Les lectures de Cécile

18
mai

Sa majesté a besoin d’une fille « puis-je ». Ce n’est pas moi.

couv15331666.jpg
 

Ca y est, le coup de cœur est là!

Je suis définitivement une Kate’s addict.

Ce tome 3 est encore meilleur que les deux précédents.

Déjà, grand pas en avant (pour la blonde que je suis), j’ai tout compris, aussi bien l’univers que l’histoire.

Tout est bien expliqué et on commence a vraiment en apprendre plus sur les pouvoirs et le passé de Kate. Et j’avoue ne pas avoir été déçue. Je prends vraiment beaucoup de plaisir à suivre ses souvenirs, à mieux comprendre ses peurs, ses démons, sa façon de pensée.

La mort me traquait, comme un ennemi aussi cruel que lâche qui me raillait et grignotait les bords de mon monde, me volant tous ceux que j’aimais. Elle ne se contentait pas de tuer, elle oblitérait. Chaque fois que j’étais distraite, elle m’arrachait un ami et le détruisait.

Si on ne voit pas souvent Curran, on ne boude pas pour autant notre plaisir, et pour cause : les personnages secondaires  sont mis en avant dans ce tome et ils sont vraiment intéressants.
Jim a le rôle principal et j’ai vraiment apprécié en apprendre plus sur le chef de la sécurité de la meute. 
Mon petit cœur a saigné pour Derek, (j’ai même versé ma larme), et j’ai vraiment adoré les passages avec Andrea et Raphael. Ce dernier a souvent été, durant les moments les plus tendus, une réelle bouffée d’oxygène. (Le passage où il tend un éventail à Curran, avant son combat, m’a fait hurler de rire). Et puis il y a aussi Dali, la tigresse végétarienne à moitié aveugle (LOL) et le dernier personnage secondaire à faire son apparition dans notre équipe de choc. Elle aussi m’a bien fait marrer. J’espère la revoir plus souvent.
Enfin, Saiman dont on ne sait jamais vraiment quoi penser depuis le premier tome à aussi son importance dans cette histoire, et, alors que nous en apprenons également plus sur lui, cela ne l’a pas pour autant rendu plus sympathique à mes yeux.

– Sa majesté a besoin d’une fille « puis-je ». Ce n’est pas moi.
– Une fille « puis-je » ?
Je m’enfonçai dans mon siège.
– Puis-je t’apporter à manger, Ta Majesté ? Puis-je te dire à quel point tu es fort et puissant, Ta Majesté ? Puis-je t’épouiller, Ta Majesté ? Puis-je te lécher le cul, Ta Majesté ? Puis-je…
Je me rendis compte que Raphaël était particulièrement immobile. Pétrifié, comme une statue. Son regard était rivé sur un point derrière ma tête.
– Il est juste derrière moi, n’est-ce pas ?
Andrea hocha lentement la tête.
– Techniquement, ça devrait être « pourrais-je » dit Curran d’une voix plus profonde que ce dont je me souvenais. Puisque tu demandes la permission.


Mais bon revenons à l’essentiel : si Curran n’est pas souvent présent, je peux vous dire que quand il apparaît ça vaut son pesant de skittles. Les scènes où il est là sont vraiment toutes excellentes. Lui et Kate continuent de se chercher, de s’envoyer des piques, de s’attirer puis de reculer… Entre eux, la tension est palpable, c’est électrique et j’adore ça. Je relis quasiment toutes les scènes entre eux. (et pas seulement celle du jacuzzi… mmmmmh)(call me crazy).


– Tu as gardé une clé de mon appartement. Connard. Tu viens souvent ?
– De temps en temps.
– Pourquoi ?
– Pour voir si tu vas bien. Ca me permet de ne pas attendre à côté du téléphone que tu m’appelles pour que je te sauve.
– Tu ne devrais pas t’inquiéter. Je préférerais crever plutôt que de t’appeler.
– C’est bien ce qui m’inquiète, dit-il.

L’histoire, quant à elle, est parfaite. Entre ce qui est arrivé à Derek, les jeux de minuit, la merde dans laquelle s’est mise Jim, le fait que Curran va devoir faire la peau à la moitié de ses amis, Kate partagé, les combats, les brides du passé de Kate, de Jim, de Saiman, l’entrée en scène de Dali, Raphael, Andrea, les quart de final, la demi final, la découverte de Hugh le chef de guerre de Roland… Oui, vraiment, l’histoire est parfaite.

 

Et, dans ce tome, on ne s’ennuie pas, on passe du rire aux larmes, on est tendu, capté, tenu en haleine, on se bat aux côtés de Kate, on admire son courage, on rit à ses répliques, on fond devant la possessivité et le sale caractère de Curran, on a peur pour toute leur équipe, on hallucine sur ce que fait Kate  à la fin, on retient notre respiration quand Curran revient après ça, bref, on vit cette histoire comme s’y on y était, et on adore ça.

– Tu es venu pour moi, murmurai-je.
– Toujours, me dit-il.
– Tu es vraiment stupide. Tu veux te débarrasser de la vie ?
– Je reste sur la brèche. Assurer ta sécurité me maintient en forme.

 

Je suis définitivement accroc.

Kate Daniels, tome 3, Attaque Magique – Ilona Andrews
Milady, 384 pages.  

Les avis de Nyx, Sabrina, Silverlining, Mycoton, Trillian, Aily

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-sa-majeste-a-besoin-d-une-fille-puis-je-ce-n-est-pas-moi-105383502.html

17
mai

Tu ne causes pas de problèmes. Tu causes des catastrophes.

1110-kate2-new.jpg 

Souvenez vous, je vous parlais il y a peu (c’est un euphémisme : c’était mon dernier billet) du premier tome de la série Kate Daniels, qui outre son univers un peu trop complexe (pour la blonde que je suis), m’avait totalement conquise…
Je n’ai bien sûr pas pu attendre plus d’une semaine avant de commencer le second tome.

Verdict ?

L’histoire m’a semblé encore plus compliquée dans ce second tome que dans le premier. Si je me suis faite au monde dans lequel évolue Kate (avec ses vagues tech et vagues de magie et autres termes particuliers), j’avoue que l’histoire et les mythologies exploitées et décrites dans ce second tome sont vraiment très compliquées. J’ai eu du mal à tout comprendre, entre les déesses, leurs « chiens », les sorcières, leurs rites, les pouvoirs de l’un, les pouvoirs de l’autres, la vision de l’une, la réalité, le tsunami de magie, etc… je peux dire que ce n’était, une fois de plus, pas évident, de tout assimiler et de tout s’imaginer…
Et pourtant, cette fois encore, j’ai réussi à faire abstraction de ce que je ne visualisais pas bien.

Tout simplement car l’action est à nouveau très présente voire continue, qu’il n’y a aucun temps mort et que l’on ne s’ennuie jamais. Kate est une héroïne que je prends beaucoup de plaisir à suivre. Elle continue de se mettre dans des situations pas possibles, et d’ouvrir sa bouche quand il ne faut pas… J’adore.

– Pourquoi moi ? dit-il finalement. Ta mission dans la vie est de foutre la mienne en l’air ?

Dans ce second tome, on en apprend plus (mais pas assez à mon goût) sur ses pouvoirs et son passé.
J’aime vraiment sa manière de pensée, d’agir et de répondre aux autres.

Un sourire lent, carnivore, naquit sur les lèvres de Curran.
– Non seulement tu coucheras avec moi mais tu diras « s’il te plait ».
Je lui décochai un regard outré.
Le sourire s’élargit.
– Tu diras « s’il te plaît » avant et « merci » après.
Un rire nerveux me secoua.
– Tu es devenu fou. Tout ce peroxyde dans tes cheveux a atteint ton cerveau, boucle d’or.

Sa relation avec Curran est toujours aussi jouissive, leurs joutes verbales sont absolument géniales, je jubile quand ils se cherchent, quand ils se chamaillent, ou qu’ils ont des discussions sérieuses.

– Y a-t-il quelque chose que je puisse faire ? Ne t’excite pas, ce n’est pas pour toi. C’est pour la gosse. Sans elle et le tsunami, je te jetterais par la fenêtre.
– Qu’est-ce que le tsunami a à voir dans cette histoire ?
– Je ne veux pas que ce soit interprété comme une perte de contrôle. Quand je te jetterai par la fenêtre, je veux qu’il n’y ait aucun doute sur l’aspect délibéré de mon acte.
 

Dans ce tome, outre l’action vraiment présente, je n’ai pas vu venir certains rebondissements et surtout, l’auteure est arrivée à me faire croire, pendant longtemps, que le gentil était le méchant et vice versa. Chapeau donc, je n’ai rien vu venir.

Quant aux personnages secondaires, ils sont toujours attachants. Je parle notamment de Derek, the kid, d’Andréa, et même de Julie qui est au cœur de l’intrigue.

En gros, toujours un bémol au niveau de la compréhension de l’histoire mais sinon je reste très proche du coup de cœur. J’ai vraiment un faible pour Kate. (et pour Curran).

 

Kate Daniels, tome 2, Brulure Magique – Ilona Andrews
Milady, 352 pages.  



importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-tu-ne-causes-pas-de-problemes-tu-causes-des-catastrophes-105345917.html

10
mai

Ici, minou minou

KD1

Kate Daniels est mercenaire. Quand elle apprend que son tuteur (qui représentait sa seule famille) a été tué, elle décide de trouver le coupable… 

Oui je sais, ce résumé n’est pas très long (et ne donne pas très envie, vous pouvez le dire) mais franchement, l’histoire est trop complexe pour être résumée en quelques lignes (et même en quelques pages). Et de toutes façons, je ne pense pas que vous y comprendriez un seul mot. (tout simplement car je n’ai pas tout pigé non plus). Vous ne me croyez pas ? Et si je vous dis que dans le monde de Kate il y a des vagues tech, et des vagues de magie, des fluctuations, des scans-m, que les vampires sont des non-morts pilotés par des nécromanciens, qu’il y a plusieurs sortes d’organisations et espèces, allant de la Guilde, à l’Ordre, en passant par la Division, le Peuple et la Meute, est ce que ça vous parle ? Non hein ? (Quand je vous dis de m’écouter…).
Dans le monde de Kate, la magie est présente, les créatures mythologiques sont aux rendez-vous, les changeformes, qui sont des lions, des hyènes, des rats et des loups côtoient entre autres vampires, mages et sorcières, dans un monde où nul ne sait quand la magie prendra le pas sur la technologie et ce qui découlera de ces moments où l’ère moderne cesse de fonctionner.  
Dans le monde de Kate, les gentils ne sont pas ceux que l’on croit, et les méchants sont de vrais méchants (qui ne sentent pas le talc) (oh ça va, si on ne peut plus faire d‘allusions du tout hein…).

Ce que j’essaye de vous expliquer (sans grand succès j’en suis consciente) c’est que l’univers de Kate est très riche et très complexe et que j’ai eu du mal à rentrer dedans car il n’est pas du tout expliqué.  Autant trop d’explications (tue l’explication), cela peut devenir lassant (comme le début de chaque tome de la série Fever qui reprend en détails tout l’univers), autant, pas d’explications du tout, c’est encore plus déstabilisant.
Car, voyez-vous, on se retrouve avec toutes sortes de termes incompréhensibles dont nous ne savons que faire, et si ce n’est grâce à Rose, Sabruhu et Silverlining, je serais encore en train de me poser beaucoup de questions. (Enfin, j’avoue, (non sans honte), que malgré leurs (supers) explications, ce n’est toujours pas très clair).  
Bref, tout ça pour dire que je comprends que cet univers complexe et non expliqué soit un frein à la lecture de cette série. Et pourtant, quel dommage se serait de passer à côté ou de s’arrêter après quelques chapitres par faute de compréhension !


J’ai adoré Kate. C’est une héroïne forte, casse cou, têtue, dotée d’humour et de dérision, ironique, qui n’a pas la langue dans sa poche, qui a beaucoup de pouvoirs (qu’elle cache) et qui sait ce qu’elle veut (et ce qu’elle ne veut pas).
Kate se hisse d’emblée aux côtés de Mac parmi mes héroïnes préférées, et pour celles qui me connaissent, ce n’est pas peu dire !

Et bon, bien sûr, il y a le personnage masculin qui me fait craquer et sans qui une série comme celle-ci ne deviendrait pas une de mes séries coup de cœur. Je vous demande d’applaudir comme il se doit : Curran…
Ahhhh Curran !! Que dire ? J’aime tout chez lui. Je l’ai aimé dès sa première apparition. Curran, c’est donc l’Alpha mâle dans toute sa splendeur : arrogant, sûr de lui, très très macho, ironique, fort et beau. (Et c’est aussi le chef de tous les changeformes).Tout ce que j’aime quoi.

Je me tournai pour partir et m’arrêtai avant le trou dans le mur en ruine.
– Une dernière chose, Votre majesté. J’aimerais un nom que je puisse mettre dans mon rapport. Quelque chose de plus court que « Dirigeant de la Faction Méridionale des Changeformes ». Comment puis-je vous appeler ? 
– Seigneur. 
Je roulais des yeux.
Il haussa les épaules. 
– C’est plus court.

Chacune de leur rencontre amène le sourire. Leurs prises de bec sont mythiques. J’adore.

Et bon, vu que mon avis commence à devenir très long, (pour finalement ne pas dire grand chose), je vais tâcher de faire vite et de résumer en quelques lignes ce que je n’ai pas encore vraiment dit :
Ce livre c’est donc : une héroïne géniale, beaucoup d’actions, pas de temps morts, une enquête sur un meurtre, un meurtrier qui veut semer le trouble entre vampires et changeformes, des rencontres, des personnages secondaires intéressants et pour certains, très particuliers,  des situations très drôles, un bon nombre de bastons, un baiser volé, un univers complexe, du mystère autour de l’héroïne (sur son passé et son pouvoir), et un personnage masculin tout ce qu’il y a de plus craquant.

Franchement, je vous invite fortement à commencer cette série si ce n’est déjà fait et ce, même si, pour vous, les couvertures ont de l’importance dans le choix d’une série (car celles de cette série sont tout simplement monstrueuses).

Les avis (très positifs) de Rose (?),  Silverlining, Sabruhu, Fashion, Yumiko, Mycoton 

Kate Daniels, tome 1, Morsure Magique – Ilona Andrews
Milady, 338 pages.  



importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-ici-minou-minou-104960698.html