Les lectures de Cécile

18
juin

Il s’adressa à la mort et cria: « Va te faire foutre! Je t’encule ».

 

LAL.jpg

ATTENTION : Spoilers présents dans ce billet.

Bonjour mesdames, messieurs.
Bienvenue à la finale de question pour un champion spéciale « romance paranormale ».
 

Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour

Cette finale oppose une fois de plus ShowDasse et HardDick.
C’est parti :  

Top :
Je suis un mâle aux yeux verrons, défaut qui m’a toujours valu d’être considéré comme un moins que rien par ma famille.
Chaque fois qu’un membre de ma famille me voyait, il « agitait les mains pour repousser le mauvais œil ». En temps normal ma mère préférait que je prenne l’escalier de service pour monter à l’étage et même les servantes refusaient de toucher à mes affaires.

Bippppp :
ShowDasse : Princesse Sarah ?
Julien Lepers : (essayant de ne pas soupirer trop fort) : Qu’est ce que vous n’avez pas compris dans le début de phrase « je suis un mâle » ? Non non, c’était une question rhétorique, ne répondez pas ShowDasse. Je reprends.

Top. Mon meilleur pote, Blay, a toujours été amoureux de moi et moi j’ai toujours refusé d’admettre mon attirance pour lui jusqu’à ce qu’il se mette en couple avec mon cousin.
Jusqu’à il y a un an, j’étais capable de « fourrer ma queue dans tout ce qui respirait, et même peut-être dans divers objets inanimés mais avec Blay, j’ai toujours fais ma vierge effarouchée ».
 

Biiip.
HarDick : qu’est ce que vous entendez par « objets inanimés » ? Est-ce que ça donne du plaisir ? Vous pouvez me donner des exemples que je puisse essayer ?
Julien Lepers : Heu, franchement, je ne sais pas ce que l’auteur imaginait en parlant de ça mais je ne tiens pas à le savoir. Je reprends.
HardDick : allez, fais pas ta pute Mec, partage, bordel.
Julien Lepers : (marmonnant : « en voilà un qui a lu beaucoup de Ward »…) Top : J’ai beaucoup de piercings, dont un sur la langue et un sur le gland. (gémissement de la part de SD) « Je brosse mes cheveux les jours de chance et comme eau de toilette, je ne porte que l’odeur de la poudre et du sexe. »

(Nouveau gémissement de ShowDasse, cette fois plus fort, mais JL décide de l’ignorer).

Quand le livre débute, cela fait presque 12 mois que je n’ai rien fait et que je ne me suis même pas branlé.

Biiiip :
HardDick: 
T’es pas sérieu mec?
ShowDasse : mais comment peut-il sentir le sexe alors ? et 12 mois ??? Il a peut-être besoin qu’on vienne le secouer ? sans mauvais jeu de mot bien sûr…
Julien Lepers: (tachant toujours de se contenir et de les ignorer) Top.
Je ne suis pas capable de supporter une émotion et je « ne suis pas très doué pour exprimer ce que je ressens avec des mots : je n’ai jamais été très doué pour rassembler des syllabes ».

ShowDasse : Mais comment il parle s’il arrive pas à assembler des syllabes ?
Julien Lepers : je pense que c’était une comparaison pour appuyer une idée, pas à prendre au premier degré. 

Top : Quand finalement, je baise avec mon meilleur pote, je me rends compte que « merde, après d’innombrables années passées à baiser, à me branler, à recevoir pipes et caresses, j’ai la sensation étrange de me laisser toucher pour la première fois. » (Soupir de ShowDasse suivit d’un « oh wow, c’est beauuuu ») Très vite, je suis sur le point de jouir « jusqu’à ce que je ne puisse plus me retenir, pas plus que quelqu’un sautant dans un précipice ne pouvait décider, dix mètres plus bas, qu’il préférait remonter ». (ShowDasse marmonnant : «mais pourquoi quelqu’un voudrait sauter d’un précipice ? ») et quand je jouis enfin, je le fais comme un véritable animal sauvage.


Biiiip :
HardDick : ça jouit plus fort qu’un animal domestique, un animal sauvage vous pensez ?
Julien Lepers : Pourquoi moi ?

Top, « je ne porte jamais de sous-vêtement, aussi ma queue est toujours prête à décoller » je suis, je suis….

 
ShowDasse: ohhh ouiiiiiiii.
Julien Lepers : interloqué :  mais, que faites-vous ShowDasse ?
ShowDasse : je suis désolée, j’adore les mecs nus sous leurs vêtements, ça m’excite.

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip. 
Je suis, je suis : Qhuinn !!!

HardDick : Qui couine ?
Julien Lepers : Personne, c’est le nom du personnage.
HardDick: Mais c’est pas un truc de fille ça, de couiner ?
Julien Lepers: Mais il ne couine pas, il s’appelle juste Qhuinn ! Purée mais vous ne comprenez vraiment rien hein… Non, non… Ne dites plus rien. Je reprends et essayez de vous concentrer ce n’est pas compliqué…

Julien Lepers: Qui suis-je ?
Top, je suis un mâle et j’ai toujours été amoureux de mon meilleur ami qui lui n’a jamais voulu coucher avec moi alors qu’il couchait avec tout ce qui bouge.
Quand je bande, mon érection a la taille d’un démonte pneu. 

Biiiiiip.
Julien Lepers : (dans sa tête : « je savais que cette phrase ne passerait pas inaperçu)(Puis à voix haute : ) Oui ShowDasse ?
ShowDasse : il a une érection de la taille d’un démonte pneu ??? vraiment ?
Julien Lepers : c’est ce qui est dit, oui, mais je pense que là aussi ce n’est pas à prendre au premier degré.
ShawDasse : Non mais quand même hein. J’en ai vu des grosses hein, mais de la taille d’un démonte pneu quand même….

demonte-pneu.jpg

ShowDasse : Y’a pas que le pneu que ça doit démonter…
Julien Lepers : Classe. Je peux reprendre ? Top.

D’après Qhuinn le savon n’est pas aussi doux que ma peau; et ne sent pas aussi bon que moi, très loin de là. L’eau n’est pas aussi chaude que mon sang de guerrier et le shampoing n’a rien d’aussi relaxant.
Quand Qhuinn se confie à moi car il est triste et qu’il me demande si je dois partir, je ne relève pas sa phrase car je ne tiens pas à partager la vérité :
« C’est-à-dire que des chevaux sauvages, des fusils armés, des démonte-pneus (on devrait peut-être demander à Ward d’ou lui vient cette obsession pour les démonte pneu), des tuyaux d’arrosage ou une charge d’éléphant, même un ordre royal n’aurait pu me convaincre de quitter la pièce. »

Biippp :
HardDick: c’est dangereux des tuyaux d’arrosage ?
Julien Lepers: Apparemment oui. D’après l’auteur du livre en tout cas.
HardDick: (sceptique) ah d’accord.
Julien Lepers: Top : Je viens d’une famille aimante, je suis roux aux yeux verts et ne souffre jamais quand on me pénètre à sec ce qui arrive tout le temps  (grincement de dent de SD) et enfin, quand je fais une fellation à un homme qui éjacule pendant 20 minutes d’affilée, j’arrive à tout avaler…. Je suis, je suis ????

Simultanément :
HardDick : Le mec éjacule pendant …
ShowDasse : Le mec avale pendant ….
HardDick et ShawDasse ensemble : 20 minutes ???!!!!
HardDick : putain 20 minutes, il doit être vider…
ShawDasse : putain 20 minutes, il doit avoir la gorge sèche après….
Julien Lepers : (s’étant jurer de ne pas hurler : il a accepté de présenter cette émission car le thème de l’homosexualité lui tient à cœur) et respirant à grand coups :

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.
Je suis Blaylock !

ShowDasse : comme dans readlock mais avec blay à la place ?

Julien Lepers: Heu, oui c’est ça. Bon concentrez vous, c’est la dernière question : 

Top : Je suis le 11ème tome de la Confrérie de la dague noire et le couple principal dont je parle est gay. Pendant 95% du livre, mes personnages font un pas en avant et trois en arrière et ne se disent pas ce qu’ils ressentent. Je parle également de Trez qui baise non stop jusqu’à ce qu’il tombe amoureux d’une élue (voilà qui est original), d’Assail qui est attiré par une humaine qui se fait kidnapper à la fin du livre (oui c’est la 8ème fois environ que ward utilise le kidnapping dans ses livres)(mais pourquoi inventer de nouvelles intrigues quand les anciennes marchent, je vous le demande) et de Xcor et Layla (qui est toujours aussi ennuyeuse). Dans mon livre le mot « mec » apparaît 240 fois en 590 pages (véridique), le mot bordel environ 190 fois et il est dit au moins 36 fois que la main droite est celle qui porte la dague de combat.
Un de mes héros va finalement coucher avec son meilleur pote qui le fait fantasmer depuis longtemps, puis va devoir piloter pour la première fois un avion, sans avoir pris de cours mais ne vous en faites pas il va y arriver sans problème car il a « regardé suffisamment de films pour savoir que l’espèce de levier était pour mettre les gaz et que le guidon en forme de noeud papillon était le truc qu’il fallait tirer pour monter et pousser pour descendre. Comme dans un jeu vidéo. » (amis de la crédibilité bonsoir).

 

Biiip.
ShowDasse : Mike giver ?
Julien Lepers : ShowDasse, on a déjà les noms des héros et là on cherche le nom d’un livre. Vous pouvez suivre un peu svp ?

Top. Dans mon livre, ce même héros retrouve son frère qu’il croyait mort dans un baril plein de sang de l’ennemi, alors qu’il se lève pour en sortir. 

Biiip :
HardDick : wow, comme dans « Le cercle » quand la fille sort du puits ?
Julien Lepers : Heu. Oui oui, c’est ça.

Top, enfin, une femelle voit son fœtus sauvé par je ne sais quel miracle, un homme est intronisé dans la confrérie, les mecs sont pénétrés sans lubrifiants et l’épilogue est particulièrement culcul.

Je suis ??????

 

Biiiiiiiiiiiiiiiip !
Je suis Lover at last ! Le 11ème tome de la confrérie…
Bon vu que vous avez été nul (mais je n’en attendais pas moins de vous), vous devrez revenir une prochaine fois vous départager…

 

Je vous laisse sur des sorties « à la Ward » pour bien finir cette émission…

 

1.  (un type qui vient de se faire une ligne de coke) « Avec ses yeux vitreux et exorbités qui s’agitaient et cherchaient à se concentrer, on aurait cru que le patron venait de faire une pipe à un beignet au sucre glace. » (Ou l’art de faire des métaphores très imagées. En plus d’être classe, s’entend. Et profonde.)(la métaphore, pas la gorge)(oups désolée).  
beignet.jpg 

2. Ward fait une analyse de la manière de toquer :  « On frappa à la porte d’un coup sec et arrogant qui exigeait d’entrer au lieu d’en faire la requête respectueuse. » Puis :
« Cette fois, ce fut quelques coups discrets et pleins de respect, du genre à suggérer que celui se trouvant là derrière était prêt à être renvoyé, qu’il se contenterait d’attendre, et qu’il espérait aussi une audience immédiate. Le tout en même temps. » (j’adore le « le tout en même temps »). 

3. Saxton préférait oublier sa peine dans l’orgasme que dans l’alcool. (et on le comprend). 

4. Quand Qhuinn croit qu’il va mourir dans l’avion :  « Que dalle! Il affronterait la mort en lui montrant les dents, le corps en avant, les muscles raidis, non pas de peur mais d’un plein chargement de… Il s’adressa à la mort et cria:
« Va te faire foutre! Je t’encule ».
(une manière comme une autre d’accepter sa mort si vous voulez mon avis. Avec classe et diplomatie). 

5. On apprend que « En fait, la seule chose sur terre que Kholer préférerait à son chien, c’était sa reine. » (au moins sa femme est plus importante que son chien. C’est déjà ça. Pas très sympa pour ses frères de la confrérie, mais déjà ça)
6. Après la fameuse fellation de Blay à Qhuinn
– Alors, s’enquit Qhuinn. Tu me donnes quelques chose à sucer en guise de remontant ? (indice : Qhuinn ne parle pas de sucettes ni de bonbons)

7. Dans le contexte du langage, certains mots avaient plus d’importance que d’autres. Certains mots étaient puissants, historiques; certains faisaient la différence entre la vie et la mort. Il y avait des mots à multiples syllabes qui réclamaient une parfaite énonciation pour émaner correctement d’une bouche; des mots déclenchaient des guerres, d’autres signaient la paix. Il y avait même des mots poétiques ou ésotériques qui, en quittant les lèvres, résonnaient comme une symphonie. (Ward serait-elle diplomée de philosophie ? on nous aurait caché ça ?? 

8. Qhuinn eut l’image mentale d’un chiotte se vidant de son eau… Lorsque tout son sang disparut de son cerveau, le choc fut brutal. (Ward, poétesse à ses heures perdues)

9. Le mâle lui marcha droit dessus. Quand il fut face-à-face, les yeux rivés dans les siens, il déclara:
– Je veux toujours te baiser.
Les sourcils de Qhuinn s’envolèrent si haut qu’il s’étonna presque de ne pas les retrouver sur le tapis. Instantanément, il banda. (tu veux pas récupérer tes sourcils avant ?)

10. On ne choisit pas sa famille. Parfois, on l’aime. Parfois, on la hait. Mais elle vous est aussi vitale que l’oxygène pour vivre. (plus de doute, Ward est vraiment une philosophe dans l’âme.)

11. Trez en parlant de l’élue dont il est tombé amoureux au premier coup d’œil. « Il recula duun pas. Elle était grande certes, mais elle ne faisait qu’un quart de sa taille. Il ne voulait pas qu’elle se sente écrasée par sa présence. (imaginons qu’elle ne soit pas grande du tout et fasse 1m55.  si elle fait un quart de la taille de Trez ça veut quand même dire que le mec fait 6m de haut, comment tient-il dans une voiture, et plus important encore, son sexe est-il proportionné à sa taille ?? 

12. Qhuinn et Blay : Le mâle se mit à lui lécher la gorge en chuchotant:
– Je pense que tu as aimé. Mais dis-le-moi quand même.
En guise de réponse, Blay se cambra et pressa son cul contre la queue rigide de l’autre mâle. Il entendit un gémissement qui le fit sourire.
Manifestement, tu étais à fond dedans, murmura Blay. (Ward, philoophe ET reine du jeu de mots).
Bordel, ouais. Absolument.

  

************* 

 

Il me semble que beaucoup de fans ont été déçues de ce tome.
Ce n’est pas mon cas. Alors, certes, je ne suis pas ce qu’on peut appeler une vraie « fan » de la série mais toujours est-il que j’ai passé un très bon moment.
Je ne me suis pas ennuyée, ou presque (je me serais passée des chapitres sur Layla), j’ai aimé les autres histoires, et j’ai hâte de continuer celles de Trez et Assail, j’ai pouffé devant certaines métaphores et comparaisons, levé les yeux au ciel, eu envie de secouer Qhuinn et blay pour qu’ils se parlent (et qu’ils mettent du lubrifiant !), et j’ai même été assez touchée par la scène où ils se déclarent leur sentiment.
Bref pour moi un des meilleurs tomes même si l’écriture reste encore a désiré et que je me demande toujours quelles drogues prend l’auteur avant d’écrire (Et comment on peut s’en procurer).

Lover At Last – JR Ward.
591 pages.  

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-il-s-adressa-a-la-mort-et-cria-va-te-faire-foutre-je-t-encule-118556525.html

11
avr

Il bandait. Il baissa les yeux pour fixer l’avant de son pantalon, et essaya de trouver une autre explication au phénomène. Peut-être avait-il un caillot.

 

10993282.jpg 

Attention, SPOILERS sur ce tome et précédents.

Thorment, fils d’Hharm (Il a le droit à deux H pour le prix d’un, le chanceux) n’est plus que l’ombre de lui-même depuis que sa shellane (femme / âme sœur) est morte assassinée par les méchants messieurs qui sentent le talc. Alors qu’il se laisse dépérir, un ange déchu vient le chercher dans une foret et le ramène à la Confrérie.
Là, Tohr reprend le combat mais refuse toujours de s’alimenter et de boire à la veine d’une autre que feu son épouse. (oui je viens de faire tout un paragraphe sur la confrérie sans parenthèses et sans me moquer)(mais que voulez-vous, je suis comme ça, moi. Imprévisible).

1. Des fois, quand il se bat contre les méchants :
a. Des réserves de haine hautement inflammable remontent en lui. Il en a même un plein container. (mais si, la haine, c’est inflammable, vous ne le saviez pas?). 
b. Des réserves d’essence hautement inflammable remontent en lui. Il en a même un plein container.

c. Des réserves de sperme hautement inflammable remontent en lui. Il en a même un plein container.
Indice : Même si dans cette série, des personnages ont un dragon en eux et d’autres des dard au bout de leurs sexes, Thorment n’a pas d’essence en lui.
De plus, il ne risque pas d’éjaculer pour des méchants.

 

 

2. Quand il ne se bat, Thorment boit. Jusqu’à ne plus sentir ses membres. Après avoir bu deux bouteilles de tequila, il est dans un tel état que :
a. même plié en quatre dans une boîte FedEx, il ne se serait pas plaint.
b. même si il avait du couper un steak pour Kholer il ne se serait pas plaint.
c. Même si il avait du se faire piquer par le dard du sexe de Vhen il ne serait pas plaint. (j’espère que mes parents ne liront jamais mon blog).
Indice : c’est petit une boite fedex quand même mais, au moins, on se rend bien compte qu’il doit avoir mal aux membres.  (Et c’est ce qui est bien, avec les comparaisons wardiennes : elles sont toujours très imagées)

shared_packaging_boxlg.gif  

 

 

 

3. Et quand Thorment ne boit pas et ne se bat pas, il passe du temps avec No’One (nous reviendrons sur son prénom, ne vous en faites pas). Enfin pas au début, bien sûr, mais après beaucoup (trop) de chapitre, et quelques tours à l’hôpital (c’est qu’il faut bien donner du travail à Manolo l’asticot et à Janette la fantomette) il accepte de boire à sa veine… Et c’est là qu’il bande.
Mais, que se passe t-il quand il bande ?
a. Il se dit qu’il est vraiment bien membré.
b. Il demande à No’One de saluer son petit copain d’une poignée de main animée (comment ça mes comparaisons sont encore plus lamentables que celles de Ward ?).
c.  Il baisse les yeux pour fixer l’avant de son pantalon, et essaye de trouver une autre explication au phénomène. Peut-être a-t-il un caillot. Un caillot au sexe.

Indice : Je vous rappelle que Manolo le taureau pensait avoir une grippe quand il bandait dans le tome précédent. (Mais pourquoi tant de haine, JR, pourquoi ?).

 

 

4. S’il veut croire qu’il a un caillot (oups, je vous ai donné la réponse à la question précédente, je mérite une punition : privez-moi d’ourson haribo pendant deux jours). Donc, s’il veut croire a un caillot, c’est que le pauvre chou en sucre enrobé de caramel de Tohrment ne supporte pas l’idée de bander pour une autre que sa défunte shellane.
Du coup il se dit que si ce n’est pas un caillot, s’il bande c’est car:
a. Un mâle vampire, surtout quand il avait un sang guerrier aussi pur que le sien, qu’il était en bonne santé et bien nourri, aurait pu bander devant un sac de patates. Et No’One, malgré sa piètre opinion d’elle-même, était bien plus appétissante que quelques légumes terreux. » (Oui Thorment sait parler aux femmes)(et à une belle image de No’One).
b. Lui aussi a choppé la ghrippe de Manolo le taureau.
c. Comme il ne porte pas de caleçon sous son pantalon en cuir, le frottement du cuir contre ses qhouilles mélangé à la transpiration, lui ont donné une érection.

 

 

  

5. Et donc comme le petit copain de Tohrment le tohrmente (fallait bien que je la sorte, excusez-moi) en se dressant entre son ventre et son pantalon en cuir, il décide de se soulager en touchant popole (oui, y’en a encore qui disent « touche popole »)(moi en l’occurrence), donc, tandis qu’il se touche, il ne peut s’empêcher de penser à sa femme. « Le sexe connu autrefois avec sa shellane avait été magnifique, bouleversant, une véritable transformation. ». En comparaison, ce qu’il vivait actuellement était :
a. aussi sexy qu’un rhume des foins. » (c’est sur, c’est pas sexy le rhume des foins).
b. aussi sexy qu’un bec de lièvre.
c. aussi sexy qu’un homme muet qui pousse un cri silencieux en jouissant.
d. aussi sexy qu’un homme qui se transforme en Denver le dernier dinosaure quand il est pas content.
e. Aussi sexy qu’un homme qui a des mèches de toutes les couleurs dans les cheveux.
f. aussi sexy qu’un homme qui plante un dard dans le sexe de sa compagne quand il éjacule.
Indice :  Moi la masturbation, je trouve ça quand même plus sexy que :

 

rhume.jpg

 


6. Bref, Thorment est Thormenté (Non, je ne me lasse pas du comique de répétition)(en même temps : c’est quoi ces noms ?!). Il bande et il se nourrit mais il refuse d’admettre qu’il a envie de No’One au sens biblique du terme. Et pourtant. Pourtant. Comment lui résister ? Car No’one:

a. A une peau aussi fine et blanche que du papier de soie, des cheveux blonds qui lui seraient descendus aux hanches si elle ne les tressait pas; des lèvres roses; des yeux gris clair; et des joues aussi rouges que l’intérieur d’une fraise.
(genre comme ça :)
joues-rouges.jpg

b. No’One (traduction : Personne) considère qu’elle n’est personne (d’où le nom, car finalement, pourquoi s’emmerder à chercher des noms ?) et qu’elle ne sert à rien, du coup, comme elle est ambitieuse et qu’elle veut s’occuper, elle décide, et bien, de faire blanchisseuse et de nettoyer le linge des frères. (en même temps, il n’y a pas de sot métiers hein)(et puis ça doit pas être facile à nettoyer, des restes d’éjaculation de 20 minutes)(moi, je dis, respect).
c. No’One boite mais « au moins elle pouvait faire fonctionner ses membres à son gré. Aussi, son cerveau envoya l’ordre à la main, attachée aux bras, emboîté dans l’épaule, de se détendre, et de relâcher sa prise. » (elle me tue quand elle fait ce genre de phrases)(et après on s’étonne que le livre fasse 600 pages)(Et puis, je n’aimerais pas paraître tatillonne mais je trouve Ward un peu imprécise sur ce coup. Il manque la phalange, attachée au doigt avant la main, ainsi que le cou et la tête après le bras. Mais bon, je dis ça, je dis rien).
 

d. A des cheveux magnifiques, faits pour rattraper la lumière et briller. (ah ben si ils sont FAITS pour ça, on n’aimerait pas les empêcher de briller).
e. s’est fait violer par un sympathe et est la mère de Xhex ce qui veut dire qu’elle va finir avec le père spirituel de l’homme avec qui est marié sa fille. (vous pouvez répéter la question ?)
f. Toutes les réponses sont justes.

 

  

 

7. Mais No’One, ce n’est pas qu’une blanchisseuse spécialisée dans le détachage de sperme et qui sait bouger son bras. Non.
No’one, c’est aussi une délicieuse odeur aux arômes d’agrumes.
Et comment résister à toute cette tentation? Hé bien, en y cédant. (Oscar, sort de mon corps)(oui je suis arrivée à parler d’Oscar Wilde dans un billet confrérie)(c’est que je suis pleine de ressource, vous en conviendrez).
Du coup, ils finissent par le faire, ce qui veut dire que No’One ne peut plus s’appeler « personne ».
Alors, comment Tohrment décide t-il de la nommer et pourquoi?

a. Entre son odeur d’agrume et la couleur fraise de ses joues, No’One va s’appeler Fhruit.
b. Comme c’est sa saison préférée, Tohrment veut l’appeler Autumn.
Car il aime voir les feuilles devenir jaune, rouge, orange. Elles sont si magnifiques au clair de lune. Mais ce qui lui semble plus important encore, c’est cette transformation impossible. Le vert du printemps et de l’été n’est que l’ombre de la véritable personnalité des arbres (c’est que ça deviendrait limite philosophique tout ça). Quand les nuits deviennent froides, ces couleurs magnifiques sont un véritable miracle (mais pas autant que les métaphores de Ward quand même, si ?). A chaque fois, il en est. C’est comme un don de la nature pour se faire pardonner la chaleur perdue (tu as déjà penser à en parler à quelqu’un ? Genre à un psy ?), un cadeau flamboyant (mais pas autant que la chevelure de No’One, faut pas déconner). Il aime l’automne. Il veut l’appeler Autumn.

Car elle lui ressemble. Elle est merveilleuse, et elle brûle en profondeur (surtout après un cuni). Il est temps que sa véritable nature (de nympho) apparaisse au grand jour. Alors, voilà, ce sera Autumn. »

Indice : C’est la réponse b, même si je préfère la réponse a.

 

 

 

8. Donc maintenant qu’ils font crac-crac et qu’ils se boivent mutuellement à la veine, tout à l’air de baigner. Enfin presque.  
Tohrment est toujours tohrmenté par son ex, ce qui ne l’empêche pas de tohrmenter désormais No’One de son sexe. (j’espère que vous apprécierez la rime comme il se doit).
Et donc, pendant cette petite période idyllique (trouver la réponse fausse):
a. Thorment reprend du poil de la bête « s’il lui avait paru grand autrefois, désormais il avait la taille d’un mammouth ».

mamouth
(Elle a peur de rien cette auteur. C’est ça qu’est bon)(ça, et les orgasmes de 20 minutes)(mais je m’égare à nouveau)(cette manie que j’ai de toujours parler orgasmes comme si il n’y avait que ça dans la vie)(alors qu’il y a aussi les pantalons en cuir).

b. Tohrment nourrit Autumn :
« Elle ouvrit les lèvres et attendit puisqu’elle avait découvert qu’il aimait porter la nourriture jusqu’à sa bouche.
Il venait d’écarter plusieurs cerises bien rouges qui, pour une raison quelconque, n’avaient pas trouvé grâce à ses yeux. Il les avait repoussées sur le côté du plateau. Et fait la même chose, un peu plus tôt, avec quelques tranches de dinde fraîchement rôtie et plusieurs feuilles de salade. Les grains de riz, par contre, avaient tous passé l’inspection, ainsi que les délicieux petits pains complets. » (oui oui vous avez bien lu, le mec inspecte la nourriture et la sélectionne avant de la faire manger à sa copine)(chacun sa notion du romantisme après tout)(tiens, je vais demander à mon homme de trier mes skittles ce soir, j’aime pas les violets).
c. Ils couchent 72 fois par jour.
d. thorment décide de se transformer en Mamouth et d’inviter un dragon et une abeille avec dard se joindre à lui pour une partouse.  

 

 

Bref après ça, il y a bien sûr des rebondissements, ils se séparent, ils se retrouvent, il arrive enfin à libérer sa shellane de l’entre deux monde dans lequel son chagrin l’a bloqué (comment ça vous n’avez pas compris ?).

 

Et pendant ce temps là :

– John et Xhex ont quelques soucis de couples. Même qu’une fois «  John était si en colère qu’on aurait pu lui faire frire un oeuf sur le front. » (pratique quand il n’y a pas d’electricité).  Mais rassurez vous, ça s’arrange.

– Le roi se prend un balle dans la gorge et passe à ça de crever (mais non, nous n’avons pas eu cette chance)(Houuuuuuuuuuuuuuuuuu de-hors Cess, de-hors !!!)(heu, mais c’est mon billet non ?), bref, Kholer passe à ça de mourir, mais heureusement pour lui, Thor lui fait une trachéotomie (dans une voiture qui roule hyper vite)(amies de la crédibilité, bonsoir)(n’empêche que ces hommes qui savent faire aussi bien des trachéotomie que donner des orgasmes, ça a quand même un côté bien pratique qui laisse rêveur). (Thorment, moi aussi je lave mon linge et je mets du Elseve Nutri Shine si jamais.).

– Deux femmes ont leurs « appels », (leurs chaleurs donc : tout les mecs aux alentours bandent et elles-même souffrent terriblement si elles ne sont pas prises tout de suite par un mec)(et oui, Ward nous avait déjà fait le coup de l’Appel mais pourquoi se renouveler quand on peut reprendre toujours les mêmes histoires et vendre des millions d’exemplaires quand même, hein ?). 

– Layla va rencontrer Xcor de la bande des batards (si vous vous demandez qui ils sont, je vous renvois lire mon billet précédent) et va même pas être dégoûtée par son bec de lièvre. (c’est beau l’amouuuur).

 

– On entrevoit Assail, un vampire qui veut prendre la place de Rhev et devenir le baron de la drogue. (Je vous rassure tout de suite, à priori lui n’a pas de dard au bout de son sexe)(je veux bien que Ward fasse dans la récupération mais là ce serait quand même un peu trop gros)(Même pour elle).

 

– Et on a le droit à des pensées hautement philosophique, car Ward est clairement une philosophe dans ses heures perdues : 

“Dans la vie, il arrivait un moment où l’on réalisait que, aussi loin ou aussi vite que l’on se sauve, on s’emportait toujours avec soi. Les addictions, les compulsions, les erreurs comportementales, tout ça n’était rien qu’une fanfare bruyante servant de distraction pour étouffer des vérités déplaisantes qui, au final, devenaient indéniables.”

“La vie était courte, même pour un vampire qui vivait plusieurs siècles. Les autres étaient précieux, tous autant qu’ils étaient, et il fallait apprécier la bénédiction d’avoir autour de soi des êtres à aimer. Parce que l’amour valait tous les sacrifices. Y compris celui de sa vie.
L’amour donnait le courage de mourir. Mais l’amour donnait aussi le courage de vivre »

 

Wow tant de profondeur me laisse sans voix. Attendez, je m’essuie une larme et je reviens.
Me voilà de retour.
Que dire ? Déjà, j’ai trouvé assez juste les réactions de Thorment vis à vis de sa relation avec No’One. J’ai même trouvé ça bien que le deuil prenne du temps et que pendant longtemps il refuse d’admettre ses sentiments pour une autre. Leur histoire évolue donc assez lentement mais je l’ai trouvé juste et assez belle. (heu j’ai vraiment dit ça moi ?)(mais qu’est ce qui m’arrive ?).
Les histoires parallèles : Xcor qui veut prendre le pouvoir et faire tuer Kholer, sa rencontre avec Layla, Assail, Lassiter, John et Xhex étaient elles aussi relativement intéressantes mais je continue de penser qu’une centaine de pages en moins rendrait le tout un peu plus dynamique et plus prenant.
Bref, c’est un tome qui se lit bien, que j’ai préféré au précédentnmais qui n’est pas pour autant mon préféré (peut-être car je n’en ai pas en fait ?). Un bon moment somme toute, même si, quelques semaines après ma lecture, je n’ai plus trop de souvenirs…

 

Lover Reborn, la confrérie de la dague noire tome 10 – JR Ward 

 
Merci aux copines du groupe Whatsapp spécial confrérie de subir mes 6 millions de messages, de me répondre, de vous marrer à mes titres débiles et de participer.
Ces lectures sont nettements plus cools depuis que je les partage avec vous !
Et merci à Berengère d’avoir pris sur son temps de travail pour m’aider dans ce QCM. J’ai bien LOLé.  

 

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-il-bandait-il-baissa-les-yeux-pour-fixer-l-avant-de-son-pantalon-et-essaya-de-trouver-une-autre-ex-116961500.html

5
avr

Cette magie s’apparente au tantrisme et est aussi appelée magie sexuelle.

1162225.jpg

 

Attention SPOILERS.
(Le genre de spoilers qui révèlent toute l’histoire en fait)(oui ça va être un billet à parenthèses)(non je n’ai pas spécialement aimé ce livre). 


Azilys me disait que c’était chaud bouillant et qu’elle avait eu un coup de cœur pour ce premier tome. Il n’en fallait pas plus pour me décider à le lire (je parle du fait que ce soit un coup de cœur bien sûr pas du côté chaud bouillant, vous me connaissez).


Sláine est une humaine qui vient de quitter son boulot dans une librairie car son boss la harcelait. Alors qu’elle se dispute avec lui, deux démons passent par là (le hasard ne fait-il pas bien les choses franchement ?) et lui proposent un poste de serveuse dans une de leur boite et lui ordonnent de venir avec eux, ce qu’elle fait sans se faire prier, malgré le fait qu’elle ne veut rien à voir avec les démons (oui elle a beaucoup de volonté)(autant que moi devant un paquet de fraise tagada)(c’est à dire, aucune).

Bon donc voilà Slaine qui débarque dans la boite de nuit Luxuria (d’où le titre) qui sert d’endroit où les humains et les démons peuvent batifoler en toute liberté. Et là Sio et Siatris (les deux démons donc) lui annoncent qu’elle va aménager dans un des appartements au dessus de la boite et qu’elle n’a pas le choix (bon ce n’est pas comme si elle avait vivement protesté de toutes manières)(et non elle n’a bizarrement pas pris les jambes à son cou en se voyant imposer un emploi et un habitat)(et pour cause, ses jambes, elle les préféra prises au cou des démons). Et donc quelques minutes passent et nous retrouvons Slaine en compagnie de Sio qui lui explique qu’elle est possédée (interdiction de rire, sinon je sors le fouet)(et quand je dis posséder, c’est par un esprit, pas par le sexe du dit démon)(pour cela il faudra attendre au moins une dizaine de pages).
Flash back : Slaine est adolescente et elle décide de faire du spiritisme avec ses copines.
Mais tout ne se passe pas comme prévu. Un être (un démon femme plus précisément)(que nous appellerons Méchante car je me souviens plus de son nom)(oui j’ai fini ce livre hier soir, et alors ?), donc Méchante essaye de rentrer dans le corps de Slaine et y parvient en partie avant d’être rejetée par Télis (que nous appellerons Tetris car c’est comme ça que je l’ai appelé tout du long de ma LC)(et oui, au risque de vous spoiler, Tetris s’emboîtera parfaitement à Slaine*). Bref Tetris, un être dont je n’ai toujours pas compris la nature exacte (Oui je suis bête, envoyez-moi Sio me fouetter), est en parti resté dans le corps de Slaine ce dont elle ne s’est jamais rendu compte avant le début de notre histoire.
Le truc, voyez-vous c’est que le passage de Méchante en elle a créé une fissure entre leurs deux mondes et du coup les « dieux » de là bas, risquent de passer par-là et envahir la terre (ce qui serait une catastrophe).
Slaine, c’est donc la faille en fait, qui doit se renforcer mentalement (et sexuellement)(sinon ça ne serait pas drôle, ce serait juste compliqué) pour empêcher tout ça.

Voilà en gros l’histoire (j’espère que je ne vous ai pas déjà perdu les amies, car le plus intéressant reste à venir), place désormais aux personnages. (Je vous vois frémir d’impatience)(mais moins tout de même que Slaine quand elle frémira lors de ses nombreux orgasmes multiples).

 

Alors, les personnages.


Slaine donc, plus la peine de vous la présenter est notre héroïne.
Slaine est mignonne, le sait, ne s’habille qu’en noir (à part quand elle porte des peignoirs en soie)(ce qui arrive souvent)(et quand elle est nue)(ce qui arrive encore plus souvent). Bref, elle s’habille en noir, et (je la cite :) « n’est pas ambitieuse, n’a aucune envie de s’élever dans une société qu’elle a du mal à respecter. Elle se fiche du pouvoir ou de faire carrière (est-ce qu’elle ne vient pas de répéter 3x la même chose ?). Elle n’a jamais réellement fait de projet d’avenir, mais adorerait ne plus avoir besoin de travailler (ce qu’elle ne fait déjà pas dans le livre vu qu’elle se fait entretenir par les démons), pour faire seulement ce dont elle a envie. Elle aime lire, les chats, et faire les boutiques » (une fille simple, quoi)).
Caractéristique 1 : Slaine n’a jamais aimé un homme, qu’il soit un amant durable ou simplement de passage (un plan cul donc). Elle se l’est toujours interdit et affirme (avec beaucoup de conviction) que ça n’arrivera jamais. Car elle se protège comme ça.

Question qui peut vous rapporter un michoko : Combien de temps lui faudra t-il pour tomber amoureuse, non pas de un mais de deux démons ?
a- Un jour et demi pour l’un, deux heures pour l’autre et deux parties de jambe en l’air (dont une avec les deux).
b- Elle ne tombe pas amoureuse.
c- Il lui faut tout le livre car ça serait plus crédible vu qu’elle jure ne jamais pouvoir suffisamment confiance pour aimer et être aimer.
Indice. La crédibilité n’est pas vraiment ce qui définit le bouquin.

Signes particuliers de Slaine : en plus de baiser et d’embrasser tous les mecs du livre vous voulez dire ? Elle rougit une fois par page, est ultra jalouse et possessive (ce qui est drôlement ironique vu qu’elle tombe amoureuse de deux démons, couche avec d’autres, et qu’elle ne veut pas à avoir à choisir entre les deux)(par contre, et tenez-vous bien, c’est le comble de l’ironie, elle ne supporte pas que « ses » démons ne lui soient pas fidèles)(non Slaine n’est pas une garce, elle choisit simplement d’avoir le double d’orgasmes tout en étant assurée de ne pas avoir de compétitions)(et, ma foi, je ne peux l’en blâmer).

 

 

Voan :Démon de 2m20 aux cheveux rouges (longs jusqu’aux fesses) (il semblerait que l’auteur et moi n’ayons pas tout à fait les mêmes fantasmes) et aux yeux mauves (il aurait pu être un chevalier du zodiac en fait)(Ikkie, je vous aime, toi et tes cheveux bleus). Il est tout de suite attiré par Slaine et va se joindre à la private party d’elle et Sio après seulement deux heures de connaissance. Quand il ira rejoindre un humain, Terry, juste après, Slaine se sentira profondément blessée et jalouse. Car, voyez-vous, il faut croire qu’on s’attache vite à des bons coups (et aux orgasmes qui s’en suivent) vu que Slaine est déjà amoureuse (elle qui, je vous le rappelle, refusait fièrement de tomber amoureuse).

Signe particulier 1 : s’habille avec des pantalons en cuir sans mettre de sous-vêtements en dessous (Kholer, sort de ce corps !). (Même qu’une fois : « le démon était vétu d’un pantalon en cuir, rouge foncé, très ajusté et intégralement lacé sur les côtés, qu’il avait assorti d’un haut en cuir également, mais noir, au col montant et sans manche qui mettait ses larges épaules et ses biceps tatoués merveilleusement en valeur. Et que dire de ses cheveux, retenus en une natte qui dégageait son beau visage impassible ? Il était d’une beauté prodigieuse. Des larmes me montèrent aux yeux. Pas de tristesse ou d’un quelconque sentiment négatif, mais de pure émotion »)(quand je vous disais que l’auteur et moi n’avions pas les mêmes fantasmes ! Un pantalon en cuir lacé sur le côtés ! Et la fille qui en pleure d’émotion. Mais allo quoi ?!)(oui je vous l’accorde, elle est un peu facile celle-là).
Signe particulier 2 : Il aime aussi (voire plus) les hommes. (mais finira par accepter de ne plus en fréquenter pour Slaine).

 

Sio :Cheveux noirs et yeux noirs, foutu comme un dieu, donneur d’orgasmes multiples, Sio est un démon très particulier (j’insiste sur le « très ») à l’odeur poivré.
Signe particulier : a de grandes tendances SM et est très instable.
Il a perdu sa bien aimée il y a quelques années qui n’est autre que Méchante (mais si rappelez-vous, celle qui a voulu entrer dans le corps de Slaine et qui s’est fait dégager par Tetris).
Il tombe amoureux de Slaine après un jour et demi et va lui promettre de lui être fidèle et de ne pas la brusquer niveau SM car il arrivera à s’en passer le temps qu’elle lui fasse suffisamment confiance. 

Question qui peut vous rapporter non pas un mais deux michokos (car elle exige plus de concentration) : Alors que Sio promet à Slaine de lui être fidèle et lui assure pouvoir se passer de séances de fouets, que va-t-il faire deux jours plus tard ?
a- Engager comme serveuse une femme dominatrice, Amanda, et dire à Slaine que tout compte fait il a besoin de séance SM et que si elle veut elle peut rester regarder, tout en lui assurant que si elle regarde il ne la trompe pas vraiment. Et quand celle-ci refusera, il baisera quand même Amanda (et fera joujou avec des petits objets qui font bobo)(enfin un bobo qui fait manifestement du bien). Le lendemain quand il verra Slaine, il lui reprochera d’avoir refusé de se joindre à eux (un comble quand même, non ?) et en gros lui fera comprendre que c’est fini. Pendant deux mois, Slaine, rentrée chez elle, ne le croisera pas mais s’entraînera à utiliser un long fouet sur des coussins pour pouvoir récupérer Sio (fierté ? mais qui pense à la fierté quand on peut avoir des orgasmes, sérieusement ?)(pas Slaine en tout cas).
Quand ils se reverront, Sio lui proposera à nouveau d’assister à une séance avec Amanda, ce qu’elle accepte pour lui prouver son amour (que lui ne lui prouve pas, donc)(mais chut on vous a dit que la fierté c’était surfait). Quand la séance part un peu en vrille Slaine fera tout arrêter, Amanda se fera virer de la pièce, Sio reprochera à Slaine d’avoir gâcher « l’honneur » qui lui faisait d’assister à ça (à partir de ce moment là je savais qu’entre ce livre et la féministe en moi, ce ne serait jamais une histoire d’amour), et la séance se finira avec quelques fessées sur Slaine qui ne se contentera pas de jouir vu qu’elle le quittera après ça.
Ce qui lui brise le cœur. Du coup, elle va baiser avec Voan pour se remonter le moral.
b- Alors qu’ils sont finalement de nouveau ensemble, Sio, dès qu’il reverra Méchante, son premier amour qu’il croyait perdu, dira à Slaine qu’il ne l’aime plus et qu’il retourne avec elle. (vous en faites pas, Voan est toujours là pour combler le trou (sans mauvais jeu de mot, bien sûr). 
c- Quand ça se finit entre Sio et Méchante, il reviendra vers Slaine qui sera furieuse et l’enverra chier. Non je déconne. Slaine sera bien sûr folle de joie de le récupérer et ira même jusqu’à forcer Voan (avec qui elle habite désormais) à accepter Sio dans leur maison et dans leur couple, sans quoi, il peut partir. (la morale de cette fille me laisse pantoise…)(mais que voulez vous, c’est bien connu, deux sexes valent mieux qu’un, tu l’auras). 
d- Toutes les réponses ci-dessus sont justes, aussi hallucinantes soient-elles.


Allez, je sais que vous aimez les questions. En voici une plus simple, pour gagner un petit paquet de « coca » Haribo. Suivez bien ce dialogue entre Slaine et Sio qui se déroule quelques heures après leur rencontre :

– Si vous aviez eu la moindre chance d’obtenir quelque chose de moi, vous l’avez gâchée tout à l’heure justement, rétorquai-je tout pas, en serrrant les dents.
– C’est ce que nous verrons, m’annonça-t-il en se levant.
– C’est tout vu, ne pus-je m’empêcher de répondre.
D’après vous, combien de temps après, Slaine se donne-t-elle à Sio ?
a- Moins de deux heures.
b- Un jour.
c- Elle ne se donne pas à lui car quand on sort un truc comme ça à un mec, on essaye de rester crédible.
Indice : c’est la réponse a.

Télis, alias Tétris : Personnage se trouvant dans « la tête » de Slaine, il lui parle et fait un peu office de conseiller conjugal.
Comme il ne pouvait pas la baiser et qu’il fallait bien combler cette lacune, il arrive un évènement qui fait que Tétris peut prendre forme et consistance à proximité de Slaine qui est la seule personne qui peut le toucher et le voir. (pratique).
Quand ils coucheront ensemble (ce n’est pas vraiment tromper ses deux démons car elle ne l’aime pas vraiment, et que bon, elle a une gueule de bois quand ça arrive), il lui insufflera une sorte de magie sexuelle (L.O.L) qui lui permettra par la suite de pouvoir baiser avec des démons pendant plus de 8h d’affilées. (heu Tétris, si tu veux, j’ai un peu de place dans mon esprit. Je dis ça, je dis rien hein).
Accessoirement, ce qu’il lui insuffle lui permettra aussi de raffermir sa puissance mentale. (enfin je crois)
Tétris c’est donc l’ami, la conscience et le protecteur de Slaine. Et bien sûr, il l’aime aussi.

Adam : un autre démon qui se fait passer pour un humain et qui couchera avec Slaine pendant sa pause de deux mois avec Sio. On le reverra par la suite, mais je ne vous raconterai pas les circonstances, je n’aimerais pas vous spoiler (L.O.L)(avouez que je suis super drôle).

Maintenant que vous connaissez les personnages principaux et l’histoire dans son ensemble, voilà comment est réparti le livre et ce qu’il s’y passe, en quelques chiffres.

– Slaine se douche environ 35 fois durant le livre, dont elle se ressort souvent en peignoir en soie sans rien dessous.
– Nous avons le droit aux détails d’environ 50 tenues (et quand je dis détail, c’est un euphémisme, car, vraiment c’est important de savoir exactement comment est fringuée notre héroïne).
– Environ 10 ruptures (tous démons confondus)
– 2 parties de jambe en l’air à 3 (avec seulement touche kiki entre les hommes).
– 367 orgasmes
– Quelques dialogues totalement gnan-gnan du type « -Tête de mûle, murmura-t-il tout en continuant à promener ses lèvres sur ma peau. – Démon, soupirai-je. – Je t’aime. – Moi plus que toi. »  
– Un gay (qui embrassera quand même notre héroïne je vous rassure, il ne faudrait pas qu’une personne du sexe masculin soit insensible à Slaine).
– Un bi.
– Deux adeptes de SM.
– 4 scènes avec coups dont deux dans lesquels les coups donnés sont violents et ne provoquent pas de plaisir.
– 4 hommes avec qui elle couche et deux autres avec qui elle échange seulement des baisers (soit tous les personnages masculins un peu récurent du livre).
– 666 rougissements.
– Beaucoup trop de questionnements débiles de la part de notre héroïne qui a valu le titre de « Baise et tais-toi » à notre groupe de Lecture Commune sur Whatsapp.
– 3 changements de couleurs de cheveux dont une pour des mèches rouges qui s’accordent à la chevelure de Voan (excusez-moi, je vais mourir de rire et je reviens).
– 2 démons qu’elle arrive quand même, à la fin du livre à contraindre à la fidélité alors qu’elle leur impose de la partager (en fait, Slaine, tu es mon idole).
– 2 virées shopping entièrement offertes par les démons (ce qui la gêne quand même)(au moins deux secondes).
– Beaucoup d’égoïsme.
– et dans tout ça et les 440 pages que forment le livre, nous avons quand même le droit à environ 5 pages d’actions et de suspens où l’auteur arrive quand même à caser viol et maltraitance.

Vous l’aurez compris, je suis loin de partager le coup de cœur d’Azilys pour ce livre.
Ceci dit, je dois quand même rendre justice au style que j’ai beaucoup apprécié, à l’originalité de l’univers, à quelques scènes vraiment émoustillantes et au fait que malgré tout ça, j’ai lu ce livre en deux jours ce qui montre qu’il a tout de même un côté addictif. De plus, vu que j’ai quand même failli jeter une ou deux fois mon kindle de frustration et d’indignement (notamment, pour celles qui l’ont lu, quand Sio dit à Slaine « Et si je te dis » en parlant d’Amanda, juste après leur petite séance SM : j’en avais presque les larmes aux yeux tant je trouvais ça injuste), on peut quand même dire que ce livre, qu’il plaise ou non, éveille des réactions et sentiments passionnés et ne laisse pas indifférent. 

Mais voilà, dans l’ensemble, j’ai trouvé ce livre bien trop tordu et il m’a fait, plus d’une fois, comme je le disais à l’instant, hurler de frustration. Je n’ai clairement pas adhéré aux réactions de l’héroïne que je trouve dénuée de fierté et de bon sens et souvent trop égoïste (Son comportement vis à vis de Voan à la fin m’a achevée, rien de moins, après tout ce qu’il a fait pour elle).
Ses réactions donc, et certaines situations que je n’ai manifestement pas réussi à mettre suffisamment de côté pour apprécier le reste font que je ne continuerai pas l’aventure Luxuria (même si je sais que je vais demander tous les spoilers à Azilys quand elle aura lu les prochains tomes).

Ceci dit, je n’ai lu que des avis positifs sur ce livre et je vous invite à lire, entre autres, ceux de Christy et Lila, celui de Nemy et surtout, surtout, si vous voulez un avis à l’opposé du mien, allez voir la vidéo d’Azilys où elle vous parle avec beaucoup d’enthousiasme (c’est un euphémisme) de ce livre (à la minute 19:40). 

 

* Rendons à Bérengère ce qui lui est dû : ce petit jeu de mot vient d’elle. Mais je lui vole. Car je suis comme ça moi,  comme les démons, je prends le plaisir où je le trouve. 


Luxuria tome 1 – Frédérique de Keyser 
Editions La Bourdonnaye – 444 pages. 

 


importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-cette-magie-s-apparente-au-tantrisme-et-est-aussi-appelee-magie-sexuelle-116817712.html