Les lectures de Cécile

16
fév

Inconnu à cette adresse – Kressmann Taylor

 

inconnu-cette-adresse-25161280

« Je n’ai jamais haï les Juifs en tant qu’individus – toi, par exemple, je t’ai toujours considéré comme mon ami-, mais sache que je parle en toute honnêteté quand j’ajoute que je t’ai sincèrement aimé non à cause de ta race, mais malgré elle. (…). Tout en t’écrivant, et en me laissant aller à l’enthousiasme suscité par ces visions si neuves, je me dis que tu ne comprendrais pas à quel point tout cela est nécessaire pour l’Allemagne.
Tu ne t’attacheras, je le sais, qu’aux ennuis de ton propre peuple. Tu refuseras de concevoir que quelques-uns doivent souffrir pour que des millions soient sauvés. Tu seras avant tout un Juif qui pleurniche sur son peuple. Cela, je l’admets. c’est conforme au caractère sémite. »


C’est l’histoire d’une correspondance.

Une correspondance entre deux amis et associés. 
Max est resté aux USA, Martin est rentré en Allemagne. 
On assiste à la déchéance de cette relation. De cette amitié.
Nous sommes spectateurs du mal qu’ils se font l’un l’autre. De l’incrédibilité et des émotions qu’ils ressentent face aux choix et aux actes de l’autre. Du supposé Ami… Et nous aussi on est incrédules. Plus on lit les lettres, plus on est meurtri. 

Quel livre ! Incroyable. Je suis sortie patraque de cette lecture. 

En effet, si la première partie du livre est attendue, j’avoue que la seconde m’a beaucoup secouée. Quand j’ai réalisé ce qu’il se passait, je n’en revenais pas… 

Un livre court et pourtant très prenant: Oui, seulement 83 pages et beaucoup d’émotions.  Quand je pense que cette nouvelle a été écrite en 1938 je suis bluffée!

 

Je vous le conseille vivement ! 

 

 

Ce livre rentre dans le cadre du Challenge épistolaire. 


 challenge pistolaire2 (1) 3/5

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-inconnu-a-cette-adresse-kew-67206707.html

10
jan

Les Terres Saintes – Amanda Sthers

terres-saintes.JPG    coeur.JPG


Vous est-il déjà arrivé de fermer un livre et de vouloir le relire tout de suite ?
Connaissez-vous cette sensation de trouble mêlée de jubilation à l’idée que vous êtes en train de lire un bijou, que vous avez trouvé le prochain livre que vous allez offrir à chaque occasion ou pour le plaisir de pouvoir en discuter de nouveau?
Savez vous ce que c’est que de finir un livre nostalgique mais heureuse ?

En parler et y penser des jours après sa fin ?

Vous l’aurez compris ce livre est un gros gros gros coup de cœur.

 
L’histoire :

Harry Rosenmerck, ancien cardiologue à Paris est parti s’installer en Israël pour y élever des cochons… Il n’est pas croyant, il est anti-religieux ; anti-conformiste, ironique et sarcastique.
Son fils, David, qui vit à Paris, est un artiste qui commence à être connu mais n’en est pas pour autant heureux : il est homosexuel et son père ne lui parle plus depuis qu’il l’a appris.
Il y a aussi la fille, Annabelle, vivant à NYC, qui sort d’une relation compliquée et depuis toujours vouée à l’échec. 33 ans, célibataire, c’est chez son père qu’elle va se faire consoler.
Et puis il y a l’ex femme, celle qui a quitté Harry, qui s’est convertie, qui habite aussi Paris, celle qui ne sait pas communiquer avec sa fille et qui adore son fils.
Et enfin il y a Moshé, le rabbin de la ville où s’est installé Harry, qui ne partage pas du tout la même vision du monde, de la vie et de la religion qu’Harry mais avec qui il va développer en dépit de toutes vraisemblances ; une amitié forte.


Tout se petit monde s’envoie des mails et des lettres, et nous voilà au cœur de cette famille et de ses problématiques ; de ses questionnements.
On passe du rire aux larmes ; on se pose mille questions car ce livre est juste, il soulève des questions sans porter de jugements, sans prendre parti. Il suffit de 2-3 phrases distillées à droite à gauche pour nous faire réfléchir sur une nouvelle problématique et pointer du doigt un sentiment que l’on comprend, que l’on partage…
Les centres d’intérêts et les vérités sont propres à chacun et ici toutes les personnes sont différentes et aucune n’est d’accord avec l’autre. 
 

Ce roman épistolaire est prenant ; il est juste, il est incisif. Il m’a plu, il m’a touché.
Il parle de la vie, de la mort ; du pardon ; de ces certitudes que l’on a et qu’il faudrait parfois savoir remettre en question ; du passage à l’âge adulte, du poids que peut-être la famille malgré les joies qu’elle nous apporte, des non-dits que l’on regrette, de la religion qui peut être interprétée de 1000 manières différentes, et de l’amour.

Oui, pour moi ce livre est avant tout et surtout une ode à l’amour.


Ah oui j’ai aimé. Beaucoup. A la folie.
Je ne pourrais que recommander ce livre, une petite merveille je vous dis.

 

Ce livre rentre dans le cadre du challenge épistolaire organisé par Azariel et Anne So.

 challenge pistolaire2 (1)

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-les-terres-saintes—amanda-sthers-64665718.html

7
juil

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

le-cercle-litteraire-des-amateurs-depluchures-de-patates1

 

4ème de couverture :

 

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise.

 

 

Mon avis :

 

J’avais beaucoup entendu parlé de ce livre et pourtant il est bien resté 6 mois sur ma PAL avant que je ne me décide enfin à l’ouvrir (et encore, parce que je me suis inscrite à la LC sur Livraddict et qu’il ne me restait que 4 jours avant l’échéance, honte à moi…).
Avec le recul, autant vous dire que je regrette d’avoir attendu si longtemps !

Ce livre est une petite merveille, une bouffée d’oxygène.

Roman écrit sous forme épistolaire (on ne lit que des lettres) on suit la correspondance entre Juliet, (personnage central au sens de l’humour ravageur  et qui n’a pas la langue dans sa poche) son attaché de presse, son éditeur, sa meilleure amie et bien sûr, les membres du cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

Ce groupe, formé pendant l’occupation allemande, est composé d’une dizaine de membres, chacun étant bien sûr différent des autres mais ayant surtout vécu l’occupation de manière différente.
Tour à tour drôle, surprenant et sentimental, ce livre peut paraître « léger » (dans son style) mais décrit néanmoins avec brio les conditions de l’occupation : les couvre feux, les restrictions alimentaires, la vie des prisonniers étrangers… Amour et amitié sont aussi au rendez-vous, même entre les occupés et les soldats allemands – vérité qu’il est aussi intéressant de prendre en compte.
Au travers de tous ces personnages attachants, (que l’on aurait tant envie de rencontrer), Mary Ann Shaffer traite d’un sujet difficile avec beaucoup d’émotions.

Revenir sur ce livre pour vous en parler réveille le plaisir que j’ai éprouvé en le lisant, mais aussi la nostalgie qui fut la mienne en le refermant. Avec même une pointe de tristesse pour l’auteure, morte avant la sortie du livre sans en connaître le succès, et dont le flambeau a été repris par sa nièce Annie Barrows.

Je sais que je le relirai, ce qui ne m’est arrivé qu’une fois, et que je prendrai plus de temps pour apprécier chaque lettre, chaque échange, chaque sentiment.

 

Que vous dire de plus ? Lisez-le, de toute urgence.

 

Les avis des autres lecteurs de cette LC  :
Heclea, Evy, Belledenuit, Melcouettes , Jelydragon, Amandine, Neph, Ana76, Djak, Sita, Setsuka et Linou.

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-le-cercle-litteraire-des-amateurs-d-epluchures-de-patates-de-mary-ann-shaffer-annie-barrows-53554229.html