si tu trouves le marché noir des organes de démons, tu partageras ? (a)
    Bonne journée ~

    • Ah ah merci beaucoup Rinne pour ton message :-)
      Rien que pour ça je partagerai avec toi ce que je trouve au marché noir :)) ahahaha !
      Bonne journée à toi :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer parmi les billets