Les lectures de Cécile

1
jan

Mini (pas si mini) bilan livresque 2014 :-)

 

Parce que chaque année je fais un bilan sous forme de questionnaire concocté par ma binomette adorée (questionnaire assez drôle car comme tout le monde le sait, nous sommes hilarantes avec Mlle Pointillés) (vous trouverez ceux de 2012 ici et de 2013 ici) et que cette année nous ne pourrons le faire que plus tard (la faute à Mlle P bien sûr), je vais vous parler très rapidement des tops et flops de cette année, et je reviendrai vous parler de cette année (point de vue livresque et personnelle) plus en détail un peu plus tard (ce qui peut-être en 2016 avec Mlle P)(oui en 2015 je suis encore sarcastique).
Cliquez sur les titres des livres en violet pour lire mes billets plus détaillés ! 

Alors…

 

Dans la catégorie « Inclassable »

tome1 EITExperiment in Terror » de Karina Hall
Une série qui mélange plusieurs genres, horreur, supernaturel, romance etc, et dont les tomes, bien qu’inégaux au niveau de l’action ont su me plaire. Cette série c’est :
– Des personnages principaux très originaux, touchants, réalistes et drôles, avec leurs qualités et leurs défauts. 
– Un style très prenant, bien écrit, très juste et réaliste.
– Des moments flippants, des moments couinants, des moments stressants, des déclarations qui font fondre nos petits cœurs de midinette, une tension sexuelle dès le premier tome qui atteint très vite des sommets, beaucoup de frustration, des remarques drôles (Dex <3) et des moments tristes (Dex !), où l’on ressent toute la peine et le désespoir de nos héros.
Experiment in Terror est une série en 9 tomes qui m’aura globalement emportée du début à la fin malgré certains tomes moins bons que d’autres.
Cette série, au risque de me répéter, est vraiment originale, très bien écrite, aux intrigues certes irrégulières mais parfois très flippantes et c’est une série dont j’ai adoré suivre l’évolution, tant au niveau intrigue que personnages, et que je suis finalement triste de quitter.
Je vous invite à lire mon premier billet qui vous parle de la série de manière générale avant de rentrer dans le détail de chaque tome ou mon dernier billet qui fait un récapitulatif global de la série et où je vous explique (sans spoiler) pourquoi je vous la recommande. 

 

 *******

Dans la catégorie « intense, dérangeant, je sors de ma zone de confort mais qu’est ce que c’est bien écrit »

mud veinMud Vein de Tarryn Fisher
Mud Vein, c’est l’histoire de Senna, une écrivain qui se réveille un matin au milieu de la neige.
Elle a été kidnappé. 
Alors qu’elle explore la maison, elle se rend compte qu’elle n’est pas seule. Isaac est là, attaché, dans une autre chambre.
Ensemble ils vont essayer de trouver qui… et pourquoi.
Mud Vein, c’est donc beaucoup beaucoup d’émotions, de magnifiques phrases, une écriture très belle et poétique et une histoire qui touche… mais qui brise le coeur aussi et qui devient même étouffante par moment.
Ce livre, c’est également une expérience en soi, qui m’a fait sortir de ma zone de confort, malgré le fait qu’il soit captivant et beau. En vérité, je suis passée par tellement d’émotions contradictoires en lisant ce livre que je ne pourrais même pas le recommander. 
Je vous en parle davantage ici en vous expliquant du mieux que je peux, sans spoiler, pourquoi ce livre m’a perturbée, touchée, envoutée, rendue triste… 

 
 *******

Dans les catégories « Erotique » et « romance Gay »

tryTry de Ella Frank (et à sa suite Take) 
C’est l’histoire de Logan, bisexuel beau gosse, intelligent, sûr de lui, et de Tate, qui sort juste d’un divorce et qui n’a jamais été intéressé par les hommes. 
J’ai aimé les personnages, leurs échanges, leurs altercations, leur humour, leurs disputes et le fait qu’ils se disent les choses ! Au moindre malentendu, ils en parlent, et qu’est-ce que c’est rafraîchissant par rapport aux romances habituelles !
C’est chaud, prenant, touchant même, les personnages sont attachants, pas prises de tête et c’est même couinant ! :)
Mon seul bémol va au fait qu’il y a un peu trop de scènes de cul… mais c’est un érotique après tout !
Un bon livre pour essayer le genre d’après moi. 

 

 

 *******

Dans les catégories « Rockeurs » « Je ris et je couine » 

playPlay de Kylie Scott. 
Nous avons d’un côté, Mal, le batteur d’un groupe de musique qui pour des raisons obscures cherche une fille bien pour « jouer » sa petite amie pendant quelques temps, et de l’autre, nous avons Anne, qui se retrouve avec des difficultés financières, à ne plus savoir comment payer son loyer…
Le vrai plus de ce livre sont les personnages : Anne a de l’humour et est sarcastique, Mal est très drôle (à la limite d’en faire trop) et les deux ensembles donnent des scènes marrantes, sexy et couinantes !
Je vous conseille d’ailleurs toute la série. Mon billet sur le tome 1 Lick, sur Play ici et sur le tome 3 Lead. 

 
*******

Dans la catégorie « YA Coup de poing »

le-faire-ou-mourirLe faire ou mourir de Claire-Lise Marguier
L’histoire de Damien, adolescent de 15 ans très sensible et qui se cherche.
On suit les pensées de Damien, lancées en vrac, dans un langage très parlé mais jamais gênant ou surfait, dans ce qu’on imagine être son carnet secret. A travers ses mots et émotions, on ressent son mal être de manière palpable, on subit avec lui le mépris des autres, on suit ses réflexions, toujours très justes, on assiste à de nouveaux sentiments, à de nouvelles (et très belles) amitiés, à cette sensation d’exister, de compter, de ne pas être jugé. 
Un livre coup de coeur et coup de poing. A lire ! 

 

 
*******

Dans la catégorie « Coup de coeur YA » et « premier amour cute à souhait » :

eleanorEleanor and Park de Rainboy Rowell
L’histoire d’Eleanor, une nouvelle dans un lycée et de Park, deux adolescents différents mais qui se sont trouvés.
Dès la première page on embarque dans leur bulle.
Je suis tombée amoureuse de Park, de ses comics, de ses hésitations, de ses phrases magnifiques, du fait qu’il soit différent des autres, de son amour pour Eleanor et même de ses hésitations…
Et je suis aussi tombée amoureuse d’Eleanor, de son humour, de son excentricité, de sa force, de sa beauté intérieure, de sa beauté extérieure qui se révèle peu à peu aux yeux de Park…
Tout est parfait dans ce livre, le style, les phrases, leur histoire, l’évolution de leur sentiment, l’ambiance et l’atmosphère, et les deux personnages si différents mais si vrais, si justes, si beaux et si… eux.

 

 *******

Dans la catégorie « Coup de coeur YA sur le thème de l’amitié / style sublime »

ari coverAristotle and Dante discover the secrets of the universe. 
Ce livre, c’est l’histoire d’Ari, un adolescent mélancolique, introverti, triste et qui est tout le temps en colère sans qu’il comprenne vraiment pourquoi.
Son frère est en prison, son père ne parle presque pas, sa mère n’est pas simple à déchiffrer et il n’a pas d’amis, ou plutôt, il n’en veut pas.
Jusqu’au jour où il rencontre Dante. Dante, qui est bizarre, qui est intelligent, drôle, qui dessine et qui dit ce qu’il pense, toujours.
Deux adolescents américano-mexicains aux caractères opposés, qui se cherchent et qui cherchent à découvrir tous les secrets de l’univers et qui vont trouver une amitié rare et précieuse avant de se trouver eux-mêmes.
Ce livre, c’est la perfection faite livre pour moi :  magnifique, poétique, touchant, beau, sincère, juste et prenant.
Un coup de cœur. 

 

 *******

Dans la catégorie « YA  très très original » les trois gagnants sont : 

pivot pointPivot point de Kasie West :
Dans ce livre, une petite partie de la population a des capacités surnaturelles et peuvent, par exemple, bouger des objets par la pensée, persuader des personnes de faire ce qu’ils veulent, savoir si les gens mentent ou encore effacer des souvenirs…
Toutes ces personnes vivent au Compound, un endroit tenu secret et invisible aux gens normaux comme vous et moi.
Addie, notre héroïne, a la capacité, quand elle est face à un choix, d’aller « regarder » le futur et voir ce que les deux alternatives lui réservent ce qui lui permet ainsi de prendre les meilleures décisions.
Lorsque ses parents divorcent, ils lui demandent de choisir entre rester avec sa mère au Compound ou partir avec son père habiter avec les gens « normaux » à Dallas au Texas. Addie va donc utiliser son don pour entrevoir les deux futurs.
Si l’on ne tient pas compte de quelques facilités au niveau de l’intrigue c’est un livre très bien écrit, très drôle, super original, bien mené et prenant, particulièrement à la fin avec ses rebondissements inattendus. Un bon moment que je recommande ! 

 

jellicoeOn Jellicoe Road de Melina Marchetta
Question originalité, vous serez servi avec ce livre ! 
Il s’agit de l’histoire de Taylor, jeune fille de 17 ans, qui est désignée, au début du livre, leader de son école (qui se situe à Jellicoe) dans une guerre territoriale qui les oppose, pendant 6 semaines, au Townies (les locaux) et aux Cadets (des élèves d’une école militaire  de Sydney qui viennent à Jellicoe 6 semaines par an). 
En parallèle,  nous découvrons, à travers un manuscrit, l’histoire de 5 jeunes qui ont vécu là il y a une vingtaine d’années.
Passé et présent s’entremêlent alors pour nous conter une histoire magnifique.

Si les débuts sont un peu difficiles niveau compréhension, il ne faut pas passer à côté de ce livre  unique, à l’écriture sublime et envoûtante, qui traite de sujets douloureux et dramatiques avec justesse et sans jamais en faire trop, et qui décrit aussi de très beaux moments.
On s’attache à tous les personnages, on suit deux histoires d’amitiés magnifiques, on est touché, on rigole, on verse quelques larmes et on tombe amoureuse…

 

sempre bisSempre de J.M Darhover
Haven Antonelli, 17 ans, esclave de deuxième génération, a grandi isolée du monde, passant ses journées à travailler dur et à être traitée comme une moins que rien. 
Carmine DeMarco, quant à lui, est un garçon issu d’une famille de la Mafia qui a grandi dans un environnement privilégié. C’est le bad boy par excellence, qui fait ce qu’il veut sans se soucier des conséquences.
Quand le père de Carmine, le Dr Vincent DeMarco achète Haven et l’amène chez lui, les destins se croisent et se mêlent, le futur se redessine et nous assistons, nous autres lecteurs, à un choc entre bien et mal, entre peur et espoir, passé et présent, vie et mort, amour et haine, maitre et esclave…
Mais ce livre, ce n’est pas une simple histoire d’amour entre deux adolescents, c’est bien plus que ça. 
C’est des personnages secondaires parfaits jusque dans les moindres détails de leurs imperfections,  un pavé de 560 pages que l’on dévore de la première à la dernière ligne, une écriture magnifique, qui fait vibrer, qui touche, qui fait rire, qui fait même presque pleurer. 
Sempre, c’est une intrigue géniale, prenante, intrigante et très bien menée mais c’est aussi des papillons dans le ventre, puis la peur qui nous étreint, des sentiments contradictoires et beaucoup de tension et de justesse. 
Bref c’est un bon livre ! :) 

 

 *******

Dans la catégorie Dark

dirty1Dirty de Cheryl McIntyre
L’histoire est celle de Link qui a assisté au viol et meurtre de sa petite amie, qui était toute sa vie, alors que lui même se faisait poignarder de nombreuses fois. 5 ans plus tard, la douleur est toujours aussi présente et il n’a qu’une envie : se venger.
Rocky, quant à elle, s’est faite violer au lycée, et son agresseur a été libéré faute de preuve.
4 ans plus tard, elle vit, ou plutôt survit, du mieux qu’elle peut : elle boit trop souvent et accoste des inconnus (d’une manière bien particulière que je vous laisserai découvrir dès le second chapitre) dans des bars pour se prouver (entre autre) qu’elle a le contrôle.
Ni Rocky ni Link n’ont vécu de moments joyeux, ou vécu tout court même, depuis leurs accidents. Aucun des deux n’a pu surmonter ni oublier son passé qui les tourmente au quotidien. Ensemble, ils vont évoluer, doucement mais sûrement.
Un livre dur, sombre, touchant, triste, addictif et chaud et surtout original. Un parfait mélange pour un feu d’artifice d’émotions.
J’ai adoré malgré quelques bémols ! 

*******

Dans la catégorie NA: 

ugly loveUgly love de Colleen Hoover 
L’histoire débute alors que Tate arrive chez son frère Corbin, chez qui elle emménage provisoirement.
C’est à ce moment là qu’elle rencontre, d’une manière étrange, Miles, le voisin et collègue pilote de Corbin.
Alors que Tate passe son master, travaille le reste du temps et n’a donc pas le temps d’entamer une relation, Miles, lui, ne veut même pas penser à en avoir une qui impliquerait des sentiments. Pourtant, ils sont attirés l’un par l’autre…
Quand ils décident de céder à cette attirance et à garder leur relation strictement sexuelle, Miles a deux règles :
1. Ne pas poser de questions sur son passé.
2. N’avoir aucune attente sur le futur.
Malgré un air de déjà-vu, cette histoire est unique et originale et surtout, l’écriture est sublime.
On rit, on pleure, on est touché et on ne peut pas lâcher le livre. De la tension et beaucoup d’émotions pour un livre que l’on vit. Une auteure à suivre. 

*******

Dans la catégorie « très bon moment » :

homardThéorème du Homard de Graeme Simsion
Don Tillman, 39 ans, brillant (quoi que particulier) professeur de génétique, est aussi aussi un génie qui souffre probablement du syndrome d’Asperger et qui est en tout cas socialement inadapté.
En se basant sur ses dernières (et catastrophiques) rencontres, Don décide de lancer l’«Opération Epouse » qui consiste à mettre au point un questionnaire de plus de 300 questions très précises, qui devrait lui assurerde trouver la femme parfaite.
Alors qu’il travaille sur ce projet, il rencontre Rosie, une jeune fille à la fois étudiante et barmaid qui recherche son père biologique.
Si je ne me suis pas attachée à Rosie ni à certains personnages secondaires, et que l’intrigue est un peu bancale par moments, je retiens surtout de cette lecture qu’elle est fraiche, légère, drôle et assez originale pour être prenante.

 

trente36 chandelles de Marie-Sabine Roger
Mortimer aura 36 ans à 11 heures. Et comme, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés le jour de leur 36e anniversaire, Mortimer ne voit pas pourquoi il ferait exception. 
C’est pourquoi il rend son appartement, pose sa démission, vend sa voiture, vide son frigo, fait le ménage et s’allonge sur son lit en attendant sa mort.  Mais le sort lui joue un drôle de tour. Car ce 15 février à 11h, Mortimer ne meurt pas. Le voici même en pleine santé mais sans travail et sans appart… et il va lui falloir désormais vivre vraiment, sans connaître l’heure de sa mort, comme tout un chacun, en somme.
J’ai mis du temps à m’attacher aux personnages et au style mais finalement j’ai trouvé cette lecture drôle, touchant, cocasse et sarcastique ; les personnages sont originaux, et bien que caricaturaux, ils n’en restent pas moins, finalement, bien attachants. Une lecture doudou ! 

 

*******

Dans la catégorie « j’élabore des théories »:

NOCTE-cover-600px-187x300Nocte de Courtney Cole
C’est l’histoire de Calla, une adolescente dont le frère est atteint de schizophrénie.  Elle est la seule à le comprendre, à pouvoir l’apaiser et à pouvoir le sauver.  Quand Calla rencontre le mystérieux Dare, un jeune homme plein de secrets, elle se sent rapidement attirée par lui et une connexion forte s’installe entre eux. Calla va alors devoir jongler entre sauver son frère, garder des secrets et découvrir ceux des autres…
J’ai adoré ce livre : on est pris de la première à la dernière page. Impossible de le lâcher !! 
On ne s’attache pas forcément plus que ça aux personnages mais ce n’est pas du tout dérangeant car ce livre est très prenant, très bien construit, très bien écrit, intriguant, pleins de mystère et même de romantisme et notre cerveau tourne à plein régime tout du long. On élabore de nombreuses théories et on finit le livre hors d’haleine, mentalement épuisé et sur un cliffhanger mais avec l’esprit apaisé d’avoir enfin des réponses à de nombreuses questions ! Tout est pensé et réfléchit, tout se tient, c’est un véritable page-turner auquel on pense encore quelques heures après l’avoir terminé et que je conseille vivement !

liarsWe were liars de E. Lockharts
Une famille composée des grands-parents, de 3 mères et 7 petits enfants.
Une île privée sur laquelle ils se retrouvent tous chaque année pendant l’été. 
Quatre adolescents inséparables. Et puis, l’été des 15 ans. 
Un accident et une une des filles retrouvée dans l’eau qui souffre désormais de migraines et qui ne se souvient plus d’une partie de cet été.
Ce livre est prenant, bien écrit et très bien construit : il retourne le cerveau et on élabore des dizaines et des dizaines de théories !  

 

 

*******

Dans la catégorie « grosse déception » :

bird boxBird Box de Josh Malerman : 
Imaginer que vous ne puissiez pas regarder dehors sous peine de mourir immédiatement d’une horrible manière. 
Imaginer ne pouvoir sortir de chez vous que les yeux bandés, et ne pouvoir les ouvrir chez soi qu’à condition d’avoir recouvert intégralement toutes vos fenêtres et verrouillé votre porte. 
Vous ne savez pas ce que vous verriez dehors si vous ouvriez les yeux mais vous avez pourtant une certitude: vous n’y survivriez pas. 
Alors, quand Malorie décide de partir de chez elle avec ses deux enfants pour rejoindre de potentiels survivants de ce monde post apocalyptique, elle entame un périple dont elle sait avoir peu de chance de ressortir vivante mais auquel elle a préparé ses enfants dès leur naissance.
Grosse déception pour ce livre qui a été encensé ! 
Je n’ai pas du tout été angoissé, je ne me suis pas du tout attachée à l’héroïne et ses enfants, et si la question de savoir quel était le phénomène extérieur qui tuait m’a tenue en haleine un certain temps, je m’ennuyais tellement que j’ai quand même abandonné ma lecture à 60%. Et j’ai bien vu ce qu’on m’a raconté de la fin ! 

 

*******
Dans la catégorie Romance Historique (cliquez sur la couverture pour lire mon billet) : 

cercle des canailles

 

*******

Dans la catégorie « la couverture la plus WTF »  (je vous laisse cliquer sur les couvertures pour lire les billets):
young gentleman   aladin-et-son-prince-charmant--dans-le-repaire-du-dragon-309368 

 

 

*******

Et enfin dans la catégorie « je n’ai pas aimé » / billets parenthèses (cliquez pour les billets):
prisoner BP baxcouv une semaine demonica,-tome-1---plaisir-dechaine-1289012-250-400 loup

 

et enfin dans les catégorie « je parle de moi et je vous explique »: 
Pourquoi j’aime les Romances Historiques, et pourquoi je n’aime pas les triangles amoureux !  

 

Voilà pour mon premier bilan livresque. 

En 2014 je n’ai pas voulu arrêter mon blog, et pour cause, j’ai décidé de bloguer sans me prendre la tête.
Résultat, je n’ai pas publié régulièrement sur ce blog, et pas sur toutes mes lectures (juste sur celles qui valaient la peine, qu’elles soient bonnes ou mauvaises) et je ne me suis pas formalisée quand j’avais peu de commentaires. 
Du coup je n’ai pas blogué régulièrement, mais toujours avec plaisir, et je crois que c’est la meilleure façon de bloguer: quand on peut, quand on veut, et sans contraintes ! 
Alors, je ne vous promets pas de publier des billets super régulièrement en 2015, mais à priori, je peux vous promettre d’être là :-)

Je vous retrouve donc bientôt pour un bilan 2014 plus détaillé, plus personnel et bien plus drôle (normalement) et en attendant, je vous remercie de me suivre, et de partager vos avis et mes lectures! 
Très bonne année 2015 à vous tous ! Je vous souhaite tout le meilleur :-)) 

 

14
jan

Le loup et la colombe – Kathleen Woodiwiss

loup
Oui, cette couverture vent du rêve.

Il y a environ 6 mois, j’ai lu « le loup et la colombe ».
Déjà car ce livre rentrait dans le challenge « Harlequins 90’s » de Karine (terminé depuis) (je mets un point d’honneur a ne pas réussir mes challenges) et aussi car c’était la romance préférée de ma copine B durant sa jeunesse.

Aujourd’hui, le souci, c’est que je me souviens de très peu de choses. Voire, de rien en fait, si je veux être tout à fait franche…
Du coup, pour me souvenir de ce livre, j’ai décidé de recopier ici tous les passages que j’ai soulignés durant ma lecture et d’en commenter certains, en espérant que le tout formera une histoire cohérente à vous raconter, pleine de détails over intéressants (comme vous vous en doutez).

 

« Les mains appuyées par terre, Aislinn leva vers son tourmenteur deux yeux violets brillants de haines. »
Bien. Nous savons désormais que l’héroïne s’appelle Aislinn et qu’elle elle a des yeux violets (si communs).
On apprend aussi qu’elle est tourmentée ce qui me rappelle qu’en effet, son village a été attaqué, et que son père, qui en était le chef, est mort.

 

« Là, incapable de se contenir davantage, elle poussa un cri de rage et leva la main pour le souffleter ».
Bon. Nous pouvons déduire de cette phrase qu’Aislinn ne gifle pas. Elle soufflète.
Et on apprend également que je ne mens pas quand je dis que ce livre date…

 

« les cheveux de la jeune fille captaient la lumière du feu à chacun de ses mouvements. Ils étaient d’une couleur peu commune pour une Saxonne. Elle avait aussi des yeux étonnants. Ils semblaient noirs sous l’effet de la colère provoquée par l’examen dont elle se sentait l’objet. Mais, au repos, ils étaient violet clair ».
Une mine d’informations que ce passage !
– Les cheveux d’Aislinn captent la lumière du feu quand elle bouge et ce sans avoir besoin d’utiliser un shampooing à la gelée royale réflecteur de lumière.
– Ses yeux changent de couleur selon ses émotions et peuvent passer du violet clair au noir en moins de temps qu’il n’en faut aux héros de la Confrérie pour bander.
– Enfin, on apprend que ses yeux peuvent être au repos, comme son érection (si c’était un homme).

 

« D’un mouvement vif, il se retourna pour faire face à Aislinn qui en eut le souffle coupé. Ses lèvres retroussées découvraient de puissantes dents blanches ».
Voilà une information des plus capitales sur notre héros même si nous ne connaissons (ou plus exactement, même si nous ne nous rappelons) pas encore son nom.  Il a des dents puissantes. Oui ces dents là ne sont pas de simples dents, mes amis, elles ont du pouvoir, de l’énergie, de la force. Elles sont puissantes. Et ça, je veux bien croire que ça coupe le souffle de notre héroïne.  Car vous savez ce que dit le dicton « plus les dents sont puissantes, plus le zgueg l’est aussi » (désolée, je devais placer le mot « zgueg » dans un billet depuis mon week-end à Marseille en Mars dernier. C’est chose faite)(Allez, souffletez-moi, je le vaux bien).

 

« Et celui-là, qu’en pensez-vous ? Il m’a torturée et violée. En ferez-vous autant ? ».
Ses yeux violets, voilés de larmes, brillaient d’indignation.
Wulfgar secoua la tête, et d’une main, lui souleva la tête.
– Non, j’ai d’autres méthodes pour dresser une fille comme vous. Le plaisir peut faire merveille quand la douleur ne sert à rien. »
Ouh la la mais qu’apprenons-nous là ??? Notre héroïne s’est donc faite violée par un des méchants et ses yeux restent violets quand ils brillent d’indignation alors qu’ils sont noirs quand elle est en colère (toi aussi, joue et gagne un skittles violet en répondant correctement à  la question suivante: de quelle couleur sont les yeux d’Aislinn quand ils brillent d’un plaisir tout orgasmique ?)
Nous apprenons également que notre héros s’appelle Wulfgar (vous ne pouvez vraiment pas m’en vouloir d’avoir oublié) et qu’il dresse les filles en leur donnant du plaisir plutôt qu’en les violant, ce qui selon moi, n’est pas un mauvais principe.
Pour ce qui est de son affirmation que la douleur ne sert à rien, je le laisserai argumenter avec Christian Grey, je ne veux pas prendre partie.

 

« Elle avait conscience de son corps dur, menaçant, contre le sien. D’un bras, il lui serrait la taille, implacable et, d’une simple pression de la main qui lui tenait la tête, il pouvait lui briser le crâne. (C’est ce qu’on appelle avoir une poigne de fer). Mais quelque part, tout au fond de son être, une étincelle jaillit, secouant son corps et son esprit de leur réserve glacée, les entraînant dans un tourbillon d’émotions inconnues. Le contact, le goût, l’odeur de cet homme lui procurèrent soudain une sensation étrange faite d’une sorte d’ivresse merveilleuse. Elle cessa de se débattre. D’eux même, indépendamment de sa volonté, ses bras se levèrent, enlacèrent son dos, et une vague de feu brûlant la fit fondre. Peu lui importait qu’il fût un ennemi et qu’on l’ait violé la veille et qu’on les regardât, les entourant de près. Elle était seule avec lui. »
Que nous apprend ce passage ? Rien à part que nous sommes seulement à 8% et que ce livre risque d’être long. M’enfin à ce stade, on espère encore que le héros saura nous sortir de notre réserve glacée, en nous faisant ressentir une sensation faite d’une sorte d’ivresse merveilleuse (à mes souhaits) et qu’une vague de feu brûlant nous fera fondre (enfin pas littéralement, bien sûr). En bref. On veut du cul et on espère que le héros saura nous échauffer. (ce qui n’arrive pas, si vous vous posiez la question).

 

« Ses cuisses étaient littéralement soudées aux siennes et elle sentit le désir qu’il avait d’elle. »
Encore une auteur qui a bien compris le terme « littéralement ».

 

« Prends garde ! Tu n’es pas la première et tu ne seras pas la dernière.  Aucun lien ne peut m’attacher à une femme. Ne me donne pas ton cœur. »
Comme quoi les héros qui pensent ne jamais pouvoir tomber amoureux existent depuis fort longtemps. Rassurez-vous, il tombera amoureux quand même va. Car Aislinn suce bien. (ça va je déconne).

 

« Il fût à nouveau conscient de son parfum délicat, comme celui de la lavande en mai. »
Ah ! L’odeur de notre héroïne, je ne l’espérais plus ! Mais je ne regrette rien, il est d’une précision déconcertante vu que nous savons désormais qu’elle ne sent pas la lavande de fin avril, ni celle de début juin mais précisément celle de mai.

 

« Son pouce, lentement, passa sur le bout de son sein :
– Oh ! qu’as-tu là, petite ! Cela m’intéresse.
– Messire, vous avez déjà joué à ce jeu avec moi. Vous m’avez vue sans vêtements et vous savez parfaitement ce qu’il y a sous ma robe. »
Bon. Ce dialogue de haut niveau nous apprend :
– Que Wulfgar est débile.
– Qu’il prend sa copine pour une demeurée
– Que l’auteure ne maitrisait pas encore tout à fait bien l’art d’exciter ses lecteurs
– Qu’Aislinn ne maitrise pas l’art de l’ironie et de la question rhétorique.
– Que B, ma copine, était une ado très facile à complaire.

 

« Je voudrais davantage. Oui, il n’a pas été le premier à se servir de moi, mais ses attentions n’ont donné un droit, si petit soit-il, sur lui. Je ne suis pas une fille des rues que l’on prend et laisse. »
Je ne sais pas pourquoi j’ai souligné ce passage (des fois mon esprit est un peu bizarre, même pour moi)(heureusement, c’est rare) mais au moins, il me rappelle que notre héroïne passe tout le livre à nous souler (et à souler Wulfgar) pour qu’il se marie avec elle. Vraiment, ce livre était passionnant. Vraiment.

 

« Putain à Normands qui couche avec ces porcs, que tes oreilles s’allongent comme celles d’un âne et que ton nez devienne verruqueux comme celui d’un crapaud ! »
C’est sûr, c’est plus classe que « Sale pute, va te faire foutre connasse, je t’emmerde ».

 

« Le printemps éclata dans une myriade de fleurs dont la plus belle était Aislinn. »
Une romance des années 90 quoi.

 

Alors, finalement est-ce que vous avez compris la romance avec mes extraits ?
Non ?
Bon.
Mais vous avez compris l’essentiel à savoir qu’elle croit qu’elle se fait violer par un méchant, qu’au final ce n’est pas le cas, qu’elle tombe amoureuse d’un de ses ennemis, que lui résiste jusqu’à la fin mais finit par reconnaître qu’il l’aime aussi, et qu’ils vont avoir un enfant ensemble ?
Oui ?
Bon alors vous avez compris l’histoire, faites pas chier, c’était pas compliqué.
Et qu’est-ce qu’on retient de tout ça ?
Que B a de meilleurs goûts en romance maintenant qu’avant ? Oui.
Que cette romance était ennuyante ? Oui m’dame.
Que du coup, ça risque d’être la première et la dernière que je lirai pour le challenge de Karine ? Tout à fait mon capitaine. (en même temps le challenge est terminé depuis 6 mois, ça tombe bien).
Que vous m’aimez ? Bien sûr.

 

Le loup et la colombe – Katheen Woodiwiss 
Editions J’ai Lu – 370 pages (et 369 de trop). 

65408451_p D’autres billets chez Stephie.

16
juin

Moi, dans la vie, j’aimerais être comme Bella de Twilight… (ou pas)

Si j’avais été Bella dans le 4ème volet de la série Twilight, j’aurais pu :

 


1. 
Ne jamais sourire 

579907_10150914927283579_1647458352_n.jpg

2.  Avoir toujours l’air shooté la bouche à moitié ouverte en pensant que, peut-être
ça me rend sexy. 

2 2bis 2bisbis 
Oh oui Bella, fait l’amour à la caméra… 

<!–[endif]–>

 

3. Voir mes proches heureux de me voir me marier
3


4. Avoir l’impression de me rendre à un enterrement plutôt qu’à mon mariage,
4-copie-1
Et dire que c’est le plus beau jour de ma vie…

 
 

5.   Embrasser mon mari pendant 10 minutes comme si il n’y avait pas d’invités
autour de nous en train d’attendre 
qu’on veuille bien mettre un terme 
à ce baiser (ou qu’on trouve une chambre) pour
boire une coupette ou deux de champagnes.  

5

6. Quitter la soirée de mon mariage en plein milieu pour danser, au mileu des bois, avec mon meilleur pote (qui n’a pas daigné se rendre à la cérémonie)(et qui accessoirement est fou de moi)(et bientôt de ma fille mais chut, ça, on ne le sait pas encore)

jacob-et-bella.jpg
 – Bella  tu ne devrais pas pleurer.
– Si, on pleure aux mariages.
(Oui Bella, tu as raison, mais normalement, c’est de joie).  

 

 7. Partir en voyage de noce sur une île et me rendre compte que je ne m’étais pas rasée pour mon mariage et que donc ce serait bien que je le fasse pour ma nuit de noce    

7

 8. Me réveiller le lendemain de la dite nuit de noce ma virginité en moins avec des plumes 
sur ma tête

8.jpg 

 

9. Et une chambre cassée
9-copie-1.jpg
Comment la chambre a pu t-elle être mise dans cet état sachant
qu’ils sont restés dans le lit ?


10. Passer mon voyage de noce à baiser jouer aux échecs,
10.jpg
Dans le salon…

10-bis.jpg
Devant la baie vitrée…

10-bis-bis.jpg
Ou encore sur la plage… 



11. Essayer d’aguicher mon mari avec des petites tenues …
11 
 
 


12.
<!–[endif]–> et me rendre compte qu’il préfère me couvrir d’un drap plutôt que de me toucher.
12.jpg

 
 

13. Manger du poulet au petit déjeuner
13.jpg
Mmmh miam miam.

14. Vomir le sus-mentionné poulet
14.jpg
Qui ne devait pas être si bon que ça tout compte fait.


15. Annoncer à mon mari qu’il va être papa et apprécier sa réaction
et sa démonstration de joie.

15.jpg 
Carlisle te débarrasera de cette chose. 

 

16. Avoir une belle sœur qui fout les boules
16.jpg 

 

17. Avoir une gueule, qui fout les boules
17.jpg
On peut bien lui laisser ça : Elle n’a pas eu peur de s’amochir pour le film…

 


18. Avoir mon meilleur pote qui fait 3 apparitions dans le film dont 2 fois en loup.

18.jpg
 Si c’est comme ça, moi, je pars, je renverse ma moto, je me transforme
en loup et  je boude. 
A-ouuuuuuuuuuuuu, A-ouuuuuuu.

 

19. Avoir une mine et une ligne sublimes lors de ma grossesse.

19
Il parait qu’un bébé est une fille quand la mère est malade et est moins jolie qu’avant
car la fille lui volerait sa beauté.

Dans le cas de Bella, la théorie se confirme.   

20. Pouvoir choisir des prénoms monstrueux et voir
qu’ils font presque l’unanimité

20.jpg
Renesmée donc…


21. Accoucher en clinique privée avec des medecins reconnus.

 21.jpg
Ceci est un scalpel qu’elle vient d’enfoncer dans le ventre de Bella 
(sans 
anésthésie au préalable)

22. Voir mon mari tenir mon beau bébé plein de sang dans les bras tout en faisant
la petite moue qu’il fait quand il est fâché, ou triste, ou heureux, ou heu, dès qu’il veut faire
passer une émotion en fait.

22.jpg
Bienvenue dans ce monde merveilleux Renesmée. Tu es magnifique, même avec tout ce sang. D’ailleurs tata va te laver avant que tonton veuille te croquer toute crue.
Ah, et, désolée pour le prénom, j’étais shooté quand je l’ai choisi…
Mais bon tu t’en fous, t’as déjà un admirateur.
Et tu seras gentille de passer outre le fait qu’il était amoureux de moi avant.
Et qu’il a 20 ans de plus que toi cela va sans dire… 


23. Avoir du mal à me remettre de la césarienne
23.jpg 
Tu m’étonnes Simone… 

 

24. Mais me réveiller tout de même fraichement maquillée et les yeux légèrement rougis
24.jpg 
Tu as repris des couleurs ma chère, ça te sied à merveille. 

 

 

Bref, si j’avais été Bella, dans Twilight 4, j’aurais fais rêver des milliers de filles avec ma vie si parfaite quoi…

Mais je ne suis que Cess et bizzarement Bella ne me fait pas rêver et ce film encore moins. 
Je trouve les acteurs mauvais: Kristen Stewart croit qu’elle peut faire passer toutes ses émotions en entrouvrant la bouche et Robert Pattinson (purée, il s’appelle quand même Robert hein !) en faisant la moue. Quant aux autres personnages, on les voit très peu mais celui qui joue Jacob sait très bien courir.
J’ai trouvé les effets spéciaux, notamment quand les loups courent, très moyens: on dirait qu’ils ont pris les loups et qu’ils les ont posé sur l’image de fond au lieu de les incérer dedans, ça ne fait pas du tout réél. 
L’histoire est à pleurer. Concrètement, il ne se passe rien : ils se marient, et Bella attend un bébé. Résultat : c’est quand même dommage d’avoir coupé ce livre en deux vu que l’action se situe dans la seconde partie et que ce premier volet en manque donc cruellement.
Sans action et sans papillons dans le ventre, mais avec en plus, une Bella qui donne l’impression de vouloir se suicider le jour de son mariage, (tout comme son père qui l’amène à l’autel) autant vous dire que dès le début, on commence à déprimer. 
On espère du coup que ça va s’améliorer mais non, elle ne sourit pas une fois dans le film, et Edward, quant à lui, manque cruellement de crédibilité dans le rôle de « je vais mourir si tu meurs, ah non tiens, j’entends le bébé dans ton ventre, il me dit de te dire que tu as une belle voix et qu’il t’aime, ah et il aime ma voix aussi, bon alors dans ce cas ok, je l’aime aussi tiens ». Enfin, la fin est ultra gore, et je n’ai pas compris comment on peut nous faire croire que Bella ne s’est même pas évanouie pendant qu’on lui ouvrait le ventre sans anésthésie…

Bref ce film, pour moi, c’est du grand n’importe, beaucoup de cernes (tous les personnages vampires en ont), pas de rêves, pas de papillons, pas de soupirs, pas de torse de Jacob musclé, une Bella qui aurait pu poser pour Benetton pour la campagne de lutte contre les anorexiques, un peu de gore et pas d’action. (un mélange gagnant quoi).

Et j’avoue que savoir que des milliers de filles voudraient ressembler à Bella, moi ça me fout les boules… (surtout qu’elle n’a pas l’air d’avoir eu beaucoup d’orgames). 

 
 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-moi-dans-la-vie-j-aimerais-etre-comme-bella-de-twilight-106998498.html