Les lectures de Cécile

6
août

Ces 10 « détails », dans un livre érotique, qui semblent exciter les lectrices du monde entier sans que je comprenne toujours pourquoi.


Top-10-Tuesday-copie-1
  65408451_p

Aujourd’hui, soyons fous et faisons d’une pierre deux coups en participant à la fois au rendez-vous Top Ten Tuesday, et également à celui de Stephie chez qui, le premier mardi du mois, toutes les lectures sont permises.
Aujourd’hui donc, je vous parlerai des 10 points (G)(ou pas), qui semblent exciter beaucoup de filles, sauf moi.

 

guide_des_erreurs_a_ne_pas_faire_au_lit
La clit-lit, ou quand la vulgarité excite (semble-t-il).

 

 

Entre Fifty Shades of Grey, Crossfire et Beautiful Bastard, j’avoue que je me demande sérieusement comment ces livres peuvent être dans le top 10 des meilleures ventes, et surtout comment ils peuvent être tant appréciés sans susciter (pour le moins) quelques « roulages » de yeux (surtout pour Beautiful Bastard j’avoue).

Je comprends que l’homme multi-milliardaire (toujours habillé en costard) qui baise tout ce qui bouge et qui n’est jamais tombé amoureux jusqu’à ce qu’il rencontre la fille « normale », comme vous et moi, celle qui va le faire changer du tout au tout, puisse être un rêve que beaucoup de femmes entretiennent au fond d’elle.

Ca, je peux donc le comprendre, mais j’ai plus de mal avec les 10 points suivants :

 

1. Le langage cru et vulgaire, pendant l’acte notamment.
Merde quoi, les filles, ça vous exciterait vraiment qu’un mec vous dise « sale perverse » ou « tu as une bouche de suceuse » pendant qu’il vous baise, pilonne, défonce fait l’amour ? Vraiment ?

 

2. Mâle dominant… ou pas.
Oh oui, moi aussi j’aime les beaux mâles alpha bien bossy. Je suis la première à lire (et à couiner sur) des livres avec ce genre d’hommes.
Mais la différence entre disons Curran et Barrons, par exemple, et Christian, Gideon ou Benett est de taille (et je ne parle pas de la taille de leur sexe vu que pour le coup, ils sont tous sans exception très bien montés)(manquerait plus qu’ils en aient des petites tiens).
Curran et Barrons sont sûrs d’eux, arrogants et bossy tout le temps (même pendant l’acte, et ce, même s’ils ne tombent pas dans le vulgaire), et sont donc de vrais alpha (qui n’ont pas besoin de fessées pour montrer leur domination, ni pour exciter leurs compagnes en leur faisant connaître la limite douleur / plaisir) mais surtout : et c’est là où je veux en venir (à part à l’orgasme donc) : ils le restent même une fois amoureux.

Christian, Gideon et Benett sont bossy et dominateurs surtout (seulement ?) quand ils baisent. Après ça, dès qu’ils sont amoureux, ils changent du tout au tout et deviennent pire que des serpillières (de belles serpillières soit, mais des serpillières quand même)(de celles dont on aimerait bien qu’elles nous nettoient)(de leurs langues)(comment ça vous m’avez perdu ?).
Ce que je tente donc d’expliquer, c’est que très vite, ils ne sont plus du tout l’alpha dominateur qu’on nous vend au début. Au contraire, ils sont prêts à tout changer pour la fille. Ils deviennent sérieux, monogammes, arrêtent de bosser (pour baiser donc), sont obsédés, mielleux, prêts à mettre leur fierté de côté et à supplier la fille de ne pas les laisser tomber etc…

Personnellement, je ne pense pas que j’aimerais que mon mec soit bossy à souhait mais si c’était le cas, et si c’est ce qui m’avait plu chez lui je n’aimerais pas qu’il change et devienne tout le temps mielleux à part dans le lit (ou sur une table, ou à son bureau, ou dans sa limo, ou… bon vous m’avez compris)(bref : quand il lui prend l’envie de me dire « jouis maintenant, femme ! » quoi).

 

3. Passé trouble ou psychopathe ?
Il était une fois, un homme au passé horrible, battu, violé, ou autre, qui n’a jamais fait confiance à personne et qui n’a jamais pu parler de ce dit passé.
Un jour, il tombe amoureux et là tout son monde et ses certitudes tombent (à contrario de son sexe) : il en vient à se confier, à tout raconter, à faire confiance etc…. Vous voyez le topo ?

Bon alors, oui, cet apollon brisé que seule une femme arrive à rassembler, je comprends que ça puisse faire rêver. On s’y voit, nous, être cette femme et arriver là où toutes les autres avant nous ont échouées. (A quoi bon un psychiatre quand on a une femme à l’écoute (qui en plus fait bien et de manière innée les fellations, je vous le demande ?) Donc OK. On comprend le truc.
Mais … quand même !
Entre l’un qui va jusqu’à tuer un homme qui embête sa copine, l’autre qui ne veut pas qu’on le touche et qui continue de voir la personne qui l’a initié au SM pendant deux tomes et demi (tout en pensant que ce n’est que de l’amitié), et le dernier qui passe son temps à déchirer des culottes (et des vêtements) et à les stocker, je ne sais pas vous, mais moi, je me dis que vraiment, si mon mec avait un de ces comportements, ça ne me ferait pas vraiment mouiller fantasmer. Au contraire, je trouverais ça limite flippant, non ?!

Et c’est sans parler du harcèlement dont font preuve ces beaux apollons au début du livre.
Ils suivent la fille, la harcèle, la mettent sur écoute, et ce, même quand elles leur disent clairement qu’elles ne sont pas intéressées.

Enfin, notons que si un mec tient l’échange suivant avec moi, il peut être sûr que je partirais en courant (et pas en direction de son entrejambe, si vous aviez un doute) :

–       Tu as quelqu’un dans ta vie ?
–       Ca ne te regarde pas.
–       J’ai envie de te baiser, alors oui, ça me regarde….

Cette notion de possession « tu es mienne » (genre quand il jouit la première fois en elle ), est d’ailleurs, pour le moins, assez déstabilisante, voire carrément flippante, je trouve.

 

4. Le style
Il faut bien le dire, nous n’avons pas à faire à du Balzac quand on lit de la clit-lit.
Notez que je ne juge pas vu le nombre (très restreint) de classiques que je lis par an.
Mais quand même. Il n’y a pas beaucoup d’ émotions, ce n’est pas drôle non plus et j’irai même jusqu’à dire que tout est à la limite du dramatique.
Je ne sais pas pour vous, mais un peu d’humour ne gâcherait pas forcément l’intérêt ou l’intrigue de ce genre de livres non ?

J’irai même plus loin, on pourrait même être excitée sans que nos héros aient vécu plus d’horreurs dans leur jeunesse que princesse Sarah dans la sienne (oui on a les références qu’on a…), non ?

Finalement, pour conclure ce point, je vais citer ma copine B qui m’a dit, très justement que « le problème majeur des mommy porn vient du manque de style et d’émotions. Tous les clichés, même les pires, passent bien dans une romance quand tout est englobé dans un style sympa ».
Ca résume parfaitement ce que je voulais dire.

 

5. La première rencontre.
Oh my, la première rencontre.
L’homme est toujours en costard, toujours à la tête d’une multinationale alors qu’il n’a pas 30 ans, et la fille se ridiculise toujours quand ils se rencontrent.
Entre le café qu’elle fait tomber sur lui (à l’entrejambe bien sûr)(qu’elle s’empressera donc de nettoyer en frottant vigoureusement de bas en haut), et celles qui tombent à 4 pattes devant le héros, on peut dire que ces rencontres sont tout ce qu’il y a de plus crédibles.
Mais bon, on ne demande pas à une romance, d’être crédible n’est-ce pas ? Passons donc sur ce point et analysons ce qu’il s’en suit.

Le coup de foudre.
Vraiment, un homme trébuche et vous renverse du café sur vos seins, ou tombe devant vous et quand il lève les yeux, vous avez directement envie de coucher avec lui et de lui jurer fidélité ?
Vraiment ?

Profitons également de ce point pour parler de notre héros ?
Ne pourrait-il pas être un simple employé ? ou habillé en jeans ? faut-il forcément qu’il soit multi-milliardaire et qu’il ait une limousine avec chauffeur ?
Et, comme si c’était un problème d’être riche, doit-il forcément, être d’une générosité à faire pâlir Mère Teresa et donc organiser des galas de charité ?
Cela le rend-il plus humain ?

Enfin, j’aimerais bien comprendre comment notre héros, à la tête d’une multinationale (en plus d’être à la tête d’une queue majestueuse) (pardon pour ce moment d’égarement, je vais me reprendre), je disais donc, expliquez-moi comment notre héros peut passer tout son temps (et quand je dis tout son temps, c’est vraiment tout son temps) à baiser, et continuer à faire prospérer sa boite, hein ???
Parce que, soyons honnêtes, s’il y a un moyen de devenir riche tout en n’ayant que des orgasmes, j’aimerais le connaître. Merci pour le tuyau donc.

 

6. Ces petites phrases qui excitent. Ou pas.
Personnellement si mon homme me sort une des 3 phrases suivantes, ce n’est pas un orgasme qu’il risque de déclencher chez moi, mais plutôt un fou rire.
Et vous ? Quelle est votre sortie préférée et surtout, laquelle vous excite (merci d’expliquer en quoi également, sinon je vous fais fouetter le postérieur à coup de martinets, merci) ?

a- « Jouis pour moi » (maintenant !)(et non, tu n’as pas le droit de toucher ton clito pour t’aider à venir, car c’est moi qui te dis quand tu peux jouir).
b- « tu es mouillée »
c- « tu es étroite » (y’a même plus d’intérêt à être vierge finalement. Quel dommage, tout se perd)(sauf l’étroitesse, semble-t-il).

 

7. Ces petits rien qui font beaucoup (de plaisir)….
Nos héroïnes sont soit vierges (ou ont très peu d’expérience), soit elles n’ont jamais connu d’orgasmes dignes de ce nom.
Mais grâce à nos héros, des orgasmes à répétition, elles en auront en veux-tu en voilà. Et pas seulement car le mec est mieux monté qu’un cheval, non non, mais car il sait se servir de ses doigts et de sa bouche aussi. Ainsi, entre une femme sans expérience et un homme qui en a beaucoup, ça ne peut que donner des multiples orgasmes.
J’avoue, avoir au moins 5 orgasmes par rapport, ça a de quoi laisser rêveur.
Surtout que pendant ce temps, notre héros, lui, conserve son endurance. Soyez bien rassurées sur le fait que jamais, Ô grand jamais, il ne jouira avant vous, même après une belle fellation de votre part.

Ceci dit, même s’il jouit, notre héros étant un surhomme, il peut repartir directement pour 4 autres rounds sans jamais que son petit copain se fatigue.
En bref, notre héros a l’endurance d’un sextoy, la langue et les doigts en plus.
Royal, non ?

 

8. C’est fou ce que le monde est petit parfois.
Un détail m’a toujours fasciné dans ces romances, c’est le fait que dans une ville de je ne sais combien de millions d’habitants, nos héros se retrouvent toujours dans les mêmes endroits par hasard (ou pas… quand le mec est vraiment taré).
Le hasard fait vraiment bien les choses dans les mommy porn (et autres romances), car au début, ils se croisent tout le temps : dans un bar, dans un restaurant, dans une boite, dans une salle de sport… des lieux comme il y en a donc peu à NYC, n’est-ce pas ?

Mais, attendez, il y a mieux : l’ascenseur.

Ahhhhh ce bon vieil ascenseur. Imaginez : dans un immeuble de 20 étages, qui doit quand même comporter environ 6 ascenseurs, nos héros arrivent toujours à prendre le même ascenseur, et à s’y retrouver seul (à part quand l’auteur veut inclure un petit doigtage dans ledit ascenseur, en quel cas, c’est plus excitant si il est blindé).(car bon la fille doit se mordre la lèvre pour ne pas crier son orgasme, et ça, c’est on ne peut plus excitant)(comment ça vous n’aimeriez pas être touché devant des gens ? (et comment ça vous n’arriveriez pas à jouir en 30 secondes, temps moyen qu’il faut à l’ascenseur pour descendre?)(Ahhh, vous préférez vous faire sauter dans la cage d’escalier, c’est ça ?)(ne vous en faites pas, allons, c’est pour après demain, (vu que demain vous faites une fellation à votre héros sous son bureau) il faut  bien varier les plaisirs)

 

9. La fille au caractère bien trempé (mais pas autant que son sexe à la vue du héros, je vous rassure de suite).
Pourquoi les héroines de ces livres ont-elles si peu de caractère ?
Elles sont toutes, sans exception, censées être hyyyyper intelligentes et over diplômées mais il suffit que le héros leur montre leur petit engin pour qu’elle n’ait plus une once de caractère.
Quelque soit ce que le héros leur fait subir, elles ne peuvent se résoudre à le quitter.
Bon, OK, ça, ça arrive dans « la vraie vie », tous les jours et je suis d’accord, ça n’a rien à voir avec l’intelligence.
Mais ne peuvent-elles pas avoir un minimum de réparties ? au moins un tout petit peu ? ne peuvent-elles pas tenir tête aux héros plus d’une journée ?
Apparemment pas. Mais finalement, vu que le héros, rappelons-le, est aussi devenu une larve, ce n’est que justice.

 

 

10. L’histoire (enfin, histoire, on s’entend hein).
En gros l’histoire peut facilement se résumer à : Ils se rencontrèrent, se disputèrent, baisèrent et vécurent heureux en ayant plein de fric et d’orgasmes jusqu’à la fin de leurs jours.

Là où l’histoire varie, c’est au sujet des disputes. Là vous avez le choix :
– le héros qui interdit à la fille de traverser la rue toute seule + elle qui le fait = dispute.
– le héros qui dit à la fille de ne pas rouler des yeux, de ne pas se mordre la lèvre (ça l’excite trop vous comprenez), ou de manger plus + la fille qui n’écoute pas = dispute.
– le héros qui revoit son ex ou qui continue de la fréquenter + la fille qui est jalouse + manque de communication = dispute.
– Le héros qui cache quelque chose à la fille (pour son bien généralement) + la fille qui interprète mal ce silence et qui est un peu parano + manque de communication = dispute.

Voilà un petit aperçu non exhaustif des disputes qui sont, sachez-le, très éprouvantes pour nos héros. (mais je vous rassure le sexe de réconciliation le sera encore plus)(amen).

 

Conclusion : 1 héros torturé + 1 fille inexpérimentée et également un peu perturbée + beaucoup de sexe – un psy (car il ne faudrait surtout pas essayer de gérer le tout avec des professionnels) + beaucoup d’argent = un couple banal et amoureux comme vous et moi (sauf que la vie de ces héroines est quand même bien plus excitante (dans tous les sens du terme) que la mienne).

 

 

L’idée de ce top ten m’est venu après la lecture de Beautiful Bastard qui figure parmi les meilleures ventes du moment et qui est d’une vulgarité sans nom.
Sincèrement, je peux comprendre qu’on soit totalement prise dans ces livres, qu’on fantasme sur un beau mec qui pourrait subvenir à nos besoins… Je comprends qu’on soit excitée par le fait de faire l’amour partout et tout le temps avec un bel homme que tout le monde regarde… oui oui, franchement je peux le comprendre surtout que finalement, c’est le but des livres : tout est permis, tout est possible.
Mais, après la lecture de Beautiful Bastard, je me suis dis « merde mais les femmes adorent vraiment ce livre où le héros dit « tu as une bouche de suceuse » et autres jolis poèmes à l’héroine durant tout le livre ? »
Je me suis vraiment demandé ce qui plaisait aux lectrices après cette lecture.
Et donc, suite à ces 10 points, je vous le demande : aimeriez-vous, au quotidien, que votre copain vous parle comme une pute ? Et seriez-vous flattées qu’il tue un homme pour vous protéger ? D’ailleurs, même dans la fiction, la vulgarité vous excite-t-elle vraiment ?

NB : Princesse Chi-chi me fait (très justement) remarquer que ces points, pour la plupart, ne sont pas propres à l’erotica (remarquez qu’elle emploie le bon mot, contrairement à moi qui catalogue ce genre en clit-lit)(que voulez-vous, on est une princesse comme elle, ou on ne l’est pas, comme moi). Donc oui ces points reviennent dans d’autres romances mais tout de même, elles sont systématiques à ce genre. Non ?

Le débat est ouvert : j’aimerais votre avis, avec thèse, anti-thèse, synthèse. Un cuni de Gideon à la clé.

 

 

12
mar

Les 10 « fondamentaux » pour écrire un « Mommy Porn »

 

not-mommy-porn-its-sex.jpg

 

Rappelez-vous, je vous faisais un top ten des « 10 fondamentaux pour écrire une romance paranormale » il y a un an et demi.
Aujourd’hui, je vous propose le même top mais cette fois pour écrire du « Mommy porn ».
Alors, si toi aussi tu veux surfer sur cette vague du « clit lit » (merci Jérome pour l’appellation), voilà ce que doit contenir ta romance : 

 

1.Ton livre devra avoir un nom original.
Et pour ça, je te conseille deux pistes. Après « Dévoile-moi », « Regarde-moi », et « Delivre-moi » tu pourrais tenter « Déflore-moi », « Prends-moi » ou « Domine-moi ».
Sinon, après « 50 nuances de Grey » et « 80 nuances de Jaune », tu pourrais tenter le « 666 nuances de rouge sang» ou « zéro nuance d’orgasme ».
Pour ce qui est de la couverture, pas besoin de chercher très loin non plus. Après la cravate, les boutons de manchettes, le porte-clé, la ceinture, le masque et les menottes, tu pourrais choisir, une braguette de pantalon, un caleçon, un portefeuille, ou un gode. (ah non, on me susurre à l’oreille, d’une voix de velours, que le gode n’est pas un accessoire typiquement masculin, my mistake, pardon).

2. Ton héros devra être riche et jeune (pas plus de 30 ans).
Et quand je dis riche, c’est genre, vraiment riche. Du genre: il a des immeubles qui lui appartiennent, un chauffeur, et bien sûr il sera l’heureux propriétaire de la société ou de l’immeuble où tu travailleras. Si tu penses que c’est jeune, 27 ans, pour être à la tête d’une multinationale, ne t’en fais pas, tes lectrices ne seront pas dérangées par ce point. La seule chose qui compte c’est qu’il soit riche, et qu’il soit beau. (peu importe les moyens, seul compte le résultat)(et les orgasmes, bien sûr).

 

3. Mais ce même héros ne se contentera pas d’être beau à mourir, d’avoir une voix de velours à provoquer des orgasmes, et d’être bâti comme un dieu (ce que notre héros est assurément)(et pour cause, baiser 10x par jour, ça doit tenir en forme)(Je te vois lever un sourcil sceptique, mais si, il arrivera à travailler et gagner ses millions même en passant son temps à coucher: je t’ai déjà dis de ne pas t’encombrer avec ce genre de détails). Donc, non, ton apollon ne se contentera pas d’être beau et prisé (car oui toutes les femmes en sont folles et non jamais il n’est tombé amoureux)(jusqu’à notre héroïne bien sûr), il sera aussi dominant. Graaaou.
Soit vraiment dominant, du type je fais signer un contrat qui fera de ton héroïne sa chose, elle ne pourra plus manger que ce qu’il dit et quand il le dit, elle portera ce qu’il veut et surtout elle ne traversera pas la rue toute seule.
Soit dominant, plus en nuance (mais pas de gris), à savoir surtout, dans les actes sexuels.
Dans tout les cas, ton homme aime le contrôle. Et là aussi, peu importe si tes lectrices ne supporteraient pas un homme comme ça dans la vraie vie, car là, justement, ce n’est pas la vraie vie et quand elles fantasment, ce qu’elles aiment, c’est être dominées (et/ou fessées, les coquines).


4. Ton héros devra, et c’est une obligation, avoir un passé trouble et torturé. Sœur décédée, mère droguée, viol, coups et blessures, privé de nutella ou de coca dans sa jeunesse (ou comme l’auteur de ce billet, de peluche Popples) : tu peux y aller sans restrictions niveau malheurs et traumatismes car tout passe comme une cravache à la poste. D’ailleurs, plus ton héros sera traumatisé, plus ta lectrice aura envie de le réconforter et d’être la femme qui arrivera à lui chasser ses démons.


5. Pour faire rencontrer tes héros, tu pourrais, je dis ça comme ça, une simple idée, mais tu pourrais, par exemple, faire en sorte que la fille s’étale devant Appolon.
Ou parce qu’elle est maladroite et qu’elle trébuche, ou car elle se heurte à un mur (les abdos de ton héros en l’occurence). Quoi qu’il en soit, fais-la se retrouver les 4 fers en l’air. Il paraît que c’est un must pour donner envie à Apollon de la connaître plus en profondeur (si tu vois de quelle profondeur je veux parler). Peu importe, que nous, pauvres femmes mortelles, ne soyons pas gracieuses quand nous tombons et que nous donnerions sûrement plus envie de rire à un bel homme qu’à nous prendre, là, à même le sol, ce qui compte c’est que ça marche. Et c’est le cas. La chute comme entrée en matière, c’est prouvé, ça excite les hommes (sic).

6. Ton héroïne, quant à elle, pourra être banale, une femme comme nous toutes, en somme, ou elle-même traumatisée, selon ce que tu préfères. (Elle peut-être les deux aussi, ce serait panache). Dans les deux cas, une chose est sûre, elle devra im-pé-ra-ti-ve-ment être étroite, mouillée et toujours prête à recevoir ton héros de sorte qu’il puisse le lui dire 15x par tome, (au moins)(sinon ton livre risque de faire un flop). Car c’est bien connu, nous sommes toutes excitées quand on entend notre homme nous dire que nous sommes « si étroites » et si « mouillées pour lui ».

 

7. D’ailleurs, n’oublie pas que si ton héros est dominateur, ton héroïne sera une dominée et exécutera gentimment ce qui lui sera demandé.
Ainsi, elle jouira quand ton héros le lui demandera, toujours prompte à obéir.
D’ailleurs en parlant de jouissance : notre héroïne, qui jusqu’alors, n’aura soit jamais connu d’orgasme, soit jamais plus d’un par rapport (ce qui est déjà pas mal, j’ai envie de dire), n’en aura désormais jamais moins de 3 à chaque fois. Au minimum. (Pour un peu, il me prendrait l’envie de m’étaler devant un bel homme demain).
  

8. Bref, tu l’auras compris ton héroïne se révélera être une nympho.
Elle aime le sexe (y’a pas de mal ceci dit), elle aime faire des fellations (ce qu’elle fait, en outre, très bien) et elle n’a pas peur de le faire un peu partout, voiture, bureau, bateau, lit, ascenseurs etc… Quoi qu’il en soit, ton défi est de trouver le plus d’endroits où leur faire faire leurs petites histoires. Mais bon, sache qu’ascenseur et limousine, c’est déjà pris. Ainsi que douche, lit, hôtel, salon des parents du héros alors qu’une fête bat son plan ou dans une maison dans le jardin des parents. A toi d’être inventive. Surprends tes lectrices, fais les rêver (avec des boules de Geisha dans un soirée caritative, par exemple)(Ah non, on me dit que c’est déjà fait ça, pardon)!

 

9. Souvent, tes deux héros se disputeront. Soit à cause d’une ex (un incontournable l’histoire de l’ex copine qui réapparait et que l’homme n’arrive pas à complètement envoyer chier), soit par incompréhensions, souvent à cause de nons-dits. Mais finalement, peu importe la raison de la dispute, ce qui est important, c’est le « Make up sex ». La réconciliation sur l’oreiller.
Je dirais même plus, pas besoin de faire en sorte qu’ils communiquent et s’expliquent, s’ils baisent et que ton héroine à ses 32 orgasmes d’affilée, personne ne te demandera pourquoi leur problème n’est toujours pas résolu. Car, souviens toi, ta lectrice lit ce livre pour le cul pas pour savoir pourquoi ils se sont disputés.

 

10. Enfin, ton héros, si dominant, si beau, si arrogant, si sûr de lui soit-il au commencement de ta série (en bref tout ce qui a fait craquer tes lectrices au début) changera complètement et deviendra un gentil garçon bien rangé, plus du tout dominateur, absolument plus indépendant, je dirais même plus, totalement dépendant de ton héroïne et deviendra un garçon quelconque sauf qu’il sera toujours, en plus, bien membré et friqué.
Bref, ton héros va devenir l’exact opposé de ce qui faisait fantasmer tes lectrices à la base, et tout ça pour une fille. Et c’est là le vrai filon de ton livre.
Dans chacune de tes lectrices se cache une femme qui rêve secrètement qu’un homme intouchable et renfermé s’ouvre à elle (à l’instar des cuisses de ton héroine), et qu’il finisse par changer complètement pour elle et juste pour elle.

Enfin, et c’est là le petit bonus du jour, (rien que pour vous, vous le valez bien), faites durer le plaisir : même si votre intrigue pourrait largement tenir en un tome, écrivez en trois.
Vos lectrices seront heureuses de retrouver leur fantasme pour de nouvelles aventures (comprendre : parties de jambe en l’air) et vous, vous gagnerez le triple d’argent. Elle est pas belle la vie ?!

 

 mommy-porn.png

Voilà (aussi fou que cela puisse paraître quand on lit ces 10 points) la base d’histoires qui se vendent à des millions d’exemplaires.

Je vois d’ici les grandes fans de Gideon et de Grey s’insurger, mais je crois qu’ici, rien n’est dit qui ne soit pas vrai ! Ca ne veut pas dire que je juge, car moi-même j’ai lu et vais continuer de lire (et qui sait d’apprécier ?) ce type de livres. En vérité, votre dévouée ne faisait que lister quelques points communs entre toutes ces romances, sans point juger (ou à peine)(papillonne des yeux…)

Et pour les futures auteurs, vous voilà donc parrés, faites-moi signe si vous voulez que je lise votre future romance en avant première, je m’en ferais une joie toute orgasmique ! 

      Et pour finir, une vidéo à mourir de rire (oui j’ai l’humour facile):

<!–[endif]–>

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-les-10-fondamentaux-pour-ecrire-un-mommy-porn-116100175.html

22
jan

Les 10 commandements pour être une blogueuse littéraire dans l’air du temps – Quelques mois plus tard…

 

pizap.com10.53939144080504781335913034265

 

Souvenez-vous, il y a un peu moins d’un an, je faisais un billet sur les 10 commandements pour être une blogueuse dans l’air du temps.
Je parlais, entre autres de concours, de rendez-vous quotidiens, de SP où l’on remercie la maison d’édition dans le billet et j’en passe…

 

Aujourd’hui, la blogo a changé, évolué…
Les anciens commandements étant donc obsolètes, voici donc les 10 nouveaux commandements pour être une blogueuse dans l’air du temps.

 

Warning : Comme d’habitude, je ne vise personne en particulier mais plutôt tout le monde en général. Je m’inclus dans différents points, notamment le point 9 qui n’est rien d’autre que de l’autodérision.

 

1- Tu recevras des Service Presse mais tu ne voudras plus t’en vanter, donc tu remercieras moins les maisons d’édition dans tes billets. Tu n’oseras plus faire ce que tu trouvais « normal et respectueux » quelques mois auparavant. 
Ce qui est sûr, c’est que si tu en reçois beaucoup, tu ne liras plus que ça et tu ne pourras plus jamais lire ce que tu veux, car « tu as des billets à faire sur des SP en retard ».
Si, par contre, tu n’en reçois pas, tu te targueras de ne pas en avoir car tu penseras être une blogueuse libre.

2- Si l’année dernière, tu ne faisais pas de chroniques méchantes, cette année, tu te lâcheras et n’hésiteras pas à casser un livre et un auteur pour argumenter ton avis.
Tu ne feras pas la différence entre une critique objective et une critique méchante et qui se veut blessante. 

3- Tu tiendras un tumblr, comme une dizaine d’autres avant toi et tu reprendras finalement les mêmes idées que les autres. Par contre, que ton tumblr soit gentil ou plus incisif, tu ne diras pas que tu le tiens et tu garderas l’anonymat. Cela te permettra d’être plus méchante, de ne pas assumer tes propos, et surtout de voir la blogosphère perdre son temps à essayer de savoir qui tu es.
Quand tu décideras d’enquêter sur la mystérieuse identité de la personne qui tient un tumblr, tes soupçons iront directement aux filles qui disent ouvertement ce qu’elles pensent, sans penser que si elles le font ouvertement, elles n’ont pas besoin de se cacher derrière un tumblr.


4- Tu continueras de faire des concours pour gagner des marque-pages ou autres livres toutes les 5 minutes afin d’augmenter le nombre de like de ta page et pour avoir de supers statistiques qui prouveront seulement que personne ne lit ton blog, à part quand tu fais des concours. Mais tu te sentiras aimé, et c’est bien là l’essentiel.
Ceci dit, comme tu auras vu que des blogueuses se moquent des conditions de participation de tes concours, tu changeras les règles et ne demanderas plus à ce que tes concours soient partagés ni que ta page soit likée, car finalement, tu ne voudrais pas que la blogo cesse de te voir comme la gentille blogueuse que tu es. 
Dernièrement, tu penseras même à arrêter les concours car comme il y a des cons partout, une personne est même allée faire un procès aux organisateurs d’un concours après l’avoir gagné et que du coup, ça te fait peur. 
Heureusement, cette crainte va se tarir, et les concours vont continuer de fleurir, car, quand même, il ne faudrait pas que ta page n’ait plus de nouveaux fans.


5- Tu prendras part au drama de la semaine qui secoue la blogosphère. Tu t’énerveras contre la (mauvaise) traduction de certaines séries, contre la maison d’édition qui pense en terme de profit et qui ne veut pas perdre de l’argent seulement pour faire plaisir à 20 personnes qui finissent de toutes façons par ne pas acheter les livres en question car elles peuvent les avoir gratuitement en ebook. Tu t’énerveras contre les grands formats, contre la personne qui tient un tumblr et se moque (à raison ?) de la blogosphère, contre le fait que certaines personnes pensent que l’ebook est la mort du papier, contre les auteurs qui ne prennent pas bien des critiques négatives, contre les blogueuses qui s’énervent contre les auteurs en question, contre le fait que des filles aiment Fifty Shades ou à l’inverse car d’autres ont osé se moquer d’Ana, tu critiqueras les personnes qui lisent en VO en les traitant de snobs et si tu lis en VO tu traiteras les filles qui ne le font pas de fainéantes, et enfin tu critiqueras les livres érotiques car il y en a trop en ce moment et que pour toi ce sont tous des copies de Fifty Shades (L.O.L)… Bref, tu donneras ton opinion, tu n’en dormiras plus la nuit, tu écriras un statut qui concerne ce problème, tu commenteras un statut identique au tien chez tes copines et ainsi, tu seras impliquée dans la blogosphère.


6- Tu continueras les rendez-vous quotidiens et tu diras à tout le monde quel SP tu as reçu cette semaine dans ta boite aux lettres vu que tu as décidé de ne plus les mentionner dans tes billets et que ce serait quand même dommage que personne ne le sâche, tu nous diras ce que tu lis en ce moment, ce que tu as lu la semaine dernière et ce que tu liras le mois prochain, car les autres blogueurs risqueraient de ne plus dormir la nuit s’ils ne savent pas ce que tu lis.
Régulièrement, tu parleras de Barrons, mettras une photo de David Gandy (j’avoue il est sexy), ou de ton chat sur ton profil, et tous les jours, ou presque, tu posteras un statut sur un mâle fictif ou imaginaire.


7- Tu élargiras ton blog en demandant à d’autres personnes de faire des billets pour toi. Ainsi, ton blog ne connaîtra pas de passages à vide quand tu auras autre chose à faire que de lire ou d’écrire des billets et en plus tout le monde 
pensera que ton blog est super complet alors qu’en fait, ce n’est plus vraiment ton blog vu que les billets qui le composent ne viennent plus toujours de toi. 


8. Tu t’en prendras aux auteurs français en disant que les avis positifs qui fleurissent sur les blogs ne sont que des avis de leurs amis et tu critiqueras le fait que l’auteur essaye de se défendre quand elle lit des avis méchants sur ses livres. Tu ne penseras pas une seconde que la personne puisse être humaine et touchée quand elle voit un avis incendiaire (même si justifié) sur un livre qui lui a pris du temps et de l’énergie. Tu ne penseras pas non plus que les auteurs américains réagissent sûrement de la même manière quand leurs livres sont incendiés, et tu jureras qu’on ne t’y reprendra plus et que tu ne liras plus jamais d’auteurs français.
Si tu es auteur, par contre, et qu’on critique de manière négative ton livre, tu pourras toujours essayer de faire comme si tu n’étais pas touché, bien que ce soit impossible, mais tu finiras forcément par en parler à quelqu’un, et ce n’est pas sûr que ce quelqu’un ou un de tes fans, ne décide pas de lyncher l’auteur du billet pour te défendre.


9- Tu te targueras d’être une blogueuse libre alors que tu t’inscriras quand même à un concours, que tu planifieras pleins de lecture commune avec tes copines (ce qui fait que tu ne seras pas si libre de tes lectures que ce que tu veux bien en dire) et qu’il t’arrivera de lire ce que toute la blogosphère lit, au même moment qu’elle, ce qui prouvera que tu te laisses quand même porter par les SP ou par les sorties des maisons d’éditions, remettant par là-même la notion de liberté de choix de tes lectures.

 

10- Tu ne supporteras plus que certaines blogueuses se moquent de la blogo ou disent ce qu’elles pensent, mais au lieu de leur dire directement (vu qu’elles ne tiennent pas de tumblr et assument leurs propos) ce que tu penses d’elles, tu en discuteras avec tes copines par derrière.

 

******** 


Voilà, si toi aussi, tu te reconnais dans ces points, c’est que tu fais partie des blogueuses dans l’air du temps… si par contre, tu continues de remercier les maisons d’édition dans tes billets, que tu fais toujours des concours en demandant de liker ta page ou de partager tes concours, que tu ne vis pas les dramas de la blogo comme si la 3ème guerre mondiale venait de débuter, et que ton blog est rempli (seulement par toi) de tous les rendez-vous hebdomadaires possibles et imaginables, alors, je suis au regret de t’annoncer que tu n’es plus dans l’air du temps. You are dismissed. 

 


importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-les-10-commandements-pour-etre-une-blogueuse-litteraire-dans-l-air-du-temps-quelques-mois-plus-tar-114608761.html