Les lectures de Cécile

20
fév

Ces livres lus en 2013 #3 : Wait for you (jeu de patience) de Jennifer L. Armentrout et My favorite mistake de Chelsea M.Cameron

 

my fav mistakeCa avait pourtant bien commencé…
Un garçon aux cheveux rasés, qui danse bien, joue de la guitare, sort des répliques géniales et qui a 5 tatouages…
Une fille qui ne se laisse pas faire.
Les deux forcés de partager la même chambre à l’université, les deux cachant de lourds secrets sur leurs passés.

Oui, ça avait bien commencé. Je me marrais bien, je sentais que ce livre et Hunter avaient un « potentiel papillonesque élevé »,  et je passais un bon moment à voir Hunter essayer de séduire et coucher avec Taylor.
Sauf que voilà, passé un certain moment, la jeune fille a commencé à sérieusement m’agacer à vouloir tout savoir du passé de Hunter sans jamais rien vouloir lui révéler du sien, à dire « bite me » and « asshole » toutes les 30 secondes et  à être égoiste.

C’est son indécision qui a eu raison de ma patience: le jeu du « je suis attirée par toi mais non c’est impossible, je ne veux pas, mon passé est troooop horrible, je suis toujours traumatisée 8 ans après » ça m’a amusé un temps mais au bout d’un moment, je n’en pouvais plus.

Surtout que bon, la grande révélation sur son passé a été un total flop. Dur à vivre pour une gamine de 12 ans, certes, mais j’ai quand même trouvé totalement incrédible qu’elle soit traumatisée par ça encore 8 ans après. Le secret de Hunter était finalement bien pire

La dernière partie se laisse lire mais est également sans grand intérêt et déjà vue.
Dans l’ensemble, une lecture YA passable sur le moment mais qui ne me laissera aucun souvenir.
Edit un après sa lecture : en effet, je ne me souviens de r.i.e.n.

My favorite Mistake – Chelsea M.Cameron
Ebook – 400 pages

 

Et puis, dans le même genre, j’ai lu :

jeu de patience17314430Là aussi, c’est une déception d’autant que c’était le premier NA d’Armentrout et que j’en attendais beaucoup vu comme j’appréciais sa série YA « Lux ».
Si j’ai clairement préféré ce livre à celui présenté au-dessus, il n’en reste pas moins que j’ai trouvé ça lent… Très lent. Surtout pour du New Adult.

Ici, nous avons à faire à Cam et Avery.
Ils sont voisins, partenaires en cours, il est super beau, super populaire, et on voit bien qu’il cache quelque chose de son passé.

Quant à elle, il lui est arrivé quelque chose adolescente, on le sait tout de suite, et à cause de ce passé, elle ne veut pas s’autoriser à tomber amoureuse.
Tiens, ça vous rappelle quelque chose ? Ah oui, le livre juste du dessus. Entre autres. Car ce schéma revient vraiment souvent dans les livres YA et NA. Au temps pour l’originalité donc.

Et bon, sérieusement, tous ces beaux gosses qui passaient leur temps à enchainer les filles et qui se retrouvent à attendre des mois et des mois pour un simple baiser, vraiment ?! Bonjour la crédibilité…

Ceci étant dit, rendons à Armentrout le fait qu’elle sait écrire des dialogues savoureux.
J’ai adoré la répartie de Cam et certaines de ses déclarations ont su réveiller mon petit cœur de midinette.

Mais Cam, aussi beau, aussi tatoué, et aussi « jerk » soit-il, n’a pas su me faire vibrer suffisamment pour passer outre mon ennui ou le fait qu’on attende la moitié du livre pour avoir un bisou, et quasi tout le livre pour avoir les dernières révélations.

Et je ne vous parle pas des petites incohérences que je n’ai pas pu m’empêcher de relever (du style : ils partent en week-end assez loin, et un soir il fait une découverte hyper importante sur elle dont elle ne veut pas parler sur le moment. Bon. Et la page d’après, ils sont de retour à l’université. Mmmh ?
En gros, normalement, ils auraient du passer des heures de voitures ensemble pour rentrer, mais l’auteur a préféré zapper tout le trajet retour vu que Cam et elle auraient forcément du revenir sur la grande découverte à ce moment là. Mais comme l’auteur ne voulait pas encore « en parler », et bien elle a trouvé plus simple de zapper le retour en voiture. J’adore ce genre de pirouette).

Bref cet exemple est un détail. Mais dans l’ensemble je m’attendais à mieux. On passe un bon moment mais sans plus. Il y a beaucoup mieux dans le genre.
A noter qu’il est sorti hier en français et que pour le moment, toutes les lectrices françaises qui l’ont lu ont adoré (et eu des coups de coeur pour certaines) (MoodyKaren Mylène)
Il faut croire que quand on a lu 50 fois la même histoire on y est moins sensible que quand c’est la première fois…

Wait for you – J.L Armentrout – Ebook 332 pages  
Jeu de patience – Editions J’ai Lu – 446 pages

12
nov

Making Faces – Amy Harmon : “Si Dieu crée tous nos visages, est-ce qu’il a ri quand il a fait le mien ?”

makingfaces

Il est de ces livres qu’on a envie de relire alors  même qu’on vient de tourner la dernière page.
Making Faces en fait partie.

“If God makes all our faces, did he laugh when he made me?”
« Si Dieu crée tous nos visages, est-ce qu’il a ri quand il a fait le mien ? »

L’héroïne, Fern, est amoureuse d’Ambrose depuis son enfance mais c’est à peine s’il sait qu’elle existe.
Il est le champion de lutte du lycée, l’adolescent à qui tout sourit, elle est la jeune fille timide, mal dans sa peau, celle que personne ne remarque.

Après les évènements du 11 Septembre, Ambrose décide de partir faire la guerre et arrive à convaincre ses 4 meilleurs amis de le suivre en Irak. Il reviendra seul et pas indemne. Défiguré, se sentant coupable, il décide de se cacher du monde.
C’est Fern, sa force, son intelligence et sa sincérité, ainsi que Bailey et son optimisme qui vont peu à peu le ramener à la vie.

“You are still beautiful,” Fern said softly, her face turned to his. He was quiet for a moment, be he didn’t pull away or groan or deny what she’d said.
“I think that statement is more a reflection of your beauty than mine”
« Tu es toujours beau » dit doucement Fern, son visage tourné vers le sien. Il resta silencieux un moment, sans essayer de s’échapper, sans grogner ou nier ce qu’elle venait de dire.
« Je pense que cette affirmation est plus un reflet de ta propre beauté que de la mienne ».

 

Comment vous parler de ce livre ? Comment lui rendre justice ?
Cette histoire était magnifique.  Simplement magnifique.

Ce livre, c’est un condensé d’émotions, c’est des dizaines de passages soulignés, c’est la tristesse, la peur, la beauté. Intérieure et extérieure.
C’est l’amitié, l’amour, du rire, de l’optimisme, des larmes.
Ce livre, c’est avoir le cœur brisé puis ressoudé.
C’est l’espoir, le courage, des citations de Shakespeare, le pouvoir, la perte.

« Scripture comforts me, and romance novels give me hope. »
« Oh yeah ? hope for what ? »
« Hope that I’ll be doing more than quoting scripture with Ambrose Young in the very near future ».
« Les textes sacrés me réconfortent, et les romances me donnent de l’espoir. »
« Ah oui ? De l’espoir pour quoi ? »
« L’espoir que je ferai plus que citer les écritures saintes avec Ambrose Young dans un futur proche ».

 

Ce livre  :

* C’est Fern, sa passion pour les romances, son intelligence, sa loyauté, sa force de caractère, sa douceur, ses livres, sa beauté intérieure.

* C’est Ambrose, ses pensées, ses pertes, son évolution, son intelligence, ses amitiés, ses phrases qui m’ont brisé le cœur, et celles qui m’ont faites couiner.

« How did you know I needed you? »
« Because I needed you too. »
« Comment as-tu su que j’avais besoin de toi ? »
« Parce que moi aussi, j’avais besoin de toi».


* C’est Bailey, le cousin de Fern, son meilleur ami aussi, atteint de dystrophie musculaire.
C’est le geek qui aime les héros, qui aimerait en être un. C’est la joie de vivre, l’optimisme, celui qui vous fait rire et vous fait réfléchir en même temps. Celui que vous aimez, à qui vous vous attachez, pour qui votre cœur ne peut que succomber mais si vous savez qu’il finira brisé.

“Do you think there’s any way someone like Ambrose could fall in love with someone like me?”

“Only if he’s lucky.”
« Est-ce que tu crois qu’il serait possible, un jour, que quelqu’un comme Ambrose tombe amoureux d’une personne comme moi ? »
« Seulement s’il est chanceux ».

 

Ce livre, c’est une histoire d’amour, mais pas n’importe laquelle. Celle qui est spéciale, puissante et qui met du temps à s’installer sans que cela vous dérange. Celle qui vous parle de deux âmes un peu brisées qui vont se trouver.
Cette histoire d’amour, c’est l’émotion, la beauté, beaucoup de tristesse mais de celle que l’on a envie de relire encore et encore.

« If he didn’t understand pain, he wouldn’t appreciate the hope that he’d stated to fell again, the happiness he was hanging onto with both hands so it wouldn’t slip away « .
« S’il n’avait pas connu la peine, il ne pourrait apprécier l’espoir qu’il commençait à ressentir à nouveau, le bonheur qu’il retenait à deux mains pour l’empêcher de s’évaporer ».

 

Cette histoire d’amour, c’est celle qui vous fait espérer, qui fait battre votre cœur, qui vous empêche de reposer votre livre et qui vous hante à chaque seconde où vous ne pouvez pas lire.

« everybody is a main character to someone (…) There are no minor characters »
 » tout le monde est un personnage principal pour quelqu’un (…) Il n’y a pas de personnages secondaires. »

 

J’ai tellement aimé les personnages de ce livre qu’il m’est impossible de leur rendre justice.
Je les ai compris, j’ai souffert et espéré avec eux. Je les ai aimé comme si je les avais connus.
J’ai aimé les petits mots à entourer, le premier baiser, les suivants, les messages que l’auteur fait passer avec tellement de talents, les citations, parfaites, Bailey cet ange, Fern, Ambrose, les autres, la vie, la mort même.
J’ai aimé le style « doux-amer » comme dirait ma copine B, le choix des mots, la beauté des phrases, la nostalgie qui nous habite, et ce sentiment rare que l’on a en réalisant qu’on tient là une perle.

Oui, j’ai tout aimé, il n’y a pas une phrase à changer, pas un moment à raccourcir, pas un personnage qui ne soit pas juste.
Ce livre, c’est plus qu’un coup de cœur, c’est un coup de poing.
A lire absolument.

« I need you because it hurts when we’re apart. I need you because you make me hopeful. You make me happy. »
« J’ai besoin de toi parce que ça fait mal quand on est séparé. J’ai besoin de toi parce que tu me redonnes espoir. Tu me rends heureux. »

 

Making Faces – Amy Harmon
Ebook – 405 pages

 

17
sept

Dans la famille « new adult », j’aimerais des titres … couinants

BBR So my rules are : I don’t sleep with anyone that know my friends like, I don’t sleep with anyone’s boyfriend, and I never sleep with someone more than three times ».

Voilà un livre qui me réconcilie avec le genre NA.

Emerson est différente des héroïnes qu’on rencontre généralement dans ce genre de livre. Elle n’est pas vierge pour commencer. Au contraire. Elle couche à droite à gauche mais elle a pour règle de ne jamais le faire plus de 3x avec le même garçon.

Dans le genre « mâle alpha » Jaxon est, par contre, le héros type. Beau, sexy, sûr de lui, avec toujours le mot qu’il faut… Mais je dois dire que ça ne m’a pas dérangé. (En même temps, les mâles alpha me gênent rarement).

L’histoire est prenante, j’ai ressenti pas mal d’émotions, j’ai couiné, j’ai gloussé, j’ai grincé des dents, j’ai voulu frapper nos héros et surtout j’ai aimé les détails, comme les petits mots sur la main <3

Alors oui, il y a une ou deux fois où c’est cliché, et quelques moments où l’héroïne m’a un peu agacée avec certaines de ses réactions et hésitations, mais dans l’ensemble j’ai dévoré ce livre.
Un très bon moment donc. C’est mignon, c’est couinant, c’est différent.
Parfait quand on aime le genre et qu’on lit en anglais.
Vivement le tome sur Jace.

« What are you doing to me ? You’re ruining me. This isn’t me. I don’t drool after women, but I can’t seem to get you out of my fucking head ! Worst of all, we aren’t even friends anymore. You were my best friend Emerson. Now you’ve got me jumping fown my own brother’s throat because yu’re in his bedroom. You’ve got me taking you out of some other guy’s bed just so I can see you in mine… just one more time ». 

L’avis d’Evenusia qui a aussi aimé.

Beautiful Broken Rules (Broken 1) – Kimberly Lauren
Ebook – 375 pages

*************

lick

« David, I’m wearing a skirt. » it neatly went to my knees, but still. I’d rather not flash his guests and band members if I could avoid it.
« I know you are. Have I thanked you for that yet ? I really appreciate having that easy access. »

Une rock star et une fille ordinaire qui se marient à Vegas ?
La fille qui ne se souvient de rien ?
Des sentiments qui se développent très rapidement ?
Clichés ? Vous avez dit clichés ?

Oui. Et pourtant. Pourtant j’ai passé un excellent moment avec David et Evelyn.
J’ai vraiment trouvé leurs différentes réactions à tous les événements et émotions très justes et ce malgré des clichés à la pelle. Au contraire même, leur manière de penser et de réagir éclipse les clichés. L’évolution des personnages est intéressante, on couine quand David sort des phrases à tomber par terre, on sourit souvent, et on a le coeur qui se serre lors de la séparation inévitable.

I missed you so fucking much.

Bref, c’est un peu gros des fois, mais qu’est ce que c’est bon. (Sans jeux de mots). J’ai passé un très bon moment. Vivement le prochain sur Mal qui m’a bien fait rire.

« Sex can get messy » he said.
« Yes, it can »
« You on the pill ? »
« you can’t get pregnant that way, David ».
The side of his mouth twitched. « Cute. Are you on the pill ? »

L’avis de Chi-Chi, un peu moins convaincue que moi et celui de Evenusia qui me l’a recommandé (merci!)

Lick (Stage Dive 1) – Kylie Scott
Ebook – 286 pages

*************

 

falling

She lets me. Foolish girl. Letting a brute like me kiss her, touch her

Nell et Kyle se connaissent depuis toujours. Voisins et meilleurs amis, ils finissent naturellement ensemble adolescents.
Nous suivons ce couple attachant une partie du roman, jusqu’à ce que tout bascule et que notre petit coeur se serre pour Nell qui devra maintenant vivre sans son premier amour.
C’est à l’enterrement de ce dernier que nous rencontrons Colton, son grand frère qui a quitté la maison familiale des années auparavant.

Then again. I wondered idly why I had to breathe anymore. Kyle was gone. So why breathe?

Quelques années se passent avant que Colton et Nell ne se retrouvent par hasard.
Nell n’est plus celle que l’on a connue. Plus sombre, plus triste, et surtout beaucoup plus complexe.

Colton, quant à lui, a ses propres démons et un passé qui est loin d’être doré même s’il essaye de s’en sortir.
Et Colton est parfait les amies.
Il est tout ce qui me plait chez un héros. Torturé, assez sûr de lui, touchant, tatoué, bad boy… Et en plus il joue de la guitare. Que demander de plus ?

He’s a masterpiece of skin art. A masterpiece of bulky male muscle, hard and heavy and huge.

Certaines de mes copines ont trouvé que c’était mal écrit. D’autres ont été dérangées par le fait que Nell finisse avec le frère de son premier amour. Et enfin, d’autres encore ont trouvé une surenchère de drames et d’incohérences dont elles se seraient passées. Beaucoup, en tout cas, ont tiqué sur de nombreux détails.
Pas moi, et je vous assure que j’en suis la première étonnée. Généralement je suis la première à focaliser sur des détails qui m’empêchent d’apprécier pleinement un livre.
Et pourtant… pourtant, là, bizarrement je suis passée outre pleins de passages qui m’auraient fait sans nul doute soupirer de dépit en temps normal.

Au lieu de quoi j’ai dévoré ce livre. J’ai aimé Kyle et sa déclaration d’amour, j’ai eu le cœur serré quand il est mort, j’ai aimé la complexité de la personnalité de Nell quand on la retrouve plus tard, j’ai fondu pour Colton et j’ai adoré que la musique ait une place importante dans ce livre.
Colton… comment vous parler de ce personnage ? J’ai aimé le fait que sa vie de bad boy soit déjà derrière lui et qu’il ne change pas du tout au tout pour l’héroïne du livre, ce qui est une trame assez classique dans les livres YA et NA.
J’ai aimé sa douceur, sa part sombre toujours présente, les chansons qu’il écrit, son passé, son garage, sa manière d’être avec Nell et son expérience.
Car de l’expérience, Colton en a, mesdames. Vous pouvez me croire, il sait s’y prendre le petit. Certaines scènes sont très chaudes et extrêmement bien décrites.
Pour vous en donner la preuve, il me suffira de vous dire qu’on retrouve ici tous les mots qui me font généralement grincer des dents et rouler des yeux comme « étroite » et qu’ils ne m’ont ab-so-lu-ment pas dérangés. C’est vous dire l’étendu de ses talents.

Bref, moi j’ai adoré ce livre. Il manque un petit quelque chose pour en faire un coup de cœur mais j’ai passé un excellent moment. C’est un livre qui parle de sujets complexes et qui le fait assez bien.
J’ai couiné, j’ai eu des papillons dans le ventre, j’ai fait ma midinette, j’ai eu chaud, j’ai souligné des passages entiers. J’ai aimé.

I’m not breathing. Literally, my breath is stuck in my throat, blocked by my heart, which has taken up residence in my trachea._
I want to kiss her. Need to. Or I might never breathe again. 

Falling into you – Jasinda Wilder
Ebook – 369 pages

L’avis aussi enthousiaste que le mien de Fée et celui d’Evenusia qui a aussi adoré!