Les lectures de Cécile

17
nov

Goodnight Tweetheart – Teresa Medeiros

Goodnight-Tweetheart.jpg

Bloquée au chapitre 5 de son second roman depuis quelques années, Abby Donovan se voit créer par son agent un compte Twitter afin que ses lecteurs et fans ne l’oublient pas.
Après s’être connectée à ce compte, elle fait rapidement connaissance de Marc, un professeur de littérature anglaise qui a pris une année sabbatique pour faire le tour du monde.
Une relation via tweets (messages de moins de 140 caractères), s’installe entre eux.

« Perfect. He’s unemployed, divorced, has mommy issues, and can beat you at Trivial Pursuit because he has nothing better to do all day than sit around and watch TV. I hate to be the one to point this out, but he doesn’t exactly sound like a candidate for Mr. Right. Or even Mr. Right now. Maybe you should consider EscapedConvicts.com after all. You might be able to foubd some guy with a job, even if it’s only working in the prison laundry. »

Après n’avoir lu que des supers critiques sur ce livre, et avec l’enthousiasme de Pimpi et de Rose à l’idée de lire ce livre (en LC), j’avoue que j’attendais beaucoup (d’émotions ? de papillons dans le ventre ?) de Goodnight Tweetheart. 
Et bien, autant le dire d’emblée, c’est une déception pour moi.


Je me suis relativement ennuyée le premier tiers du livre que j’ai lu sans m’attacher aux personnages : je ne suis hélas jamais rentrée dans l’histoire que je suivais finalement de loin.
Je ne l’ai pas « vécu » comme j’ai pu le faire avec certaines lectures épistolaires (entre autre avec Léo et Emmi) et je ne me suis pas identifiée aux personnages qui m’ont laissés totalement insensible.

Le second tiers est plus dynamique et je me suis plus attachée à Abby et Marc, sans pour autant me retrouver en eux, et toujours, sans les papillons dans le ventre que j’espérais tant !

La dernière partie est la plus intéressante, celle où tout bascule, où le lecteur tombent des nus face à certaines révélations auxquelles il ne s’attendait pas. On est davantage dans l’émotionnel. (je n’en dis pas plus pour ne pas vous spoiler). Cette dernière partie m’a certes plus emballée et touchée que le reste du livre mais bon, encore une fois, je l’ai vécu de l’extérieur, sans ressentir vraiment d’empathie. 


Enfin, un des aspects les plus importants de ce livre et  qui m’a plu tout du long : Abby et Marc font perpétuellement référence, dans leurs échanges, à des livres, des films et des séries TV cultes et à leurs personnages : Lorelai de Gilmore Girl, les soeurs Bronte, Twilight, Buffy, Point break, Audrey Hepburn…
Ces références sont en quelques sortes à la base de leur relation et on se prend parfois à chercher de qui ils parlent ou à quel film il font référence (j’avoue être allée sur google à plusieurs reprises). 
On sourit à toutes les allusions et « inside joke » que l’on comprend (car pour ma part, beaucoup m’ont échappées et l’anglais ne m’a paru simple, voire au contraire, assez compliqué, pour un livre que je pensais léger, même si j’ai lu ce livre quasi d’une traite).

Les références pop culturelles font donc en partie l’originalité du livre mais elles ne m’ont pas fait tourner les pages à toute allure pour autant. Je ne suis pas non plus allée jusqu’à feuilleter plus en avant pour chercher des nouvelles références ou les noter dans un petit carnet ! :) Donc, si l’idée est certes originale et sympathique, elle ne m’a pas transcendée ou fait exploser de rire non plus.

– Abby_Donovan : Did you believe your wife was your sould mate when you married her ?
– MarkBaynard : I was 22. I believed in rainbows, fairies, and My Little Pony. Hell, I believe Ricky Martin was straight.

Encore une fois, peut-être est-ce parce que je n’ai pas tout saisi ?

Et pour finir, il reste un dernier aspect qui m’a gêné (car je ne suis pas sur Twitter ?) mais je trouve assez « spéciale » que les protagonistes construisent leur relation sur des messages de moins de 140 caractères. Je veux dire, du moment où la relation prend un peu plus de profondeur, n’a t-on pas naturellement envie de passer au moins à des e-mails ? 

Aussi, même si je ne sais pas vraiment comment ça marche, le but de Twitter n’est-il pas  de partager sa vie avec la planète entière ? (ou avec ceux qui vous suivent ?). Car là, finalement, vu qu’Abby et Marc ne se parlent que via messagerie privée, et donc qu’aucun followers ne les suit, on peut se demander pourquoi l’auteur a choisit Twitter ?

 

Conclusion en moins de 140 caractères :

– Cess_a_bit_desappointed: Peut-être que j’ai focalisé sur trop de détails mais je suis loin d’avoir ressenti une palette d’émotions comme je l’espérais en ouvrant ce livre …
– Cess_a_bit_desappointed: … livre que j’ai donc trouvé sympathique mais que je ne pense pas être un must-read.
(et je crois bien que je suis une fois de plus, la seule !:))  

MarkBaynard : Abby… are you still there ?
Abby_Donovan : I do believe you’ve left me tweetless.

L’avis de mes copines de LC, Pimpi qui a adoré : CLIC et celui de Rose : CLIC

 

lirenvo 19
 


importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-goodnight-tweetheart-teresa-medeiros-88613835.html

30
oct

Ne t’inquiète pas pour moi – Alice Kuipers

couv67833021.jpg

Une mère gynécologue très occupée par son travail et sa fille, l’adolescente type de 15 ans ne se voient presque pas et se parlent du coup via post-it collés à la va-vite sur le frigo.

Rappels des courses à faire, de la cage du lapin à changer, demande d’argent de poche… bref, des petits mots banals jusqu’au jour où la mère écrit à sa fille qu’elle  doit lui parler de la boule qu’elle a au sein… 


Coup de cœur pour beaucoup (je n’avais lu que des avis positifs), ce petit livre épistolaire est pour moi, une énorme déception.
Je ne me suis pas identifiée, je suis restée en retrait, et surtout, je n’ai pas trouvé cette relation mère / fille très crédible. 
Car entendons nous bien, on parle là de la relation entre une mère et une fille qui s’entendent bien, qui parlent des petits copains et tout ça. 

On n’est pas dans un scénario mère/fille qui ne se comprennent pas. Qui ne peuvent pas communiquer et qui préfèrent donc le faire via post-it.
Non là rien de tout ça, et du coup, je ne peux pas croire qu’elles ne trouvent aucun moment pour se retrouver. Je ne peux pas croire que toute leur relation se base sur des mots laissés sur une porte de frigo.

Ca en vient quand même à s’écrire des mots type « Ma Claire, je ne sais pas où tu es, peut-être dans le jardin … ».
Heu ? allo ???? Vous trouvez ça plausible  vous ? Que le mère écrive ça au lieu de tendre le cou et vérifier si sa fille est en train de prendre un bain de soleil dehors ???

Et attention, même une fois le diagnostique confirmé, leur correspondance continue de se focaliser sur l’argent de poche, le mec de Claire, et la cage de Jeannot le lapin a changer. Mouais.

 

Ceci dit, ce n’est pas ce qui m’a le plus dérangé dans ce livre car bon si la mère et la fille se voyaient plus, ou si la mère avait un portable (car oui, la mère n’a pas de téléphone alors que c’est la super woman, maman célibataire, qui travaille beaucoup), ce livre n’aurait pas lieu d’être. Non ce qui m’a vraiment dérangé, c’est Claire.

J’ai eu envie de la claquer tout le long de ma lecture ou presque. Certains penseront que son comportement est représentatif de la période un peu « rebelle » de l’adolescence. 
Pour ma part, je ne suis pas du tout d’accord. Je la trouve simplement très égoïste.

Je n’ai pas été forcément l’adolescente modèle non plus (au contraire) mais jamais, ja-mais, je n’aurais choisi d’aller en cours, le jour ou le petit mot de ma mère me demande de l’accompagner chez le médecin voir si elle a ou non une tumeur.

Et la fois où Claire décide de prendre ses affaires et aller habiter chez son père, alors que sa mère est assez mal au point, car elles se sont disputées à propos de son mec. Vous avez dit égoïste ?   

« Maman, si tu me cherches je suis sortie courir.
(…)
J’ai l’impression que ça fait des semaines qu’on ne se parle plus de rien. Je ne sais même pas ce que le docteur t’a dit sur le traitement et tout ça. Tout va bien ?

Mon contrôle s’est bien passé.
Bisous
C »

Voilà typiquement un des passages qui m’a fait grincer des dents. La mère a un cancer et la fille ne sait même pas quel traitement sa mère va subir ? REALLY ???????

On nage dans le pathos : ce livre a été écrit pour vous faire pleurer. Et ça marche d’ailleurs.
Oui. Moi aussi j’ai pleuré. Moi aussi j’ai fini le livre telle une fontaine. Et moi aussi j’ai été touché. Mais en même temps, la maladie et la mort sont des sujets touchants. Et hormis ces 4 dernières pages je suis restée totalement insensible à ce texte…

Dommage.  C’est clairement un rendez-vous manqué.

Les avis beaucoup plus enthousiastes de Clarabel, Adalana, Mlle P, Lily, Azilys, Sara, Acsylé
Celui plus mitigé (merci je me sentais un peu seule) de Stephie.  
Et merci à Radicale qui me l’a offert lors du SWAP Jeunesse. Cliquez sur son nom pour lire son avis mitigé sur ce livre. 

challenge pistolaire2 (1)5/5
Ce livre met fin à mon challenge épistolaire (je ne sais pas si il était encore d’actualité d’ailleurs :)). 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-ne-t-inquiete-pas-pour-moi-alice-kuipers-87594677.html

4
avr

La septième vague – Daniel Glattauer

 la7eme-vague.JPG

 

Oh.My.God.

Comment vous dire ?!
Je l’attendais cette suite. Vraiment. Vraiment. Vraiment. Il m’a fallu attendre un an pour retrouver Léo (et Emmi) de Quand souffle le vent du nord. Et un an c’est long quand on sait comment se termine le premier livre.

Et bien, je n’ai pas été déçue. J’ai envie de dire : Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii c’était GENIAL, mon cœur s’est retourné dans tous les sens et plusieurs fois, il a fait des flips et des flops par milliers. Oh.My.God.
Ils m’avaient manqué ces deux là.

Leurs échanges, leurs analyses des mots de l’autre, leurs peurs, leur envie de se voir, leurs vies, avec mais aussi sans l’autre, leur évolution, leurs métaphores, leur coup de gueule, leurs ruptures épistolaires, leurs soirées à picoler devant leurs écrans, les malentendus et les non-dits…

Bref, on retrouve tous, tous, tous les éléments qui nous ont fait aimer (adorer) le premier tome…

Un petit passage m’a un peu « moins plu » que le reste, cependant, mais bon franchement ce n’est rien, je l’ai vite oublié, car finalement, tout ce qui reste c’est toute la panoplie d’émotions par lesquelles je suis passée une fois de plus…

Ah la la. Je suis re-tombée amoureuse de Léo. Ah la la. C’était trop bon. C’était trop vite lu. C’était trop rapide. Ah la la.

 

 

 Un IMMENSE merci à Bladelor pour le prêt ! Comment te remercier ? Hein, Comment ??? Je te suis redevable. Pas moins. Voire plus.

 

 challenge pistolaire2 (1) 4/5

 

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-la-septieme-vague—70946905.html