Les lectures de Cécile

4
oct

Je détestais quand les gens n’avaient pas la politesse de s’énerver en symbiose avec moi.

couv16691678.jpg

Dans le premier tome, l’héroïne m’a autant plu qu’elle ne m’a agacée.

Je m’explique :
Maeve est une héroïne qui n’a pas la langue dans sa poche, qui ne réfléchit pas vraiment avant d’agir et qui est dotée d’un humour certes pas toujours très fin, mais qui m’a tout de suite plu. (En même temps, je ne suis pas connue pour la finesse de mon humour…). En plus de ça, mademoiselle jure, mademoiselle boit et mademoiselle couche ! On est loin des vierges effarouchées (étroite, au goût de miel, qui se mord la lèvre) et c’est tant mieux !
 

Bon mon barman jouait toujours les inaccessibles. Soit je montais sur le comptoir et déchirais accidentellement mon top, soit je me fendais de mon sourire le plus charmant. N’étant vraiment pas d’humeur à rire, j’envisageais sérieusement la première option lorsqu’une tête se pencha vers moi.
– Qu’est ce que tu prends ?

Ces aspects font d’elle une héroïne comme je les aime, une héroïne qui a du caractère…
Sauf que voilà, la miss a d’autres côtés beaucoup plus agaçants : je l’ai trouvé assez égoïste et surtout, un peu trop facilement irritable. Elle a un net penchant pour les gros mots, pour les insultes et pour la bagarre ce qui peut être énervant à la longue.
Finalement, j’ai trouvé que Maeve n’était pas forcément attachante dans ce tome (je précise car cela change dans le tome suivant), peut-être parce qu’elle-même ne se laisse pas aller à ressentir des émotions trop fortes et qui pourraient se retourner contre elle.

Question personnages, j’ai carrément détesté Elliot et Brianne qui n’ont clairement pas les réactions qu’on attend de la part de meilleurs amis. Brianne n’est pas digne de l’amitié de Maeve et ses réactions face à son petit copain violent sont hallucinantes.
S’il y a bien un personnage dans cette série que je ne sens pas, c’est bien elle.

Malgré cela, j’ai passé un très bon moment avec ce premier tome qui pose les bases de l’histoire. Et si l’action arrive un peu tard, on ne s’ennuie pas pour autant.

Alors, oui il y a des éléments « déjà vus », notamment le côté « vampire » déjà beaucoup exploité même si différemment, mais il y a également tout un aspect très novateur. Le côté Sihr et toute la mythologie autour de ces immortels, de ces mages et de la magie est très riche et très particulier. J’ai vraiment aimé cet aspect innovant et j’étais curieuse de savoir comment l’auteure allait l’exploiter par la suite (et je n’ai pas été déçue).

Finalement, oui il y a des vampires, et oui Maeve est « différente » de ce qu’elle pense être au début, et ça, c’est du déjà vu, mais les ressemblances s’arrêtent là.
Marika Gallman a su créer des personnages singuliers, (n’essayant d’ailleurs pas forcément de les rendre attachants)(au contraire ?), un univers différent, une ambiance particulière et surtout, à la base de l’intrigue il y a une prophétie, et ça aussi c’est nouveau !

Et puis, il y a Lukas. Il est clairement le personnage qui m’a le plus plu avec sa « sexytude », et ses airs arrogants et supérieurs qui cachent en réalité un passé plus sombre, des blessures et des faiblesses qui ont su me toucher.  

Enfin il y a la fin… La fin qui, sans être un supplice, nous donne clairement envie de continuer l’aventure et d’en savoir plus…


couv44832257.png 

C’est pourquoi j’ai très vite enchaîné avec le second tome dès que j’en ai eu l’occasion, et si le premier livre n’était pas un coup de coeur, je peux vous assurer que ce second tome déménage.

J’ai adoré ce tome. 
Niveau action, ça ne s’arrête pas, il y a de nombreux rebondissements et l’on suit une Maeve plus humaine, plus touchante, moins sûre d’elle et moins «  à claquer ». Elle garde cependant son sens de l’autodérision et de l’humour qui m’avaient déjà plu dans le premier tome. 

Les personnages secondaires qui sont introduits m’ont beaucoup plu ! Particulièrement Barney dont j’apprécie l’humour, Cormack et son « collier vert » ainsi que Julian et son regard innocent sur les choses qui l’entourent (bon en fait, ce n’est pas vrai : je ne supportais pas Julian au début, j’avais mes raisons… Mais maintenant je l’aime bien !)

– Il resta figé, droit comme un « i », à méditer silencieusement ce que je venais de lui dire. Il semblait toujours pas s’être offusqué du ton que j’employais.
Emmerdeur. Je détestais quand les gens n’avaient pas la politesse de s’énerver en symbiose avec moi.

Les autres personnages, que l’on avait, pour certains, déjà croisé dans le premier tome, prennent de l’importance et ont un plus grand rôle à jouer, pour notre plus grand plaisir.
Il y a, entre autre, Lala et ses monosyllabes mais aussi (et surtout) un Lukas quelque peu différent, pas forcément de très bonne humeur (c’est un euphémisme) mais toujours aussi craquant…

– Depuis le premier où je t’ai vue. Tu me rends fou. Toute ta force, ta fragilité. Et cette partie de toi dont tu as si peur et qui fait toute ta beauté.
Ma gorge se serrait à mesure qu’il parlait.
– Et je te hais tellement, tellement, chuchota-t-il.

Autant de personnages et de personnalités différentes qui apportent un plus indéniable à l’ambiance qui peut être parfois pesante. Car soyez préparés, dans cette série, les méchants sont cruels et insensibles.

L’histoire, quant à elle, est très bien menée, on a sans cesse envie d’en savoir plus. Dans ce tome, pas besoin d’attendre pour avoir de l’action : chaque fin de chapitre nous intrigue et nous laisse sur notre faim et la scène finale vaut clairement le détour.

 

Vous l’aurez compris : si vous n’avez pas été convaincu par le premier, vous devez laisser une chance au second !
Et si vous aviez aimé le premier, alors vous allez comme moi, adorer ce second tome !
Mais soyez prêts : La fin elle est tout simplement horrible.
Marika Gallman nous laisse frustrées, avec des questions et des doutes pleins la tête… 
Vivement la suite !
 

– C’est pourquoi il est très important que vous vous entendiez, tous les deux.
Je te demanderai donc de faire un gros effort.
– Pourquoi ? Fis-je, légèrement vexée.
Barney sourit. C’était un des sourires que je haïssais. Un de ceux qui signifiaient « si tu savais » et « tu verras » en même temps, additionné d’un « ça m’amuse déjà comme un fou ».
– Tu n’es pas ce qu’on pourrait appeler facile à vivre.

Editions Milady
Maeve Regan 1 – Rage de dents – 397 pages
Maeve Regan 2 – Dent pour dent – 480 pages

 

Et demain, si vous êtes sages, je vous fais gagner le tome 2 dédicacé !

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-je-detestais-quand-les-gens-n-avaient-pas-la-politesse-de-s-enerver-en-symbiose-avec-moi-110824233.html

5
mar

Mordre vous va si bien, les vampires de Chicago tome 4- Chloé Neill


mordre vous va si bien

4ème de couverture : 
Le maire de Chicago convoque Merit et Ethan, le maître de la Maison Cadogan. Trois femmes ont disparu après avoir été violemment attaquées par des vampires. Son message est simple : s’ils ne remettent pas de l ordre dans leur Maison, il prendra les mesures qui s imposent… Merit doit mener l’enquête, mais difficile de savoir sur qui compter. Elle ne tarde pas à se retrouver plongée au cœur de la société surnaturelle où les êtres les plus cruels sont prêts à réaliser les pires cauchemars des humains.

Mon avis :  
Voici un livre que j’ai lu il y a fort longtemps il me semble, car je ne me souviens plus de l’histoire en détail…
Ce qui n’est pas si mal finalement car je vais pouvoir faire un billet court, pour une fois ! (Je vous vois d’ici en train de penser: « ah bah elle devrait écrire tous ses billets trois mois après avoir lu les livres!) 

 

Voilà donc ce que j’ai retenu de ce tome :

– Un manque d’actions qui est quand même une caractéristique de cette série. Cependant, je tiens à préciser qu’on ne s’ennuie pas pour autant ! Les pages se tournent facilement.
– Le manque de passage « Ethan / Merit ». Mmmmh mais moi j’aime quand ils sont ensemble et qu’ils se cherchent, dommage de nous priver de leurs échanges et de la tension (sexuelle ?) qui existe entre eux et qui est présente à chacune de leur rencontre.

« – Je t’aurai dans mon lit, Sentinelle. Et à mon côté. C’est une promesse.
– Tu me provoques pour essayer de me séduire ?
– Est-ce que ça fonctionne ? »

– Pas assez de Malory ou de Catcher (mais le sixième tome devrait remédier à cela ! Cool.)
– Une héroïne, Merit, que j’apprécie toujours autant. Elle est forte, têtue, loyale et sarcastique, tout en étant sensible et attachante.
– Un personnage masculin, Ethan, qui me fait toujours autant craquer… Soupirs.
– Des répliques qui arrivent toujours au bon moment et qui sont toujours aussi drôles.
– Morgan qui est un gros connard. 
– Quelques rebondissements et passages inattendus, et quand je parle de rebondissements et révélations inattendues, je ne fais même par référence à cette :
– Fin qui est horrible, terrible, qui nous fait hurler et surtout qui m’a fait aller directement voir les spoilers du prochain tome. Tome que j’ai d’ailleurs commandé illico presto en anglais (même si il traine encore dans ma PAL !). Une fin digne de VA3 ou de Fever 3 et 4 où l’on maudit l’auteure. 

 

En bref ? Un tome un petit peu moins bon que le précédent mais que j’ai quand même beaucoup apprécié. De l’action, des rebondissements, un cliffhanger de malade, des personnages principaux et secondaires (Catcher, Mallory, Luc, Jonah, Lindsey…) très attachants. Le tout donnant une série que je continue de suivre avec un plaisir renouvelé à chaque tome.

abc4  volage gris 2-1 4

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-mordre-vous-va-si-bien-chloe-neill-100620785.html

19
nov

Mordre n’est pas jouer, les vampires de Chicago tome 3 – Chloé Neill

mordre-n-est-pas-jouer.jpg


Voilà un tome qui me réconcilie avec cette série.
C’est en effet déçue que j’ai refermé le second tome qui manquait franchement d’actions – à tous les niveaux. 

Dans ce tome-ci, plus d’actions, des nouveaux personnages, une offre secrète d’emploi pour Merit, des métamorphes loups à protéger, plus d’entrainements et enfin, enfin ! un rapprochement que l’on attendait plus !

Je suis défait devant toi, Merit. Complètement. Au cours de ma très longue existence, je n’ai jamais rien désiré autant que toi. 

J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à lire ce livre, et non (!) pas seulement pour le susmentionné rapprochement… Ahem.

J’ai eu du plaisir car Merit est une héroïne qui me fait toujours autant rire et dont j’apprécie la force de caractère. Elle ne change pas et a toujours sa langue bien pendue.
Les piques entre elle et Ethan sont également toujours présents, pour notre plus grand bonheur.
En parlant d’Ethan, je sais qu’il en a énervé plus d’une dans la seconde partie de ce livre mais moi, bizarrement j’ai compris ses réactions. Ce qui ne veut pas dire qu’elles me plaisent  pour autant, mais je le comprends. Il est à la tête d’une maison. La sécurité de celle-ci est sa priorité. J’espère que Merit le comprendra aussi ! 

Il se tenait près d’elle, les bras croisés. Et m’observait.
Puis sa voix résonna dans ma tête.
– Merit.
Il appelait mon nom en silence alors qu’il se tenait à côté d’elle.
– Sire ? 
Ses yeux étincelèrent.
– Ne m’appelle pas comme ça.
– Je n’ai pas à t’appeler autrement. Tu es mon patron. C’est l’accord que nous avons passé.  

J’ai eu du plaisir car j’aime toujours autant les personnages secondaires comme Lindsey et Luc qui jouent au chat et à la souris, Catcher, toujours aussi sarcastique mais attachant à sa façon, Mallory qui apprend toujours à gérer ses propres pouvoirs, Jeff qui a toujours le mot pour rire, et j’en passe…

Catcher ricana.
– Les heures qu’on ne passe pas à jouer au Twister à poil sont des heures perdues !
– Ouais, confirma Mallory en le tirant dans l’allée. Au fond, c’est un grand romantique.  

Enfin, j’ai eu du plaisir, car il y a plus d’actions et de rebondissements dans ce tome 3 que dans les tomes précédents : La garde rouge et un certain Jonah veulent intégrer Merit dans leur organisation, les meutes de loups les plus importantes du pays se réunissent à Chicago et ne sont pas d’accord entre elles, ils s’entre-tuent, les vampires sont menacés, surtout Ethan et Merit qui ont accepté de défendre la meute de Gabriel, et enfin, notre héroïne apprend dans ce tome à contrôler et améliorer ses forces.

Ah ! Aussi, je ne sais pas si vous avez remarqué mais les personnages de cette série hausse CONSTAMMENT un sourcil ou les sourcils. Tous et Tou-jours. Je me faisais la reflexion depuis le tome 2, au point de ne focaliser que la dessus jusqu’à ce que Merit et certaines filles de sa maison se retrouvent autour d’un verre:

– Eh bien, Sentinelle, je ne pense pas que nous révélions un grand secret en disant que notre Maître, Ethan Sullivan est un peu… 
– Particulier, finit Lindsey. Il est très très particulier.
– C’est aussi un être routinier, expliqua Margot, pétri de tics et d’habitudes. De bizzareries qui peuvent agacer.
– De temps à autre, nous nous retrouvons et passons un moment – tout à fait cathartique – à nous décharger du poids de ces bizarreries qui nous tapent sur les nerfs.
Les coudes sur la table je me penchai en avant.
– Et de quelles bizzareries parlons-nous ce soir ?
– La première sur la liste, c’est le haussement de sourcils.  

 

En fait, tout ce qui m’a plu dans le premier tome se retrouve dans ce livre et ce qui m’a déçu dans le second a disparu. Verdict : Outre le fait que je suis curieuse d’en apprendre plus sur la mystérieuse prophétie dont parlais Gabriel à Merit, je continue sans hésiter la série avec le 4ème tome qui sort début décembre en France.  

D’ailleurs, à ce propos : AVIS A LA POPULATION : pour celles qui lisent en anglais, j’ai ouïe dire que la fin du tome 4 est difficile, voire horrible, je vous conseille donc de faire comme moi et de commander le 5ème tome en VO histoire d’enchaîner ! :D

 

L’avis de Mlle Pointillés qui l’a lu en même temps que moi et dont je partage l’avis.  
Ceux, aussi positifs, de Fée Bourbonnaise, Sofiaportos, Azariel et Belladouce

 

 

importorigin:http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-mordre-n-est-pas-jouer-les-vampires-de-chicago-tome-3-chloe-neill-88646352.html